servant

servant

n.m.
Militaire affecté au service d'une arme : Le servant d'une mitrailleuse.
adj.m.
Chevalier servant

SERVANT

(sèr-van) adj. m.
Qui sert ; usité seulement dans certaines locutions. Gentilshommes servants, officiers qui servaient à table chez le roi. Dans l'ordre de Malte, frères servants, ou quelquefois chevaliers servants, nom donné au troisième rang, qui ne demande pas la noblesse quoiqu'il porte l'épée et la croix ; il est après les chevaliers et les prêtres. Frères servants, les frères convers employés aux œuvres serviles d'un monastère. Dans la franc-maçonnerie, on appelle frères servants, ou, substantivement, les servants, les gens de service. Terme de féodalité. Fief servant, celui qui relevait d'un fief dominant.
S. m. Servant d'amour, un amant, un amoureux.
Depuis l'heure charmante Où le servant d'amour..., Venait pour une amante Soupirer sous la tour [LAMART., Harm. III, 10]
Soldat d'artillerie spécialement chargé du service des pièces dans l'exécution des feux. Premier, deuxième servant de droite ; premier, deuxième servant de gauche. Pointeur-servant, celui des servants qui aide le pointeur à pointer la pièce. (Servant se dit par opposition à conducteur, soldat d'artillerie chargé de conduire les pièces attelées.)

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Firent li servant Saül à lur seignur.. [, Rois, p. 60]
    Jo n'iere pas [je n'étais pas] si povre cum tu me vas disant, Quant li reis nostre sire me fist sun haut servant [, Th. le mart. 87]
    Li sainz huem ne fist mie ses servans esveillier, Al main [au matin] à sun lever n'al vestir, n'al chugier [, ib. 101]
  • XIIIe s.
    Tant sont vaillant et preu et bien servant li frere, Que moult les aime et croit et prise l'emperere [AUDEFROI LE BAST., Romanc. p. 25]
    Et li quens [le comte] si li a conté Le sens, la valour, la bonté De Jehan, son servant nouvel [, Bl. et Jeh. 183]
  • XIVe s.
    Nostre amé vallet servant de l'escuelle en nostre sale [DU CANGE, serviens scutellae.]
    Pierre de Cise nostre amé varlet servant de vin, en sale [ID., serviens vini.]
  • XVe s.
    Car chasteté Quiert liberté, Et luxure vous fait servant [, le Blason des faulces amours, p. 290, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Faisant pour toy de corps, d'esprit et d'ame Ce que servant peut faire pour sa dame [MAROT, I, 342]

ÉTYMOLOGIE

  • Servir ; wallon, siervan.

servant

SERVANT. adj. m. Qui sert. On ne l'emploie guère que dans certaines locutions particulières :

Gentilhomme servant se disait des Officiers qui servaient par quartier à la table royale.

Cavalier servant se dit d'un Homme qui rend des soins assidus à une femme.

Dans l'Ordre de Malte, Frères servants, et quelquefois Chevaliers servants, Ceux qui entraient dans l'ordre sans faire preuve de noblesse et qui étaient d'un rang inférieur aux autres chevaliers.

Dans quelques Ordres religieux, Frères servants, Frères convers employés aux besognes matérielles du monastère.

En termes de Jurisprudence féodale, Fief servant, Celui qui relève d'un autre fief appelé Fief dominant.

SERVANT est aussi employé comme nom masculin et se dit, en termes militaires, des Artilleurs chargés de servir une pièce de canon, de soldats faisant partie de l'équipe d'une mitrailleuse.

Servant de messe, Celui qui sert la messe.

servant


SERVANT, adj. m. SERVANTE, s. f. [1re ê ouv. 2e lon.] Servant ne se dit qu'avec gentilhomme, Frère et Fief. Gentilhomme servant, qui sert à table chez le Roi. Frère servant, celui, qui entre dans l'ordre de Malthe sans faire preuve de noblesse, et qui est d'un rang inférieur aux chevaliers. On les apelle par abus Chevalier servant. Fief servant, qui relève d'un autre fief, apelé Fief dominant.
   SERVANTE, fille ou femme, qui sert de domestique. On ne le dit point de celles qui servent dans les bones maisons; on ne se sert guère de ce mot qu'en parlant de celles des Auberges; servante de cabaret. L'Acad. ne le dit que des filles ou femmes, qui sont employées aux plus bas ofices d' une maison. Aûtrefois on l'employait comunément, en parlant d'un domestique femelle.
   Molière, avec raison, consultoit sa servante.
       Piron.
C'est une anecdote déjà anciène. = Servante est un terme de civilité pour les femmes, comme serviteur pour les hommes. "Je suis votre servante; votre très-humble et très-obéïssante servante. = En st. famil. une femme dit: je suis votre servante; comme un homme dit: je suis votre serviteur~; je ne suis pas de cet avis, je ne ferai pas ce que vous désirez.
   Mon coeur seul m'a dicté cette utile leçon.
   Votre gloire irritée en paroit mécontente.
   Je lui baise les mains et je suis sa servante.
       Destouches.

Traductions

servant

servant

servant

palvelija

servant

gebruikt

servant

使用

servant

使用

servant

används

servant

[sɛʀvɑ̃] nm
(MILITAIRE) [mortier, canon] member of a gun crew
(RELIGION)server