sevrer


Recherches associées à sevrer: sevrage

sevrer

v.t. [ du lat. separare, séparer, de parare, préparer ]
1. Cesser l'allaitement d'un enfant ou d'un petit animal pour lui donner une alimentation plus solide.
2. Désaccoutumer qqn de l'alcool, de la drogue.
3. Priver qqn d'un plaisir : Il est sevré de jeux vidéo pendant les révisions.

sevrer

(səvʀe)
verbe transitif
allaiter cesser de donner du lait maternel Vous pourrez prendre le chaton une fois qu'il sera sevré.

sevrer


Participe passé: sevré
Gérondif: sevrant

Indicatif présent
je sèvre
tu sèvres
il/elle sèvre
nous sevrons
vous sevrez
ils/elles sèvrent
Passé simple
je sevrai
tu sevras
il/elle sevra
nous sevrâmes
vous sevrâtes
ils/elles sevrèrent
Imparfait
je sevrais
tu sevrais
il/elle sevrait
nous sevrions
vous sevriez
ils/elles sevraient
Futur
je sèvrerai
tu sèvreras
il/elle sèvrera
nous sèvrerons
vous sèvrerez
ils/elles sèvreront
Conditionnel présent
je sèvrerais
tu sèvrerais
il/elle sèvrerait
nous sèvrerions
vous sèvreriez
ils/elles sèvreraient
Subjonctif imparfait
je sevrasse
tu sevrasses
il/elle sevrât
nous sevrassions
vous sevrassiez
ils/elles sevrassent
Subjonctif présent
je sèvre
tu sèvres
il/elle sèvre
nous sevrions
vous sevriez
ils/elles sèvrent
Impératif
sèvre (tu)
sevrons (nous)
sevrez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais sevré
tu avais sevré
il/elle avait sevré
nous avions sevré
vous aviez sevré
ils/elles avaient sevré
Futur antérieur
j'aurai sevré
tu auras sevré
il/elle aura sevré
nous aurons sevré
vous aurez sevré
ils/elles auront sevré
Passé composé
j'ai sevré
tu as sevré
il/elle a sevré
nous avons sevré
vous avez sevré
ils/elles ont sevré
Conditionnel passé
j'aurais sevré
tu aurais sevré
il/elle aurait sevré
nous aurions sevré
vous auriez sevré
ils/elles auraient sevré
Passé antérieur
j'eus sevré
tu eus sevré
il/elle eut sevré
nous eûmes sevré
vous eûtes sevré
ils/elles eurent sevré
Subjonctif passé
j'aie sevré
tu aies sevré
il/elle ait sevré
nous ayons sevré
vous ayez sevré
ils/elles aient sevré
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse sevré
tu eusses sevré
il/elle eût sevré
nous eussions sevré
vous eussiez sevré
ils/elles eussent sevré

SEVRER

(se-vré) La syllabe se prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je sèvre, je sèvrerai v. a.
Retrancher à un enfant le lait de sa nourrice, et le faire passer à une nourriture plus solide.
Comme on sèvre les enfants, lorsqu'il est temps de leur ôter le lait pour leur donner des aliments solides [FÉN., Tél. XXIV]
On sèvre trop tôt les enfants ; le temps où on doit sevrer est indiqué par l'éruption des dents, et cette éruption est communément pénible et douloureuse [J. J. ROUSS., Ém. I]
Il se dit aussi des animaux domestiques.
Il faut avoir attention, lorsqu'on sèvre les jeunes poulains, de les mettre dans une écurie propre, qui ne soit pas trop chaude [BUFF., Quadrup. t. I, p. 23]
Terme de jardinage. Couper et séparer de la plante mère les marcottes lorsqu'elles ont pris racine, ou les rameaux greffés en approche. Sevrer une marcotte.
Fig. Priver, frustrer.
L'honneur.... Qui trahit notre espoir, qui sèvre nos désirs [RÉGNIER, Sat. VI]
[Gens] Qui ne sauraient souffrir qu'un autre ait les plaisirs, Dont le penchant de l'âge a sevré leurs désirs [MOL., Tart. I, 1]
Si l'on demande de quoi donc il faut sevrer les chrétiens, on répondra, selon la méthode des nouveaux spirituels, que c'est des motifs répandus partout dans l'Écriture [BOSSUET, 4e écrit, I, 22]
Autant que je les sèvre [les pensionnaires de Saint-Cyr] de tous les plaisirs de dehors, autant suis-je soigneuse de leur en procurer au dedans [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 18 juin 1711]
Se sevrer v. réfl. Se priver, s'abstenir. Se sevrer des plaisirs du monde.
C'est donc alors qu'il se faut sevrer de tous les motifs du salut et du bonheur éternel ; mais qui bannira ces motifs ? qui aura l'autorité d'exempter les âmes d'un motif répandu partout dans l'Écriture ? [BOSSUET, 4e écrit, I, 23]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Il jurront sor sainz qu'il noriront un enfant qui lor sera portez si chierement comme leur fil et dou lait à la dame meismes, et en severront lou leur [, Merlin, f° 67, verso]
    Si comme li enfes qui est sevrez de la mamele.... [, Psautier, f° 162]
  • XIVe s.
    Moult bien nourri Sarre son fils Ysaac, et quant il fut si grant qu'elle le sevra.... [, Ménagier, I, 5]
  • XVIe s.
    Faut borner le temps de sevrer l'enfant par la sortie des dents [PARÉ, XVIII, 30]

ÉTYMOLOGIE

  • Poitev. sebrer, sibrer, soubrer, mettre en pièces ; provenç. sebrar, séparer, sevrer ; du lat. separare (voy. SÉPARER). Sevrer est la forme française tirée de separare ; séparer a été refait sur le latin. Sevrer avait constamment le sens de séparer [Tute la teste li a par mi sevrée, Ch. de Rol. cv], et, par restriction, celui de sevrer.

sevrer

SEVRER. v. tr. Ôter à un enfant l'usage du lait de sa nourrice pour le faire passer à une autre nourriture. Il n'avait que six mois quand on a été obligé de le sevrer.

Il se dit aussi en parlant des Animaux. Sevrer un veau, un agneau.

Sevrer une marcotte, La séparer de l'arbre, de la plante qui l'a produite.

SEVRER signifie, au figuré, Priver, frustrer quelqu'un de quelque chose. On l'a sevré des avantages que cette place lui procurait. Le fâcheux état de sa fortune l'a obligé à se sevrer de bien des choses.

sevrer

Sevrer, per v consonantem, act. acut. Semble descendre du Latin Separare, Et se prend pour oster le tetin de la nourrisse à l'enfant, comme si lon disoit, le separer du tetin, Ablactare, a mamma abducere, l'Italien dit Seürar, ou comme abusivement aucuns escrivent Sceürar trisyllabe pour separer l'autheur du livre de la guerre d'Atilla, au livre 3. I. Marcomani soli haveano havuto ardimento di Seürarsi da gli altri, e venire a hosteggiare cosi adentro fra le forze de nemici. Car l'Italien en ce mot Latin ne change point la consonante p en v consone, ains en v voyele, combien que de supra et supremus, Il die aussi, sovra et sovurano, et l'Espagnol sobre et soberano, et le François Souverain.

On sevre les petis agneaux, Lac subducitur agnis.

Qui est sevré, Ablactatus, Delicus, Lacte depulsus.

Synonymes et Contraires

sevrer

verbe sevrer
Désaccoutumer de quelque chose.
gaver, nourrir -littéraire: gorger.
Traductions

sevrer

wean, deprive

sevrer

demamigi

sevrer

desahijar

sevrer

svezzare

sevrer

引き離すため

sevrer

odstawić od piersi

sevrer

desmamar

sevrer

[səvʀe] vt
[+ nourrisson] → to wean
(fig) sevrer qn de → to deprive sb of