siéger

siéger

v.i.
1. Faire partie d'une assemblée, d'une institution : Ce pays siège à l'O.N.U. Siéger au Sénat y avoir été élu
2. Tenir ses séances ; exercer son activité ; être en séance : Le Parlement européen siège à Strasbourg. Elle siège au conseil d'administration. Le tribunal siégera demain.
3. Avoir son origine en un certain point ; y être localisé : La douleur siège au-dessus de l'œil gauche. C'est là que siège la difficulté se situer

siéger

(sjeʒe)
verbe intransitif
1. personne avoir une fonction au sein d'un groupe Les députés siègent à l'Assemblée.
2. être à tel endroit Le Parlement européen siège à Strasbourg.

SIÉGER

(sié-jé. Le g prend un e devant a et o : siégeant, siégeons ; l'é reste aigu même quand la syllabe qui suit est muette : je siége, je siégerai, etc. bien que la prononciation fasse entendre un è ouvert) v. n.
Tenir le siége pontifical ou épiscopal. Tel pape siégea tant d'années.
Il se dit des juges, des tribunaux, etc. La cour de cassation siége à Paris.
Il se dit de la place qu'on occupe dans une assemblée délibérante.
Les avocats cessèrent de plaider, comme le parlement avait quelquefois cessé de rendre la justice ; ils semblaient plus en droit que le parlement de sus pendre leurs fonctions ; car les juges font serment de siéger, et les avocats n'en font point de plaider [VOLT., Hist. parl. LXIV]
L'obstacle des titres serait faible, parce que ces titres, ne donnant presque d'autre fonction que de siéger au sénat, pourraient être supprimés sans inconvénient [J. J. ROUSSEAU, Gouvern. de Polog. ch. VII]
Occuper le fauteuil dans une assemblée délibérante, dans un tribunal, comme président, comme juge.
Fig. Être, se trouver. C'est là que siége le mal.

REMARQUE

  • Dans les éditions du Dictionnaire de l'Académie de 1696, de 1718 et de 1740, siéger n'a que la signification : occuper le siége pontifical ; et on note qu'il vieillit. Dans l'édition de 1762, on efface cette note, et on ajoute à l'ancienne signification celle qui est relative aux tribunaux : Le tribunal siége en tel endroit.

ÉTYMOLOGIE

  • Siége.

siéger

SIÉGER. v. intr. Occuper un siège honorifique. Il siège à la Chambre, au Sénat.

Il signifie spécialement Occuper le siège pontifical ou épiscopal. Tel pape, tel évêque siégea tant d'années. Il est vieux en ce sens.

Il signifie également Occuper le siège de juge, tenir séance. Ce juge ne doit pas siéger dans telle affaire. Le tribunal ne siège pas aujourd'hui.

Il signifie aussi Avoir en un certain lieu le siège de sa juridiction. La Cour des Comptes siège à Paris.

Il signifie encore figurément Avoir son siège en quelque endroit. Ce n'est pas là que siège le mal.

siéger


SIÉGER, v. n. [Siégé: 2e é fer. Devant l'e muet, le 1er se change en è moyen: il siège, siègera, etc.] Il ne se dit que dans le 4e et le 5e sens de siège. "Le Parlement siège quelquefois au Châtelet pour la séance des prisoniers. "Un tel Pape siégea tant d'années. = * Les Picards et les Normands disent siéger, pour assiéger. C'est une faûte, dont ils doivent se corriger. Vaug. Corn.

Synonymes et Contraires

siéger

verbe siéger
Avoir son origine dans.
Traductions

siéger

vergaderen, zitting houden, zittinghouden, zetelen, zitting hebben (in)

siéger

sit, meet

siéger

kunsidi

siéger

sedere

siéger

sitzen

siéger

siéger

sidde

siéger

앉아

siéger

Sit

siéger

นั่ง

siéger

[sjeʒe] vi
[assemblée, tribunal] → to sit
(= résider, se trouver) → to lie, to be located
siège social nmregistered office