signer

signer

v.t. [ lat. signare, de signum, signe ]
1. Marquer de sa signature : Signer une feuille de présence. Signer un contrat par-devant notaire.
2. (Sans compl.) Apposer sa signature ; tracer comme signature : Elle a signé au bas de la lettre. Il a signé d'un pseudonyme, d'une croix.
3. Attester par sa marque ou sa signature qu'on est l'auteur de qqch : Le maître a signé cette toile.
4. Laisser un indice constituant une signature : Il a signé son crime en utilisant ce nœud.
5. Être la marque de : La vente de cette usine signe la fin de l'entreprise familiale.
C'est signé,
se dit d'une action dont on devine facilement l'auteur : La vaisselle sale dans l'évier, c'est signé !
v.i.
Utiliser le langage des signes : des sourds communiquent en signant.

se signer

v.pr.
Faire le signe de la croix : Ils se sont signés en entrant.

signer


Participe passé: signé
Gérondif: signant

Indicatif présent
je signe
tu signes
il/elle signe
nous signons
vous signez
ils/elles signent
Passé simple
je signai
tu signas
il/elle signa
nous signâmes
vous signâtes
ils/elles signèrent
Imparfait
je signais
tu signais
il/elle signait
nous signions
vous signiez
ils/elles signaient
Futur
je signerai
tu signeras
il/elle signera
nous signerons
vous signerez
ils/elles signeront
Conditionnel présent
je signerais
tu signerais
il/elle signerait
nous signerions
vous signeriez
ils/elles signeraient
Subjonctif imparfait
je signasse
tu signasses
il/elle signât
nous signassions
vous signassiez
ils/elles signassent
Subjonctif présent
je signe
tu signes
il/elle signe
nous signions
vous signiez
ils/elles signent
Impératif
signe (tu)
signons (nous)
signez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais signé
tu avais signé
il/elle avait signé
nous avions signé
vous aviez signé
ils/elles avaient signé
Futur antérieur
j'aurai signé
tu auras signé
il/elle aura signé
nous aurons signé
vous aurez signé
ils/elles auront signé
Passé composé
j'ai signé
tu as signé
il/elle a signé
nous avons signé
vous avez signé
ils/elles ont signé
Conditionnel passé
j'aurais signé
tu aurais signé
il/elle aurait signé
nous aurions signé
vous auriez signé
ils/elles auraient signé
Passé antérieur
j'eus signé
tu eus signé
il/elle eut signé
nous eûmes signé
vous eûtes signé
ils/elles eurent signé
Subjonctif passé
j'aie signé
tu aies signé
il/elle ait signé
nous ayons signé
vous ayez signé
ils/elles aient signé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse signé
tu eusses signé
il/elle eût signé
nous eussions signé
vous eussiez signé
ils/elles eussent signé

SIGNER

(si-gné ; au XVIe siècle, Beze dit : prononcez siner ; au XVIIe Chifflet, Gramm. p. 227, dit que le g ne se prononce pas ; et en conformité la Fontaine, Épître 1re, met : En attendant que Mars m'en donne un [passe-port] et le sine) v. a.
Au sens latin, faire une marque ; ce sens n'existe que dans quelques termes d'art. Marquer les endroits des pièces de verre qu'on veut couper. Terme de charpenterie. Marquer les bois avec la rouannette. En orfévrerie. Marquer l'argenterie avec le poinçon.
Mettre son seing à une lettre, à un acte, etc. pour le rendre valable, pour s'engager soi-même.
Le mariage de Mlle d'Houdancourt et de M. de Ventadour a été signé ce matin [SÉV., 14]
Et le roi trop crédule a signé cet édit [RAC., Esth. I, 3]
Ils font comme les jésuites, qui, dit-on, forçaient tout le monde à signer la constitution, sans vouloir la signer eux-mêmes [J. J. ROUSS., Lett. de la Mont. 2]
Fig.
C'est le vrai caractère que nature a gravé sur le front de ceux qu'elle a signés poëtes, sculpteurs.... [DIDER., sur Térence.]
Fig. Je vous le signerais de mon sang, je suis prêt à vous le signer de mon sang, se dit pour attester énergiquement la vérité de ce qu'on avance. Les martyrs ont signé leur confession de leur sang, ils ont souffert la mort pour la défense de la religion.
Ces glorieux athlètes, qui eurent le courage et le bonheur de signer leur foi de leur sang [BOURDAL., Serm. 20e dim. après la Pentec. Domin. t. IV, p. 219]
On dit de même : signer du sang de quelqu'un, faire périr quelqu'un en accomplissant quelque chose.
Et du sang du tyran signez cet hyménée [CORN., Héracl. III, 1]
Signer une paix, un traité, conclure une paix, un traité.
Ordonnez, et j'espère Signer en votre nom cette paix salutaire [VOLT., Adél. du Guesclin. IV, 5]
Fig. Signer la paix, effectuer une réconciliation.
Le transport du vizir marquait sur son visage Qu'un heureux changement le rappelle au palais, Et qu'il y vient signer une éternelle paix [RAC., Bajaz. III, 1]
Absolument. Apposer sa signature.
Si vous n'eussiez pas signé [Mme de Grignan s'engageant pour son mari], vous faisiez comme tout le monde aurait fait ; et, en signant, vous faisiez au delà de tout le monde [SÉV., 6 nov. 1675]
J'ai dit qu'il [Fénelon] avait signé par obéissance ; quand on signe de cette sorte, on fait ce que la théologie appelle déposer son doute ou son opinion [BOSSUET, Rem. sur la réponse, VII, IX, 47]
Tout est perdu, monsieur ; les créanciers n'ont pas voulu signer [GOLDONI, Bourru bienfaisant, II, 6]
Je persiste à croire que les philosophes m'ont daigné prendre pour leur représentant, comme une compagnie fait souvent signer pour elle le moindre de ses associés ; je consens de signer, quoique j'aie la main fort tremblante [VOLT., Lett. à Schomberg, 28 mai 1770]
Si le testateur déclare qu'il ne sait ou ne peut signer, il sera fait mention de la déclaration, ainsi que de la cause qui l'empêche de signer [, Code civ. art. 998]
Signer à un contrat, y mettre sa signature comme témoin ou par honneur.
Assurément je ne signerais point à son contrat de mariage [SÉV., 384]
Ah ! sire, vous avez signé à mon contrat de mariage [BÉRANG., Contr. de mar.]
Familièrement. Signer son nom, écrire son nom, sa signature.
Et quand un gentilhomme en commençant à vivre Sait tirer en volant, boire et signer son nom, Il est aussi savant que défunt Cicéron [REGNARD, Ménechm. III, 8]
Et bien ou mal enfin je sais signer mon nom [MONTFLEURY, Femme juge et part. II, 1]
Éginhard, secrétaire de Charlemagne, nous apprend que ce conquérant ne savait pas signer son nom ; cependant il conçut par la force de son génie combien les belles-lettres étaient nécessaires [VOLT., Mœurs, 19]
Il ne sait pas signer son nom, il ne sait pas signer.
Signer une œuvre, se dit d'un artiste qui met son nom au tableau, à la statue, à la gravure, etc. qu'il a exécutée.
Fig. Approuver.
A : Que la loi règne et non le caprice. - B : Le genre humain est prêt à signer tout cela [VOLT., Dial. XXIV, 13]
Se signer, v. réfl. Faire le signe de la croix.
La vieille se signa pour l'agonie que sonnait la cloche [CHATEAUBR., Natch. 2e part. vers le 1er quart.]
Avec ellipse du pronom personnel.
La chimie curieuse a des transmutations, des précipitations, des détonations, des explosions.... et mille autres merveilles à faire signer mille fois le peuple qui les verrait [J. J. ROUSS., Lett. de la Mont. 3]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    De sa main destre [il] l'ad asols e seignet [marqué du signe de la croix] [, Ch. de Rol. XX]
  • XIIIe s.
    Quant evesque et abbé revenront de seignier [faire le signe de la croix sur] Le lit au roi Pepin.... [, Berte, X]
    Et la roine se sina de sa main diestre, et se commanda à Dieu [, Chr. de Rains, p. 20]
    Diex les maint et ramaigne ! L'apostoles de Rome les beneïst et saigne [, Ch. d'Ant. I, 943]
    Et qui veut avoir certaine mesure et oster soi de peril, si face se [sa] mesure sengnier au seing le conte, et adont porra mesurer sans peril [BEAUMANOIR, XXVI, 6]
    Et dist le saint roi : je vourroie estre seigné [marqué] d'un fer chaut, par tel convenant [à condition] que touz vileins seremens feussent ostez de mon royaume [JOINV., 293]
    Madame ma mere me dit que toute foiz que je voudroie dire aucune chose, que je appelasse l'aide du saint Esprit et que je seignasse ma bouche [fisse le signe de la croix] [ID., 256]
  • XIVe s.
    Pour avoir signé et ourlé une douzaine de touailles de toille de Reins, pour servir en la chambre du roy [DE LABORDE, Émaux, p. 499]
    À Jehan Malin, orfevre, pour seigner, aus armes de monseigneur le duc, V douzaines d'escuelles et XII plas d'argent [ID., ib.]
  • XVe s.
    Quant Wautre Tillier vit le roy, qui estoit arresté, il dit à ses gens : veez là le roy ; je veux parler à luy ; ne vous mouvez d'icy, se je ne vous signe [fais signe] [FROISS., II, p. 141, dans LACURNE]
    Il rua de sa massue après le très vaillant prince ; mais luy, comme expert au mestier d'armes, escheva le coup, non pas si tost que l'escu, qu'il jecta au devant, ne fust un peu signé [, Perceforest, t. IV, f° 15]
  • XVIe s.
    Les marques desquelles nostre Seigneur a accoustumé de signer les brebis de son troupeau [CALV., Instit. 653]
    En beau papier je sçay tant bien signer, S'il vous plaisoit, monseigneur, me finer Un cent d'escus.... [MAROT, VI, 258]
    On temps passé, les Thraces et Cretes signoyent les jours bien fortunez de pierres blanches [RAB., Garg. I, 10]
    Ils avoyent treuvé male encontre, par faulte de s'estre seignez de la bonne main on matin [ID., ib. I, 25]
    Cassander, combien que les autres l'escrivissent et le nommassent roy, se signa tousjours comme il avoit accoustumé [AMYOT, Demétr. 22]
    Comme on luy presenta à signer la sentence [MONT., II, 1]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, siner, signer, se seigner, faire le signe de la croix ; Génev. se signer, apposer sa signature ; bourguig. seignai ; provenç. signar, senhar, senar ; anc. catal. senyar ; anc. espagn. señar ; espagn. mod. signar ; ital. segnare ; du lat. signare, de signum, signe.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    SIGNER. Ajoutez :
    Se signer, mettre sa signature (emploi inusité).
    Si vous voulez que je vous die ce qui m'en semble et que je me signe... [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne.]
    Je me signai audit mariage [ID., ib.]
  • Être signé, avoir mis sa signature (emploi inusité).
    Je suis signé au mariage de mon frère [ID., ib.]

signer

SIGNER. v. tr. Revêtir de sa signature. Signer un contrat. Signer une requête, un arrêt. Une lettre non signée. Signer de confiance. Il signa aveuglément tout ce qu'on voulut. Quand vous avez signé cet acte, vous avez signé votre condamnation. Signer son engagement. Signer une pétition, une protestation. Signer un traité de paix. La paix est signée. Ce tableau n'est pas signé. Absolument, Je ne veux pas signer sans avoir lu. Il a déclaré ne savoir signer.

Signer à un contrat, Y mettre sa signature, comme témoin ou par honneur. Le roi lui fit l'honneur de signer à son contrat de mariage.

Fig., Je vous le signerais de mon sang, je suis prêt à le signer de mon sang se dit lorsqu'on veut marquer que ce qu'on dit est absolument vrai ou qu'on tiendra infailliblement ce que l'on promet.

Fig., Les martyrs ont signé leur confession de leur sang, Ils ont offert la mort pour la défense de leur religion.

Fam., Signer son nom, Écrire son nom, sa signature. Il ne sait pas seulement signer son nom.

Fig., Cette manoeuvre est signée, On en devine facilement l'auteur. On dit familièrement : C'est signé.

SE SIGNER signifie Faire le signe de la croix. Se signer dévotement.

signer

Signer, act. acut. Faire un seing ou marque pour cognoissance et foy de quelque chose, Signum ac notam appingere, De là dit on signer de sa main une scedule, Apocham chirographo sancire, et Signé de la propre main du Roy, Ipsiusmet Regis chirographo subscriptum.

Signer de son sang, est asseurer de toute verité et sureté ce qui est dit ou convenu et promis, Dicta aut pacta conuenta repromissaque sanguine subscribere, Sancire certa, vera, rata, illaesa inuiolataque fore, Sanguine pro atramento interposito spondere, autumare, Qui est une maniere de parler dont on use quand on veut asseurer de tout poinct, et mettre hors de doubte et de mescreance ce qu'on a dit et promis, comme si lon disoit ne vouloir espargner l'effusion de son sang pour le maintien de ce qu'on a dit ou convenu. On ne peut bonnement extraire ceste maniere de parler, de la façon des Romains et autres tels peuples, lesquels assuroyent leurs traictez de paix et conventions publiques par effusion du sang des bestes qui estoyent par eux sacrifiées à cet effect, comme au traicté d'entre le Roy Latinus et Enée, Virgile recite avoir esté faict, li. 12. de l'Eneide. Moins la peut on prendre par imitation de ce que les Latins appellent sanctiones, dont l'infraction estoit punie d'effusion de sang, comme Ciceron dit en l'oraison pro Corn. Balbo. D'où que ce soit que ceste maniere de parler soit née, Pompo. Mela au livr. 2. chap. 1. narre que les Axiaces Scythiens faisans traictez, pactions et convenances entre eux se navrent et entament leur chair eux mesmes, et ayans meslé leur sang ensemble s'en mettent dans la bouche, tenans ceste cerimonie pour gage certain de l'inviolableté de leurs convention, promesses et foy donnée, Alternum fundere sanguinem ad pacta conuenta sancienda (comme Seneque in Thyeste dit Alternum dare sanguinem) et Herodote li. 3. dit que les Arabes font leurs traictez d'alliance et confederation avec autres Princes et nations par extraction de sang de la paulme de la main de chacun des futurs confederez en l'endroit de la racine des plus grands doigts. Ce que un tiers estant au milieu d'eux deux fait avec une pierre aiguë, baignant par apres en ces deux sangs meslez un houpillon qu'il tire de la frange de leurs robbes, et avec iceluy taignant de ce sang double sept pierres qui à cet effect sont placées entre les futurs alliez, quoy faisant il reclame Dionysium et Uraniam, Que les Arabes tienent à Dieux sans plus. Laquelle invocation faite, celuy qui baille la foy pour l'alliance prend par promesse celle de l'estranger. Laquelle cerimonie pouvoit signifier que Dionysius et Urania, estoyent appelez conservateurs de telle confederation, pour justicier de peine de sang et capitale celuy desdits confederez qui en seroit violateur, comme en cas pareil, le Foecial des Romains apres les articles de la confoederation recitez, frappoit roidement d'un caillou à feu un porc qui estoit à ses pieds à ceste fin, reclamant Diespiter à conservateur du traicté et vengeur de l'infraction d'iceluy par peine de bris et de mort. Ainsi signer de son sang, se pourroit exposer, promettre et asseurer une chose au peril et perte de sa vie en cas de non accomplissement. Aussi le François dit, Je luy donnerois de mon sang s'il en avoit besoing, Pro illo obeam libens, Et j'aymerois mieux avoir espandu une pinte de mon sang que mal luy fust advenu, Meo sanguine illius damnum ac malum mutarem libens, mutare mallem, Quand il veut monstrer l'extreme amitié qu'il porte à celuy là.

Signer de sa main, Subscribere.

Faire et signer testamens, Obsignare testamenta.

¶ Signer aucun, id est, Luy faire signe qu'il vienne et s'approche.

Refuser et delayer de signer un appoinctement accordé, Prolatando detrectare subnotationem conuenti iudicialis, B.

Une pierre à signer ou cacheter, Ectypa gemma.

Signer et seeller, Subscribere et obsignare, vel Subsignare, Budaeus.

La premiere chose qu'il signa comme Empereur, Nec quicquam prius pro potestate subscripsit, quam, etc. Bud. ex Sueton.

signer


SIGNER. Voy. SIGNATûRE.

Traductions

signer

unterschreiben, subskribieren, abzeichnen, signieren, zeichnensigntekenen, ondertekenen, onderschrijven, (onder)tekenen, signeren, merkenחתם (פ'), חָתַםtekenfirmar, signarunderskrive, undertegnesubskribifirmar, subscribirundirskrifafirmare, siglareskrive under, signereassinar, subscreverunderteckna, skriva, teckna, underskrivaυπογράφωподписать, подписывать(ся)يُوقِّعُpodepsatallekirjoittaapotpisati署名する서명하다podpisaćเซ็นชื่อimzalamakký tên签名знак (siɲe)
verbe transitif
mettre sa signature sur undocument signer un chèque

signer

[siɲe] vt → to sign [siɲe] vpr/vi → to cross o.s
signes particuliers nmpldistinguishing marks