soûler


Recherches associées à soûler: saouler

soûler

ou

saouler

[ sule] v.t.
1. Fam. Faire trop boire qqn : Ses ravisseurs l'ont soûlé pour l'obliger à parler enivrer
2. Provoquer une sorte d'euphorie chez qqn ; monter à la tête de qqn : Tous ces éloges ont soûlé le jeune auteur étourdir, griser

se soûler

ou

se saouler

v.pr.
Fam. S'enivrer.

soûler

(sule)
verbe transitif familier
1. rendre ivre Le vin blanc me soûle vite.
2. figuré ennuyer, fatiguer Elle me soûle à répéter toujours la même chose !

SOÛLER

(sou-lé) v. a.
Rendre soûl, gorger. Il aime le gibier, on l'en a soûlé. Fig.
Ils [Minos et Tantale] mangeaient à sa table [de Jupiter], avalaient l'ambroisie, Et des plaisirs du ciel soûlaient leur fantaisie [RÉGNIER, Sat. XI]
Il le fallait de la sorte, afin que le Fils de Dieu fût soûlé d'opprobres, comme l'avait prédit le prophète [BOSSUET, 2e sermon de la Passion, 1]
Particulièrement et populairement. Enivrer. On l'a tant fait boire qu'on l'a soûlé.
Fig. Satisfaire jusqu'à satiété un sentiment, une passion.
Et soûlant du butin son avare appétit [MAIR., Sophon. II, 4]
Et, sous un faux semblant de libéralité, Soûler et ma vengeance et ton avidité [CORN., Méd. IV, 1]
Ô justice divine, tu as voulu des supplices, en voilà ; soûle ta vengeance ; voilà assez de sang, assez de carnage [BOSSUET, 2e sermon, Démons, 2]
Jeux sanglants et dignes de bêtes farouches, où ils [les Romains] soûlaient leurs faux dieux de spectacles barbares et de sang humain [ID., 1er sermon, Vertu de la croix, 1]
Soûler ses yeux de sang, de carnage, prendre plaisir à voir répandre le sang. Absolument.
Même beauté, tant soit exquise, Rassasie et soûle à la fin [LA FONT., Pâté.]
Se soûler, v. réfl. Se gorger. J'aime ce mets, je m'en suis soûlé.
Vous vous soûlerez, sur ma table, de la chair des chevaux et de la chair des cavaliers les plus braves et de tous les hommes de guerre, dit le Seigneur Dieu [SACI, Bible, Ézéchiel, XXXIX, 20]
J'enivrerai mes flèches de leur sang, et mon épée se soûlera de leur chair [ID., ib. Deutéron. XXXII, 42]
S'enivrer.
Enfin, à force d'avaler, ils se soulèrent [SCARR., Rom. com. I, 11]
Pour l'oublier, il se soûla, Et la scène finit par là [VADÉ, Pipe cassée, IV]
Fig. Il se dit de ce qui soûle, gorge au moral, comme font au physique les aliments, le vin.
.... Les soldats, ennemis de la paix, Qui de l'avoir d'autrui ne se soûlent jamais [RÉGNIER, Sat. VI]
....Son œil semble encore à longs traits se soûler Du sang des malheureux qu'elle vient d'immoler [CORN., Théod. v, 8]
La reine ne se peut soûler, Et de les voir et d'en parler [SCARR., Virg. I]
En cet endroit où il [Homère] fait pleurer Achille et Priam.... il dit qu'ils se soûlent de ce plaisir [LA FONT., Psyché, I, p. 96]
Se soûler de carnage [DELILLE, les Trois règnes, VIII]
Que.... Ce roi bigot [Louis XI], pour se soûler de crimes, Mette sa vierge entre le diable et lui [BÉRANG., Censeur.]
Se soûler de plaisirs, de toutes sortes de plaisirs, prendre toutes sortes de plaisirs avec excès.
Ceux qui croient que le bien de l'homme est en la chair, et le mal en ce qui le détourne des plaisirs des sens, qu'ils s'en soûlent et qu'ils y meurent [PASC., Pens. XVI, 15, éd. HAVET.]

REMARQUE

  • On voit par les exemples que se soûler, condamné par Voltaire dans le Cid comme n'étant plus du style élevé, peut encore trouver sa place. Bossuet, Pascal, Delille et Béranger en offrent des exemples.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    De li [sa fille] baisier ne puet [la mère] estre bien saoulée [, Berte, CXXVI]
    Hé ! dist li masenghe [mésange], se tu me mangoies, tu ne seroies gaires saoulés de mi ; car je suis une petite cose [, Chron. de Rains, 236]
    Vous ne fustes onkes soelés d'or ne d'argent ; mais je vous en soelerai encore anqui [, ib. 112]
    Tu vodras moult ententis estre à tes yex saouler et pestre [, la Rose, 2352]
    Nus ne se pooit soeler De l'esgarder se il fust liés [, Fl. et Bl. 2855]
    Je euz faim, vous me saoulastes ; Et si eus soif, vous m'abruvastes [J. DE MEUNG, Tr. 1417]
  • XVIe s.
    Les choses presentes ne nous saoulent point ; non qu'elles n'ayent assez de quoy nous saouler ; mais.... [MONT., I, 385]
    Et pour se souler encore d'avantage de faire le pis qu'il pouvoit aux Lacedemoniens [AMYOT, Philop. 28]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, sôlé ; bourguig. sôlai ; provenç. sadollar ; ital. satollare ; du lat. satullare, qui vient de satullus (voy. SOÛL).

soûler

SOÛLER. v. tr. Rassasier jusqu'à l'excès, gorger de vin, de viande. Il aime le gibier, le poisson, on l'en a soûlé. J'aime ce mets, je m'en suis soûlé. Il est populaire.

Fig., Soûler ses yeux de sang, de carnage, Prendre plaisir à voir répandre le sang.

Fig., Se soûler de plaisirs, de toutes sortes de plaisirs, Prendre toutes sortes de plaisirs avec excès.

SOÛLER s'emploie absolument et signifie Enivrer. On l'a tant fait boire qu'on l'a soûlé. Il s'est soûlé.

Synonymes et Contraires

soûler

verbe soûler
1.  Familier. Faire boire jusqu'à l'ivresse.
dégriser, désenivrer, dessoûler.
2.  Causer une sorte de griserie.
3.  Littéraire. Fatiguer quelqu'un.

soûler (se)

verbe pronominal soûler (se)
Familier. Boire jusqu'à l'ivresse.
Traductions

soûler

שיכר (פיעל), שִׁכֵּר

soûler

sekkieren

soûler

пиян

soûler

opilý

soûler

beruset

soûler

humalassa

soûler

เมา

soûler

[sule] vt
(= rendre ivre) soûler qn [personne] → to get sb drunk; [boisson] → to make sb drunk
(fig) (= épuiser par ses bavardages) soûler qn → to make sb's head spin, to make sb's head reel [sule] vpr/réfl
(= s'enivrer) → to get drunk
(fig) se soûler de [+ paroles] → to intoxicate o.s with