sobriété

(Mot repris de sobriétés)

sobriété

n.f.
1. Comportement d'une personne, d'un animal sobre : Je l'admire pour sa sobriété frugalité, tempérance ; intempérance
2. Qualité de ce qui se caractérise par une absence d'ornements superflus : La sobriété d'une façade dépouillement, simplicité ; démesure
3. Litt. Qualité de qqn qui se comporte avec retenue : Utiliser son autorité avec sobriété mesure, modération ; outrance

SOBRIÉTÉ

(so-bri-é-té) s. f.
Tempérance dans le boire et le manger.
La sobriété est l'amour de la santé, ou l'impuissance de manger beaucoup [LA ROCHEFOUC., Prem. pens. n° 39]
La sobriété, la modération et les mœurs pures de ce peuple lui donnent une vie longue et exempte de maladies [FÉN., Tél. VIII]
Les mœurs, la simplicité, l'égalité étaient les mêmes dans Amsterdam qu'à Sparte, et la sobriété plus grande [VOLT., Mœurs, 164]
Fig. Modération, retenue.
L'orateur peut se permettre quelquefois la finesse des pensées et des tours, pourvu que ce soit avec sobriété [D'ALEMB., Œuvr. t. III, p. 255]
Une règle plus délicate et plus difficile à prescrire, c'est l'économie et la sobriété dans la distribution des images [MARMONTEL, Œuvr. t. VIII, p. 177]
D'après saint Paul, il faut être sage avec sobriété, il faut garder, même dans les meilleures choses, une certaine mesure, de peur de les outrer.
La parfaite raison fuit toute extrémité, Et veut que l'on soit sage avec sobriété [MOL., Mis. I, 1]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Sobrietez est à donter le delit [plaisir] dou goster et de la bouche par atemprance de raison [BRUN. LATINI, Trésor, p. 381]
    Ne savoir plus que ne t'est besoing de savoir, mais pene toi de savoir à sobrieté, c'est poi ne trop [ID., ib. p. 172]
  • XIVe s.
    Et prent avec toi abstinence Et sobrieté sa compaigne [J. BRUYANT, dans Ménagier, t. II, p. 13]
    Li dus fut si très pleins de grant sobrieté, Qu'il n'est riens qu'il heïst tant com ebrieté [, Girart de Ross. V. 2998]
  • XVIe s.
    Numa leur osta toute curiosité, leur enseigna sobrieté, et les accoustuma à peu parler [AMYOT, Lyc. et Numa. comp. 7]
    S'ils estiment mots estranges ceux qui ont esté curieusement inventez et s'en defendent superstitieusement.... j'approuve grandement leur sobrieté [CALV., Instit. 71]
    Il y a trois choses que donnent credict au parlant : sa vie, la verité de la chose, et la sobrieté de la parole [BONIVARD, Advis et devis des lengues, p. 67]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. sobrietat, sobritat ; espagn. sobriedad ; ital. sobrietà ; du lat. sobrietatem, de sobrius, sobre. L'ancienne langue avait aussi sobresse.

sobriété

SOBRIÉTÉ. n. f. Caractère de celui qui est sobre, modéré dans le boire et le manger. La sobriété est une condition de bonne santé.

Il se dit aussi du Caractère des animaux qui sont peu exigeants pour leur nourriture. La sobriété du chameau.

Il s'emploie figurément et signifie Réserve, retenue, modération. Il faut user de toutes choses avec sobriété. Il y a dans cette architecture une heureuse sobriété d'ornements. La sobriété du style.

Fig., d'après saint Paul, Il faut être sage avec sobriété, Il faut garder une certaine modération, même dans les meilleures choses, de peur de les outrer.

sobrieté

Sobrieté, Sobrietas.

Synonymes et Contraires
Traductions

sobriété

abstemiousness, sobriety, soberness, abstinenceהסתפקות במועט (נ), נזירות (נ), סתפקנות (נ), פיכחון (ז), צנע (ז), פִּכָּחוֹן, צֶנַע, סְתַפְּקָנוּת, נְזִירוּתmatigheid, soberheid, abstinentie, geheelonthouding, onthoudingafskaffing, matigheid, onthoudingAbstinenz, Enthaltsamkeit, Enthaltung, Mäßigkeitabstemio, abstinado, abstinemoabstinenciaabstenção, abstinênciaparchezza清醒nykterhet (sɔbʀijete)
nom féminin
fait de boire très peu d'alcool

sobriété

[sɔbʀijete] nf
(= modération) → abstemiousness
(= discrétion) → sobriety