soiture

SOITURE

(soi-tu-r') s. f.
Ancienne mesure agraire équivalant à ce qu'un homme peut faucher de pré en un jour.
Une pièce de pré d'environ trente soitures (5 mars 1692) [, Gaz. des Trib. 21 juin 1876, p. 608, 1re col.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Une piece de terre, qui fu en pré, contenant doues [deux] soitures [DU CANGE, sottura.]
  • XIVe s.
    Quatre soetures de prey [ID., ib.]
    Trente soiptures de prés [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat. secatura, du lat. secare, couper.