sollicitude

Recherches associées à sollicitude: sollicitation

sollicitude

n.f. [ du lat. sollicitudo, inquiétude ]
Soins attentifs, affectueux : Elle est pleine de sollicitude pour ou envers ses parents attention, prévenance

sollicitude

(sɔlisityd)
nom féminin
attention affectueuse Il est plein de sollicitude pour elle.

SOLLICITUDE

(sol-li-si-tu-d') s. f.
Soin plein de souci. Cette affaire lui cause beaucoup de sollicitude. Chrysale : Et vous n'avez nul soin, nulle sollicitude Pour.
... Philaminte : Ah ! sollicitude à mon oreille est rude ; Il pue étrangement son ancienneté [MOL., Fem. sav. II, 7]
Pour peu qu'on cesse d'avancer [dans la voie de la perfection], on est entraîné ; ce qui oblige à une sollicitude qui ne se relâche jamais [BOSSUET, Ét. d'orais. IV, 28]
Le cardinal de Fleury, dont la sollicitude ministérielle s'étendait jusqu'aux plus petits objets et peut-être y mettait quelquefois une importance qu'ils n'avaient pas [D'ALEMB., Éloges, Cardin. de Soubise.]
Terme de l'Écriture. Les sollicitudes du siècle, le soin des affaires temporelles.
Soin plein d'affection.
Une sainte et religieuse sollicitude qui fait le caractère propre de tout homme préposé à la conduite des autres [ROLLIN, Traité des Ét. VI, II, 4]
L'évêque n'imposait les mains sur des hommes éprouvés, que pour se décharger sur eux d'une partie du fardeau et du détail de la sollicitude pastorale [MASS., Confér. Fuite du monde.]
La sollicitude maternelle ne se supplée point [J. J. ROUSS., Ém. I]
La seule singularité qu'on ait pu observer dans sa vie privée était l'excès auquel il portait la sollicitude paternelle [CONDORCET, Bertin.]

REMARQUE

  • On voit par l'exemple de Molière que, de son temps, les puristes regardaient sollicitude comme un mot vieux et hors d'usage ; il est aujourd'hui plein de vie.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Choses qui sont de grant estude et sollicitude et travail [BRUN. LATINI, Trésor, p. 328]
  • XIVe s.
    Lorsqu'il plaist à Dieu d'envoier aux rois la maladie de la mort, il convient qu'il soient sans aucune cure ou solicitude afflictive ou angoisseuse des faiz de cest sieclei [, Charles V, dans Ordonn. des rois de Fr. t. VI, p. 49-54]
    Nature humaine de laquelle Dieu a especial sollicitude et cure [ORESME, Thèse de MEUNIER.]
  • XVIe s.
    Il n'est vol que de pigeon, quand il ha petitz, pour l'obstinée sollicitude en luy par nature pousée de recourir et secourir ses pigeonnaulx [RAB., Pant. IV, 3]
    L'on estoit lors en grosse solicitude [BONIVARD, Chr. de Genèv. IV, 36]
    L'oraison requiert la tranquillité, hors toutes affections charnelles et tous troubles de solicitudes terriennes [CALV., Inst. 709]
    La solicitude [le soin] des poures a esté commise aux diacres [ID., ib. 851]
    La prevoyance et solicitude de l'advenir [MONT., I, 12]
    La solicitude de bien faire [ID., I, 41]
    Les richesses ne valent pas une advertence et solicitude penible [ID., IV, 79]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. sollicitut ; espagn. solicitud ; du lat. sollicitudinem (voy. SOLLICITER).

sollicitude

SOLLICITUDE. n. f. Soin affectueux. La sollicitude maternelle. Elle l'a soigné avec sollicitude, avec une tendre sollicitude. Entourer quelqu'un de sollicitude. Témoigner de la sollicitude à quelqu'un.

Il signifie également Souci, soin inquiet. Cette affaire lui donne, lui cause beaucoup de sollicitude.

En termes de l'Écriture, Les sollicitudes du siècle, Les soins des choses temporelles.

sollicitude


SOLLICITUDE, s. f. Souci, soin inquiet ou afectueux. Ce mot est três-bon, et se dit avec grâce, dit l'Auteur des Réflexions: "Les Fidèles doivent vivre sans sollicitude pour les chôses de la terre. "Les sollicitudes du siècle. "La sollicitude pastorale; la sollicitude des Églises. C'est presque tout l'emploi de ce mot. Voy. SOIN.

Synonymes et Contraires

sollicitude

nom féminin sollicitude
Traductions

sollicitude

טיפוח (ז), תשומת לב (נ)

sollicitude

sollecitudine, solicitude

sollicitude

Zärtlichkeit

sollicitude

anxiety, solicitude

sollicitude

bekommernis

sollicitude

[sɔlisityd] nfconcern