sommier

sommier

n.m. [ du lat. sagma, bât ]
1. Châssis plus ou moins souple qui, dans un lit, supporte le matelas : Un sommier à ressorts.
2. Registre utilisé par certains comptables ou économes.
Sommier de police,
fichier centralisant le relevé des condamnations prononcées par les tribunaux (on dit aussi le sommier) : Maigret envoya les empreintes au sommier.

SOMMIER1

(so-mié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des so-mié-z épais) s. m.
Terme de finance. Gros registre où les commis inscrivent les sommes qu'ils reçoivent. Le sommier des aides, des gabelles. Payement inscrit au sommier, sur le sommier.

ÉTYMOLOGIE

  • Somme 1.

SOMMIER2

(so-mié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : les so-mié-z et leurs conducteurs) s. m.
Cheval de somme.
On fit marcher la calèche et les sommiers qui portaient son dîner [PELLISSON, Lett. hist. t. I, p. 93]
Se dit aussi d'un mulet.
Matelas de crin piqué qui sert de paillasse dans un lit.
Un traversin de coutil rempli de plume, un sommier de crin, [, Lett. etc. de Colbert, VII, 383]
Par extension. Sommier élastique, matelas dont l'élasticité est due à un système de ressorts.
Sommier d'orgues, espèce de coffre ou réservoir, d'où le vent des soufflets se distribue dans les tuyaux. Ce sommier perd le vent, n'est pas bien clos.
Pièce de bois où sont attachées les fiches qui servent à tendre les cordes d'un clavecin, d'un piano.
Terme d'architecture. Pierre qui reçoit la retombée d'une voûte. Pierre posée à plomb sur une colonne, à laquelle se rattache l'architrave. Première pierre à chaque extrémité d'une plate-bande.
Pièce de charpente qui sert de linteau à l'ouverture des portes, des croisées, etc.
Un misérable qui n'a que ses bras pour vivre.... voit.... enlever les portes et les sommiers de sa maison pour satisfaire au surplus d'un impôt.... [BOISGUILLEBERT, Dét. de la Fr. supplément.]
Grosse pièce de bois qui soutient une construction très lourde. Traverse passant sur la tête des pieux, dans un pont en bois. Pièce de bois qui soutient les poutres trop longues.
Terme d'imprimerie. Pièces de bois qui servent à soutenir le poids ou l'effort d'une presse.
Partie supérieure d'une jalousie.
Pièce de bois sur laquelle un moulin tourne. Pièce de bois qui porte une grosse cloche.
10° Terme de tonnelier. Sommier simple, l'avant-dernier cerceau de chaque bout, lorsqu'ils ne sont pas doublés ; sommier double, lorsque ces deux cerceaux sont doublés.
11° Terme de serrurier. Traverse du bas de toute espèce de grille ouvrante ou dormante.
12° Terme de marine. Pièce de bois qui borde, en haut, l'ouverture du sabord.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Getet serez sur un malvais sumer [, Ch. de Rol. XXX]
  • XIIIe s.
    [Il] N'i ot sommier à coffres ne dras troussés en male [, Berte, XXVII]
    Si le fisent prendre à un escuier et monter sour un soumier, et le menerent avoec aus [eux] en un tournoi [, Chr. de Rains, p. 84]
  • XVe s.
    Et si n'eust esté le vicomte Roquebertin qui les rafraischit de gens d'armes et de soixante sommiers de vitaille, [les Espagnols] se fussent partis très la Toussaint [FROISS., II, II, 40]
    La chambre se print à trembler, et issit un des sommiers de la chambre de la mortaise [MONSTREL., t. III, p. 102, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Il y eut un des sommiers qui portoient sa tente qui tumba par cas d'aventure en une riviere [AMYOT, Thém. 54]
    Il [le père de Praestantius, dans saint Augustin] fantasia [en rêve] estre jument, et servir de sommier à des soldats [MONT., IV, 187]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, soûmî, poutre ; provenç. saumier, âne ; ital. somaro ; du bas-lat. saumarius, qui vient du lat. sagmarius (voy. SOMME 2). On remarquera que sommier, qui veut dire bête de somme, a pris figurément le sens de poutre.

sommier

SOMMIER. n. m. Dossier de documents judiciaires.

sommier

SOMMIER. n. m. Bête de somme, principalement Cheval de charge.

SOMMIER désigne aussi une Sorte de matelas à ressorts intérieurs destiné à porter le matelas de laine ou de plume. Sommier élastique.

Sommier métallique, Celui qui est entièrement en métal.

SOMMIER désigne, en termes d'Architecture, une Pierre qui reçoit la retombée d'une voûte; ou une Pièce de bois de charpente qui porte sur deux pieds-droits et sert de linteau à l'ouverture des portes, des croisées, etc.

En termes de Musique, il se dit d'une Sorte de coffre dans lequel les soufflets de l'orgue font entrer l'air qui, de là, se distribue dans les différents tuyaux.

Il se dit également de la Barre de bois sur laquelle sont fixées les chevilles qui servent à tendre les cordes d'un clavecin, d'un piano.

sommier

Sommier, m. acut. Vient de ce mot Somme, et signifie ce qui porte somme, ainsi il se prend aulcunefois pour la poultre sur laquelle sont posées les solives et le faix de tout le plancher. Trabs perpetua. Vitru. Quelquefois pour un cheval portant en somme, c'est à dire sur le dos, soit bahus ou autre charge: Equus onerarius, aut sarcinarius, Bud. lib. de asse. Selon ce au pays de Languedoc et adjacens, on dit une sommade de blat, pour la quantité de bled que communement un cheval peult porter en somme. quelquefois pour le Cerceau double qui suyt le Talu en la relieure d'une fustaille, qui ainsi est appelée par les tonnelliers, parce qu'estant droitement sur le jable, il porte tout le fais de ladite relieure, quelquefois pour le Canon musical sur lequel se font les conduicts ou postes qui portent le vent d'un tuyau d'orgues à l'autre. Canon musicus, vitru. En consequence de ce on appelle sommier, assemblee, corps ou communauté qui porte sur luy tous les affaires de ladicte communauté, et s'en charge. Et d'un portefais qui est chargé à oultrance, on dict, il est chargé en sommier, In iumenti onerarij modum oneratus est. Sommier aussi est appellée la grosse piece de bois taillee en dos de chameau, à laquelle une cloche est attachee à liains et bandes de fer, et pendant d'icelluy sommier, les deux bouts duquel faicts de tourillons de fer portent sur le pouaillier faict d'airain, et tournent en icelluy quand la cloche est sonnee à bransle. Et ce sommier porte tout le fais et pesanteur de la cloche sur son dos accollé desdicts liains de fer, tout ainsi qu'un cheval la somme sur son dos, dont luy est donné ce nom. Un sommier en charpenterie, Trabs perpetua. Vitru.

Sommiers entez les uns dans les autres, Trabes compactiles. Vitru.

sommier


SOMMIER, ou SOMIER, s. m. [So-mié: 2e é fer.] 1°. Cheval de somme. = 2°. Matelâs de crin, servant de paillasse. = 3°. Cofre, dans lequel les souflets des orgues font entrer le vent; qui delà se distribûe dans les divers tuyaux. = 4°. Les deux pièces de bois, qui servent à soutenir l'éfort d'une presse d' Imprimerie.

Traductions

sommier

springveermatras, veringspring-mattresssomierosomier (sɔmje)
nom masculin
partie du lit sur laquelle on pose le matelas

sommier

[sɔmje] nm
[lit] → bed base, bedspring (USA)
(ADMINISTRATION) (= registre) → register
sommier à lattes nmslatted bed base
sommier à ressorts nminterior sprung bed base (Grande-Bretagne), box spring (USA)