sonnet

sonnet

n.m. [ it. sonetto, de l'anc. prov. sonet, chansonnette ]
Pièce de poésie de quatorze vers, composée de deux quatrains et de deux tercets : Un sonnet de Ronsard.

sonnet

(sɔnɛ)
nom masculin
poème de forme fixe un recueil de sonnets

SONNET

(so-nè ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des so-nè-z ingénieux ; sonnets rime avec traits, succès, paix, etc.) s. m.
Ouvrage de poésie composé de quatorze vers distribués en deux quatrains sur deux rimes seulement et en deux tercets.
On dit, à ce propos, qu'un jour ce dieu bizarre [Apollon], Voulant pousser à bout tous les rimeurs françois, Inventa du sonnet les rigoureuses lois.... [BOILEAU, Art p. II]
Les sonnets sont beaucoup plus à la mode en Italie que chez nous [FONTEN., Manfredi.]
Il est très faux que ce sonnet [Tonne, frappe, il est temps, rends-moi guerre pour guerre....] soit de Des Barreaux ; il était très fâché qu'on le lui imputât ; il est de l'abbé de Lavau, qui était alors jeune et inconsidéré [VOLT., Louis XIV, Écrivains, des Barreaux.]
Le Misanthrope pensa être sifflé dans la critique du sonnet, parce que le parterre avait eu la bêtise d'en applaudir les vers, et l'auteur l'imprudence de ne pas le prévenir que les vers étaient mauvais [D'ALEMB., Éloges, Mariv. note 11]
Le sonnet est peut-être le cercle le plus parfait qu'on ait pu donner à une grande pensée, et la division la plus régulière que l'oreille ait pu lui prescrire [MARMONTEL, Œuv. t. V, p. 292]
Aimerais-tu les fleurs, les prés et la verdure, Les sonnets de Pétrarque et le chant des oiseaux ? [A. DE MUSSET, la Nuit d'oct.]
Pendant six mois, je n'ai guère vécu que de sonnets : au déjeûner un sonnet, au dîner deux sonnets, sans compter les rondeaux ; toujours des sonnets, partout des sonnets [REYBAUD, Jérôme Pâturot, I, 1]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Estant le sonnet d'italien devenu françois, comme je croy, par Mellin de Sainct Gelais [DU BELLAY, II, II, verso.]
    Sonnets que nous tirasmes des Italiens, mot toutesfois qu'ils tiennent de nostre ancien estoc [PASQ., Rech. VII, p. 611, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. sonetto, sonnet. Sonnet vient de l'italien ; mais l'ancien français avait sonet au sens de chanson, chansonnette : XIIIe siècle,
    Chantecler lors s'aseüra, De la joie un sonet chanta [, Ren. 1560]
    Le provençal avait sonet au même sens. C'est sans doute de cet ancien sonet des Français et des Provençaux que les Italiens ont tiré leur sonetto. Sonet est un diminutif de son.

sonnet

SONNET. n. m. Ouvrage de poésie, composé de quatorze vers distribués en deux quatrains sur deux rimes seulement et en deux tercets. Sonnet à rimes croisées. Sonnet régulier. Faire un sonnet. Composer un sonnet. Les sonnets de Pétrarque.

sonnet

Sonnet, m. acut. Semble estre diminutif de son, c'est à dire un petit son: si mieux on n'aime dire qu'il est fait de ce mot Latin, Sonitus. Et qu'il ne soit point de la forme diminutive. Mais le François ne l'a ni d'une sorte ne d'autre en courant usage, et ce qu'il dit depuis ne sçay quel temps, Sonnet, pour une façon de Rime comprinse en deux quatrains, et deux tiercets, qui sont quatorze vers, dont le premier rime aux quatrieme, cinquiesme et huictieme, et le second aux troisieme, sixieme et septieme; le neufieme au douzieme; le dixieme au treizieme, et l'onzieme au quatorzieme, c'est un mot par luy emprunté de l'Italien Sonetto, qui l'a prins des Provençaux ou Catalans premiers poëtes, duquel Italien, l'Espagnol aussi a puis n'a gueres prins et le mot et la tissure de la Rime. Aucuns estiment que laditte rime de quatorze vers soit appelée Sonnet, parce que les Italiens le chantent en le lisant. Mais cela n'en est pas la cause: car le chant leur est commun et usité en toutes sortes de leurs rimes dont le vers est de onze syllabes, soit de fait ou d'equipolence. Comme aussi tous vers quelconques en quelque langue qu'ils soient escrits, deussent estre leus avecques ton de chant, ainsi que le mot Carmen, que le Latin leur a baillé, le donne assez à entendre. Autres disent que le sonet ayant esté la premiere façon de rime usitée par les Italiens, a eu ce nom, parce que lesdits Poëtes Provençaux pour donner à entendre que c'est que rime, la definissoient par ces deux vocables accouplez, Son et Mot, et vont alleguant pour preuve de ce, ce vers, de Aymerie de Belenuci: Per ço no puese mots ni sos accordar. Et ceux-ci de Arnaud Daniel, Mas amors mi assauta. Qu'ils mots ab lo son accorda. Et ceux-ci de Jaufre Rudel: No sap chantar qu'il so non di, Ni vers trobar qu'ils mots non fa. Et ceux-ci de Pierre d'Auvergne: Cui bon vers agrad'ausir, De mi conseilh he que 'l escout Aquest que ora comens adir, Que pos li er'sos cors assis, Deu ben entendre 'l son e 'ls mots. Disent outre que Petrarque l'a monstré à signe d'oeil, en ces vers de son premier sonet: Voi ch'ascoltate in rime sparse il suono. Di quei souspiri ond'io nudriva il cuore. Mais à eux et l'altercation et le jugement.

sonnet


SONNET ou SONET, s. m. Ouvrage de Poésie, composé de quatorze vers, distribués en deux quatrains et deux tercets. = Ce mot était déjà en usage dès le comencement du Règne de St. Louis.

Traductions

sonnet

sonnet

sonnet

שיר זהב (ז)

sonnet

sonnet

sonnet

Сонет

sonnet

十四行詩

sonnet

Sonet

sonnet

Sonet

sonnet

Sonnet

sonnet

소네트

sonnet

[sɔnɛ] nmsonnet