soporatif, ive

SOPORATIF, IVE

(so-po-ra-tif, ti-v') adj.
Qui a la vertu d'endormir. L'opium est très soporatif. S. m. Le laudanum est un grand soporatif.
Fig. Qui ennuie, endort.
Un poëme sur la grâce [de Racine le fils], poëme didactique et un peu soporatif [VOLT., Dial. XXIV, 10]
Mes anges avaient très grande raison de s'endormir aux deux premières scènes du 5e acte des Guèbres ; le diable qui affligeait alors le petit possédé [Voltaire] était un diable très soporatif, un diable froid, un diable à la mode [ID., Lett. d'Argental, 18 nov. 1768]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. soporativus, de soporare, endormir, de sopor (voy. SOPOR).