souiller

souiller

v.t. [ de souille ] Sout.
1. Couvrir de qqch qui salit : Le chien a souillé la moquette maculer, tacher
2. Déshonorer ; avilir : Vous souillez la mémoire de votre grand-père dégrader, ternir ; glorifier, honorer

souiller

(suje)
verbe transitif littéraire
1. salir, couvrir de taches Elle a souillé sa robe.
2. figuré porter atteinte à souiller l'honneur de qqn

souiller


Participe passé: souillé
Gérondif: souillant

Indicatif présent
je souille
tu souilles
il/elle souille
nous souillons
vous souillez
ils/elles souillent
Passé simple
je souillai
tu souillas
il/elle souilla
nous souillâmes
vous souillâtes
ils/elles souillèrent
Imparfait
je souillais
tu souillais
il/elle souillait
nous souillions
vous souilliez
ils/elles souillaient
Futur
je souillerai
tu souilleras
il/elle souillera
nous souillerons
vous souillerez
ils/elles souilleront
Conditionnel présent
je souillerais
tu souillerais
il/elle souillerait
nous souillerions
vous souilleriez
ils/elles souilleraient
Subjonctif imparfait
je souillasse
tu souillasses
il/elle souillât
nous souillassions
vous souillassiez
ils/elles souillassent
Subjonctif présent
je souille
tu souilles
il/elle souille
nous souillions
vous souilliez
ils/elles souillent
Impératif
souille (tu)
souillons (nous)
souillez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais souillé
tu avais souillé
il/elle avait souillé
nous avions souillé
vous aviez souillé
ils/elles avaient souillé
Futur antérieur
j'aurai souillé
tu auras souillé
il/elle aura souillé
nous aurons souillé
vous aurez souillé
ils/elles auront souillé
Passé composé
j'ai souillé
tu as souillé
il/elle a souillé
nous avons souillé
vous avez souillé
ils/elles ont souillé
Conditionnel passé
j'aurais souillé
tu aurais souillé
il/elle aurait souillé
nous aurions souillé
vous auriez souillé
ils/elles auraient souillé
Passé antérieur
j'eus souillé
tu eus souillé
il/elle eut souillé
nous eûmes souillé
vous eûtes souillé
ils/elles eurent souillé
Subjonctif passé
j'aie souillé
tu aies souillé
il/elle ait souillé
nous ayons souillé
vous ayez souillé
ils/elles aient souillé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse souillé
tu eusses souillé
il/elle eût souillé
nous eussions souillé
vous eussiez souillé
ils/elles eussent souillé

SOUILLER

(sou-llé, ll mouillées, et non sou-yé) v. a.
Couvrir de ce qui fait tache, de ce qui est ordure. Souiller de boue ses vêtements. Souiller ses mains de sang.
[Il] Souille ses cheveux blancs d'une horrible poussière [DELILLE, Én. XI]
Fig. Souiller ses mains du sang innocent, faire mourir un innocent.
Fig. Gâter par une sorte de souillure.
Participe à ma gloire au lieu de la souiller [CORN., Hor. IV, 7]
Ne crains point de succès qui souille ta mémoire [ID., Cinna, I, 3]
Ce n'est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l'homme, mais c'est ce qui sort de la bouche de l'homme qui le souille [SACI, Bible, Évang. St Matthieu XV, 11]
Elle était naturellement libérale, même dans son extrême vieillesse, quoique cet âge soit ordinairement souillé des ordures de l'avarice [BOSSUET, Yol. de Monterby.]
Que ce style [le burlesque] jamais ne souille votre ouvrage [BOILEAU, Art p. I]
Et nous, dont cette femme impie et meurtrière A souillé les regards et troublé la prière.... [RAC., Athal. II, 8]
Si vous en exceptez Julien et deux ou trois autres, quel empereur ne souilla pas le trône d'abominations et de crimes ? [VOLT., Mœurs, 29]
Le corps de l'histoire est souillé de contes qu'une vieille femme rougirait de répéter aujourd'hui [ID., Pyrrh. hist. 3]
Oui, c'est pitié.... D'entendre autour de lui [du peuple] mille bouches mielleuses, Souillant le nom de citoyen, Lui dire que le sang orne des mains calleuses [AUG. BARBIER, Ïamb. la Popularité.]
Souiller le lit nuptial, la couche nuptiale, commettre un adultère.
Se souiller, v. réfl. Se rendre coupable de quelque chose qui souille.
Tout se souille, tout se corrompt dans cette tête [d'un pédant] [BALZ., le Barbon.]
Le jour même qu'ils se sont souillés par des péchés [PASC., Prov. XVI]
J'ignore si la nature a défait un grand homme [le czar Pierre Ier] d'un fils qui ne l'eût pas imité, ou si le père s'est souillé d'un crime horrible [VOLT., Lett. pr. roy. Pr. janv. 1738]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Soillié le voit [son tinel, massue], si commence à plorer ; Vient à une eve, si le corut laver [, Bat. d'Aleschans, v. 4092]
  • XIIIe s.
    Se aucuns soelle le temple Dieu, ce est soi meisme, par pecié, Diex li demandera [, Arch. des missions scient. t. v, p. 155]
    Comment portez vos cele andoille ? Ne veez-vos com elle soille ? Por la podre la traïnez [, Ren. 2254]
    Qui veïst nos barons Antioche cerchier, Et ces paiens ocirre, et les membres trenchier, L'uns par deseure l'autre verser et tresbuchier, De sanc et de cervele font tous lor brans soiller [, Ch. d'Ant. VI, 893]
    Elles se soillent en l'ordure De lecherie et de luxure Et des autres vilains pechés Dont tout li mons [monde] est entichés [, Hist. litt. de la Fr. t. XVIII, p. 792]
    Pechié soilla tous ceulx qui oncques porent nestre [J. DE MEUNG, Test. 150]
  • XVIe s.
    Plustost que d'aller souiller dans le sang, comme feroit un pourceau dans la fange [LANOUE, 220]
    S'il est de ceux qui n'ont que le titre de noblesse, laquelle il va souillant par actions pleines de vitupere.... [ID., 239]
    Les pourceaux souillent [couvrent la truie] [, Moyen de parvenir, p. 171]
    Si l'ardeur de M. de Foix ne l'eust emporté à poursuyvre trop asprement les restes de la victoire de Ravenne, il ne l'eust pas souillé de sa mort [MONT., I, 351]

ÉTYMOLOGIE

  • Même radical que pour souille ;prov. sulhar, solar ; portug. sujar ; vénit. sogiare. Il n'est pas besoin de recourir au germanique : goth. bi-sauljan ; allem. mod. sich suhlen, se vautrer.

souiller

SOUILLER. v. tr. Gâter, salir. Souiller ses vêtements, ses mains de boue, de sang.

Fig., Souiller ses mains du sang innocent, Faire mourir un innocent.

Fig., Souiller le lit nuptial, souiller la couche nuptiale Commettre un adultère.

SOUILLER s'emploie plus ordinairement au figuré. Souiller sa gloire par des cruautés. Le pêché souille l'âme. Souiller son honneur, sa vie, sa réputation. Je ne souillerai pas ma plume en rapportant de pareilles horreurs.

souiller

Souiller, actif. ac. Signifie proprement se veautrer dans le souil. Phebus ch. 9. Quand les sangliers sont chassez, ils se soüillent volontiers és bouës, et s'ils sont blessez, c'est leur medecine que de se souïller. c'est à dire veautrer au souil, Et ex consequenti. Il signifie maculer, gaster de male tache, Foedare, Inquinare. Maculare, Sordidare.

Souïller les loüanges d'aucun, Laudes alicuius deterere.

Avoir les mains vilaines de bouë, et en souïller quelque chose, Contaminare.

Se souïller de peché contre Dieu, ou ses parens, Impiare se, Scelerare.

Souillé, Maculosus, Contaminatus, Turpificatus, Inquinatus.

Souillé de malefice, Sceleratus, Consceleratus, Contaminatus, Impiatus.

Synonymes et Contraires

souiller

verbe souiller
1.  Littéraire. Couvrir de taches.
barbouiller, maculer, salir, tacher -familier: cochonner -littéraire: crotter -populaire: saloper.
blanchir, décrasser, désencrasser, laver.
2.  Littéraire. Altérer ce qui était pur.
Traductions

souiller

beflecken, beschmutzen, einflecken, einschmutzen, flecken, sudeln

souiller

марать

souiller

[suje] vt
[+ eau] → to dirty, to soil
souillé de boue [vêtements] → muddied
(fig) [+ image, réputation] → to sully, to tarnish