stipendiaire

Recherches associées à stipendiaire: anabaptiste, stipendier, tillac

STIPENDIAIRE

(sti-pan-di-ê-r') adj.
Qui est à la solde de quelqu'un. Des troupes stipendiaires. Substantivement.
Ces grandes armées composées d'honnêtes stipendiaires bien élevés, qui décident du destin des États [VOLT., Candide, 4]
De nos jours encore, on voit en Suisse les officiers, magistrats et autres stipendiaires publics payés avec des denrées [J. J. ROUSS., Gouv. Pologne, X]
Il ne se dit guère qu'en mauvaise part.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    En reverence de Dieu et de sainte eglise et contemplacion de nostre saint pere, pour son hostel et ses domestiques, familliers ou stipendiers [DU CANGE, stipendiarius.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. stipendiarius, de stipendium (voy. STIPENDIER).

stipendiaire

STIPENDIAIRE. adj. des deux genres. Qui est à la solde de quelqu'un. Des troupes stipendiaires. Il est peu usité.

stipendiaire


STIPENDIAIRE, adj. STIPENDIER, v. act. [Stipandi-ère, di-é. 2e lon. 4e è moy. et long au 1er, é fer. au 2d.] Stipendier, c'est avoir des Soldats à sa solde. Stipendiaire, qui est stipendié. "Stipendier des Troupes. "Des Troupes stipendiaires. M. Linguet emploie l'adjectif substantivement: "Le plus curieux comme le plus dificile de tous les Problèmes économiques seroit de savoir comment un stipendiaire en uniforme peut vivre avec sa solde. — Ailleurs il s'en sert au figuré. "La gloire du chef (Volt.) et l'adresse des stipendiaires (les Écrivains subalternes) cachoient cette prodigieuse disproportion. = Rollin dit que Charondas stipendia des Maîtres publics. Ce verbe ne se dit guère que des Soldats. Acad. Voy. SOUDOYER.