stupeur

stupeur

n.f. [ du lat. stupor, paralysie, de stupere, être engourdi ]
1. Étonnement profond qui laisse sans réactions : La mort de la princesse les a frappés de stupeur effarement, saisissement
2. En psychiatrie, engourdissement de la sensibilité, des facultés intellectuelles hébétude

STUPEUR

(stu-peur) s. f.
Terme de médecine. Engourdissement général ; diminution de l'activité des facultés intellectuelles, accompagnée d'un air d'étonnement ou d'indifférence. La stupeur est un phénomène de certaines fièvres graves.
Fig. Espèce d'immobilité causée par une grande surprise ou par une frayeur subite.
Cet état de stupeur où la paresse de penser empêche de comprendre et même d'écouter [GENLIS, Vœux témér. t. I, p. 86, dans POUGENS]
Ce deuil sec et muet, sans larmes et sans plainte, De cet œil insensé l'immobile stupeur, Plus cruels que les cris, me causent plus de peur [P. LEBRUN, le Cid d'And. IV, 5]
Au pluriel.
Et ce qui plonge l'âme en des stupeurs profondes, C'est la perfection de ces gredins immondes [V. HUGO, Châtiments, VI, 5]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Stupeur qui est diminution de mouvoir et sentir [PARÉ, VIII, 9]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. stupor ; espagn. estupor ; ital. stupore ; du lat. stuporem. Il y a, dans le sanscrit, stumbh, être étonné ; on dit que le bh sanscrit ne se change pas en p latin ; dans tous les cas, le sanscrit stumbh et le latin stupere dérivent du radical stha, en latin stare, être debout, immobile.

stupeur

STUPEUR. n. f. T. de Médecine. Trouble organique et mental, caractérisé par la suspension complète de toute activité mentale et extérieure.

Il désigne, au figuré, un État causé par un étonnement profond, et dans lequel les facultés intellectuelles semblent paralysées. Nous étions tous dans la stupeur. Il était tombé dans une stupeur silencieuse et morne dont rien ne pouvait le tirer. Il restait plongé dans la stupeur. Il sortit enfin de sa stupeur. Muet de stupeur.

stupeur


STUPEUR, s. f. [Stu-peur, et non pas èstupeur.] Terme de Médecine. Engourdissement, assoupissement, diminution de sentiment et de moûvement. = Quelques Auteurs l'ont employé récemment au figuré: "Ce qui a suivi sa mort (de Voltaire.) a laissé les esprits dans une stupeur, qui aproche de l' oubli. Linguet. "Ce peuple dégradé, (les Turcs) qui ne fait que pâsser et revenir sans cesse des convulsions de la révolte à la stupeur de l'esclavage. L'Ab. Boulogne.

Synonymes et Contraires

stupeur

nom féminin stupeur
1.  État d'immobilité.
abrutissement, hébétement, hébètement, torpeur -littéraire: assoupissement, hébétude.
2.  Extrême étonnement.
Traductions

stupeur

stupor, alarm, consternation, dismay, stupour, amazement, astonishmentconsternatie, ontsteltenis, stupor, verbijstering, verslagenheid, stomme verbazing, verdovingבהייה (נ), תדהמה (נ), תימהון (ז), תַּדְהֵמָה, תִּמָּהוֹןkonsternasiekonsterno, stuporoestuporconsternação, estupefação, estuporsbalordimento, stuporeStuporStuporступор (stypœʀ)
nom féminin
très grand étonnement

stupeur

[stypœʀ] nf
(= étonnement) → astonishment
(incapacité d'agir)stupor