subalterne


Recherches associées à subalterne: officier subalterne

subalterne

adj. et n. [ du lat. sub, sous, et alter, autre ]
Qui est subordonné à qqn dans une hiérarchie : Un employé subalterne nous a reçus. Elle traite ses subalternes avec dédain subordonné ; supérieur secondaire ; principal

subalterne

(sybaltɛʀn)
adjectif
qui est à un rang inférieur occuper une place subalterne dans un service

subalterne


nom masculin-féminin
Il considére ses subalternes avec mépris.

SUBALTERNE

(sub-al-tèr-n') adj.
Qui est dans un rang inférieur, dans une position subordonnée.
Un autre moyen de conserver la discipline et le bon ordre dans un collége, c'est de soutenir avec fermeté et sagesse les maîtres subalternes [ROLLIN, Traité des Ét. liv. VI, 2e part. I, 3]
Je suis un peu subalterne, à la vérité [c'est un domestique qui parle] ; nous demeurons ensemble ; il me loge fort haut [REGNARD, Sérénade, 43]
Quelque détestable qu'ait toujours paru à toutes les communions chrétiennes le dogme des deux principes, on n'a pas laissé de reconnaître dans le christianisme un principe subalterne du mal moral [, Anal. de Bayle, t. III, p. 275]
Dans son Timée, Platon, développant avec ordre ses idées, dit que Dieu forma l'univers, et que, pour le régir, il établit des dieux subalternes, ou des génies, ouvrages de ses mains, dépositaires de sa puissance, et soumis à ses ordres [BARTHÉL., Anach. ch. 79, note 1]
Fig. Un esprit, un homme subalterne, un homme d'une capacité médiocre.
Il y a des esprits, si j'ose le dire, inférieurs et subalternes, qui ne semblent faits que pour être le recueil, le registre ou le magasin de toutes les productions des autres génies [LA BRUY., I]
Les esprits subalternes n'ont point d'erreur en leur privé nom, parce qu'ils sont incapables d'inventer [VAUVENARGUES, Max. CCLXIX.]
Le premier mouvement du public, semblable en cela aux critiques subalternes, est de juger par imitation [D'ALEMB., Œuv. t. VI, p. 13]
Qui appartient à celui qui est dans un rang subordonné.
Une femme de quarante-cinq à cinquante ans qui me parut être de la maison, et qui en m'abordant d'un air de politesse subalterne et domestique me dit : ne vous impatientez pas [MARIV., Marianne, 6e part.]
Jamais ceux qui ont vieilli dans les emplois laborieux et subalternes ne parviennent aux dignités [VOLT., Babouc.]
Fig.
Une fois en notre vie servons-nous de la liberté de notre jugement, qui ne doit pas toujours être subalterne de celui des Grecs et des Romains [BALZ., De la cour, 6e disc.]
On dit aussi subalterne à.
Ce qui est subalterne à l'une [G. NAUDÉ, Apologie, p. 43]
Substantivement. Personne placée en un rang subordonné.
L'inquiétude des subalternes est la chose la plus incommode en ces rencontres ; ils croient que, dès qu'on n'agit pas, on est perdu [RETZ, Mém. t. II, liv. III, p. 87, dans POUGENS]
Il y en a de tels que, s'ils pouvaient connaître leurs subalternes et se connaître eux-mêmes, ils auraient honte de primer [LA BRUY., IX.]
Les subalternes, témoins de tout l'intérieur d'une cour, savent des choses que les parlements et les chefs de parti même ignorent ou ne font que soupçonner [VOLT., Louis XIV, 4]
S. m. État de subalternité.
Le baron de Beauvais avait été élevé, au subalterne près, avec le roi [SAINT-SIMON, 14, 159]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ledit vidamé et chastellenie avoit esté et estoit de tout temps subalterne subject et ressortissant au siege dudit bailliage [, Coust. gén. t. I, p. 622]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. subalternus, de sub, sous, et alternus, dérivé de alter, autre.

subalterne

SUBALTERNE. adj. des deux genres. Qui est subordonné, inférieur, secondaire. Officier subalterne. Emploi subalterne. Fonctions subalternes. Dans cette tragédie, les personnages subalternes sont trop nombreux.

Fig., C'est un esprit subalterne se dit d'un Homme dont l'esprit est médiocre, borné, incapable d'initiative.

SUBALTERNE s'emploie aussi substantivement en parlant des Personnes. Ce n'est qu'un subalterne, un simple subalterne. Il vaut souvent mieux avoir affaire aux chefs qu'aux subalternes.

subalterne


SUBALTERNE, adj. et subst. *SUBALTERNITÉ, s. f. [3e ê ouv. dern. e muet au 1eré fer. au 2d.] Subalterne, qui est subordoné à quelqu' un; Juge, Juridiction, Justice subalterne. "Oficier subalterne.
   C'est un fat subalterne, il est né trop timide,
   On ne va point au grand, si l'on n'est intrépide.
       Le Méchant.
= S. m. Les Subalternes. "Les subalternes, témoins de tout l'intérieur d'une Cour, savent des choses, que les chefs de parti ignorent, ou ne font que soupçoner. Volt. = Subalternité, est un mot de Mde de Sévigné. "Il s'ennuye dans la subalternité. — Il parait que ce mot serait utile.

Synonymes et Contraires

subalterne

adjectif subalterne
1.  Qui dépend d'un autre.

subalterne

nom subalterne
Personne qui dépend d'une autre.
inférieur, sous-ordre, subordonné -familier: sous-fifre, sous-verge.
Traductions

subalterne

זוטר (ת), פקוד (ז), פָּקוּד

subalterne

ondergeschikt

subalterne

[sybaltɛʀn]
adj
[employé, officier] → junior
[rôle] → subordinate; [tâche] → minor
nmf (= personne) → subordinate