subit, ite

SUBIT, ITE

(su-bi, bi-t') adj.
Qui survient tout à coup.
Accident subit [ROTR., Bélis. IV, 7]
Ils [les hommes] mangeaient, ils buvaient, ils achetaient, ils vendaient, ils plantaient, ils bâtissaient, ils faisaient des mariages aux jours de Noé et aux jours de Loth, et une subite ruine les vint accabler [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Prenez soin qu'à l'instant la trompette guerrière Dans le camp ennemi jette un subit effroi [RAC., Athal. v, 3]
Qui peut vous garantir qu'une révolution subite d'humeurs ne vous fera pas expirer sur-le-champ ? [MASS., Car. Imp. finale.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    [Elle] Dieu prie qu'avant puist morir, Et que mors soubite ains lui viegne [, Roman de Robert le Diable]
  • XVe s.
    L'un de ceux qui avoient un glaive se vira subit, et le darda en l'estomac du chevalier [LOUIS XI, Nouv. XCVIII]
  • XVIe s.
    .... En ses levres habite Mortel venin qui cause mort subite [MAROT, II, 281]
    Subit que nous sentons quelque mordication aux intestins, nous nous hastons d'y remedier [PARÉ, I, 23]
    Nostre changement est si subit et si prompt en cela [la mode], que l'invention de tous les tailleurs du monde ne sçauroit fournir assez de nouvelletez [MONT., I, 370]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. subito ; du lat. subitus, subit, qui est le participe passé de subire, aller sous.