succéder


Recherches associées à succéder: se succéder

succéder

[ syksede] v.t. ind. [ du lat. succedere, venir à la place de, remplacer ] (à)
1. Venir après dans le temps ; prendre la place de : L'automne succède à l'été suivre ; précéder
2. Parvenir après un autre à un emploi, à une dignité, à une charge : Il a succédé au directeur relever, remplacer

se succéder

v.pr.
Venir l'un après l'autre ; former une série : Les voitures se sont succédé toute la journée se suivre
Remarque: Le participe passé est invariable.

SUCCÉDER

(su-ksé-dé. La syllabe cé prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je succède, excepté au futur et au conditionnel : je succéderai) v. n.
Au sens latin et propre, aller sous, entrer dans.
Tous les corps contigus résistant à l'effort qu'on fait pour les séparer, quand l'air ne peut succéder entre deux [PASC., Pesant. de l'air, II]
Si on met le bout d'un soufflet dans l'eau en l'ouvrant promptement, l'eau y monte pour le remplir, parce que l'air n'y peut succéder [ID., ib.]
Par extension, venir après, prendre la place de.
Les psaumes avaient succédé aux cantiques des joies du siècle [BOSSUET, Anne de Gonz.]
La colère à l'instant succédant à la crainte [BOILEAU, Lutr. III]
L'inimitié succède à l'amitié trahie [RAC., Bérén. I, 3]
Le plus souvent ce n'est point par hasard qu'un goût succède à un autre ; il y a ordinairement une liaison nécessaire, mais cachée [FONTEN., Sur l'hist. Œuv. t. IX, p. 376, dans POUGENS]
La plus affreuse nuit succède au plus beau jour [VOLT., Henr. IX]
On dit qu'aujourd'hui la jeunesse A fait à la délicatesse Succéder la grossièreté [ID., Ép. 19]
La sagesse d'un règne ne sert jamais de leçon au règne qui lui succède [CONDIL., Étud. hist. II, 4]
Se succéder, venir l'un après l'autre. Les révolutions qui se sont succédé en France.
Ainsi vont les opinions se succédant du pour au contre, selon qu'on a de lumière [PASC., Pens. v, 2, éd. HAVET.]
Un homme inégal n'est pas un seul homme, ce sont plusieurs ; il se multiplie autant de fois qu'il a de nouveaux goûts et de manières différentes ; il est à chaque moment ce qu'il n'était point, et il va être bientôt ce qu'il n'a jamais été ; il se succède à lui-même [LA BRUY., XI]
Nos idées sont trop vives pour se succéder ; elles se présentent toutes ensemble ; elles se nuisent mutuellement [J. J. ROUSS., Hél. IV, 6]
Succéder à quelqu'un, posséder après lui une charge, une dignité, etc.
Le plus grand des maux est les guerres civiles.... le mal à craindre d'un sot qui succède par droit de naissance n'est ni si grand, ni si sûr [PASC., Pens. v. 3]
Son frère Jonathas succède à sa charge [BOSSUET, Hist. I, 9]
Il fut ami de Cassandre, qui avait succédé à Aridée, frère d'Alexandre le Grand, au royaume de Macédoine [LA BRUY., Disc. sur Théophr.]
Les rois dont il est parlé dans les différentes dynasties [de l'Égypte] ne se sont pas tous succédé les uns aux autres ; mais plusieurs ont régné en même temps dans des contrées différentes [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. I, p. 116, dans POUGENS]
Il fut réglé dans quelques dynasties de la Chine, que les frères de l'empereur lui succéderaient, et que ses enfants ne lui succéderaient pas [MONTESQ., Esp. XXVI, 6]
Ce sera l'abbé de Condillac qui succédera à l'abbé d'Olivet [dans l'Académie française] ; je crois que nous n'aurons point à nous plaindre de l'échange [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 22 oct. 1768]
Il est des grands hommes à qui l'on succède, et que personne ne remplace [DUCIS, Discours de réception (il succédait à Voltaire)]
Succéder à un royaume à l'empire, à la couronne, parvenir après un autre à la dignité royale, à l'empire, à la couronne.
Les femmes ne succédèrent ni à la couronne de France, ni à l'empire, parce que, dans l'établissement de ces deux monarchies, les femmes ne pouvaient succéder aux fiefs [MONTESQ., Esp. XXXI, 33]
Impersonnellement.
Et il succédera à sa place un homme méprisable et indigne des honneurs de la royauté [PASC., Prophéties, 26, éd. FAUGÈRE.]
Succéder auprès d'une femme à un amant antérieur.
Donc vous me succédez ? [auprès de Marion Delorme]. - Un peu, sur ma parole, Comme le roi Louis succède à Pharamond [V. HUGO, Marion Delorme, III, 7]
Succéder à quelqu'un, le remplacer en capacité, en talent, etc.
Si le grand Annibal n'avait qui lui succède [CORN., Nicom. III, 2]
Succéder au crédit, à la faveur, aux honneurs de quelqu'un, obtenir le même crédit, la même faveur, les mêmes honneurs. Succéder au zèle de quelqu'un, déployer le même zèle.
Voyez si.... succédant au zèle et au ministère des apôtres, ils [les ministres animés de l'esprit de Dieu] n'ont pas succédé aussi à leurs tribulations et à leurs opprobres [MASS., Conf. Zèle contre les scandales]
Recueillir l'héritage d'une personne par droit de parenté.
Il sortait d'une famille.... où les enfants aiment mieux succéder à la probité qu'à la fortune de leurs pères [FLÉCH., Lamoignon.]
Madame, c'est un fils qui succède à son père [RAC., Brit. III, 3]
Pour les filles, comme elles ne succédaient qu'au défaut des mâles, on les mariait plus pour l'alliance que pour les biens [FLEURY, Mœurs des Israél. tit. XIV, 2e part. p. 163, dans POUGENS.]
Chez les premiers Romains, les femmes succédaient lorsque cela s'accordait avec la loi de la division des terres ; et elles ne succédaient point lorsque cela pouvait la choquer [MONTESQ., Esp. XXVII, 1]
Être habile à succéder, être capable de succéder, être propre à succéder.
Soixante mille écus d'argent sec et liquide Ont mis notre fortune en un vol bien rapide.... Mon maître est diablement habile à succéder [REGNARD, Ménechm. IV, 2]
Fig. Il est habile à succéder, se dit d'un homme ardent au gain, prompt à s'emparer du bien d'autrui.
Arriver, advenir, sans idée accessoire de bonheur ou de malheur, avec quelque adverbe ou locution adverbiale qui détermine le sens.
C'est en la paix que toutes choses Succèdent selon nos désirs [MALH., III, 2]
De quelque manière que notre libéralité nous succède, ne nous lassons point de la continuer [ID., Traités des bienf. de Sénèque, I, 2]
Vous répliquez que, si vos vœux eussent succédé à le mettre en peine, ils eussent aussi succédé à l'en tirer [ID., ib. VI, 28]
Et que notre artifice ait si mal succédé.... [CORN., Place roy. III, 3]
Notre malheur est grand ; mais, quoi qu'il en succède, La mort qu'on me refuse en sera le remède [ID., Héracl. v, 6]
Quelque chose de bon nous pourra succéder [MOL., Dép. III, 1]
Il s'élèvera un roi insolent et fort auquel toutes choses succéderont à son gré [PASC., Prophéties, 26, éd. FAUGÈRE.]
Si ton dessein succède au gré de notre envie, Je veux te rendre heureux le reste de ta vie [REGNARD, le Légat. IV, 3]
En un sens particulier, être favorable, réussir.
Il est si beau à l'homme du monde du courage le plus héroïque d'avoir péché par excès de douceur, que ce qui ne lui a pas succédé dans la politique doit être au moins admiré et exalté par tous les gens de bien dans la morale [RETZ, Mém. t. III, liv. IV, p. 224, dans POUGENS]
Ces maximes un temps leur peuvent succéder [MOL., D. Garc. II, 1]
Tout lui succédait [BOSSUET, Hist. I, 9]
Tout leur rit, tout leur succède [LA BRUY., XII]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Il n'eurent nuls enfans qui succedassent le royaume [, Modus, dans le Dict. de DOCHEZ]
  • XVIe s.
    Luy disant que la douleur seroit brieve ; et la joye, qui toust succederoyt, luy tolliroyt tout cest ennuy [RAB., Garg. I, 6]
    Experimente comment te succederont la douleur et.... [MONT., I, 129]
    Les aisnez succedent à tout le bien, et n'est reservé aulcune part au puisné [ID., II, 336]
    En la guerre, les ruses qui n'ont point esté practiquées, sont celles qui succedent le mieulx [AMYOT, Préf. IX, 35]
    Et lui estant ceste besongne succedée selon son esperance, il feit donner un assault general à la muraille [ID., Cam. 10]
    La loy exempte et dispense de ceste subjection les enfans qui doivent succeder à la royauté [ID., Agésil. 1]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. succedir, succezir ; cat. suceir ; espagn. suceder ; ital. succedere ; du lat. succedere, de sub, sous, et cedere, aller (voy. CÉDER).

succéder

SUCCÉDER. v. intr. Venir après, prendre la place de. La nuit succède au jour. Les saisons se succèdent les unes aux autres. Les événements s'étaient succédé avec rapidité.

Succéder à quelqu'un, Posséder après lui une charge, un emploi, une dignité, etc. Un tel a succédé à un tel dans son emploi. Louis XIII succéda à Henri IV.

Succéder à un royaume, succéder à l'empire, succéder à la couronne, Parvenir à la dignité royale, à l'empire, à la couronne, après un autre.

SUCCÉDER signifie aussi Recueillir l'héritage d'une personne par droit de parenté. Les enfants succèdent au père. Il lui a succédé dans tous ses biens.

Il signifie encore Réussir, avoir une heureuse issue. Tout succède à ses voeux.

succeder

Succeder, à aucun et estre mis en sa place, Succedere, Suffici.

Succeder à la place d'autruy, et en sa charge, Succedere vicarium muneri alterius.

Le fait de succeder à aucun, Successio.

Qui succede et est mis en la place d'un autre, Successor successoris.

¶ De cela ne te sçauroit succeder que tout mal, id est, Euenire.

Cela te succedera mal, Male tibi cedet.

succéder


SUCCÉDER, v. n. [Suk-cédé: 2e et 3e é fermé.] 1°. Prendre la place de: il régit le datif. "La nuit succède au jour, et le jour à la nuit.
   De nouveaux énemis succèdent
   À~ mes énemis terrassés.
       Rousseau.
"Le moment, qui satisfait l'ambition, est bien doux; mais ce n'est qu'un moment. Une ambition succède à une autre; c' est toujours à recomencer. L'Ab. Trublet. Il lui succéda dans son emploi. "Succéder à un Royaume, à l'Empire, à la Courone; y parvenir aprês un aûtre. = 2°. Recueuillir l'hérédité d'une persone par droit de parenté. "Il lui a succédé en tous ses biens. Et sans régime: être habile à succéder; capable de succéder. = 3°. Réussir.
  C'est en la paix que toutes choses
  Succèdent selon nos desirs.
       Malherbe.
  Mais ce foible secours ne lui succède pas?
      Brebeuf.
Th. Corneille conseillait de s'en servir rârement dans cette signification. L'usage a prouvé que ce conseil était bon. L'Acad. le met pourtant sans remarque: tout lui succède à souhait.
   REM. Succéder dans le premier sens m'a point de passif, puisqu'il est neutre. Quelques Auteurs lui en ont doné un: je ne citerai que le P. Le Chapelain: "Quelle espèce de profession pourroit se soutenir, si les hommes habiles, qui en font l'honneur, n'étoient succédés sans cesse par de jeunes élèves. — Il devait dire, n' étoient sans cesse remplacés par, etc. = Dans le dernier sens, il prend pour auxiliaire le v. avoir, et non pas le v. être. "Cette afaire lui a bien succédé; et non pas, lui est bien succédée. VAUG.

Synonymes et Contraires

succéder

verbe succéder
2.  Venir après quelque chose.

succéder (se)

verbe pronominal succéder (se)
Venir l'un après l'autre.
Traductions

succéder

succeed, happenבא במקום, ירש (פ')postveniadvir, sucederδιαδέχομαιsuccedere (syksede)
verbe intransitif
1. venir après qqn Il a succédé à son père.
2. se produire après qqch La joie succéda au désespoir.

succéder

[syksede] vi
succéder à [+ directeur, roi] → to succeed (= venir après) (dans une série) → to follow, to come after [syksede] vpr/pass → to follow one another
Les accidents se succèdent → There is one accident after the other.
Les années se succèdent → Year follows year.