suivant, ante

Recherches associées à suivant, ante: suivent

SUIVANT, ANTE2

(sui-van, van-t') adj.
Qui est après, qui va après. Les lignes suivantes contiennent l'essentiel. Le jour suivant, il se mit en route.
La charmante tragédie d'Atys [de Quinault], les beautés ou nobles, ou délicates, ou naïves, répandues dans les pièces suivantes.... [VOLT., Dict. phil. Art dramatique.]
Demoiselle suivante, et, substantivement, suivante, demoiselle attachée au service d'une grande dame.
On m'a faite, Dieu merci, Sa sœur et non sa suivante [LA FONT., Fabl. VII, 17]
Cette suivante appelée Floresta, pour avoir la liberté de lui parler plus aisément, le faisait passer pour son cousin [LESAGE, Diable boit. 7]
Je parlai en reine, mais je fus traitée en demoiselle suivante [VOLT., Zadig, ch. 18]
Fig.
L'envie en toute sorte de profession est un des apanages de la nature humaine et une des suivantes de son infirmité [GUI PATIN, Lettres, t. II, p. 556]
Suivante ne se dit plus guère qu'en termes de théâtre pour soubrette. Une fille suivante, une domestique ; vieilli en ce sens.
Vous êtes, ma mie, une fille suivante Un peu trop forte en gueule et fort impertinente [MOL., Tart. I, 1]
Substantivement, celui, celle qui suit, qui accompagne, qui escorte. On l'invita, lui et tous ses suivants.
Gengis-Kan.... Lui qui traîne après lui tant de rois ses suivants, Dont le nom seul impose au reste des vivants [VOLT., Orphel. I, 1]
Familièrement. Il n'a ni enfants ni suivants, se dit d'un homme qui n'a ni enfants ni parents.
Disciple, sectateur.
Aristote et ses suivants [DESC., Pass. 195]
Fig.
L'autre était des suivants de madame Lippée [RÉGNIER, Sat. X]
Les suivants d'Apollon, les poëtes, les hommes qui cultivent les lettres. Les suivants de Thémis, les hommes de loi.
Nous voyons parmi nous Les suivants de Thémis, de leur pouvoir jaloux, Contre des malheureux déchaîner leur colère [REGNARD, Épître V]
Suivante de Vénus, courtisane.
Serviteur.
Peu de suivants se rencontrent ensemble sans se dire tout ce qu'ils savent de leurs maîtres [SCARR., Rom. com. I, 15]
Suivant de Démocrite, en cette solitude, Ce n'est qu'avec les ours que j'ai quelque habitude [REGNARD, Démocrite, I, 1]
S. m.Terme de vénerie. Se disait des animaux qui tètent encore et qui suivent leur mère.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Vint que poulins que jumens et qu'estalons, avec les sigans desdites jumens [DU CANGE, sequela.]
    Douze beufs ou vaches et douze pors avec leurs suyans [ID., ib.]
  • XVe s.
    Si avoit mis en icellui pré ses deux beufz, une vache avecques son suivant [ID., ib.]
  • XVIe s.
    Ces seigneurs [les maîtres des requêtes] estoient quelquesfois appellez suivans, mais d'ordinaire poursuivans, non pour les vilipender, ains par un tiltre special d'honneur, parce que leurs charges entre toutes les autres estoient necessairement affectées à la suitte du roy pour recevoir les requestes qui luy estoient faites [PASQUIER, Rech. II, p. 49, dans LACURNE]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. SUIVANT, SUIVANTE. Ajoutez :
    S. f. La suivante, sorte de papillon, noctua orbona ou noctua subsequa.