suivi, ie

SUIVI, IE

(sui-vi, vie) part. passé de suivre
Après qui l'on vient. Il arriva suivi d'un cortége d'enfants.
Et devant ce grand juge [Dieu] où le plus hardi tremble, Le roi le mieux suivi se va seul présenter [CORN., Imit. II, 9]
Intrépide et partout suivi de la victoire [RAC., Andr. III, 3]
Il se dit aussi des choses qui se succèdent.
En vous souhaitant mille bonnes choses cette année suivie de plusieurs autres [SÉV., Lett. à Bussy, 2 janv. 1681]
La bonne cause d'abord suivie de bons succès [BOSSUET, Reine d'Angl.]
Lorsqu'un cri tout à coup suivi de mille cris [BOILEAU, Épît. IV]
Qui a des sectateurs.
Ceux [les philosophes] qui étaient suivis étaient ceux qui enseignaient à sacrifier l'intérêt particulier et même la vie à l'intérêt général [BOSSUET, Hist. III, 5]
Suivi, non des Juifs qui sont ses ennemis, mais des chrétiens qui sont ses disciples [BOURDAL., Exhort. sur Jésus-Christ portant sa croix, t. II, p. 153]
On ne réussit guère chez les hommes, du moins jusqu'aujourd'hui, en ne leur proposant que le facile et le simple ; le maître le plus dur est le plus suivi [VOLT., Mœurs, 133]
Il se dit aussi des choses.
Le sentiment le plus suivi [VOLT., Dict. phil. Symbole.]
Qui attire beaucoup d'auditeurs, de spectateurs.
On le dit fort honnête homme, fort estimé, et suivi dans ses sermons qu'on prétend être très bien [MAINTENON, Lett. au card. de Noailles, 22 oct. 1708]
L'opinion où l'on était que cette pièce [le Misanthrope] serait plus admirée que suivie [VOLT., Vie de Molière.]
Qui est fait sans interruption, continu.
Je ne compterai pas ici parmi les grands empires celui de Bacchus ni celui d'Hercule, ces célèbres vainqueurs des Indes et de l'Orient ; leurs histoires n'ont rien de certain, leurs conquêtes n'ont rien de suivi [BOSSUET, Hist. III, 3]
Mon dessein est en donnant une histoire suivie de l'antiquité.... [ROLLIN, Hist. anc. préface.]
L'application suivie à entretenir le trouble chez les voisins, et à maintenir l'Espagne en paix [VOLT., Mœurs, 163]
Des faits et des observations suivies conduisent nécessairement à la découverte des principes [DUCLOS, Œuvr. t. I, p. 64]
On lui donne [à l'histoire de la Chine] une durée suivie de quatre mille ans [RAYNAL, Hist. phil. I, 20]
Terme de littérature. Vers suivis, ceux qui ont tous la même mesure.
Où il y a de l'ordre, de la liaison.
Mais enfin cette obscurité est-elle dans la suite même, ou dans le fond de l'affaire ? nullement, tout y est suivi [BOSSUET, Hist. II, 13]
Il n'y a rien de suivi dans les conseils de ces nations sauvages et mal cultivées : si la nature y commence souvent de beaux sentiments, elle ne les achève jamais [ID., Hist. III, 3]
Les hommes, en un même jour, ouvrent leur âme à de petites joies, et se laissent dominer par de petits chagrins ; rien n'est plus inégal et moins suivi que ce qui se passe en si peu de temps dans leur cœur et dans leur esprit [LA BRUY., XI]
L'on ne peut plus exiger du pécheur [mourant] un récit exact de ses désordres, il faut se contenter de quelques termes vagues et mal suivis qu'on lui arrache [MASS., Carême, Impénit.]
Toute question importante, tout raisonnement suivi, tout sentiment raisonnable, sont exclus des sociétés brillantes, et sortent du bon ton [DUCLOS, Consid. mœurs, 8]
Terme d'hippologie. On dit qu'un cheval est bien suivi, si les lignes, les contours du tronc et des membres se continuent sans contrastes qui en rompent l'harmonie.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    SUIVI.
    Ajoutez :
  • Mal suivi, qui attire peu de spectateurs, peu d'auditeurs.
    Je veux bien ne m'en prendre qu'à ses défauts et la croire mal faite, puisqu'elle a été mal suivie [CORN., Théodore, Examen.]