sujet


Recherches associées à sujet: sujet de conversation

1. sujet

n.m. [ du lat. subjectum, ce qui est subordonné, de jacere, jeter ]
1. Matière sur laquelle on parle, on écrit, on compose : Le sujet de cette émission m'intéresse objet, thème question
2. Cause, fondement d'une action, d'un sentiment : Je ne sais pas quel est leur sujet de discorde motif, raison
3. Être vivant que l'on soumet à des observations ; spécimen : Tous les sujets n'ont pas réagi de la même façon au traitement.
4. En grammaire, fonction grammaticale exercée par un groupe nominal, un pronom, un verbe à l'infinitif, et qui confère au verbe ses catégories de personne et de nombre : Dans « son dernier disque est sorti en mars », « son dernier disque » est le sujet du verbe « sortir ».
5. En philosophie, être pensant, siège de la connaissance (par opp. à objet).
Au sujet de,
à propos de ; relativement à : Elle lui a demandé des explications au sujet de cette lettre.
Avoir sujet de,
avoir un motif légitime de : J'ai sujet de me plaindre.
Bon ou brillant sujet,
personne digne d'éloges.
Mauvais sujet,
personne dont on désapprouve la conduite.

2. sujet, ette

adj. [ du lat. subjectus, soumis, de jacere, jeter ]
1. Exposé à éprouver certaines maladies, certains inconvénients : Elle est sujette au mal de mer.
2. Porté naturellement à : Cet homme est sujet à des accès de fureur enclin à, prédisposé à
n.
1. Membre d'un État soumis à l'autorité d'un souverain : Les sujets de Sa Gracieuse Majesté les citoyens britanniques
2. Ressortissant d'un pays : Examiner les dossiers des sujets chinois.

SUJET2

(su-jè ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des su-jè-z excellents ; sujets rime avec traits, succès, paix, etc.) s. m.
Cause, raison, motif.
Le monde a sujet de se plaindre [BALZ., liv. I, Lett. 6]
Lorsqu'il est question d'une certitude métaphysique, on ne peut nier que ce ne soit assez de sujet pour n'en être pas entièrement assuré [de l'existence des corps], que d'avoir pris garde qu'on peut s'imaginer, étant endormi, qu'on a un autre corps [DESC., Méth. IV, 6]
Maxime : Vous me semblez pensif. - Cinna : Ce n'est pas sans sujet [CORN., Cinna, III, 2]
J'ignore à quel sujet vous m'en venez instruire [ID., Nicom. III, 7]
La Rappinière demanda à Destin pourquoi il se déguisait le visage d'un emplâtre : il lui dit qu'il en avait sujet [SCARR., Rom. com. I, 4]
L'homme est ainsi bâti : quand un sujet l'enflamme, L'impossibilité disparaît de son âme [LA FONT., Fabl. VIII, 25]
C'est une fille propre aux choses qu'elle fait, Et vous me la chassez pour un maigre sujet [MOL., Fem. sav. II, 7]
C'est leur donner [aux incrédules] sujet de croire que les preuves de notre religion.... [PASC., Pens. XXII, 1, éd. HAVET.]
Vous n'avez aucun sujet de les traiter d'hérétiques [ID., Prov. XVII]
Je n'ai pris sujet de rire que de ce qu'il y a de ridicule [ID., ib. X]
Quoique la fièvre ne soit pas encore diminuée, il y a sujet de tout espérer [SÉV., 412]
Nous avons tout sujet de croire que Philisbourg ne nous tiendra pas encore longtemps dans l'inquiétude où nous sommes [ID., 467]
Les plus soupçonnés, soit avec sujet, soit sans sujet, de pencher vers le relâchement [BOURDAL., Sur la fausse consc. 1er avent, p. 155]
La crainte de Dieu réglait toutes ses actions [de Marie-Thérèse], et la médisance n'eut jamais ni le sujet ni le courage d'en parler [FLÉCH., Mar.-Thér.]
Ils verront leurs péchés, non pas comme la matière de leurs plaisirs, mais comme le sujet de leur damnation [ID., Sermons, 1er dim. de l'Avent.]
Je plains avec sujet Des cœurs dont les bontés trop mal récompensées M'avaient pris pour objet de toutes leurs pensées [RAC., Bajaz. II, 3]
D'autres me demandaient le sujet qui l'amène [ID., Iphig. I, 4]
Il ne fut jamais sous les cieux Un si juste sujet de larmes [ID., Esth. I, 5]
Les sujets de plaintes qu'il lui a donnés [HAMILT., Gramm. 5]
Un premier ministre ne doit pas se mettre beaucoup en peine, si on crie, mais seulement si on a sujet de crier [BOISGUILLEBERT, le Dét. de la Fr. III, 8]
Oublions ces sujets de discorde et de haine [VOLT., Ad. du Guesclin. II, 2]
La pompe du style, les idées exaltées, cette diction brillante et poétique, qui, après avoir fait la fortune de son ouvrage [de Buffon], sont devenues, pour beaucoup de lecteurs, un sujet de reproche [DELILLE, Trois règ. Disc. prél.]
Matière sur laquelle on compose, on écrit, on parle.
Le sujet [du Menteur] m'en a semblé si spirituel et si bien tourné, que j'ai dit souvent que je voudrais avoir donné les deux plus belles [pièces] que j'ai faites, et qu'il fût de mon invention [CORN., Ment. Examen.]
Vous n'avez point de sujets affectés pour le faire paraître [l'esprit], vous parlez, vous jugez de tout également bien [MÉRÉ, De la justesse.]
Papillon du Parnasse, et semblable aux abeilles, Je suis chose légère et vole à tout sujet [LA FONT., Poésies mêlées, LXIX.]
Leur donner [à ceux qui doutent de l'existence de Dieu] pour toute preuve de ce grand et important sujet le cours de la lune et des planètes [PASC., Pens. XXII, 2, éd. HAVET.]
Voilà un beau sujet de roman ou de tragédie ; mais surtout un beau sujet de raisonner, et de parler éternellement [SÉV., 10]
Mon goût s'est trouvé bien juste avec le vôtre au sujet d'Esther [ID., à Mme de Grignan, 10 juill. 1689]
J'en fais souvent [de votre mérite] le sujet de mes admirations, et du bonheur que j'ai d'avoir quelque part à l'amitié.... d'une telle personne [ID., à Mlle de Scudéry, 11 sept. 1684]
Si les paroles nous manquent, si les expressions ne répondent pas à un sujet si vaste et si relevé, les choses parleront assez d'elles-mêmes [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Cette parole [de l'Évangile : Mon fils, vous êtes toujours avec moi] ne se traite guère dans les chaires, parce que cette inviolable fidélité ne se trouve guère dans les mœurs ; expliquons-la toutefois, puisque notre illustre sujet nous y conduit [ID., Mar.-Thér.]
N'offrez point un sujet d'incidents trop chargé [BOILEAU, Art p. III]
Le premier sujet de délibération entre le roi et les Étoliens fut de savoir par quelle expédition il fallait commencer [ROLLIN, Hist. anc. Œuvr. t. VIII, p. 358]
Le sujet doit marcher avec vitesse ; une scène qui n'est pas un nouveau pas vers la fin est vicieuse [FONTEN., Réfl. poétiques, Œuvres, t. v, p. 145, dans POUGENS.]
Il ne faut pas toujours tellement épuiser un sujet, qu'on ne laisse rien à faire au lecteur [MONTESQ., Esp. XI, 20]
C'est une faute du sujet, dit-on, et non de l'auteur ; comme si ce n'était pas à l'auteur à corriger son sujet lorsqu'il est défectueux [VOLT., Œdipe, 3e lett.]
L'art et le génie consistent à trouver tout dans son sujet, et non pas à chercher hors de son sujet [ID., Oreste, Ép.]
Brumoy s'imaginait qu'on ne pouvait traiter que des sujets historiques ; il cherchait les raisons pour lesquelles les sujets d'invention n'avaient pas réussi [ID., Scythes, Épît.]
Il [Racine] portait encore l'habit ecclésiastique, quand il fit la tragédie de Théagène qu'il présenta à Molière, et celle des Frères ennemis, dont Molière lui donna le sujet [ID., Louis XIV, Écrivains, Racine.]
C'est le sort de toutes les conversations de passer d'un sujet à un autre [ID., l'Hom. aux 40 écus, un Bon souper.]
Il y a des sujets inépuisables ; d'ailleurs il est utile que ceux qu'il nous importe de connaître soient envisagés sous différents aspects, et vus par différents yeux [DUCLOS, Consid. mœurs, 3]
On ne lirait point aujourd'hui sans étonnement la liste des sujets de dévotion ou de morale que l'Académie a proposés pour le prix d'éloquence depuis l'année 1671 jusqu'à l'année 1758, où ces sujets ont cessé [D'ALEMB., El. Mongin, note 1]
Ce n'est pas, comme l'a entendu l'abbé Terrasson, la colère d'Achille en elle-même, mais la colère d'Achille fatale aux Grecs, qui fait le sujet de l'Iliade [MARMONTEL, Œuvres, t. VIII, p. 431]
Être plein de son sujet, l'avoir bien médité, bien pénétré.
Il se dit des personnes qui sont objet, sujet, motif de quelque chose.
Ce doit vous être assez de m'avoir abusée, Sans faire encor de moi vos sujets de risée [CORN., la Suiv. v, 3]
De maints tournois elle fut le sujet [LA FONT., Faucon.]
La beauté est partagée en mille différentes manières ; le sujet le plus propre pour la soutenir, c'est une femme [PASC., Pass. de l'amour.]
Elle, que j'avais vue si attentive pendant que je rendais le même devoir à sa mère, devait être sitôt après le sujet d'un discours semblable [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Lorsque de notre Crète il [Thésée] traversa les flots, Digne sujet des vœux des filles de Minos [RAC., Phèdre, II, 5]
Là tu verras d'Esther la pompe et les honneurs, Et sur le trône assis le sujet de tes pleurs [ID., Esth. I, 1]
Au sujet d'une personne, sur le sujet d'une personne, relativement à elle.
Je vous dirai franchement qu'on se moque partout de vous.... qu'on nous jette de tous côtés cent brocards à votre sujet [MOL., Avare, III, 5]
Ce n'est pas la mode de m'accuser de faiblesse pour mes amis.... j'ai fait ici mes preuves de générosité sur le sujet des disgraciés [SÉV., à Bussy, 26 juill. 1668]
Vous voudriez donc que je visse votre cœur sur mon sujet ; je suis persuadée que j'en serais contente [ID., à Mme de Grignan, 19 janv. 1674]
Vous dire que vous demeuriez en repos sur mon sujet [BOSSUET, Lett. Corn. 22]
M. Desmarets parle fort bien sur votre sujet [MAINTENON, Lett. au duc de Noailles, 6 févr. 1711]
Être sur le sujet de quelqu'un ou de quelque chose, en parler, en causer.
Il se dit en parlant des arts. Sujet de tableau tiré de la Fable, de l'Écriture, de l'histoire.
Terme de musique. Air sur lequel on fait les parties. Particulièrement. La phrase qui commence une fugue et qui lui sert de thème.
Objet d'une science. Le sujet de la médecine est l'étude des maladies.
En logique et en grammaire, terme essentiel de toute proposition, celui dont on affirme ou nie quelque chose.
Il y a quatre sortes de sujets : 1° sujet simple, tant au singulier qu'au pluriel ; 2° sujet multiple ; 3° sujet complexe ; 4° sujet énoncé par plusieurs mots qui forment un sens total et qui sont équivalents à un nom [DUMARS., Œuv. t. v, p. 44]
Le sujet exprime, tantôt une idée universelle et qui convient à plusieurs individus, comme celle d'homme, d'animal ; tantôt une idée singulière, et qui ne convient qu'à un individu, comme celle de Callias, de Socrate [BARTHÉL., Anach. ch. 57]
Sujet grammatical, le mot auquel le verbe se rapporte ; sujet logique, la réunion de tous les mots qui servent à exprimer le sujet. Dans : l'objet de vos moqueries va venir, le sujet grammatical est l'objet, par opposition au sujet logique, qui est l'objet de vos moqueries.
Terme de philosophie. L'être qui a conscience de lui-même, par opposition à objet. Le sujet et l'objet.
Personne par rapport à sa capacité, à sa conduite. C'est un grand sujet, un digne sujet, un plat sujet, un mince sujet, un pauvre sujet.
Il y a encore quelques autres sujets de son âge dont nous devons espérer beaucoup [BALZ., liv. VIII, lett. 36]
La bonté, qui est si aimable en tous les sujets où elle se trouve [VOIT., Lett. 22]
Le cardinal Trivulce, le plus capable sujet de sa faction, et peut-être du sacré collége [RETZ, Mém. t. IV, liv. v, p. 22, dans POUGENS]
Ce qu'elle [l'Académie] sent le plus, c'est d'avoir perdu un sujet déjà distingué par ses talents, destiné naturellement à aller fort loin, et arrêté au milieu de sa course [FONTEN., Éloge du Fay.]
Il se dit, en ce sens, des femmes.
La baronne : Mais, Frontin, vous me parlez-là d'un fort joli sujet. - Frontin : Je vous en réponds : aussi je la destine pour l'opéra [LESAGE, Turcaret, II, 1]
C'est une femme attentive, adroite, affectionnée, vertueuse ; c'est le meilleur sujet, le plus fidèle [MARIV., Marianne, 10e part.]
Un bon sujet, un homme qui se conduit bien. Bon sujet se dit aussi, dans les colléges, d'un écolier qui étudie et travaille bien. Mauvais sujet, homme livré au désordre, à l'inconduite.
Quoique je ne fusse pas un mauvais sujet, je vivais avec des gens qui l'étaient passablement, et c'était un moyen de le devenir [DUCLOS, Œuv. t. x, p. 50]
Toutes les femmes aiment naturellement les mauvais sujets [GENLIS, Mères riv. t. I, p. 74, dans POUGENS]
Je me souviens qu'à mon service tu étais un assez mauvais sujet [BEAUMARCH., Barb. de Sév. I, 2]
Mauvais sujet se prend quelquefois en un sens moins défavorable, pour étourdi, folâtre, qui fait des sottises, mais dont le cœur reste bon et les manières aimables.
Nous autres, mauvais sujets, nous inspirons parfois des passions à des douairières, à des héritières, et nous finissons par être d'excellents maris [PICARD, Deux Philiberts, II, 12]
On dit de bons, de mauvais sujets, quand on considère les deux mots comme séparés dans la locution ; et des bons, des mauvais sujets, quand on les considère comme unis.
10° Terme de jardinage. L'arbre qu'on destine à être greffé, ou que l'on soumet à cette opération.
L'observation des phénomènes que présente l'union de la greffe au sujet [CONDORCET, Duhamel.]
11° Terme d'anatomie. Cadavre que l'on dissèque. La difficulté de se procurer des sujets. En termes d'histoire naturelle, un être qu'on examine.
On avait fait l'honneur au sujet décrit et dessiné par M. Edwards, de lui arracher les pieds et les jambes comme à un véritable oiseau de paradis [BUFF., Ois. t. v, p. 205]
12° Être vivant qui est l'objet des soins de la médecine ou de l'hygiène. Les animaux domestiques sont les sujets de l'hygiène vétérinaire.
On trouve quelquefois des sujets de l'un ou de l'autre sexe, auxquels on ne peut mettre sans danger des vésicatoires avec les cantharides [PORTAL, Instit. Mém. scienc. t. IX, p. 402]
Ce malade est un bon sujet, un mauvais sujet, il est d'une bonne ou d'une mauvaise constitution.
Fagon, sujet aux atteintes du haut mal, était un méchant sujet en termes de chirurgie [SAINT-SIMON, 99, 57]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Et delettacion parfait operacion, non pas comme un habit parfait son subjet en quoy il est [ORESME, Éth. 305]
  • XVIe s.
    Si on n'occupe les esprits à certain subject qui les bride [MONT., I, 34]
    C'est un subject continuel de torment [ID., I, 71]
    Certes c'est un subject merveilleusement vain, divers et ondoyant, que l'homme : il est malaysé d'y fonder jugement constant et uniforme [ID., I, 1]
    À peine trouveras-tu jamais la veine porte semblable en deux sujets, pour la varieté de l'individu [PARÉ, I, 21]

ÉTYMOLOGIE

  • Sujet 1.

sujet

SUJET, ETTE. adj. Qui est soumis, subordonné, qui est dans la dépendance, qui est obligé d'obéir. Nous sommes tous sujets aux lois et aux coutumes du pays où nous vivons. Être sujet aux ordres de quelqu'un. Il est vieux en ce sens.

Il signifie spécialement Qui est soumis par la conquête. L'Égypte était sujette des Perses.

Il signifie aussi Qui est obligé à supporter certaines charges et à payer certains droits. Tout propriétaire est sujet à l'impôt foncier. Il est sujet à telle servitude. Il est vieux.

Il signifie également Qui est astreint à quelque nécessité inévitable. Tous les hommes sont sujets à la mort. La nature humaine es sujette à beaucoup d'infirmités.

Il signifie encore Qui a accoutumé de faire quelque chose, qui s'y trouve porté par inclination ou par habitude. Il est sujet à boire, à s'enivrer. Il est sujet à cette faute.

Il signifie aussi Qui est exposé à éprouver fréquemment certains accidents. Tout homme est sujet à l'erreur, sujet à se tromper. Être sujet à la migraine. Ce pays est sujet aux inondations, aux tremblements de terre. Ces couleurs sont sujettes à changer.

Cette démarche est sujette à bien des inconvénients, cette entreprise est sujette à bien des difficultés, Il y a bien des inconvénients à faire cette démarche, il y a bien des difficultés à surmonter pour réussir dans cette entreprise.

Ce passage est sujet à plusieurs interprétations différentes, Il est susceptible de différentes interprétations.

Fam., Il est sujet à caution se dit d'un Homme auquel il ne faut pas trop se fier.

SUJET s'emploie aussi comme nom et désigne Celui qui est soumis à une autorité souveraine. Il était né sujet de ce roi. C'est un prince qui aime ses sujets. Ce souverain fut le père de ses sujets.

sujet

SUJET. n. m. Cause, raison, motif. Il vous a querellé sans sujet, pour un sujet fort léger. Vous ne lui en avez point donné sujet. J'ai sujet de me plaindre. À quel sujet avez-vous fait telle chose? Il lui a donné des sujets de plainte. Il a plus d'un sujet d'affliction. Voilà le sujet de leur querelle, de leur rupture.

Il désigne aussi la Matière sur laquelle on écrit, de laquelle on parle. Quel est le sujet de son livre? Tel était le sujet de leur conversation, de leur entretien, de leur dispute. Un sujet de comédie. Sujet fécond. Sujet stérile. Sujet difficile. Un vieux sujet. Un sujet rebattu, usé. Un sujet neuf, heureux. Traiter un sujet. Méditer un sujet, sur un sujet. Trouver un sujet de poème, de tragédie. Il a pris le sujet de sa pièce dans tel ouvrage. Cette anecdote lui a fourni le sujet de sa nouvelle. On a déjà beaucoup écrit sur ce sujet. Travailler sur un sujet. Épuiser un sujet. Sortir de son sujet. Dominer son sujet. Être au-dessous de son sujet.

Être sur le sujet de quelqu'un, Parler de lui. Quand vous êtes entré, nous étions sur votre sujet.

Être plein de son sujet, L'avoir bien médité, en être bien pénétré.

SUJET se dit également en ce sens en parlant des Arts. Le sujet de ce tableau est l'entrée de Notre-Seigneur dans Jérusalem. Les batailles de Louis XII et de François Ier sont les sujets des bas-reliefs qui sont autour de leurs tombeaux. Sujet de tableau tiré de la mythologie, de l'histoire.

En termes de Musique, Sujet d'une fugue, Phrase qui la commence et qui lui sert de thème.

SUJET, en termes de Logique et de Grammaire, désigne le Terme de toute proposition duquel on affirme ou l'on nie quelque chose. Dans cette proposition : Le soleil est grand, Soleil est le sujet, et Grand est l'attribut. Le sujet, le verbe et les compléments.

En termes de Philosophie, il se dit de la Personne qui perçoit, par opposition à l'objet perçu.

SUJET se dit encore d'une Personne qu'on juge d'après sa capacité, ses talents, ses moeurs. L'homme dont vous parlez n'est pas un sujet capable de remplir cet emploi. C'est un sujet précieux pour une administration. C'est un bon sujet. C'est un mauvais sujet, un sujet médiocre.

En termes de Médecine, il désigne la Personne sur laquelle on fait des observations. Ce médecin aliéniste a trouvé un sujet qui lui sert pour ses expériences.

AU SUJET DE, loc. prép. Relativement à, à cause de. Il a reçu des reproches au sujet de sa conduite.

À son sujet, Sur lui, relativement à lui.

À ce sujet, Relativement à ce dont on vient de parler.

sujèt


SUJèT, ETTE, ou \èTE, adj. et subst. SUJÉTION, s. f. [Su-jè, jète, jé-cion: 2e è moy. aux 2 prem., é fer. au 3e] Sujèt, 1°. Qui est soumis, astreint à... Sujèt aux lois, à un tel devoir, à une telle rente. "Sujèt à la mort, à beaucoup d'infirmités. = 2°. Acoutumé à. "Sujèt au vin, à sa bouche, à ses goûts, à ses plaisirs boire, à s' ennivrer: "Sujet à la goutte, à la gravelle, à tomber du haut mal. "Pays sujèt aux inondations: couleurs sujètes à changer. = Démarche sujète à bien des inconvéniens: entreprise sujète à de grandes dificultés: passage sujèt à plusieurs interprétations. — 3°. Qui est sous la domination de.... "Il est né sujèt du Roi, de la République de, etc.
   SUJèT, s. m. 1°. Caûse, raison, motif. "Il m'a querellé sans sujèt, pour un sujèt fort léger: je ne lui ai pas doné sujèt de me traiter de la sorte: "Un Prince, dont il avait de si grands sujèts de se plaindre. MAIMB. On m'a doné sans sujèt de grands sujets de mortification. Voilà le sujèt de leur querelle, de leur ruptûre. = 2°. La matière sur laquelle on parle ou l'on écrit. "Un sujèt de comédie: sujèt dificile, stérile, usé, rebatu. "Manier; épuiser un sujèt: travailler sur un sujèt. "J'ai lu tout ce que les Philosophes ont écrit sur ce sujèt; mais c'est un secours trop foible pour une douleur comme la mienne. Cic. à Atticus; MONGAULT. = Et en parlant des sciences et des Arts. "Le sujèt de la médecine c'est le corps humain: "Le sujèt de ce tableau est un tel trait d'Histoire. = En termes de Musique, c'est l'air sur lequel on fait les parties. En Logique, le terme d'une proposition, dont on nie ou l'on afirme quelque chôse; et en Gramaire, le pronom ou le nom, qui désigne la persone ou la chôse, dont on parle: aûtrement le nominatif. = 3°. Il se dit d'une persone par raport à ses qualité bones ou mauvaises: un bon, un grand, un digne, ou, un mauvais sujèt. "Un sujèt éligible, capable; qui peut être élu, être élevé au Pontificat.
   Rem. 1°. Sujèt, adjectif, parait régir, suivant l'usage, le génitif des persones et le datif des chôses: sujèt d'un Prince, du Roi; sujèt à une infirmité. Dans le Dict. Gram. on critique cette phrâse. "Je ne saurois obéir à un Prince, à qui les Dieux ne m'ont pas fait naitre sujet. L'Acad. admet ce régime: "Un fils est sujet à son père: une fille est sujette à sa mère; une femme à son mari. En parlant des particuliers, je ne voudrais dire ni à, ni de, en régime des persones; j'aimerais mieux dire d' un fils, qu'il est sujèt à l'autorité paternelle, que de dire qu'il est sujet à son père, ou de son père. * Bossuet dit: Roi des Perses sujet à l'Empire des Mèdes. Là je voudrais, sujet de l'Empire. "Les peuples, qui lui étoient sujets, dit Maimbourg; et on le disait ainsi dans le siècle pâssé. Aujourd' hui on dirait, ou, les peuples ses sujets, ou bien, les peuples, qui lui étaient soumis. = 2°. Boileau avait d' abord mis dans la satire V. La France a des sujets, etc. Desmarets critiqua avec raison cette expression. Un pays, disait-il, n'a pas des sujets, il a des habitans: c'est le Roi, qui a des sujets, et la France est sujette au Roi. Boileau profita de la critique, et mit dans les aûtres éditions: Ton Prince a des sujets. = 3°. Sujèt, régissant un nom qui exprime un vice, signifie, qu'on en est ateint: être sujèt à la colère, à la médisance; c'est être dans l'habitude de médire, de se mettre en colère. * Mascaron lui done un sens bien diférent. "Les vertus de cette grande Reine n'empêchèrent pas qu'elle ne fût sujette à la médisance et à la calomnie. L'orateur veut dire, qu'elle fut exposée aux traits de la médisance: mais il s'est servi d'une expression, qui marque un aûtre sens. = 4°. Sujèt, ocasion, régit à devant les verbes et les noms: doner sujèt à contester de nouveau, à de nouvelles contestations. = 5°. On dit d' un particulier que c'est un bon, ou, un mauvais sujèt: mais peut-on le dire d'un Souverain? Je ne le crois pas. "Ce second Roi de la maison des Sophis (suivant Olearius et quelques aûtres) étoit un très-mauvais sujet; mais Bizarus et Chalcondile nous en donent une meilleure idée. Ducerc. Il falait dire, étoit un mauvais prince.
   SUJÉTION, dépendance, assujétissement. "Les besoins de la vie sont de grandes sujétions: la sujétion aux lois. "Ils s'étoient emparés de la forteresse, par laquelle ils ténoient en sujétion tout le pays. Maimb. = Assiduité génante. "Auprès des Grands l'on est dans une grande sujétion. "Cet emploi est d'une grande, d'une extrême sujétion.

sujèt

*SUJèT, s. masc. — Deux lignes avant Rem. 1°. "Un sujet éligible, capable. — Lisez papable.

Synonymes et Contraires

sujet

nom masculin sujet
1.  Ce qui fournit matière à.
2.  Ce sur quoi on parle, écrit, etc.
Traductions

sujet

(syʒɛ)

sujette

(syʒɛt)
adjectif
1. avoir souvent Elle est sujette aux maux de tête.
2. dont on peut douter une information sujette à caution

sujet

Thema, Subjekt, Sache, Gegenstandsubject, topic, theme, matter, subject matter, examination, question, subservient, purposeonderwerp, stof, subject, thema, apropos, onderdaan, oorzaak, patiënt, persoon, proefdier, proefpersoon, reden, materieמוטיב (ז) [תנע], נושא (ז), עילה (נ), עניין (ז), נוֹשֵׂא, עִנְיָןθέμα, υποκείμενο, υποτελής, θέμα συζήτησηςsujeto, asignatura, asunto, temaargomento, materia, soggettoمَوْضُوعtémaemneaihetema主題, 話題주제emne, tematematassunto, tópicoпредмет, темаämneหัวข้อkonuchủ đề主题, 话题предмет (syʒɛ)
nom masculin
1. ce dont on parle, ce sur quoi on écrit le sujet d'une conversation Quel est le sujet de ce roman ? le sujet d'une dissertation C'est à quel sujet ?
à propos de avoir une question au sujet de qqch
2. cause, raison C'est un sujet de dispute.

sujet

[syʒɛ, ɛt]
adj
être sujet à [personne] [+ vertige, mal de mer] → to be prone to, to suffer from; [+ sautes d'humeur, comportement] → to be liable to
Elle est sujette au vertige → She suffers from vertigo.; [chose] → to be subject to
être sujet à des modifications → to be subject to change
Les vols intérieurs sont fréquemment sujets à des modifications d'horaires et à des annulations sans préavis → Internal flights are frequently subject to change of timetable or to cancellation without notice.
sujet à caution [affirmation, version, chiffres, bilan] → questionable
Son explication est sujette à caution → His explanation could be called into question.
nm/f [souverain] → subject
nm
(matière à réflexion, étude ou discussion)subject
C'est un sujet intéressant → It's an interesting subject.
sujet de conversation → topic of conversation
être un sujet de plaisanterie [personne] → to be the butt of a joke
Sa moustache en guidon de vélo est un sujet de plaisanterie pour ses amis → His friends joke about his handlebar moustache.
(ÉDUCATION, UNIVERSITÉ) [thèse, mémoire] → subject
sujet d'examen → examination question
(BIOLOGIE) (comme cobaye)subject
sujet d'expérience → experimental subject
(= cause) être un sujet de qch → to be a cause for sth
un sujet de mécontentement → a cause for dissatisfaction
avoir sujet de se plaindre → to have cause for complaint
(autres locutions) au sujet de → about
c'est à quel sujet? → what is it about?