surprenant, ante

SURPRENANT, ANTE

(sur-pre-nan, nan-t') adj.
Qui surprend, qui prend à l'improviste.
Il [Jésus-Christ] vient, dit-il, comme un voleur, toujours surprenant et impénétrable dans ses démarches [BOSSUET, Mar.-Thér.]
Qui cause de la surprise.
Les incidents surprenants [dans Rodogune] qui sont purement de mon invention, et n'avaient jamais été vus au théâtre [CORN., Rodog.]
Exam Qu'une chose aussi visible qu'est la vanité du monde soit si peu connue, que ce soit une chose étrange et surprenante de dire que c'est une sottise de chercher les grandeurs, cela est admirable [PASC., Pens. VI, 59, éd. HAVET.]
J'avais quelquefois entendu parler des effets surprenants du tonnerre ; mais je n'y crois pas tant qu'à ce que vous m'en dites [SÉV., 353]
La vie de saint Jean-Baptiste, qui parut si surprenante aux Juifs [BOSSUET, Hist. II, 7]
Frédéric le Grand et Catherine la surprenante [VOLT., Lett. au roi de Pr. 1er mars 1771]
Il est surprenant que Marivaux, donnant, pour ainsi dire, toujours la même comédie sous différents titres, n'ait pas été plus malheureux sur la scène [D'ALEMB., Élog. Mariv. note 12]
Cela n'est pas surprenant qu'ayant à parler de tant de choses, de tant de gens, vous vous mépreniez, et trompiez quelquefois le public [P. L. COUR., Lett. à la Quotidienne, 3 nov. 1823]