taille

1. taille

n.f. [ de tailler ]
1. Action de tailler, de couper : La taille des rosiers. La taille des pierres.
2. Manière de tailler ; forme donnée à l'objet taillé : La taille en rose d'un diamant.
3. En gravure, incision de la planche qui servira à tirer une estampe.
4. Tranchant d'une épée : Frapper de taille et d'estoc.

2. taille

n.f. [ de 1. taille ]
Impôt direct levé sur les roturiers, sous l'Ancien Régime.

3. taille

n.f. [ de 1. taille ]
1. Hauteur du corps humain : Une femme de petite taille
2. Grandeur et grosseur des animaux : Un porc de belle taille.
3. Dimension, grandeur de qqch : Le chirurgien lui a retiré un calcul de la taille d'une noix
grosseur : Des boîtes de toutes tailles
4. Ensemble des dimensions du corps servant de modèle pour les vêtements ; dimension standard : Cette jupe est à ma taille. Ces bottes sont trop grandes, il me faudrait la taille en dessous
5. Partie du corps située à la jonction du thorax et de l'abdomen ; partie ajustée du vêtement qui marque la taille de la personne : Elle a la taille mince. Le tour de taille
De taille,
d'importance ; considérable : Une erreur de taille.
Être de taille à,
être capable de : Il est de taille à affronter ses concurrents.

TAILLE

(tâ-ll', ll mouillées, et non tâ-ye) s. f.
Tranchant d'une épée.
Il y avait des épées longues et sans pointe, qui ne servaient qu'à frapper de taille, comme étaient celles des Gaulois [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. XI, 1re part. p. 381, dans POUGENS]
Ils frappent de pointe et de taille, à droite, à gauche [VOLT., Zadig, 19]
Arme de taille, arme blanche qui agit du tranchant ; ne s'emploie guère que dans l'expression : arme d'estoc et de taille, celle qui agit de la pointe et du tranchant. D'estoc et de taille, de la pointe et du tranchant. Fig.
Qui d'estoc et de taille étrillent les auteurs [RÉGNIER, Sat. X]
N'importe, parlons-en [d'une bataille] et d'estoc et de taille Comme oculaire témoin : Combien de gens font-ils des récits de bataille Dont ils se sont tenus loin ! [MOL., Amph. I, 1]
À la taille, se disait autrefois d'un homme dont la tête était mise à prix.
Pour sauver un homme qui aura sa tête à la taille, je me mettrai en danger d'y mettre la mienne [MALH., le Traité des bienf. de Sénèque, IV, 12]
Manière dont on coupe certaines choses. La taille de cet habit ne vaut rien. Habit galonné sur les tailles, habit galonné sur tous les endroits où il est taillé, sur toutes les coutures.
Un temps fameux par cent batailles Mit du galon sur bien des tailles [BÉRANG., Vieux habits]
Taille des arbres, opération dans laquelle on coupe aux arbres fruitiers des bourgeons ou des branches, à l'effet de leur donner une forme particulière, de leur faire produire chaque année des fruits, ou de maintenir entre les diverses parties un certain équilibre.
La taille fixe principalement l'attention des vignerons [BARTHÉLEMY, Anach. chap. 59]
Taille en vert, taille qui se fait tant qu'il y a du vert sur les arbres, par opposition à taille d'hiver. Taille des ruches, opération par laquelle on enlève aux abeilles le superflu de leur miel et de leur cire. Manière dont on coupe une plume pour écrire. La taille de cette plume ne vaut rien.
Particulièrement, manière dont on coupe la pierre, le bois avec art et selon certaines dimensions. La taille des pierres.
La chaux carbonatée grossière est employée pour les constructions ; la solidité de quelques-unes de ses variétés et la facilité qu'on trouve à la taille lui donnent un grand avantage [A. BRONGNIART, Traité de min. t. I, p. 206]
Terme de marbrier. Taille brute, dressage préliminaire. Taille apparente, taille faite pour profiler ou élégir. Taille d'épaisseur, équarrissage. Pierre de taille, toute pierre, dure ou tendre, qu'on a dressée avec l'instrument.
La pierre de taille se vend à la voie à Paris [GENLIS, Maison rust. t. I, p. 22, dans POUGENS]
Fig.
À peine me fus-je expliqué, que le pauvre homme [Fontanieu] se prit à respirer tout haut, comme si on lui eût ôté une pierre de taille de dessus l'estomac [SAINT-SIMON, 508, 206]
Terme de métallurgie. Taille de fonderie, plan sur lequel glissent les tenailles.
Terme de houilleur. Chemin pratiqué dans une veine de houille, dans un massif de minerai. Chargeur à la taille, celui qui charge le charbon extrait par l'ouvrier à la veine. Se dit d'une méthode d'extraction qui consiste à placer un certain nombre d'ouvriers de front suivant toute la longueur d'un massif.
Manière dont on travaille les pierres précieuses. Un lapidaire qui entend bien la taille du diamant, des diamants.
On en demandait quatre millions [du diamant dit plus tard le Régent] ; mais, faute d'acheteurs, on le donna pour deux, et de plus les rognures qui sortirent de la taille [DUCLOS, Œuv. t. v, p. 323]
Taille en rose, voy. DIAMANT. Taille en brillant, taille dans laquelle on a un diamant à pointes, ou on le ramène à cette forme : on abat un peu plus de la moitié de la hauteur de sa pointe ou pyramide carrée qui est au-dessus, on abat environ un demi-quart de la hauteur de la pyramide d'en dessous, et alors la lumière, entrant par la grande face que l'on a faite en dessus, allant frapper le fond formé par la petite face, revient en avant, puis, traversant les faces de côté, éprouve l'action connue sous le nom d'effet prismatique.
Terme de gravure. Incision faite avec le burin dans le cuivre ou dans toute autre matière.
Ce sont les secondes et troisièmes tailles qui donnent à la peau sa mollesse [DIDER., Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 359, dans POUGENS]
Taille-douce, gravure faite sur une planche de cuivre avec le burin seul, sans le secours de l'eau-forte.
Cet ouvrage [de Tournefort], qui a conservé sa première forme de lettres adressées à M. de Pontchartrain, aura 200 planches en tailles-douces, très bien gravées, de plantes, d'antiquités [FONTEN., Tournefort.]
Il [Louis XIV] donna mille louis à Benserade pour faire graver les tailles-douces de ses Métamorphoses d'Ovide en rondeaux [VOLT., Louis XIV, 25]
Dans la taille-douce, tout est éclairé, le travail introduit l'ombre et la nuit [DIDER., Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 361]
Une seconde opération du citoyen Gengembre, opération que je n'hésite pas à qualifier de découverte, fut la multiplication des planches pour la gravure en taille-douce [CAMUS, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. III, p. 476]
Anciennement, taille-douce était un terme d'orfévrerie, et signifiait la gravure au burin et en hachure sur les pièces de vaisselle ; ni Robert Étienne, en 1539, ni Jean Nicot, en 1606, n'ont admis cette expression ; Monet, en 1635, la prend encore dans le sens de travail d'orfévrerie, sans application à l'expression : tailler en taille-douce ; c'est dans le XVIIe siècle seulement qu'on distingua, dans le commerce des estampes, les épreuves de la gravure en taille-douce de celles que fournissent les travaux de la pointe sèche, les eaux-fortes et les tailles de bois en relief [DE LABORDE, Émaux, p. 510]
Taille de bois, gravure qui se fait sur une planche de bois. Taille-douce se dit aussi de l'estampe tirée sur une taille-douce.
Les tailles-douces n'étant faites que d'un peu d'encre [DESC., Dioptr. 4]
La taille-douce que Charron mit au-devant du livre de la Sagesse, peut donner matière à des réflexions ; il semble que ce soit une figure favorable aux pyrrhoniens [, Anal. de Bayle, t. IV, p. 190]
Taille de bois, estampe tirée sur une planche de bois.
Terme de monnaie. Division d'un marc d'or ou d'argent en une certaine quantité de pièces égales. Les louis étaient à la taille de trente au marc.
Terme de chirurgie. Opération par laquelle on extrait les calculs formés dans la vessie.
Le duc d'Estrées périt avant cinquante ans de l'opération de la taille [SAINT-SIMON, 59, 248]
Les médecins et chirurgiens, ayant su qu'il [un condamné à mort] était incommodé de la pierre, présentèrent [en 1474] une requête que plusieurs personnes étaient travaillées du même mal ; qu'il était fort douteux que l'opération de la taille pût leur sauver la vie ; mais qu'on pouvait en faire l'épreuve sur un criminel [DUCLOS, Œuv. t. III, p. 51]
10° Bois coupé qui commence à repousser. Une jeune taille. Une taille de deux ans.
11° Longueur du corps humain de la plante des pieds au vertex, ainsi dite parce que, en idée, le corps est supposé avoir été taillé à une certaine dimension. Une riche taille. Comme, d'après Quételet, l'homme continue à croître depuis vingt ans jusqu'à vingt-cinq ans et même trente ans d'environ 12 à 15 millimètres, la taille moyenne du Français [homme] dont la croissance est achevée, serait de 1655 millimètres.
Ma taille est deux ou trois doigts au-dessous de la médiocre [VOIT., Lett. 78]
Un fantôme pareil, et de taille et de face, Tandis que vous fuirez, remplira votre place [CORN., Médée, IV, 6]
Petit de taille, noir, le regard un peu louche [ID., Œdipe, IV, 4]
Ils [les Apuliens] sont presque de la taille des géants [FÉN., Tél. X]
On a exagéré la grandeur des Patagons, qui habitent vers le détroit de Magellan ; mais on croit que c'est la nation de la plus haute taille qui soit sur la terre [VOLT., Mœurs, 146]
La grande taille pour les hommes est depuis cinq pieds quatre ou cinq pouces jusqu'à cinq pieds huit ou neuf pouces.... la taille médiocre est depuis cinq pieds ou cinq pieds un pouce, et la petite taille est au-dessous de cinq pieds [BUFF., Hist. nat. hom. Œuv. t. IV, p. 328]
Le duc d'Orléans était d'une figure agréable, d'une physionomie ouverte, d'une taille médiocre, mais avec une aisance et une grâce qui se faisait sentir dans toutes ses actions [DUCLOS, Œuv. t. V, p. 195]
Fig.
Ils nous feront une France à leur taille ; Pour ces laquais comptons trois mille francs [BÉRANG., 10 000 francs]
Les rois fuyaient ; les rois n'étaient pas de sa taille [de Napoléon] [V. HUGO, Crépusc. 2]
Absolument. Ne pas avoir la taille, ne pas avoir la taille exigée pour le service militaire. Être de taille à, être assez grand, assez fort pour.
Et le mâtin était de taille à se défendre hardiment [LA FONT., Fabl. I, 5]
Fig.
Je ne suis de taille ni d'humeur à pouvoir d'une belle essuyer la froideur [MOL., Mis. III, 1]
Ce n'est pas que nous manquions de postulants pour s'enrôler, mais il ne sont pas de taille [D'ALEMB., Lett. à Voltaire, 21 mars 1776]
Les partis ont un merveilleux instinct pour découvrir et pour perdre les hommes de taille à les combattre [CHATEAUBR., Stuarts, De l'ouverture du long parlement]
Il se dit, dans le langage familier, de la longueur de toute sorte d'objets.
Le papier et mon écriture la font paraître [cette lettre] d'une taille excessive [SÉV., 3 juill. 1677]
12° Il se dit de la hauteur et grosseur des animaux.
Une grenouille vit un bœuf Qui lui sembla de belle taille [LA FONT., Fabl. I, 3]
La taille de nos animaux quadrupèdes n'approche pas de celle de l'éléphant, du rhinocéros, de l'hippopotame ; nos plus gros oiseaux sont fort petits, si on les compare à l'autruche, au condor, au casoar [BUFF., Quadrup. t. II, p. 7]
En vétérinaire, la taille des animaux se mesure du point le plus élevé du garrot au sol. Un cheval entre deux tailles, un cheval d'une taille médiocre. VERBE : De toutes tailles bons lévriers.
13° Particulièrement, conformation du corps depuis les épaules jusqu'à la ceinture. Son habit lui prend bien la taille.
Outre que sa taille ronde ne lui permettait pas même de monter sur un âne, quand on en aurait pu trouver d'assez forts pour la porter [SCARR., Rom. com. II, 10]
J'ai bon air, bonne mine, Les dents belles surtout, et la taille fort fine [MOL., Mis. II, 1]
Quelle joie de vous voir belle et de belle taille ! [SÉV., 9 mars 1672]
Elle avait la plus jolie taille du monde [HAMILT., Gramm. 7]
Labranche : Tu peux te servir de ceux [des habits] de mon maître.... Qui, justement, tu es à peu près de sa taille. - Crispin : Peste ! il n'est pas mal fait [LESAGE, Crispin rival, 3]
Cette taille, comme elle est bien prise ! [MARIV., Pays. parv. 1re part.]
Menues plutôt que bien faites, elles [les Parisiennes] n'ont pas la taille fine ; aussi s'attachent-elles volontiers aux modes qui la déguisent [J. J. ROUSS., Hél. II, 21]
Elles se tenaient de manière que leurs bras étaient entrelacés autour de leurs tailles [GENLIS, Ad. et Th. t. I, p. 431, dans POUGENS]
Quoiqu'elle ait une taille un peu longue et l'habitude, à quarante-cinq ans, de porter des corps bien baleinés [ID., ib. t. I, p. 29]
Cette femme n'a point de taille, elle est grosse et courte.
Elle n'avait point de taille, encore moins d'air [HAMILT., Gramm. 6]
Nom donné, dans quelques provinces, au corsage, en parlant de robes de femmes.
14° Terme de boulangerie et de boucherie. Petit bâton divisé en deux parties qui se rapportent et sur lesquelles le vendeur et l'acheteur font des coches ou petites entailles, pour marquer la quantité de pain, de viande fournie et reçue. Prendre à la taille le pain chez le boulanger.
Les tailles corrélatives à leurs échantillons font foi entre les personnes qui sont dans l'usage de constater ainsi les fournitures qu'elles font [, Code civ. art. 1333]
Jouer à la taille, se dit de joueurs qui, au lieu de se payer à la fin de chaque partie, notent les pertes et les gains et ne règlent entre eux qu'après un temps plus ou moins long.
15° Sous l'ancienne monarchie, imposition qu'on levait sur les personnes qui n'étaient pas nobles ou ecclésiastiques, ou qui ne jouissaient pas de quelque exemption (on disait la taille ou les tailles).
Feu ma mère m'amena petit garçon à Paris, pour me retirer des champs où la guerre et la taille font trop et trop de désordres [G. PATIN, Lett. t. II, p. 282]
Il est seigneur de la paroisse où ses aïeux payaient la taille [LA BRUY., VI]
Ce mot de taille venait de l'usage des collecteurs, de marquer sur une petite taille de bois ce que les contribuables avaient donné [VOLT., Mœurs, 84]
Taille personnelle, celle qui se levait sur chaque personne taillable. Taille réelle, celle qui se levait sur les terres et les possessions taillables.
Il [l'abbé de Saint-Pierre] travailla beaucoup pour délivrer la France de la tyrannie de la taille arbitraire [VOLT., L. XIV, écrivains, St-Pierre]
Indépendamment de la taille réelle et de la taille d'exploitation, qu'on peut répartir d'après des principes fixes, il existe encore une taille appelée personnelle et qui dépend non de la propriété territoriale, mais des autres facultés des contribuables [NECKER, Compte rendu au roi, janv. 1781, p. 67]
La taille entraînait, quand elle était personnelle, c'est-à-dire perçue sur les facultés présumées des contribuables, une série d'inquisitions et d'injustices qui devenaient insupportables pour tout paysan un peu aisé [LAVERGNE, Rev. Deux-Mondes, 15 avril 1867, p. 978]
Taille jurée, celle que le seigneur imposait sans s'enquérir de la valeur des biens des habitants, par opposition à taille abonnée, par laquelle on se rédimait au prix d'une somme fixe.
16° Au pharaon, au vingt-et-un, se dit de la série complète des coups qui se suivent, jusqu'à ce que le banquier ait retourné toutes les cartes du jeu qu'il a dans la main.
En faveur du mariage jouons quelques reprises de lansquenet, ou quelques tailles de pharaon [DANCOURT, Dér. du pharaon, sc. 25]
Elle fit donner un siége et un jeu de cartes à Candide, qui perdit cinquante mille francs, en deux tailles [VOLT., Candide, 22]
17° Terme de musique. Autrefois, partie vocale intermédiaire entre la basse et la haute-contre.
Il chantait une méchante taille aux trios, du temps qu'on en chantait [SCARR., Rom. com. I, 5]
Fig.
L'humilité chante la basse, disait-il, et l'ambition chante le dessus ; la colère fait la taille, et la vengeance la contre-taille, la modestie tient le tacet, la prudence bat la mesure et conduit le concert [, Francion, liv. II, p. 474]
Taille, nom qu'on donnait autrefois en France à la voix de ténor [FÉTIS, Dict. de musique, taille]
C'est une bonne taille, une belle taille, se disait d'un homme qui a une belle voix de taille. Haute taille, voix qui approche de la haute-contre. Basse-taille, c'est le ténor grave. On distinguait les tailles élevées et les basses-tailles ; on donne aujourd'hui ce dernier nom à toutes les basses profondes, plus spécialement désignées au siècle dernier sous le nom de basses-contre.
Elle aimait fort honnêtement un brave musicien qui avait une très belle basse-taille [VOLT., Les deux consolés.]
18° Basse-taille, en termes de sculpture, se dit des figures de peu de saillie exécutées sur le marbre, sur la pierre, le bronze, etc. On dit maintenant bas-relief.
Ses pères sont représentés par des médailles jusqu'à saint Louis ; toutes ses victoires, par des basses-tailles, couvertes comme sous des tentes dont les coins sont ouverts, et portés par des squelettes, dont les attitudes sont admirables [SÉV., à Bussy, 10 mars 1687]
19° Taille haute, taille basse, certains gestes de la danse des bouffons (Dict. de danse, 1787).

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Tuit li pavement du palais et des chambres sont tuit d'or, de pierres de taille espesse bien deux doie [doigts] [MARC POL, p. 539]
    Se il [des usagers] vuelent fou [du hêtre] pour airdoir, il convient qu'il le prangnent tout à taille et à aire, gros et graille, einsi con il vient [, Bibl. des ch. 6e série, t. III, p. 567]
    Taille et tonlieus [elle] assist au païs par maistrie [, Berte, LX]
    La clartez de la nuit ne souffist pas à ouvrer de leur mestier, car leur mestier est de taille [, Liv. des mét. 156]
    Renart maudit la chevauchiée Qui sor lui a fet itel taille ; Fuiant s'en torne [, Ren. 20523]
    Si i avoit trestout à taille De riches pierres grant plenté [quantité] Qui moult rendoient grant clarté [, la Rose, 1072]
    ... Tant orent aise Qu'oublié orent la destresce, Et chanta chacuns de leesce ; Quar povres qui a bien sanz faille, Met tout le mal à la viez taille [RUTEB., II, 203]
  • XIVe s.
    Et sans espandre ou baillier vostre argent chacun jour, vous pourrez envoier maistre Jehan au bouchier, et prendre char sur taille [, Ménagier, II, 4]
    Et seront tailliés [les parisis] de taille de recours, sans fors et sans foible [, Ordonn. 25 sept. 1327]
    Punicion et correccion des fais perpetrés et avenus, en ladite ville et taille [territoire] d'icelle [DU CANGE, tallia.]
  • XVe s.
    Et devisoit au maistre de ses ouvriers de taille [sculpture] et de peinture... à faire nouvelles images et peintures [FROISS., III, IV, 14]
    Il estoit chaussetier, et gens de telle taille l'ont [credit] quant ilz [les gens d'une commune] sont ainsi desordonnez [COMM., VI, 7]
    Par ceste exemple.... puet estre clerement entendue la forme et la taille d'un lay à tous ceulx qui les vourront faire [E. DESCH., Poésies mss. f° 400]
    Uns tableaux d'ivoire, en deux pieces, où il y a plusieurs ymages de haute taille très deliéement ouvrées de plusieurs histoires [DE LABORDE, Émaux, p. 510]
  • XVIe s.
    Deux coupes d'argent vermeil doré, de taille douce, pesant ensemble sept marcs quatre onces [ID., ib.]
    Car mieulx nous vaut, soit d'estoc ou de taille, Se defendant, mourir en la bataille [J. MAROT, V, 75]
    Dont pour ce coup Françoys eurent conqueste, Car à l'assault plusieurs misrent à taille [ID., V, 95]
    Voyla com d'Alvian desiroit la bataille, Pensant en sa musique faire la contre et taille, Mais luy et tout le camp se trouverent deceuz, Quant oultre leur vouloir le roy fist le dessus [ID., V, 118]
    Larges fossez, à fons de cuve et taille, Tous remplis d'eau, boulevars et renfors [ID., V. 148]
    Taille seigneuriale [loyaux-aides ou aides en 4 cas] est le double des redevances [LOYSEL, 909]
    La plus grande violence des barbares consistoit en coups de taille de leurs espées [AMYOT, Cam. 68]
    Où le desbat [entre Charles-Quint et François Ier] n'estoit que à taille, il [Clément VII] le mettait à poincte [BONIVARD, Source de l'idolâtrie, p. 90]
    [Les loups] Semblent se faire honneur, qui premier de la taille [taillis] Sortiroit, pour fuïr la meute qui l'assaille [, Plaisir des champs, p. 283]
    Un homme de petite taille, plein de vigueur [MONT., II, 17]
    À vieil compte nouvelle taille [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 149]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. TAILLER ; wallon, teie, coupure ; provenç. talha, incision, impôt, forme, façon ; catal. talla ; espagn. taja, tala, talla ; portug. talha ; ital. taglia. Championnière, De la propriété des eaux courantes, p. 496, sépare taille, impôt, des autres significations, et pense qu'il représente le latin talia (de talis, choses semblables), les rédacteurs d'actes mettant souvent his talia, ou alia talia, à la suite d'énumérations de prestations. Scheler sépare aussi du reste taille, impôt, le tirant d'un type fictif tacula, qui dérive du bas-lat. tacus, imposition. Mais taille, impôt, ne paraît pas être autre chose que l'extension de la taille usitée dans certains commerces où l'on fait des coches pour marquer ce qui est dû.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    TAILLE. Ajoutez :
    20° Dans la verrerie, manière de tailler le cristal.
    Depuis les tailles qui se rapprochent plus ou moins de la taille courante jusqu'aux tailles les plus riches [, Enquête, Traité de comm. avec l'Anglet. t. VI, p. 570]
  • Taille courante, taille qui consiste en une côte plate ou une olive dans le bas des pièces, et une simple côte plate sur le col et sur l'épaulement des articles fermés [, ib. p. 569]
  • 21° Papier taille-douce.
    Le papier dit taille-douce, le seul des papiers de tenture qui n'ait droit à aucune déduction, est un papier commun, sans enduit et dont les dessins sont obtenus par la pression d'une planche gravée en creux, tandis que, pour les autres papiers de tenture, les dessins s'obtiennent au moyen de lames de cuivre en relief sur la planche à imprimer ; la transparence du fond, aussi bien que les dessins du papier taille-douce, le fait distinguer aisément [, Douanes, Tarif de 1877, note 564]

taille

TAILLE. n. f. Coupe, manière dont on coupe certaines choses, dont elles sont taillées. La taille des arbres. La taille des cheveux, de la barbe.

Il se dit particulièrement en parlant du Bois, de la pierre ou du marbre que l'on coupe avec art et selon certaines dimensions, pour les employer dans une construction. La taille des pierres.

Pierre de taille, Pierre dure qui est ou qui doit être taillée pour entrer dans une construction. Une maison en pierre de taille.

TAILLE se dit également de la Manière dont on travaille les pierres précieuses. La taille des pierreries est différente, selon les différents pays.

En termes de Gravure, il désigne l'Incision qui se fait avec le burin dans le cuivre ou toute autre matière. Des tailles profondes, légères. Des tailles bien nettes.

Taille-douce. Voyez ce mot à son rang alphabétique.

TAILLE s'est dit, en termes de Chirurgie, de l'Opération qu'on pratique pour extraire les calculs qui se sont formés dans la vessie.

Il se dit aussi du Tranchant de l'épée. En ce sens, il n'est guère usité que dans cette phrase : Frapper d'estoc et de taille, Frapper de la pointe et du tranchant.

Il désigne encore la Longueur du corps humain, de la plante des pieds au sommet de la tête. Belle taille. Grande taille, Petite taille. Un homme de haute taille. Il est de taille moyenne. Ce vêtement n'est pas à sa taille.

Être de taille à faire quelque chose, Être assez grand, assez fort pour cela. Il s'emploie aussi figurément et signifie Être capable de faire quelque chose.

TAILLE se dit aussi de la Hauteur et de la grosseur des animaux. Un cheval de bonne taille. Un chien de petite taille. Un cheval entre deux tailles, Un cheval d'une taille médiocre.

Il se dit également de la Conformation du corps humain depuis les épaules jusqu'aux hanches. Taille fine. Avoir la taille dégagée, svelte, la taille épaisse, courte. Un vêtement qui prend bien la taille. Un vêtement qui serre la taille. Prendre une femme par la taille.

Cette femme n'a point de taille, Elle est grosse et courte.

Un vêtement à taille, Un vêtement qui dessine, qui souligne la taille.

Le tour de taille, La ceinture. Elle a tant de centimètres de tour de taille.

TAILLE désigne encore un Bois qui commence à repousser après avoir été coupé. Une jeune taille. Une taille de deux ans.

Il se dit, chez les boulangers, d'un Petit bâton, d'un morceau de bois fendu en deux parties égales, sur lesquelles le vendeur fait des coches, de petites entailles, pour marquer la quantité de pain qu'il fournit. Prendre à la taille le pain chez le boulanger.

En termes de Finance, il se disait autrefois d'un Impôt direct qu'on levait sur toutes les personnes qui n'étaient pas nobles ou ecclésiastiques, ou qui ne jouissaient pas de quelque exemption. Être sujet à la taille. Être exempt de taille. Les rôles des tailles. Receveur des tailles de telle élection. Collecteur des tailles. Sergent des tailles.

Taille personnelle, Celle qui était levée sur chaque personne taillable.

Taille réelle, Celle qui était levée sur les terres.

TAILLE, en termes de Musique, se disait de la Voix d'homme qu'on appelle aujourd'hui Ténor.

Basse-taille. Voyez ce mot à son rang alphabétique.

taille

Taille, f. penac. Signifie tantost une coupeure faite avec fer, ou pierre trenchant, Sectura, Incisio. Et selon ce est le verbe Tailler, Incidere, Secare. En laquelle signification l'Italien aussi dit, Tagliare. Ainsi dit on un coup de taille, Vulnus caesim illatum. Fraper de taille, Caesim percutere. La taille de la vigne, Malleolorum putatio, vitis detruncatio. Et d'un tailleur d'habits, il a bonne taille, quand il taille un habit seamment au corps, dont il a prins la mesure. Tantost une petite piece de bois, en laquelle par osches ou inciseures on marque le compte et nombre de quelque chose, et lors vient de ce mot Latin Talea. Selon ce on dit, prendre du pain, du vin, et autres telles choses à la taille, Taleae caesuris ac crenis amphorarum vini, panum, modiorum alteriusve rei numerum notare. Et de cette signification vient Taille, pour tribut imposé sur le peuple pour estre payé au Prince, d'autant peut estre que les impositeurs, ou asséeurs, ou distributeurs de tel subside, bailloyent anciennement à chascun taillable, sa quotité du tribut, merquée et oschée en tels petits bastons. Selon ce on dit, Imposer ou asseoir la taille, Tributum per familias pendendum distribuere ac partiri. Le sergent des tailles, Apparitor qui tributi pensitationem pignoribus captis vrget. Le Receveur des tailles, Tributi quaestor. Dont vient ce mot Taillon, Tributi additamentum. Creuë de la taille, Tributi augmentum, accessio. Et taillable, celuy et celle qui sont subjets à payer la taille, Stipendiarius, Tributo addictus. Et taillable à volonté, celuy et celle qui sont tenus à payer la taille à la discretion de leur seigneur, qui est une espece de servitude, Dedititij, In quos arbitraria est domino liberaque indictio. Bud. Taille ordinaire, Tributum annuum, solenne. Mais si en cette signification on le vouloit tirer ou de ce mot Latin Talea, ains de cestuy Grec télônéia, ou de cestuy télônéion, qui viennent de cet autre Grec télô, qui est payer la taille, Je n'y resiste pas. On dit aussi, la taille avec les frais à la cueillir se montent à telle somme, Tributi caput cum accessionibus ascendit ad hanc summam. B. Taille se prend aussi pour la coupeure du marc du vin estant sur le pressoir quand on le veut serrer derechef, Vuarum expressarum circumcisio, ou comme dit Varro lib. 1. c. 54. de re rust. Folliculorum acinorum expressorum circumcisio. Ainsi on dit, un marc avoir eu une, deux, et trois tailles, Iterum ac tertium circumcisos esse. Il se prend encore pour la facture du corps en grosseur et haulteur, soit d'homme, soit de beste, disant le Francois, Il est de belle taille, quand l'homme ou femme est de hauteur et grosseur proportionnée. Et un cheval de legere taille, en Amad. au premier livr. Un cheval qui a le corps et les jambes allegres. Selon ce on dit, Pour sa taille, ou eu esgard à sa petitesse, il a une tres-grande voix, Vocem habet proportione maximam. Et il est de cette taille, et façon ou grandeur. Mais en Musique, Taille est la partie des quatre, qu'on dit Tenor. L'Italien dit Taglia, esdites deux premieres significations, et dit aussi Taglione.

tâille


TâILLE, s. f. TâILLER, v. act. [Tâ-glie, glié: 1re lon. mouillez les ll.: 2e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Tâille, 1°. Le tranchant d'une épée. Il ne se dit plus en ce sens que dans cette expression, fraper d'estoc et de tâille, de la pointe et du tranchant. On le dit figurément de toute sorte de combats, du jeu, de la dispute.
   C'est la dernière fois qu'il joûe, absolument.
   On le peut voir encor sur le champ de bataille:
   Il frape, à droite, à gauche, et d'estoc et de tâille:
   Il se défend, Madame, encor comme un lion.
       Le Joueur.
= 2°. La coupe d'un habit, des arbres. = 3°. La coupe des pierres dûres. "Cet ouvrier entend bien la tâille des pierres. "Pierres de tâille, propres à être tâillées. = On le dit aussi de la manière, dont on travaille les pierres précieuses; et de celle dont on coupe une plume à écrire. = 4°. Division d'un marc d'or ou d'argent en une certaine quantité de pièces égales. "Les louis sont à la tâille de trente au marc. = 5°. L'opération de la tâille, qu'on fait pour tirer les pierres de la vessie. = 6°. La statûre du corps. "Belle, grande, riche tâille; tâille médiocre ou moyenne, etc. Avoir la tâille aisée, dégagée. Il est de ma tâille. = Il se dit principalement de la conformation du corps depuis les épaules jusqu'à la ceintûre. "Avoir la tâille gâtée. "Habit, qui fait bien la tâille, ou, qui gâte la tâille. "Cette femme est grasse et courte: elle n'a point de tâille. = 7°. Bois, qui comence à revenir, aprês avoir été coupé. "Une jeune tâille; une tâille de deux ans. "Le gibier se retire dans les tâilles. = 8°. Petit bâton fendu en deux parties égales, sur lesquelles le vendeur et l'acheteur font des coches pour marquer ce que l'un fournit à l'aûtre. "Tâille du pain, de la viande, etc. = 9°. Certaine imposition de deniers, qui se lève sur le peuple. "Être mis, imposé à la tâille. "Être exemt de tâille. "Collecteur, receveur des tâilles. = 10°. Chaque fois que le Banquier, qui tient le jeu, achève de retourner toutes les cartes. "Il a gâgné à la première tâille; mais il a perdu à la seconde. = 11°. En termes de Musique, celle des quatre parties, qui est entre la basse et la haute-contre. "Chanter la tâille:Une belle voix de tâille. — "Une bone, une belle tâille se dit du Musicien, qui a une belle voix de tâille. = Haute-tâille, qui aproche de la haute-contre. Basse-tâille, qui aproche de la bâsse. = 12°. Bâsse-tâille, en sculptûre, bas relief. = 13°. Tâille-douce, gravûre faite au burin seul sur une planche de cuivre. — Taille de bois, qui est faite sur une planche de bois. L'un et l'aûtre se disent respectivement d'une estampe tirée sur une tâille-douce, ou sur une tâille de bois.
   TâILLER, c'est 1°. Couper avec le marteau, le ciseau, ou tel aûtre instrument, ce qu'il y a de superflu. "Tailler une pierre, un bloc de marbre. "Tâiller la vigne, des arbres, des palissades. "Tâiller une plume à écrire; un diamant, etc. = 2°. Couper en plusieurs morceaux. "Tâiller la soupe; du pain par morceaux. "Tâiller un habit, un manteau, des chemises. "Tâiller de l'ouvrage à quelqu'un. — Voy. BESOGNE, CROUPIèRE, DRAP, ÉTOFE, MORCEAU. = 3°~. Faire une incision, pour tirer la pierre de la vessie. Il a été tâillé deux fois. = 4°. V. n. Tenir les cartes et jouer contre plusieurs. "Tâiller à la Bassette, au Pharaon. "Qui nous tâillera. — Nous est au datif. = 5°. Tâillé: homme bien tâillé, qui a une belle tâille, qui est bien fait. Voy. COTE. = 6°. Tâiller en pièces est une expression fort souvent employée par les Historiens. "Après en avoir tâillé la plupart en pièces, il mit le reste en fuite. Maimb. Hist. des croisades. = 7°. Tâiller, imposer à la tâille. C'est un mot de M. Moreau: l'ACAD. ne le met pas en ce sens. "Tailler arbitrairement leurs sujets.

Synonymes et Contraires

taille

nom féminin taille
1.  Hauteur du corps humain.
3.  Action de tailler.
Traductions

taille

Ausdehnung, Bereich, Dimension, Fassung, Gehalt, Gestalt, Maß, Statur, Taille, Umfang, Größe, Abmessung, Ausmaß, Große, Spanne, Tragweite, Figur, Schnittsize, waist, bulk, dimension, measure, measurement, stature, height, extend, waistline, clip, middle, trim, waiste, breadth, cut, extent, figure, range, scale, scopegrootte, taille, maat, middel, afmeting, bestek, coupe, dimensie, figuur, gestalte, lichaamsbouw, mate, omvang, postuur, statuur, uitgebreidheid, leest, (het) houwen, (het) snoeien, lengte, slijpen, stukגדיעה (נ), גדע (פ'), גובה (ז), גודל (ז), גזירה (נ), גזרה (נ), גיזום (ז), חיתוך (ז), מותן (ז), מחרוקת (נ), קומה (נ), קציצה (נ), קוֹמָה, גְּדִיעָה, גֹּדֶל, גִּזּוּם, גְּזֵרָה, מֹתֶן, חִתּוּךְafmeting, dimensie, grootteamplitud, dimensió, estatura, midastørrelse, mål, taljeamplekso, dimensio, mezuro, staturo, tajlotamaño, cintura, dimensión, estatura, extensión, medida, talla, alturalaajuus, ulottuvuus, koko, vyötärödimenzió, kiterjedés, terjedelemstærðdimensione, vita, misura, altezza, statura, stralciatura, taglia, tagliostørrelse, mål, midjebudowa ciała, postawa, rozmiar, taliatamanho, amplidão, amplitude, dimensão, estatura, extensão, grandeza, medição, medida, cinturamărimeвеличина, пояс, размер, талияstorlek, omfång, storhet, midjacheoboyut, buut, belμέγεθος, μέση, ανάστημαحَجْم, خَصْرpas, velikoststruk, veličinaウエスト, サイズ크기, 허리เอว, ขนาดeo, kích cỡ尺寸, 腰部размер大小 (tɑj)
nom féminin
1. hauteur d'une personne un homme de grandepetite taille
2. dimension d'un animal, de qqch une entreprise de taille moyenne
3. mesures d'un vêtement un pantalon taille 38
4. partie du corps qui se trouve au-dessus des hanches le tour de taille
5. action de couper la taille des arbres

taille

[tɑj] nf
(milieu du corps)waist
Elle a la taille fine → She has a slim waist.
(= hauteur) → height
de taille moyenne → of average height
un homme de taille moyenne → a man of average height
[vêtement] → size
quelle taille faites- vous? → what size are you?
Avez-vous ma taille? → Have you got my size?
être de taille à faire → to be capable of doing
de taille [obstacle] → sizeable; [adversaire] → worthy
(action de tailler) [pierre, diamant] → cutting; [+ arbre, branche, rosier] → pruning