talent

1. talent

n.m. [ lat. talentum, du gr. talanton, plateau de balance ]
Dans l'Antiquité grecque, unité de poids et de monnaie : Un talent d'or.

2. talent

n.m. [ de 1. talent ]
1. Aptitude, habileté naturelle ou acquise à réussir dans une activité intellectuelle ou artistique : Elle a un réel talent pour la danse dispositions, don
2. Personne douée dans un domaine particulier : Un concours organisé pour les jeunes talents.

TALENT

(ta-lan ; le t se lie : un ta-lan-t extraordinaire ; au pluriel, l's se lie : des ta-len-z extraordinaires) s. m.
Terme d'antiquité. Nom d'un poids, chez les Grecs, qui variait suivant les pays, qui fut primitivement de 19440 grammes, et que la réforme de Solon porta chez les Athéniens à 27000 grammes. Talent d'argent, talent d'or, valeur de compte qui désignait le poids d'un talent en argent, en or. Le talent en argent de 19440 grammes valait 4140 francs, et celui de 27000 grammes valait 5750 francs. Le talent d'or valait environ seize fois autant que le talent d'argent, rapport qui diminua, l'or étant devenu plus commun. Parabole des talents, parabole dans laquelle un maître, partant en voyage, donne des talents à ses serviteurs ; le premier et le second les font valoir ; le troisième enfouit le sien, Év. St Mathieu, xxv, 14 et suiv.
La parabole des talents et celle des mines semble avoir été prononcée en confirmation des dernières paroles que nous avons lues de saint Luc : celui à qui on donne beaucoup, on lui redemande beaucoup [BOSSUET, Médit. sur l'Évang. 90e jour.]
Si votre corps est un talent précieux qui doit profiter entre les mains de Dieu, mettez-le de bonne heure dans le commerce, et n'attendez pas à le lui donner qu'il le faille enfouir dans la terre [ID., dans RÉMUSAT, Infl. de la scol. sur la langue franç. p. 401]
Il [du Plessis Mornay] fit sa confession, avouant qu'il avait beaucoup reçu et peu profilé, et, comme on lui répondait qu'il avait fidèlement employé son talent.... [DE FÉLICE, Hist. des prot. de France, liv. III, p. 302]
Enfouir son talent, ne pas faire valoir les avantages qu'on possède.
Mlle Gervaise était fort jolie en sa jeunesse et n'enfouissait pas le talent, car elle se servait admirablement bien de sa beauté [TALLEMANT, dans RÉMUSAT, Infl. de la scol. sur la lang. franç. p. 400]
Fig. Aptitude distinguée, capacité, habileté donnée par la nature ou acquise par le travail (ainsi dit, comme l'a montré M. de Rémusat, par une métaphore tirée des talents de l'Évangile).
Vous connaissez mon bien, mon talent, ma naissance [LA FONT., Fabl. III, 1]
Ne forçons point notre talent ; Nous ne ferions rien avec grâce [ID., ib. IV, 5]
[Les madrigaux] C'est mon talent particulier, et je travaille à mettre en madrigaux toute l'histoire romaine [MOL., Préc. 10]
Ses divins attributs [de Dieu] paraissaient-ils mieux dans les cieux qu'il a formés de ses doigts, que dans ces rares talents qu'il distribue comme il lui plaît aux hommes extraordinaires ? [BOSSUET, Louis de Bourbon.]
[Mme d'Aiguillon] trouvait-elle des gens de bien inconnus ou négligés, elle leur procurait des emplois selon leurs talents [FLÉCH., Aiguillon.]
Toutes les fautes de M. de Vendôme sont oubliées, et c'est un héros : il n'aurait aucun talent s'il était malheureux [MAINTENON, Lett. au duc de Noaill. 27 déc. 1710]
J'ai cent mille vertus en louis bien comptés ; Est-il quelque talent que l'argent ne me donne ? C'est ainsi qu'en son cœur ce financier raisonne [BOILEAU, Épît. v.]
La nature, fertile en esprits excellents, Sait entre les auteurs partager les talents [ID., Art p. I]
Soyez plutôt maçon, si c'est votre talent [ID., ib. IV]
Quoique vous ayez la paix chez vous, vous ne laisserez pas de traiter avec de grands honneurs ceux qui auront le talent de la guerre [FÉN., Tél. XI]
D'autres qui placent heureusement et avec succès, dans les négociations les plus délicates, les talents qu'ils ont de bien parler et de bien écrire [LA BRUY., Disc. de récep.]
Il est peut-être aussi rare de connaître son talent que d'en avoir un bien décidé [D'OLIVET, Hist. Acad. t. II, p. 243, dans POUGENS]
Voici comme je définis le talent : un don que Dieu nous a fait en secret, et que nous révélons sans le savoir [MONTESQ., Pens. div. p. 267, dans POUGENS]
Un homme à qui il manque un talent se dédommage en le méprisant [ID., Lett. pers. 145]
On doit se consoler de n'avoir pas les grands talents, comme on se console de n'avoir pas les grandes places : on peut être au-dessus de l'un et de l'autre par le cœur [VAUVENARGUES, Pensées, 68]
La vie est courte ; il n'y a pas un moment à perdre à l'âge où je suis ; la vie des talents est encore plus courte [VOLT., Lett. d'Argental, 20 janv. 1762]
Celui qui n'a qu'un talent peut être un grand génie ; celui qui en a plusieurs est plus aimable [ID., Lett. Berger, 24 avr. 1735]
Il y avait à Florence un dominicain nommé Jérôme Savonarole ; c'était un de ces prédicateurs à qui le talent de parler en chaire fait croire qu'ils peuvent gouverner les peuples [ID., Mœurs, 108]
Il est à remarquer que, Racine ayant consulté Corneille sur sa tragédie d'Alexandre, Corneille lui conseilla de ne plus faire de tragédies, et lui dit qu'il n'avait aucun talent pour ce genre d'écrire [ID., Louis XIV, Ecrivains, Racine.]
Il me semble que ceux de nos talents qui demandent de l'exécution, ne vont pas ordinairement jusqu'à soixante ans dans toute leur force [DUCLOS, Consid. mœurs, 1]
Mentir est le talent de ceux qui n'en ont pas [M. J. CHÉNIER, la Calomnie.]
Enfouir ses talents, rendre ses talents inutiles ou par modestie, ou par défaut d'habileté, ou par paresse. Fig. et familièrement. Il n'a pas le talent de vous plaire, se dit par une sorte de reproche à quelqu'un qui a pour un autre une aversion mal motivée.
Je sais qu'elle n'a pas le talent de vous plaire [A. DUVAL, Tyran dom. II, 4]
Demi-talent, habileté incomplète dans un art, dans les lettres.
L'impossibilité de s'appliquer et le goût de la dissipation ne lui ont permis d'acquérir que des demi-talents en tout genre [J. J. ROUSS., Conf. X]
Cet amour-propre malheureux qui accompagne les demi-talents [CONDORCET, Tressan.]
On a dit en ce sens : mi-talent.
Il [le comte de Charolois] a cultivé ce mi-talent en s'enfermant en solitude par incomplaisance et misanthropie [D'ARGENSON, Mém. t. II, p. 406]
Homme de talent, celui qui a du talent, qui possède un talent. Homme à talents, celui qui est habile en différents arts.
Les singes sont des gens à talents que nous prenons pour des gens d'esprit [BUFF., Morc. choisis, p. 112]
Ces dernières presque toutes filles à talents, chez lesquelles on faisait de la musique ou des bals [J. J. ROUSS., Confess. VII]
Dans les corps à talents, nulle distinction ne fait ombrage, si ce n'est celle du talent [P. L. COUR., à MM. de l'Acad.]
Peintre à talent, celui qui s'applique à quelque genre particulier de peinture, comme à faire le portrait, le paysage, à peindre des tabagies, des batailles, des animaux, etc.
La personne même qui possède un talent.
Les talents dénués de fortune aspirent tous à Paris [FONT., Lagny.]
Le sage n'oublie point que, s'il est un respect extérieur que les talents doivent aux titres, il en est un autre plus réel que les titres doivent aux talents [D'ALEMB., Œuv. t. III, p 69]
Jeunes talents qui entrez dans la carrière du théâtre, étudiez la nature, approfondissez l'art [CAHUSAC, Danses anc. et mod. III, IV, 7]
Sur leurs premiers talents je m'étais modelé [C. DELAV., Comédiens, I, 6]
Demi-talent, celui qui ne possède qu'un demi-talent.
Pour un homme à talents qui s'élève, dont on est jaloux, et qu'on voudrait perdre, il sort de dessous terre mille demi-talents qu'on accueille pendant deux jours, qu'on précipite ensuite dans un éternel oubli [VOLT., Lois de Minos, Épît.]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Fier sunt si hume, n'unt talent [volonté] qu'il li faillent [, Ch. de Rol. CCXXVI]
  • XIIe s.
    Talent est num de peis.... li Rumain le peis de treis vint livres e duze, e li altre le peis de siz vinz livres apelent un talent [, Rois, p. 244]
    Grant pechez est et grant paine D'amor servir faintement, Si com la fausse gent vaine Qui font semblant sans talent [passion] [, Couci, IV]
  • XIIIe s.
    Car de li [elle] honorer a chascuns bon talent [, Berte, IX]
  • XVe s.
    Ce vous vient de mauvais talent Nourry en couraige felon [CH. D'ORL., Ball. 43]
    Il m'est pris talent que je fasse à Pilate une requeste Qui ne sera pas deshonneste [, la Pass. de N. S. J. C]
  • XVIe s.
    Ils feront semblant d'estre plus joyeulx que souvent ne seront, et quelquefoys riront lorsque n'en auront talent [RAB., Progn. Pant. 5]
    Talent, ancien mot, pour volonté [H. ESTIENNE, Precellence, édit. FEUGÈRE.]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, dalant, désir, besoin ; provenç. talen, talant, talan, désir, volonté ; espagn. et ital. talento, même sens ; du latin talentum, du grec, sorte de poids, balance. Se rapporte au grec, tollere, racine sanscr. tul, soulever, peser. Le sens étymologique est un poids ; il n'a pas passé dans les langues romanes ; mais de l'idée de poids qui emporte la balance, elles lui ont donné, par une figure remarquable, la signification de volonté, de désir.
    Là ne devaient pas s'arrêter les transformations ; au XVIIe siècle, talent perdit le sens de désir, de volonté, et il prit celui de don de la nature, d'aptitude ; c'est, comme on a vu, une métaphore tirée de la parabole de l'Évangile ; métaphore du reste en usage dans les écoles dès les hauts temps, comme M. de Rémusat l'a fait voir par ce passage d'Abélard : Quasi [Deus] indignaretur illa litteralis scientiae talenta, quae utrique nostrum commiserat, ad sui nominis honorem non dispensari [ABAEL., Op. p. 101, éd. COUSIN]
    (voy. MALTALENT).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • TALENT. Ajoutez :
  • Il s'est dit pour art, genre.
    L'Académie, connaissant la capacité et suffisance du sieur Hyacinthe Rigaud, peintre, par les divers ouvrages qu'il a faits, tant sur les talents de l'histoire que des portraits... [, Lettres de l'Académie, 2 janv. 1700, dans Mémoires inédits sur l'Académie de peinture, publiés par Dussieux, etc., t. II, p. 133]
    M. de Troy était doué d'excellentes qualités, aimant son talent, s'en faisant honneur [, ib. p. 272]
    L'aîné s'est adonné au même talent que son père [la gravure des médailles] [, ib. p. 328]

talent

TALENT. n. m. T. d'Antiquité. Poids qui était différent selon les divers pays où l'on s'en servait anciennement. Talent attique. Chez les Athéniens, le talent pesait environ vingt-sept kilos.

Il se disait aussi d'une Monnaie de compte équivalant au poids d'un talent en or ou d'un talent en argent. Talent d'or, d'argent. Il porta tant de talents au trésor public. La parabole des talents.

Enfouir son talent se dit, par allusion à la parabole de l'Évangile, pour Ne pas faire valoir ses dons, ses avantages.

TALENT s'emploie dans le langage courant au figuré et signifie Capacité, habileté, aptitude naturelle ou acquise, supériorité dans un art, un métier, etc. Dieu lui a donné de grands talents. Un beau talent. Un heureux talent. C'est un homme qui ne manque pas de talent. Il est sans talent, sans aucun talent. Le talent de la parole. Déployer de grands talents. Il a des talents, mais il ne sait pas les faire valoir, en tirer parti. S'illustrer par ses talents. Cet artiste est dans toute la force de son talent. Fig. et ironiquement, Il n'a pas le talent de plaire. Il a le talent d'ennuyer tout le monde.

Homme de talent, Celui qui a du talent. On dit de même : Peintre de talent, écrivain de talent, etc.

Talent d'amateur, Capacité, don appréciable chez un amateur mais qui n'atteint pas les qualités requises d'un professionnel.

Talents de société, Dons, connaissances, manières de se rendre agréable dans les réunions mondaines.

TALENT se dit, par extension, de la Personne qui possède un talent. Il aimait à réunir tous les talents dans sa maison. Le vrai talent est presque toujours modeste. Encourager, récompenser les talents.

talent

Un Talent, qui valoit six cens escus, Talentum.

¶ Talent, pour grande volonté et desir, voyez Thalent.

talent


TALENT, s. m. [Talan.] 1°. Certains poids d'or ou d'argent, diférens suivant les diférens pays, où l'on s'en servait anciènement. = Fig. Don, disposition, aptitude naturelle pour certaines chôses. "Il a beaucoup de talent pour la prédication: ce n'est pas son talent. "La multitude n'a ni le talent de juger, ni celui de douter. Cerutti. "Les Philosophes avoient un merveilleux talent pour étoufer la réputation de ceux, qui n'étoient point de leur parti. Mde de Sillery. "D'Aubignac a prouvé que les conaissances ne donent pas les talens. VOLT. "Il ne se prévaloit de ses talens que pour les guérir de leurs erreurs. Bourdal. "Ce caractère d'ordre, de décence, sans lequel les talens deviennent des défauts, et les vertus ne sont souvent que des vices. Neuville. "Il se trouve de ces esprits, qui sont disposés à ne louer que ce qu'ils croient pouvoir imiter; et qui prènent les bornes de leur talent, pour les bornes de l'art. D'OLIV. II. Tuscul. "La plupart des talens sont ou enfouis ou oisifs, ou déplacés et ainsi perdus pour la société. L'Ab. Trublet. — Voy. GÉNIE, NATUREL, CAPACITÉ. = On dit quelquefois les talens, pour les hommes à talens: "Protéger, favoriser les talens. = En st. prov. faire valoir le talent, se servir utilement de son esprit et de son adresse. — Enfouir, ou enterrer le talent, ou les talens, ne pas faire valoir ses talens, les rendre inutiles par paresse. L'origine de cette expression est dans l'Évangile. — Voy. MAL-TALENT sous la lettre M.

Synonymes et Contraires

talent

nom masculin talent
Traductions

talent

talent, accomplishment, faculty, flairגאונות (נ), גאוניות (נ), כישרון (ז), כשרוניות (נ), מוכשרות (נ), מחוננות (נ), כִּשָּׁרוֹן, גְּאוֹנוּת, גְּאוֹנִיּוּת, מְחוֹנָנוּתtalent, aanleg, persoon met talent, gavebakatTalenttalentotalento, genialità, ingegnoمَوْهِبَةtalenttalentταλέντοlahjakkuustalent才能재능talenttalenttalentoталантtalangความสามารถพิเศษyeteneknăng khiếu天才талант人才 (talɑ̃)
nom masculin
très grandes capacités dans undomaine Ce musicien a du talent.

talent

[talɑ̃] nm
(= qualité) → talent
avoir du talent → to be talented, to have talent
(= personne) → talent
un jeune talent → a young talent