tante


Recherches associées à tante: tente

tante

n.f. [ de ta, et de l'anc. fr. ante, du lat. amita, tante ]
Sœur du père ou de la mère ; par ext., femme de l'oncle.
Ma tante,
Fam. le crédit municipal : Mettre sa montre chez ma tante au mont-de-piété

TANTE

(tan-t') s. f.
La sœur du père ou de la mère.
Éraste : Et monsieur votre oncle ? - Pourceaugnac : Je n'ai point d'oncle. - Vous en aviez pourtant en ce temps-là... - Non : rien qu'une tante. - C'est ce que je voulais dire, madame votre tante ; comment se porte-t-elle ? [MOL., Pourc. I, 6]
Je ne m'arrêterai point à Dijon : je ne pourrai refuser quelques jours en passant à quelque vieille tante que je n'aime guère [SÉV., 154]
La femme de l'oncle.
Grand'tante, la sœur de l'aïeul ou de l'aïeule. Deux grand'tantes.
Tante à la mode de Bretagne, la cousine germaine du père ou de la mère.
Populairement. Ma tante, le Mont-de-piété ou un prêteur sur gages. Emprunter cent francs à ma tante.
Il m'est impossible de faire ce que vous demandez [rendre la vaisselle d'argent qu'il avait achetée à crédit] par la raison qu'en ce moment mon argenterie ou, si vous aimez mieux, votre argenterie est chez ma tante - Chez ma tante ! cria l'orfévre se levant ave fureur [CH. DE BERNARD, les Ailes d'Icare, ch. 4]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Se li frere prant feme, et la sor se marie, et chascun a enfanz, li enfant à la seror apeleront lo frere lor oncle et cil au frere apeleront la sor ente [, Liv. de jost. 226]
    Nos meres qui furent seurs germaines de nostre dit oncle et antes de nostre dit cousin [, Ass. de Jérus. II, 413]
    E sa tante celui porta [, Grégoire, p. 50]
    Ele fu sa tante e sa mere [, ib. p. 112]
    Et come Eideline se seist avec l'enfant, il comença à crier et à dire à icele Eideline : ma tante, ma tante, veez, veez [, Miracles St Loys, p. 173]
    Se tere esquiet [échoit] de costé à celi qui est mariés, comme d'oncle ou d'antain, de frere ou de sereur.... [BEAUMANOIR, XIII, 13]
  • XVe s.
    Et se tint madame Anne de Behaigne à Bruxelles delez son oncle et sa belle ante [FROISS., II, II, 133]
    Que comme il ait votre pere servi Et vostre tante en Lombardie aussi [E. DESCH., Supplicat. au roi.]

ÉTYMOLOGIE

  • Picard, ante, nante ; wallon, antin, grand'tante ; provenç. amda ; lombard, ameda ; amida ; Brescia, meda ; du lat. amita, qui, ayant l'accent sur a, a donné régulièrement ante, qui est la forme ancienne conservée dans le picard. Mais d'où vient le t-ante ? Diez pense que c'est un t euphonique comme dans voilà-t-il ; mais, pour qu'une lettre euphonique ait une raison d'être, il faut qu'il y ait rencontre de deux voyelles ; aussi, précisant davantage, et pour avoir cette rencontre, Scheler admet qu'avec les adjectifs possessifs féminins on a intercalé un t : ma-t-ante, et que finalement ce t euphonique s'est agglutiné avec ante. à cela, il y a lieu d'objecter que nous n'avons aucune trace de l'intercalation d'un t euphonique après les adjectifs possessifs féminins ma, ta, sa. Cela reste donc à l'état d'hypothèse. Autant que nous savons présentement, tante représente ta ante ; mais alors comment se fait-il que ta ante ou t'ante soit devenu l'équivalent de ante ? Ici se présente une analogie : les cas analogues sont la justification des cas singuliers. Le wallon forme les noms de parenté avec l'adjectif possessif mon, ma, ainsi monfré, frère, maseûre, sœur, mononk, oncle, matante, tante ; dans ces mots mon, ma n'est qu'un son et n'a point de sens. Quelque chose de semblable se sera fait pour ante ; ta s'y sera agglutiné sans y rien ajouter ; et tante a fini par expulser ante ; ces formes proviennent du parler enfantin et domestique ; et les enfants disent encore aujourd'hui tatan pour tante. Au reste, tante est fort ancien ; il est dans le poëme sur Grégoire. Quant à antain, c'est le cas du régime pour ante.

tante

TANTE. n. f. La soeur du père ou de la mère, la femme de l'oncle. Tante paternelle. Tante maternelle.

Grand-tante, La soeur du grand-père ou de la grand-mère, la femme du grand-oncle.

Tante à la mode de Bretagne, La cousine germaine du père ou de la mère.

tante

Tante, Pic. Ante, et Belle ante.

La tante du costé du pere, Amita.

La tante du costé de la mere, Matertera.

tante


TANTE, s. f. La soeur du père ou de la mère: ma tante, votre tante. Sa tante paternelle; leur tante maternelle. = Grand' tante est la soeur de l'aïeul ou de l'aïeule. Tante à la mode de Bretagne, la cousine germaine du père ou de la mère de celui, de celle dont on parle.

Traductions

tante

aunt, fairy, queer, twinktante, homoעליז (ז)tantخَالَة, عَمَّة, عَمَّة /خالةtiatetatante, faster, mosterTante, Schwuchtel, Tunteθείαonklinotía, maricóntätinagynénifödursystir, móðursystirzia, checca伯母, 叔母, おば숙모, 이모tante, faster, mosterciociatiamătuşăтëтя, тетяfaster, moster, tantteyze, halaтітка阿姨, 姑妈tetkaพี่หรือน้องสาวของพ่อหรือแม่bácлеля姑媽 (tɑ̃t)
nom féminin
1. sœur du père ou de la mère Ma mère et mes tantes en veulent à leur mère.
2. épouse de l'oncle Mon oncle a rencontré ma tante au mariage de mes parents.

tante

[tɑ̃t] nfaunt