tare

1. tare

n.f. [ d'un mot ar. signif. « déduction » ]
1. Poids propre de l'emballage d'une marchandise : La tare est ce qu'on déduit pour obtenir le poids net.
2. Poids que l'on met sur l'un des plateaux d'une balance pour l'équilibrer.

2. tare

n.f. [ de 1. tare ]
1. Défectuosité physique ou psychique, génér. héréditaire, chez l'être humain ou l'animal
2. Litt. Grave défaut nuisible à un groupe, à la société : Il considère la course à l'argent comme la tare du monde contemporain

tare

(taʀ)
nom féminin
médecine défaut physique ou mental être atteint d'une tare

TARE1

(ta-r') s. f.
Déchet dans une marchandise ; diminution soit dans la quantité, soit dans la qualité. Cette marchandise a subi beaucoup de tare. Nombre de grammes que, sur un poids quelconque de marchandises, on compte de moins au profit de l'acheteur, en raison de la tare.
L'incertitude de la vérité des balances et de la fidélité des poids a fait naître l'embarras de la tare et la nécessité des déductions [BUFF., Ess. arith. mor. Œuv. t. x, p. 192]
Tare d'espèces, rabais que l'on supporte dans le compte de l'argent, lorsqu'on change un billet ou une monnaie, et qui est le droit du changeur. Tare de caisse, perte qui se trouve sur les sacs d'argent, soit à cause des fausses espèces, soit à cause des mécomptes, en payant ou en recevant.
Fig. Vice, défaut. Ce bois est bon, il n'y a pas de tare.
....ressembler à ces fontaines Dont les conduites souterraines Passent par un plomb si gâté, Que, toujours ayant quelque tare, Au même temps qu'on les répare, L'eau s'enfuit d'un autre côté ? [MALH., III, 3]
Comme il n'y a point de si beau corail qui n'ait sa tare, de si parfait diamant qui n'ait sa paille [LA MOTHE LE VAYER, Dial. d'Orat. Tubero, t. II, p. 142]
Terme de maquignon. Dans le cheval, c'est une défectuosité, d'une origine quelconque, maladive ou non, qui a son siége à la peau ou dans les parties sous-jacentes, et qui diminue plus ou moins la valeur du cheval.
Fig. Tache, sujet de blâme.
Ils en ôtent l'éclat et laissent une tare Au plus riche ornement dont la terre se pare [VOIT., Poés. Œuv. t. II, p. 78]
Daguesseau et sa femme étaient soupçonnés de jansénisme ; avec cette tare, c'était merveille comme ses vertus et ses talents l'avaient porté où il était arrivé [SAINT-SIMON, 69, 134]
Il est surprenant que, malgré cette tare [son livre à l'index], il [le père Tellier] ait été confesseur du roi [ID., 217, 177]
Soit esprit de retour, soit désir de se nettoyer d'une fâcheuse tare, il [Biron] désira des lettres d'abolition [ID., 450, 53]
C'est un homme sans tare, qui n'a ni tare, ni défaut (locution qui a vieilli), c'est un homme irréprochable.
Poids des barils, pots, enveloppes, etc. dont on s'assure d'abord, pour connaître le poids net des marchandises que l'on y mettra. On déduira la tare, et l'on ne tiendra compte que du poids net.
Répondre tare pour barre, dire un mot pour l'autre, répondre de travers. Il voulut s'essayer au latin, et il répondit tare pour barre.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Anglois fort à congnoistre sont ; En eulx ne se fault rigoller, N'en leur maintien n'en leur parler ; Frappent et tuent sans dire gare ; Ne fyer ne vous y vueillez, Que il y aroit beaucoup tare [, Mistere d'Orleans, p. 468]
  • XVIe s.
    Numa considerant que la tare de l'inegalité [entre le cours du soleil et celui de la lune] est de unze jours, pour ce que les douze revolutions de la lune se font en 354 jours, et celle du soleil en 365.... [AMYOT, Numa, 31]
    La curiosité est un desir de sçavoir les tares et imperfections d'autrui [ID., De la curiosité, 2]
    Il y avoit quarante mil escus pour la tare de l'or, outre lesdits douze cens mille escus [les écus ayant été pris au poids et au titre, non au cours, ces 40,000 écus représentaient la différence] [M. DU BELL., 161]
    Il fera passer ces allées à travers de ses forets, si faire se peut, sans grande tare [dommage] [O. DE SERRES, 16]
    Quand j'imagine l'homme tout nud.... ses tares, sa subjection naturelle et ses imperfections [MONT., II, 203]
    Enfance, jeunesse, virilité, vieillesse, chacune a ses propres et particulieres tares [CHARRON, Sagesse, I, 36]
    Il y avoit six aunes de tare [manque] en la piece de drap [PASQUIER, Rech. VIII, p. 748]
    Faire tomber toute la tare et coulpe sur la cour [ID., Recherches, II, 4]
    Il n'est cheval qui n'ait sa tare [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. espagn. et ital. tara ; anc. esp. atara ; bas-lat. tara, poids ; de l'arabe tarha, ou, avec l'article, at-tarha, déchet, tare.

TARE2

(ta-r') s. f.
Terme de blason. Se disait autrefois des grilles qui couvraient la visière du casque.

tare

TARE. n. f. Perte de valeur causée par une diminution de quantité ou de qualité. Ces marchandises ont été gâtées dans le navire, il y a pour trois cents francs de tare. En ce sens, il est vieux.

Il signifie aussi Vice, défaut, imperfection qui diminue la valeur d'un objet. Ce bois est bon, il n'a point de tare. Vous vous plaignez de ce cheval; quelle tare lui trouvez-vous?

Il s'emploie de même au sens moral. C'est un homme sans tare, qui n'a ni tare ni défaut.

En termes de Commerce, il se dit du Poids des barils, caisses, emballages, véhicules, etc., qu'on doit déduire pour avoir le poids net d'une marchandise. Faire la tare.

tare

Tare, f. penac. C'est dechet et diminution de quelque chose que ce soit, Detrimentum, Comme du quintal d'Angleterre à celuy de France, y a tare de quatre livres, Si pondo centum Anglicum cum Gallico conferas detrimentum quatuor pondo euenit, Et il y a tare de dix escus en ceste marchandise, à cause de la pluye. Quod detrimenti his mercibus ex pluuia contigit decem aureis aestimatur. Ce mot vient de phthora qui vient de phthéirô, mot Grec, qui signifie degast, Corruptio, Aussi disent les Latins Corruptae merces, Marchandises tarées.

La tare et dechet pour le change de quelque piece d'or, ou d'argent, Collybus, collybi.

tare


TARE, s. f. TARÉ, ÉE adj. [1re lon. au 1er, é fer. aux deux aûtres.] Târe, est 1°. déchet, diminution, soit pour la quantité, soit pour la qualité. = 2°. Figurément, Vice, défaut, défectuosité, style fam. = 3°. Târe se dit des caisses et emballages qui contiènent les marchandises. Ainsi l'on dit, pesant 110 livres, ôtez 12 liv. de târe, reste net 98 liv.
   REM. Târe n'est pas un terme noble. Malherbe l'a employé; et Ménage trouvait avec raison que ce mot est indigne de la majesté de l'Ode.
   Et ressembler à ces fontaines,
   Dont les conduites souterraines
   Passent par un plomb si gâté,
   Que toujours ayant quelque târe,
   Au même tems qu'on les répâre,
   L'eau s'enfuit d'un autre côté.
Taré, ée, vicieux, gâté; marchandises tarées. = En parlant des persones: qui a mauvaise réputation: un homme taré; une femme tarée. Style fam. et critique.
   J'en dois compte aux hérôs qui m'ont transmis un sang,
   Qui ne sauroit soufrir de noblesse tarée,
   Et dont la pureté se soit enroturée.
       Les Aïeux Chimériques.

Synonymes et Contraires

tare

nom féminin tare
1.  Défaut physique ou psychique.
2.  Littéraire. Ce qui nuit à un groupe.
tache, vice -littéraire: flétrissure, souillure.
Traductions

tare

טארה (נ), מום (ז), פסול (ז)

tare

tara

tare

tarra

tare

тара

tare

Tara

tare

살갈퀴

tare

Tara

tare

[taʀ] nf
(COMMERCE)tare
(héréditaire)defect
(= défaut) → defect, flaw