teinturier, ière


Recherches associées à teinturier, ière: ciergier

TEINTURIER, IÈRE

(tin-tu-rié, riè-r') s. m. et f.
Celui, celle qui exerce l'art de teindre. Teinturiers en soie, en bois, en chapeaux, en peaux, en plumes.
Il n'y a prés entement que trois teinturiers appellés du grand et bon teint des manufactures de laine... où il y aura moins de trois teinturiers du bon teint en manufactures de laine, il sera choisi, des teinturiers du petit teint des plus capables, le nombre qu'il faudra pour parfaire celui de trois teinturiers du grand teint.... à la charge de faire le chef-d'œuvre de la teinture du bon teint, de renoncer à la teinture du petit teint [, Règlem. sur les manufact. août 1669, art. 1, Teinturiers en laine]
Il [Dieu] ouvre le cœur de Lydie, une teinturière en pourpre, pour écouter ce que disait saint Paul [BOSSUET, Élévat. sur myst. XXIV, 10]
Les teinturiers font presque partout un mystère de l'acide qu'ils emploient ; mais c'est partout ou l'acide acéteux, ou le sulfurique, ou le nitrique, ou le muriatique [CHAPTAL, Instit. Mém. scienc. t. III, p. 98]
Teinturier-dégraisseur, teinturier qui se charge de faire disparaître les taches des étoffes, des vêtements. Adj. Maître teinturier.
Les maîtres teinturiers du grand et bon teint ne pourront teindre en petit teint, ni les teinturiers du petit teint ne pourront aussi teindre en grand et bon teint, ni même en bleu, attendu que le guède de pastel n'est attribué qu'aux maîtres teinturiers du bon teint [, Règlement, etc. art. 2]
Raisin teinturier, raisin dont le suc est coloré.
Fig. Celui qui élabore, corrige, refond les œuvres auxquelles un autre met son nom.
Mme la comtesse de Beauharnais a fait présenter une comédie, elle a été reçue ; on ne doute pas que le sieur Dorat ne soit son teinturier [BACHAUMONT, Mém. secrets, 25 sept. 1775]
Il fait cela avec son teinturier, se dit d'un homme qui s'attribue un ouvrage d'esprit qu'on l'a beaucoup aidé à faire.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Quiconques veut estre tainturiers à Paris de guesde et de toutes autres couleurs desquels l'en taint dras, estre le puet franchement [, Liv. des mét. 135]
  • XVIe s.
    Mençonge de teinturier [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 149]

ÉTYMOLOGIE

  • Teinture.