terme

1. terme

n.m. [ du lat. terminus, borne, limite ]
1. Lieu, point où se termine un déplacement dans l'espace ; moment où prend fin dans le temps une action, un état : Nous arrivons au terme de notre voyage
départ : Arriver au terme de sa vie
2. Limite fixée dans le temps ; délai limité : Passé ce terme, vous n'aurez plus le choix
3. Date à laquelle doit être acquitté un loyer ; période à laquelle il correspond ; montant de ce loyer : Payer à terme échu. Payer son terme.
4. Date présumée de l'accouchement ; temps écoulé depuis le début de la grossesse : Accoucher à terme, avant terme.
À court, à long, à moyen terme,
dans la perspective d'une échéance rapprochée, éloignée, intermédiaire.
À terme,
dans un délai plus ou moins long, mais à coup sûr : À terme, cette politique est condamnée.
Conduire ou mener à son terme,
achever : Mener un projet à son terme.
Mettre un terme à,
faire cesser.
Toucher à son terme,
venir à expiration ; finir : Notre séjour touche à son terme
il se termine

2. terme

n.m. [ de 1. terme ]
1. Unité lexicale désignant une chose bien définie ; mot d'un vocabulaire spécialisé : Rechercher le terme juste
expression : Introduire de nouveaux termes dans le dictionnaireUn terme médical.
vocable : Un terme médical.
2. Élément entrant en relation avec d'autres : Analyser les termes d'une proposition.
3. En mathématiques, chacun des éléments d'une suite, d'une série, d'une somme, d'un polynôme, d'un couple : Les termes d'une fraction.

termes

n.m. pl.
1. Ensemble des mots employés pour exprimer sa pensée ; manière de s'exprimer : Parler en termes clairs.
2. Sens exact, littéral d'un texte écrit : Les termes d'un contrat.
Remarque: Ne pas confondre avec thermes.
Aux termes de,
en se conformant strictement à : Aux termes du Code pénal, cette infraction est un délit.
En d'autres termes,
autrement dit.
Être en bons, en mauvais termes avec qqn,
entretenir de bons, de mauvais rapports avec lui.

TERME

(tèr-m' ; au XVIe siècle, terme rime le plus souvent avec des mots en arme) s. m.
Borne, limite de la carrière.
J'ai à voir devant Dieu quel est celui qui me paraîtra le plus avantageux pour arriver à mon terme, qui est toujours le salut [BOURDAL., Instruct. Choix d'un état de vie, Exhort. t. II, p. 446]
Le vulgaire est content s'il remplit son devoir ; Il faut plus au héros ; il faut que sa vaillance Aille au delà du terme et de notre espérance [VOLT., Tancr. v, 3]
Il faut plus de force pour s'arrêter au terme, que pour le passer par la violence de l'impulsion [DUCLOS, Consid. mœurs, 13]
Chez les Romains, divinité dont la représentation en forme de borne servait de limite aux héritages et à l'État (il prend une majuscule).
Lorsque Tarquin voulut bâtir le Capitole, il trouva que la place la plus convenable était occupée par les statues de beaucoup d'autres divinités ; il s'enquit par la science qu'il avait dans les augures, si elles voudraient céder leur place à Jupiter : toutes y consentirent, à la réserve de Mars, de la Jeunesse et du dieu Terme ; là-dessus s'établirent trois opinions religieuses : que le peuple de Mars ne céderait à personne le lieu qu'il occupait ; que la jeunesse romaine ne serait point surmontée ; et qu'enfin le dieu Terme des Romains ne reculerait jamais ; ce qui arriva pourtant sous Adrien [MONTESQ., Rom. 15]
Terme de statuaire. Figure d'homme ou de femme dont la partie inférieure se termine en gaîne, et qu'on place ordinairement dans les jardins, au bout des allées et des palissades.
Foi de peuple d'honneur, ils lui promirent tous De ne bouger non plus qu'un terme [LA FONT., Fabl. IX, 19]
Être planté comme un terme, rester longtemps debout à la même place.
Eh bien ! tu restes là comme un terme à me regarder ; va me chercher une voiture [PICARD, Deux Philiberts, I, 16]
Terme marin, celui auquel on donne, au lieu de gaîne, deux queues de poisson entortillées. Terme rustique, terme dont la gaîne, ornée de bossages ou de glaçons, porte la figure de quelque divinité champêtre. Terme double, celui dont la gaîne porte deux demi-corps, ou deux bustes adossés.
Fin dans le temps ou dans l'espace.
Il n'y a rien autre chose par quoi nos sens soient touchés que cette seule superficie qui est le terme des dimensions du corps qui est senti ou aperçu par les sens [DESC., Rép. aux 4es obj. 71]
Quels termes n'a franchis ma course vagabonde ? [ROTR., Herc. mour. I, 1]
Nos termes sont pareils par leur courte durée ; Qui de nous des clartés de la voûte azurée Doit jouir le dernier ? [LA FONT., Fabl. XI, 8]
Le voyage d'Auvergne n'aura ni fin ni terme [SÉV., 384]
Que si le temps comparé au temps, la mesure à la mesure, et le terme au terme, se réduit à rien, que sera-ce si l'on compare le temps à l'éternité, où il n'y a ni mesure ni terme ? [BOSSUET, le Tellier.]
Je n'entreprends pas, chrétiens, de vous dire la destinée des hérésies de ces derniers siècles, ni de marquer le terme fatal dans lequel Dieu a résolu de borner leur cours [ID., Reine d'Anglet.]
Alors nous le vîmes.... comme un sage pilote.... aller droit, comme au terme unique d'une si périlleuse navigation, à la conservation du corps de l'État et au rétablissement de l'autorité royale [ID., le Tellier.]
Cette mort dans la paix et dans l'espérance du Seigneur qu'il [M. le Tellier] a regardée comme la fin de son travail et le terme de son pèlerinage [FLÉCH., le Tellier.]
Les vainqueurs fatigués.... Publiant à la fin le terme du carnage [VOLT., Orphel. I, 3]
L'homme qui ne meurt pas de maladies accidentelles, vit partout quatre-vingt-dix ou cent ans ; nos ancêtres n'ont pas vécu davantage, et depuis le siècle de David ce terme n'a point du tout varié [BUFF., Hist. nat. Hom. Œuv. t. IV, p. 358]
Être à son dernier terme, être près de mourir.
La reine touche presque à son terme fatal [RAC., Phèdre, I, 2]
Vous seul [Dieu] voyez si je suis encore loin de ma course, ou si je touche déjà au terme fatal, au delà duquel est la mort et le jugement [MASS., Carême, Impén. fin.]
Le roi [Louis XI], voyant que son terme n'était pas éloigné [DUCLOS, Œuv. t. III, p. 310]
Fig. Il se dit dans l'ordre intellectuel et moral.
Aller jusqu'au terme où la bonté paternelle finit [MONTESQ., Esp XXIV, 13]
Tel a été le dernier terme de son ambition [J. J. ROUSS., Ém. IV]
La considération que les Indiens ont pour ces animaux est si grande qu'elle a dégénéré en superstition, dernier terme de l'aveugle respect [BUFF., Quadrup. t. v, p. 90]
Anciennement, en chronologie, les termes des fêtes mobiles étaient certains jours fixes, d'où l'on commençait à compter pour trouver les fêtes mobiles. Le terme de la Septuagésime était le 7 de janvier, etc. Ce calcul n'est plus en usage depuis la réformation du calendrier.
Temps préfix.
Ayant fait cet hiver un effort pour m'échapper [de la cour d'Espagne] devant ce terme [dix ou douze mois] [VOIT., Lett. 34]
Elle n'a que fureur et que vengeance en l'âme ; Mais, en si peu de temps, que peut faire une femme ? Je n'ai prescrit qu'un jour de terme à son départ [CORN., Méd. IV, 2]
Particulièrement, temps préfix d'un payement. Emprunter à long terme. Payer dès que le terme est échu. Somme payable en six termes.
Le terme diffère de la condition, en ce qu'il ne suspend point l'engagement, dont il retarde seulement l'exécution [, Code civ. art. 1185]
Le débiteur ne peut plus réclamer le bénéfice du terme lorsqu'il est en faillite [, ib. art. 1188]
Le terme de grâce n'est point un obstacle à la compensation [, ib. art. 1292]
Terme de rigueur, terme passé lequel il n'y a plus de délai à obtenir. À la bourse, opération à terme, opération dont le règlement n'a lieu qu'à une époque plus ou moins éloignée du moment de la négociation, mais cependant toujours fixée d'avance.
Espace de trois mois de loyer d'une habitation. Nous sommes restés trois termes dans ce logement. Somme à payer au bout du terme.
Un tailleur, à qui Mme d'Alain louait quelques chambres dans le fond de la maison, vint un quart d'heure après lui apporter un reste de terme qu'il lui devait [MARIV., Pays. parv. 3e part.]
Enfin cette femme m'a payé son terme [PICARD, Provinc. à Paris, III, 3]
La fin du terme. Je déménage au terme. Demi-terme, la moitié du terme d'une location. Payer un demi-terme.
Il nous a fallu déloger à mi-terme [REGNARD, Ret. imprévu, 13]
Époque naturelle de l'accouchement. Enfant venu à terme. Elle approche de son terme.
Elle menaçait d'accoucher avant terme [HAMILT., Gram. 7]
Fig.
Vous devez enfanter un homme ; et cet homme que vous devez enfanter, et à qui vous devez donner une vie nouvelle, c'est vous-même ; votre heure est venue, vous êtes à terme [BOSSUET, Sermons, Tristesse des enfants de Dieu, 2]
Demi-terme, mi-terme, la moitié du temps ordinaire de la grossesse. Faire une fausse couche à mi-terme. Demi-terme, sorte d'ajustement que portent les femmes arrivées au demi-terme de leur grossesse. Terme se dit aussi des femelles de quelques animaux, jument, vache, chienne, etc. Une vache qui n'est pas encore à terme.
Une lice étant sur son terme [LA FONT., Fabl. II, 7]
Mot, expression (la scolastique ayant donné à terminus, qui en latin ne signifie jamais que borne, le sens de détermination, de définition, et la transition étant naturelle de définition à expression).
Mais peut-être que vous avez jugé que cette fortune [recevoir une lettre de vous, Balzac] était tellement au delà de ce que je devais espérer, qu'il vous fallait avec loisir chercher des termes pour me la rendre croyable [VOIT., Lett. 1]
Elle a.... insulté mon oreille Par l'impropriété d'un mot sauvage et bas Qu'en termes décisifs condamne Vaugelas [MOL., Femm. sav. II, 6]
Que ce soit de cet état même [le scepticisme] qu'il [un incrédule] fasse le sujet de sa joie et de sa vanité, je n'ai point de termes pour qualifier une si extravagante créature [PASC., Pens. IX, 1, édit. HAVET.]
Tant il est vrai que tout meurt en lui [l'homme], jusqu'à ces termes funèbres par lesquels on exprimait ces malheureux restes [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Il ne s'agit pas de termes, mais de choses, ni de manières d'expliquer, mais du fonds [ID., 1er avert. 6]
Ce terme est équivoque, il le faut éclaircir [BOILEAU, Art p. I]
Elles [les femmes] sont heureuses dans le choix des termes, qu'elles placent si juste, que, tout connus qu'ils sont, ils ont le charme de la nouveauté [LA BRUY., I]
Les colères sont plus éloquentes, et l'on se dit des injures plus poliment et en meilleurs termes [ID., IX.]
Atticus ne rougit point d'avouer qu'un matelot lui avait appris la véritable signification d'un terme de marine, qu'il avait longtemps ignorée et sur laquelle il s'était trompé [ROLLIN, Traité des Ét. I, 3]
Une infinité de termes antiques se conservent dans des cantons éloignés, tandis que les capitales et les grandes villes varient dans leur langage de siècle en siècle [VOLT., Mél. hist. Mens. imprim. conspir. Piémont.]
Quand il faut représenter des idées qui n'ont pas encore été exprimées, on est obligé de se servir de termes qui paraissent contradictoires : et c'est par cette raison que les philosophes ont souvent employé, dans ces cas, des termes étrangers, afin d'éloigner de l'esprit l'idée de contradiction qui peut se présenter en se servant de termes usités, et qui ont une signification reçue [BUFF., Hist. anim. ch. II]
On lui reproche [à Hobbes] d'avoir introduit dans sa philosophie des termes nouveaux ; mais, ayant une façon particulière de considérer les choses, il était impossible qu'il s'en tînt aux mots reçus [DIDER., Opin. des anc. phil. (hobbisme).]
Dire que la cause est égale à son effet, c'est dire, en d'autres termes, que la force est égale au mouvement [CONDIL., Art de rais. II, 3]
Je lui ai dit cela en propres termes, dans les mêmes termes que je viens de rapporter. S'exprimer en termes propres, employer les termes convenables à la chose dont on parle. Mesurer, peser, composer ses termes, s'exprimer avec réserve, circonspection. Parler de quelqu'un en bons termes, en mauvais termes, en dire du bien, du mal.
On parla fort de vous à plusieurs reprises, et en très bons termes [SÉV., 44]
Ne pas ménager ses termes, dire avec dureté des choses désagréables.
Le duc d'Estrées poussait un peu loin les reproches et les menaces, et ne ménageait point les termes [SÉV., 28 mars 1689]
10° Expression particulière à un art, à une science. Un terme scientifique. C'est un terme de métier. Terme didactique. Termes de droit, de médecine. Un dictionnaire des termes de la marine.
Ses mœurs sont inégalement égales, pour parler en termes de notre Aristote [CORN., le Cid, Avertissement.]
Aux termes de l'Écriture, l'aumône est une Justice ; ce que nous appelons un don, le sage le nomme une dette [FLÉCH., Duc de Montaus.]
11° Un des éléments de la proposition. Le sujet est le terme essentiel de la proposition.
Des deux termes que l'on compare dans une proposition, l'un s'appelle sujet et l'autre attribut [CONDIL., Art d'écr. I, 3]
Terme de comparaison, de relation, chacun des deux objets que l'on compare, qui ont du rapport entre eux. Ce terme de comparaison n'est point exact. Père et fils sont deux termes de relation. Fig.
L'âme, qui est le terme entre le Père et le Fils, c'est le Saint-Esprit [CHATEAUBR., Génie, I, I, 3]
12° En logique, les termes d'un syllogisme, les trois termes dont les idées combinées deux à deux forment les trois propositions. Le moyen terme, le terme intermédiaire dans le syllogisme.
13° En mathématiques, termes d'un rapport, d'une proportion, d'une progression, chacune des quantités qui composent le rapport, la proportion, la progression. Fig.
Si nous suivons le progrès de l'inégalité dans ces différentes révolutions, nous trouverons que l'établissement de la loi et du droit de propriété fut son premier terme, l'institution de la magistrature le second [J. J. ROUSS., Inég. 2e part.]
14° En algèbre, terme ou monôme, expression telle que ab, entre les parties de laquelle il n'y a signe ni d'addition ni de soustraction.
Les termes dont il s'agit sont ceux qui dépendent de la distance du soleil à l'apogée de la lune ; je crois être le premier qui les aie calculés exactement [D'ALEMB., Œuv. t. XIV, p. 97]
15° Condition.
Les affaires de Rome ne vont pas trop bien.... on a envoyé par l'ordinaire les termes que l'on a choisis, et je doute qu'on s'en contente [SÉV., septembre 1690]
16° Au plur. État où est une affaire, position d'une personne à l'égard d'une autre.
Voilà à quels termes je suis réduit et comme quoi je vis [BALZ., liv. I, lett. 8]
Mais parlez à son père, et bientôt son pouvoir Remettra son esprit aux termes du devoir [CORN., l'Illus. com. II, 8]
On avait espéré que les propositions des députés des états généraux [de Hollande], qui étaient arrivés le même jour, mettraient les choses en tels termes qu'il ne serait pas besoin de leur envoyer des troupes [PELLISSON, Lett. hist. t. I, p. 187]
Il lui dit que, quoique deux visites lui fussent pardonnables dans les termes où il était avec elle.... [SCARR., Rom. com. I, 22]
La chose en est aux termes de n'en plus faire de secret [MOL., Festin, III, 4]
En quels termes sommes-nous réduits, s'il n'y a que les jansénistes qui ne se brouillent ni avec la foi ni avec la raison ? [PASC., Prov. II]
En vérité, mon père, s'il fallait que le soupçon de calvinisme tombât sur eux [jansénistes] ou sur vous [jésuites], je vous trouverais en mauvais termes [ID., ib. XVI]
Comme ma connaissance n'allait pas jusque-là, je me vis en termes de ne lui pouvoir répondre [ID., ib. XVII]
Et ne présume pas que Vénus ou Satan Souffre qu'elle en demeure aux termes du roman [BOILEAU, Sat. x.]
Quoique peu accommodé des biens de la fortune, il se tint toujours dans les termes d'un désintéressement parfait, ne prenant rien de ceux qui venaient l'entendre [FÉNEL., Socrate.]
Protestants et premiers chrétiens étaient précisément dans les mêmes termes ; on ne peut trop le répéter ; ils étaient également innocents ou également coupables [VOLT., Mœurs, Rem. XVI]
Il [Pierre le Grand] voulut apprendre de près en quels termes était le régent de France avec l'Angleterre, et si ce prince était affermi [ID., Russie, II, 8]
Je ne suis pas ici en termes de pouvoir faire le modeste ; un accusé sur la sellette, qui voit que son affaire va mal, se recommande par où il peut [P. L. COUR., Lett. à M. Renouard.]

PROVERBES

  • Qui a terme ne doit rien, on ne peut pas contraindre au payement d'une dette qui n'est pas échue.
  • Le terme vaut l'argent, quand on a du temps, on a le moyen de se créer des ressources

SYNONYME

  • 1. TERME, LIMITES, BORNES. Le terme est un point ; les limites sont une ligne ; les bornes un obstacle.
  • 2. TERMES, MOTS, EXPRESSIONS. Les termes sont distingués des mots, en ce que ces derniers sont de la langue, et que les premiers sont du sujet, ainsi que les expressions sont de la pensée. L'usage décide des mots, la convenance avec les choses fait la bonté des termes, le tour fait le mérite de l'expression, LAVEAUX.
  • 3. TERMES PROPRES, PROPRES TERMES., Les termes propres sont ceux que l'usage a consacrés, pour rendre précisément les idées que l'on veut exprimer. Les propres termes sont ceux mêmes qui ont été employés par la personne que l'on fait parler ou par l'écrivain que l'on cite.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    S'il le pot truver dedenz le terme [, Lois de Guill. 4]
    Vendrat li jurz, si passerat li termes [, Ch. de Rol. IV]
  • XIIe s.
    Le terme [je] vous dirai de vous apareiller : D'ui cest jour en un an soiez prest d'ostoier [entrer en campagne] [, Sax. XVI]
    Si metomes un terme prochain, ne demort guaire ; Puis seromes ensemble pour faire au roi contraire [, ib. XXX]
  • XIIIe s.
    Li termes est près que vos en devés aler, et la compaignie de vos et des Veniciens ne doit durer que jusques à la Saint-Michel [VILLEH., LXXXVIII]
    Dedens le termine del couronnement, espousa li marchis de Montferrat l'empereris qui feme l'empereour Kyrsac avoit esté [ID., CXI]
    Dame vaillans, pleine de courtoisie, Jugiés se cil doit jà d'amor joïr, Qui met respit en son plus grant desir, Et si ne scet le terme de sa vie [, Hist. litt. de la Fr. t. XXIII, p. 653]
    Sa mere [elle] a tost mandée, n'i fu lonc terme mis [, Berte, LXXV]
    Et jura li rois devant tous que, se li castiaus ne estoit rendus devers le tierme des trives et il les pooit prendre par force, il les feroit tous ocire et mettre à l'espée [, Chr. de Rains, 177]
    Li diex d'amours sans terme metre De leu, ne de tens en sa letre, Toute sa baronie mande [, la Rose, 10479]
    Quant aucun acate [achète] en tele maniere qu'il paiera le pris de le [la] vente à termes [BEAUMANOIR, XLIV, 37]
    Car tout se pert souvent par dés ou par luxure, Ou il se monteplie par terme ou par usure [J. DE MEUNG, Test. 380]
  • XIVe s.
    Li cevaliers fust trais à fin, Si croi [je crois] ses tiermes fust moult cours.... [J. DE CONDÉ, t. II, p. 238]
    Il [l'hermite] dist : Girars, as-tu en Dieu creance ferme ? Et ciz dist : oïl, sire, non tos jours, mais à terme [par intervalle] [, Girart de Ross. v. 2079]
    Il convient souvent user de termes ou de mots propres en la science, qui ne sontpas communement entendus ne congnus de chascun [ORESME, Prol.]
    Et, tout cecy fait, tient ses termes [plaids, assises] le maire chascun jour, environ heure de tierce devant disner et à relevée après disner [DU CANGE, terminus.]
  • XVe s.
    ....Que les offres que le roy de Navarre mettoit en termes faisoyent bien à recueillir [FROISS., II, p. 23, dans LACURNE]
    La fin, qui est le terme de tout œuvre, rend concluse et close toute chose à terme establie [CHR. DE PIS., Charles V, I, 12]
    Et ses termes et façons qu'il tenoit [Louis XI, à propos de son talent à gagner les gens] luy ont saulvé la couronne [COMM., I, 10]
    J'entendz tenans termes honnestes comme on tient à ambassadeurs [il s'agit d'envoyés chargés d'observer ce qui se passe chez l'étranger sous prétexte d'ambassade] [ID., III, 8]
    Congnoissoit bien que ledit seigneur de Cran tenoit de mauvais termes audit prince d'Orange [ID., v, 17]
    Et pour ce avoit elle tenu ces termes [ce langage], affin que le chevalier fust deceu [, Perceforest, t. v, f° 45]
    Et à cause de l'effroy qu'il fist, y eut plusieurs femmes qui en accoucherent avant terme [J. DE TROYES, Chron. 1465]
    Et pour ce qu'il pourroit sembler à aucuns que il ne suffist mie de dire en termes si generaux.... que amour soit bon à qui bien en sait user.... [, Bouciq, I, 7]
    Luy tient les plus estranges termes [façons d'agir] que jamais ; car, quand elle le veoit, ne s'en fist qu. moquer [, Aresta amorum, p. 160, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Après marchoit Bourbon, qui tenoit termes [air, allure] D'un Scipion, quand va donner alarmes.... [J. MAROT, v, 25]
    Auprès du feu, couards tiennent gros termes [ID., V, 43]
    L'argent par terme [à diverses échéances] recueilly Peu de profit souvent ameine [MAROT, III, 30]
    Qui t'a establi les termes de ta vie ? [MONT., I, 73]
    Quand il sera venu au terme de l'aage où je suis [ID., I, 115]
    Aussitost que l'amour entre aux termes de l'amitié, le desir s'esvanouit [ID., I, 209]
    Terme vault autant à dire comme borne ; c'est le dieu des confins [AMYOT, Numa, 28]
    Il ne luy restoit plus qu'à coucher l'edict en bons termes [ID., Solon, 25]
    Les femmes grosses enfantoient leurs enfans presque tous defectueux, et n'y en avoit pas un qui vinst à terme [ID., Publ. 38]
    Ce pendant que la bataille estoit en telz termes, on dit qu'il s'apparut en l'air une grande flamme [ID., Thém. 29]
    Luy mesme aussi de son costé estoit bien desplaisant de les voir reduits à si mauvais termes [ID., Alc. 49]
    Dedans le terme du temps qu'il avoit prefix [ID., Nicias, 13]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et cat. terme ; du lat. terminus, qui tient au grec se traduisant par, borne. Ter-minus est un participe moyen de la racine tar, pénétrer : ce qui va au delà, ce qui limite. Terme est la forme française ; au XIIIe siècle on refit sur le latin termine, qui n'a pas duré.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    TERME. Ajoutez :
    17° Demander terme, demander délai, durée.
    Lequel est-ce de nous qui, s'il a été pris de court, n'a demandé terme ? [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne.]
    Il demande à ses jours davantage de terme [ID., ib.]

terme

TERME. n. m. Borne marquant une limite et faite d'un buste terminé en gaine, en souvenir du dieu Terme qui, chez les Romains, marquait et protégeait les limites des terres. Planter des termes.

Il est planté là comme un terme se dit d'un Homme qui reste longtemps debout et immobile. On dit de même : Il ne bouge pas plus qu'un terme.

TERME se dit, par extension, de la Fin d'un espace à parcourir. Il est parvenu au terme de la carrière. Le terme d'une course.

Il se dit encore de la Fin d'une période de temps. Le terme de la vie. Chaque chose a son terme. Quand cesseront nos malheurs? je n'en vois pas, je n'en aperçois pas le terme. Il n'est pas encore au terme de ses adversités, de ses disgrâces. Il faut mettre un terme à ces débats. La maladie touche à son terme.

Il signifie aussi, figurément, Borne, limite où s'arrête quelque chose. Il a mis un terme à son ambition, à ses extravagances. Il y a un terme où il faut s'arrêter. Il est un terme à tout.

Il désigne encore le Moment fixé d'avance pour un paiement. Les loyers des maisons se paient à Paris aux quatre termes accoutumés. Le terme de la Saint-Jean, de la Saint-Michel, etc. Le terme de janvier, d'avril, etc. Payer à terme échu. Il m'a fait une promesse de mille francs payables en six termes. Je déménagerai au terme prochain.

Terme de rigueur, Terme passé lequel il n'y a plus de délai à espérer.

Marché à terme, Marché dont l'exécution est ajournée à un délai fixé.

Prov., Qui a terme ne doit rien, On ne peut être contraint de payer avant le terme échu.

TERME désigne, par extension, la Somme due au bout du terme. Il doit deux termes à son propriétaire. Il ne doit que le terme qui court. Il a payé un terme. Il a payé son terme. Il n'eut à payer qu'un demi-terme.

Il se dit également du Temps au bout duquel une femme doit accoucher, dans le cours ordinaire de la nature; en ce sens, il s'emploie ordinairement sans article ou avec l'adjectif possessif. Elle n'est pas à terme. Elle est accouchée avant terme. Cet enfant est venu à terme. Cette femme n'est pas encore à son terme.

Il se dit, dans un sens analogue, en parlant des Femelles de quelques animaux, des vaches, des juments, etc. Sa jument a mis bas avant terme. Une vache qui n'est pas encore à terme.

TERME signifie encore État, nature des relations qu'on entretient avec quelqu'un; en ce sens, il s'emploie le plus souvent au pluriel. Être en bons termes avec quelqu'un. En quels termes êtes-vous ensemble?

Il signifie en outre Expression d'une idée, mot. Terme significatif, expressif, clair, intelligible. Terme usité. Terme hors d'usage, inusité. Terme nouveau. Terme ancien. Termes nobles, pompeux, bas. Terme propre, figuré. Termes obscurs, vagues. Termes emphatiques. Terme équivoque, ambigu. Ambiguïté dans les termes. Il parle en termes choisis. Vous vous servez d'un terme impropre. Ce terme est mauvais. Expliquez cela en meilleurs termes. En termes précis. Il n'y a point de termes pour exprimer la grandeur de Dieu. Le contrat porte cela en termes exprès. Il ne dit que les mêmes choses en d'autres termes. Connaître la propriété des termes.

Je lui ai dit cela en propres termes, Dans les mêmes termes que je viens de rapporter.

S'exprimer en termes propres, Employer des termes convenables à la chose dont on parle.

Mesurer, peser ses termes, Parler avec circonspection.

Parler de quelqu'un en bons termes, en mauvais termes, En dire du bien ou du mal.

Fam., Ne pas ménager ses termes, Dire avec dureté des choses désagréables. Ménagez davantage vos termes.

TERME se dit aussi des Façons de parler qui sont particulières à quelque art, à quelque science. Il ne sait pas les termes de l'art. Termes techniques. Terme didactique. Cela s'appelle ainsi en termes d'architecture, de fortification. Termes de logique, de mathématiques, de grammaire. Termes de procédure, de jurisprudence, de finance, de commerce. Dictionnaire des termes de botanique. En termes de l'Écriture.

TERME se dit encore, en termes de Logique et de Mathématiques, des Éléments d'un rapport, d'une relation, d'une comparaison.

Terme de comparaison, de relation, Chacun des deux objets que l'on compare l'un avec l'autre, qui ont de la relation, du rapport entre eux. Choisissez mieux vos termes de comparaison. Ce terme de comparaison n'est point exact. Toute relation a deux termes. Père et Fils sont deux termes de relation.

En termes de Logique, Les termes d'un syllogisme, Les trois termes combinés deux à deux forment les trois parties d'un syllogisme. Moyen terme. Voyez MOYEN, adjectif.

En termes de Mathématiques, Terme d'un rapport, d'une proportion, d'une progression, Chacune des quantités qui composent le rapport, la proportion, la progression. Terme d'une équation, d'une expression algébrique, Chacune des quantités qui composent cette expression et qui sont séparées par les signes plus (+) ou moins (-).

terme

Terme. Il vient de Terminus Latin, ou du Grec, térma termatis, qui signifie autant comme Fin, borne, limite, Finis, meta, terminus.

Long terme, Longa dies.

Terme de vingt jours donnez par la loy à ceux qui estoient convaincus par instrument, ou par leur confession, de debvoir quelque somme d'argent à aucun, Dies iusti.

Brief terme, Temporis angustiae.

Le court terme et le brief jour, dedans lequel il faut enlever quelque chose, Cohibitio.

Donner plus long terme à, etc. Aliam diem operi faciundo laxiorem dare.

Bailler cinq ans de terme et de durée, In quinquennium definire.

Bailler au terme dit, Ad diem dare.

Quand le terme commence à couler et s'approcher, Cedere res dicitur.

Il est né à terme, Exactis mensibus natus. B. Iusta die editus.

La Duchesse estoit fort enceinte, et pres du terme de son enfantement, Legitimum pariendi tempus in proximo erat.

Prolonger le terme de payer porté par l'obligé, Diem cautionis proferre. Liu. lib. 22.

Estre né devant terme, Aboriri.

¶ Estre mis en termes, Cadere in deliberationem.

Mettre quelque chose en termes, Rem aliquam sermonibus agitare.

¶ Le terme est venu sans qu'on y ait pensé, Obrepsit dies. Budaeus ex Cicerone.

Terme de payer, ou faire quelque chose, Dies. B.

Sommer et denoncer à quelqu'un le terme venant qu'il a à payer, ou rendre besoigne faicte, Diem aduentantem denuntiare ei qui in diem rem praestare vel opus perfectum obligatus est. B.

¶ Le terme de practique, La façon de parler des practiciens, Dialecti fori. Budaeus.

Exceder les termes, Vltra praescriptum verborum disceptatorem agere vel disceptationem suscipere. Budaeus.

En mesmes termes, Eisdem verbis.

¶ Quel terme il tient, c'est à dire contenance.

terme


TERME, s. m. TERMINAISON, s. fém. TERMINER, v. act. [Têrme, minèzon, miné. 1re ê ouv. 2e e muet au 1er; 3e è moy. au 2d, é fer. au 3e.] Terme, est 1°. la fin, la borne de ce qui a raport au tems ou au lieu. "Le terme d'une course. "Le terme de la vie. Voy. BUT.
   Je prétends mettre un terme au cours des homicides.
       Oreste.
"Je ne vois pour l'homme, que naître et mourir: l'espace qui sépare ces deux termes est si peu de chôse, qu'il n'est rien. Neuville. = 2°. Tems préfix de payement: "Payer dès que le terme est échu. Doner le terme bien long. = 3°. Le tems où une femme doit acoucher. Il s'emploie alors sans article: "Elle est à terme: elle est acouchée avant terme; ou avec les pronoms possessifs: "Elle n'est pas encôre à son terme: elle aproche de son terme. — On le dit de même des femelles de certains animaux domestiques. = 4°. Sorte de statûe, qui n'a que la seule tête ou le haut du corps, et qui finit en pilastre ou en gaine. On lui done ce nom, parce qu'elle servait aûtrefois de borne ou de limite. — On dit d'un homme, qui est longtems debout dans un endroit, sans agir, qu'il est planté là comme un terme. Style famil. = 5°. Mot, diction. "Terme propre ou figuré, vieux ou nouveau, barbâre, hors d'usage, etc. "Parler en bons ou en beaux termes;en termes choisis; Voy. MOT. = On le dit aussi des façons de parler particulières à quelque Art ou Science. "Termes d'Architectûre, de Mathématique, de Gramaire, de Pratique, de Finance, etc. = 6°. Au pluriel, état où est une afaire ou une persone par raport à une afaire. "En quels termes est cette afaire? Elle est en bons ou en mauvais termes. "Être en termes d'acomodement, en termes de conclûre à l'amiable. "En quels termes êtes-vous avec lui depuis votre querelle?
   TERMINER a le sens du substantif; borner: La mort termina les conquêtes d'Alexandre. "Ces montagnes terminent agréablement l'horison. = Achever, finir: "Terminer une campagne par une victoire. "C'est ainsi qu'il termina glorieûsement sa vie. "Terminer un diférend à l'amiable; par un acomodement. = Se terminer. "Tout cela s' est heureusement terminé. "Cette campagne ne se terminera point sans combat. = Il se dit aussi de la désinence d'un mot. "Verbes qui se terminent en er, en ir: noms qui se terminent en eur, en oir, en ence, etc.
   TERMINAISON~ n'a que cette dernière signification. "Terminaison masculine ou féminine, en eur, en or, en er, en ir, etc. Voy. DÉSINENCE.

Synonymes et Contraires

terme

nom masculin terme
2.  Limite fixée dans le temps.
3.  Mot précis.
Traductions

terme

Ausdruck, Äußerung, Terminus, Wort, Term, Termin, Abschluss, Begriff, Bezeichnungterm, expression, end, terms, deadlineterm, termijn, betuiging, bewoording, gezegde, uitdrukking, uiting, vakterm, zegswijze, limiet, tijdslimiet, bevalling], einde, termijnbetaling, tijd [geboorte, vervaldatum, woord, eindpunt, uiteindeאבן מיל (נ), איבר (ז), גמר (ז), זמן פירעון (ז), חלות (נ), יום הפירעון (ז), מונח (ז), מועד (ז), מילה (נ), מימרה (נ), סופיות (נ), סיום (ז), סיפא (נ), קץ (ז), שלהי, גְּמָר, זְמַן פֵּרָעוֹן, חָלוּת, מוּנָח, מוֹעֵד, מִלָּה, קֵץterm, uitdrukkingtermeudtryk, betegnelseesprimo, terminotérmino, vocablo, expresióntermo, expressão, fim, palavra, vocábuloterm, uttryck, villkorόρος, τέρμαtermine, chiusura, espressioneتَعْبِيرvýraztermitermin用語용어betegnelsezwrotтерминระยะเวลาที่กำหนดterimthuật ngữ词语 (tɛʀm)
nom masculin
1. fin le terme d'un voyage mettre un terme à qqch enfant né avant terme
2. dans un délai prochelointain projet à long terme
3. au bout, à la fin
4. avoir de bonsmauvais rapports avec qqn
5. mot chercher un terme
6. autrement dit

terme

[tɛʀm]
nm
(= mot) → term
un terme de marine → a nautical term
un terme de cuisine → a culinary term
en d'autres termes → in other words
selon les termes de qn → in sb's words
être en bons termes avec qn → to be on good terms with sb
être en mauvais termes avec qn → to be on bad terms with sb
en termes de → in terms of
Cette année a été bonne en termes de ventes → It's been a good year for sales.
(au singulier: échéance) [bail, période] → end
au terme de → at the end of
mettre un terme à → to put an end to
toucher à son terme → to be nearing its end
à court terme [plan, processus] → short-term; [planifier] → in the short term
à long terme [plan, processus] → long-term; [planifier] → in the long term
un plan à long terme → a long-term plan
à terme (MÉDECINE) [accouchement] → full-term; [accoucher] → at term (= tôt ou tard) → sooner or later, eventually
avant terme [accouchement] → premature; [accoucher] → prematurely
(= solution) moyen terme → middle course termes
nmpl [loi, accord, contrat] → terms