tissu, ue

TISSU, UE2

(ti-su, sue) part. passé de tistre
Les lambeaux mal tissus de la robe grossière [CORN., Imit. I, 24]
Autre toile tissue [par l'araignée], autre coup de balai [LA FONT., Fabl. III, 8]
Songez qu'en portant un lacet tissu par la main qui traça les devoirs des mères, c'est s'engager à les remplir [J. J. ROUSS., Lett. à Mlle d'Ivernois, t. XIX, p. 423, édit. MUSSET-PATHAY]
Fig.
De notre hymen les liens mal tissus.... [CORN., Œd. v, 1]
Je mène une vie tissue d'infirmités et de chagrins [MAINTENON, Lett. à Mme de St-Géran, 1er nov. 1682]
Gonsalve de Cordoue, qui mérita si bien le titre de grand capitaine, et non de vertueux, lui qui disait que la toile d'honneur doit être grossièrement tissue [VOLT., Mœurs, 111]
Une chose me persuade qu'il [Spinosa] a pu être lui-même la dupe de ses propres raisonnements, c'est l'art avec lequel il les a tissus [CONDIL., Traité des syst. ch. 11]
Tes jours furent tissus de gloire et d'infortune [LAMART., Médit. 14]