tombe

tombe

n.f. [ du gr. tumbos, tumulus ]
Endroit où un mort est enterré ; fosse recouverte d'une dalle : Déposer des fleurs sur la tombe de qqn sépulture
Avoir un pied dans la tombe,
être près de mourir.
Être muet comme une tombe,
garder scrupuleusement les secrets.
Il, elle se retournerait dans sa tombe,
Fam. en parlant d'une personne décédée, elle serait bouleversée par ce qui vient d'être dit ou fait.

TOMBE

(ton-b') s. f.
Grande table de marbre, de pierre, de cuivre, etc. dont on couvre la fosse qui contient un mort.
Mes cheveux gris me font déjà frémir ; Dessous la tombe il faut toujours dormir ; Elle est un lit où jamais on ne veille [MAINARD, dans RICHELET]
Que des plus nobles fleurs leur tombe soit couverte [CORN., Hor. III, 6]
Avant qu'un peu de terre, obtenu par prière, Pour jamais sous la tombe eût enfermé Molière [BOILEAU, Ép. VII]
Le comte de Tessin.... après avoir été comblé d'honneurs pendant le cours d'une longue vie et avoir paru le plus heureux des hommes, a ordonné qu'on mît sur sa tombe : Tandem felix [DUCLOS, Œuv. t. x, p. 247]
Par extension, tombeau.
Ma flamme par Hector fut jadis allumée ; Avec lui dans la tombe elle s'est renfermée [RAC., Andr. III, 4]
Je meurs, et sur ma tombe où lentement j'arrive, Nul ne viendra verser des pleurs [GILB., Ode imitée de plusieurs psaumes]
Sa mère, peu de temps, hélas ! Vint tous les soirs dans la vallée Visiter la tombe isolée, Et son amante ne vint pas [MILLEV., Chute des feuilles.]
Moi bien portant, quoi ! vous pensez d'avance à m'ériger une tombe à grands frais [BÉRANG., Mon tomb.]
Quel est sur moi le froid qui tombe ? C'est le froid du soir de mes jours ; Promettez un rêve à ma tombe ; Muses, restez ; restez, amours [ID., Sciences.]
Fig. et poétiquement. La mort.
Ta gloire est en danger, ta tombe est entr'ouverte [VOLT., Fanat. IV, 1]
Nous [chrétiens] demandons des sourires au berceau et des pleurs à la tombe [CHATEAUBR., Génie, I, I, 1]
La tombe, pour le more même.
Qu'un vaste empire tombe, Qu'est-ce, au loin, pour ma tombe, Qu'un vain bruit qui se perd ? [DUCIS, Stances.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et li fu faite tombe biele et riche, tele qu'il afferoit à roi, [, Chr. le Rains, 82]
    Dame, fait-il, car me menés à sa tombe [de ma mie], se le savés [, Fl. et Bl. 705]
    Et ordonnons et prions'et commandons estroitement à nos executeurs, que eus ne mettent pas plus de cinquante livres tournois en toutes choses à fere tombe sur nostre cors, ne plus de trente livres tournois à faire tombe sur nostre cuer [DE LABORDE, Émaux, p. 517]
    De saint Robiert enquist la vie, Si en a la tombe ravie ; L'oissemente qu'il i trova, Plus d'avoir n'en porter rouva [DU CANGE, tumba.]
  • XIVe s.
    Si celuy eprouvé est tel qu'il doive estre orfevre.... il le sera ; mais il n'ouvrera ne fera ouvrer jamais d'autre metal que de bon or et de bon argent, si ce n'est en joyaux d'eglise, comme tombes, chasses, croix [DU CANGE, tumba.]
    À Thibaut de la Nasse, marguillier de Saint Innocent, pour dix tumbes dont l'on a faict marches en la grand viz [escalier] neuve dudit Louvre, achetée de li chaque tumbe, prise au cimetiere dudit Saint-Innocent [DE LABORDE, Émaux, p. 534]
  • XVe s.
    Y a forsbours moult grans [à Paris] comme se ce feust une ville à part, si y demeuroient ouvriers de divers mestiers, especiaulement bouchiers, tainturiers, ouvriers de tombes et de lames et autres [ID., ib. p. 517]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, tumbe ; provenç. tomba ; espagn. tumba ; ital. tomba ; du latin, tumba, qui vient, avec changement de genre, du grec, tombeau.

tombe

TOMBE. n. f. Fosse recouverte d'une table de pierre, de marbre, de cuivre, etc., qui renferme un ou plusieurs morts.

Il se dit, en général, de Tout lieu où un mort est enseveli.

Fig., Avoir un pied dans la tombe, Être très âgé, très malade, être sur le point de mourir.

Fig., Descendre dans la tombe, Mourir.

TOMBE se dit figurément, surtout dans le langage soutenu, de la Mort. Chaque instant de la vie est un pas vers la tombe.

Fig., Suivre quelqu'un dans la tombe, Mourir peu de temps après lui.

tombe

Tombe, ou Tombeau, Il vient de tumbos, à ceste cause plusieurs escrivent Tumbe, Tymbus, Tumulus, Bustum, Arca.

tombe


TOMBE, s. f. TOMBEAU, s. m. [Tonbe, bo: 1re lon. 2e lon. au plur. du 2d: tombeaux.] Tombeau, sépulcre, monument élevé à la mémoire d'un mort, dans l'endroit où il est enterré. = Tombe, grande table de pierre, de marbre, de cuivre, etc. dont on couvre une sépulture. = Tombe se dit aussi pour tombeau, sépulcre; comme tombeau, pour tout endroit où un homme est enterré. — Descendre dans la tombe, mourir. (Style poétique).
   Ma flâme pour Hector fut jadis alumée;
   Avec lui, dans la tombe, elle s' est enfermée.
       Androm.
  Et qu'ont fait tant d'Auteurs, pour remuer leur cendre?
  Le tombeau contre vous ne peut-il les défendre?
       Boil.
  Évoqués par les cris de nos maitres nouveaux,
  Lucrèce, Spinosa sortent de leurs tombeaux.
       Le Franc.
= Mettre au tombeau; causer la mort. — Tirer quelqu' un du tombeau, lui sauver la vie. — Fouiller dans le tombeau de quelqu'un; rechercher sa vie aprês sa mort, pour noircir sa mémoire.
   Tombe, Tombeau, Sépulcre, Sépultûre, (synon.) La tombe et le tombeau sont des monumens élevés dans le dessein de perpétuer la mémoire des morts. Le sépulcre et la sépulture ne sont que des fosses creusées et des souterreins fermés pour en cacher les restes. La tombe est simple et modeste devant le tombeau: la tombe est sous nos pieds, le tombeau sur nos têtes: l'une n'est que pour le souvenir, l'autre est pour la gloire. Nous pleurons sur la tombe; et nous admirons le tombeau, ou sa vanité. = L'idée de la sépulture n'est pas aussi noire que celle du sépulcre; comme l'idée de la tombe n'est pas aussi vaine que celle du tombeau, etc. Extr. des Synon. Fr. de M. l'Abé Roubaud.

Synonymes et Contraires

tombe

nom féminin tombe
Lieu où on enterre un mort.
Traductions

tombe

Grab, Gruftgrave, tomb, sepulchregraf, groeve, dood, graf(steen)עפר (ז), קבורה (נ), קבר (ז), שחת (נ), קֶבֶרtombatombosepulcro, tumba, sepulturahautatumbagravjazigo, sepultura, túmulo, tumbagraf, gravτάφος, μνήμαtomba, sepolcroقَبْرhrobgravgrob무덤gróbмогилаหลุมฝังศพmezarmộ坟墓 (tɔ̃b)
nom féminin
endroit où on enterre un mort se recueillir sur la tombe de qqn

tombe

[tɔ̃b] nf (= sépulture) → grave; (avec monument)tomb