tondaille

TONDAILLE

(ton-dâ-ll', ll mouillées) s. f.
Dans le centre de la France, tonte des bêtes à laine. Fête, repas qui accompagne la tonte.
Conservez la fraîcheur de vos rieuses grisettes, dans les campagnes la joie de vos bourrées, le festin des tondailles avec ses galettes et sa fromentée [H. DE LA TOUCHE, le Déshérité, dans JAUBERT, Gloss.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Tondailles, mestivailles [RAB., V, 17]

ÉTYMOLOGIE

  • Tondre.

tondâille


*TONDâILLE, s. f. Je doute que ce mot soit françois, dit La Touche; l'Académie ne l' a point mis dans son Dictionaire. Elle dit, la tonte des moutons. L'Auteur des Réflexions admet tondâille pour le style familier, et cite Fleury: "Les tondâilles de leurs moutons. Il semble qu'on pourrait, qu'on devrait mettre une diférence entre tonte et tondâille: celui-là se dirait pour l'action de tondre; et celui-ci pour le tems, la saison où l'on tond: l'Académie met tonte dans les deux sens. Le Rich. Portatif met tondâille, pour la laine qu'on a tondûe; et tonte, soit pour l'action de tondre, soit pour le tems où l'on tond les moutons.