tort


Recherches associées à tort: tord

tort

[ tɔr] n.m. [ du lat. tortus, contraire au droit, de torquere, tordre ]
1. Responsabilité d'un acte blâmable, d'un comportement fâcheux ou néfaste : Reconnaître ses torts erreur, travers défaut, faute
2. Préjudice matériel ou moral causé à qqn : Il devra réparer les torts qu'il a causés dommage, injustice, 1. mal le léser, lui nuire
À tort,
injustement, faussement : Être accusé à tort.
À tort et à travers,
sans discernement : Elle dépense son argent à tort et à travers inconsidérément
À tort ou à raison,
avec ou sans motif valable : Il y croit, à tort ou à raison.
Avoir tort,
être dans l'erreur : J'ai tort, le prix n'a pas augmenté ; faire qqch d'injuste ou d'arbitraire : Il a tort en se disant prioritaire.
Donner tort à qqn,
déclarer qu'il se trompe, qu'il a mal agi ; le prouver.
Être en tort ou dans son tort,
dans la situation d'une personne qui a commis une infraction, une faute, une erreur : Il roulait trop vite, il est en tort.

TORT

(tor ; le t ne se lie pas ; au plur. l's ne se lie pas : des tor égaux : cependant quelques-uns la lient : des tor-z égaux) s. m.
Ce qui est opposé à la raison, à la justice.
Il n'y a point de gens qui aient plus souvent tort, que ceux qui ne peuvent souffrir d'en avoir [LA ROCHEFOUC., Réfl. mor. n° 386]
Ce qui fait voir que les hommes connaissent mieux leurs fautes qu'on ne pense, c'est qu'ils n'ont jamais tort quand on les entend parler de leur conduite [ID., Max. 494]
Il y a des temps où certaines gens ont toujours raison ; par la raison des contraires, Mazarin avait toujours tort [RETZ, Mém. t. II, liv. III, p. 69, dans POUGENS]
On est quelquefois empêtré dans son orgueil ; c'est une belle charité que d'en tirer une créature qui ne sent peut-être pas son tort [SÉV., 441]
Faisons la paix, mon pauvre cousin : j'ai tort, je ne sais jamais faire autre chose que de l'avouer [ID., à Bussy, 3 avril 1681]
Vous voyez que je n'ai point de tort [dans des lettres retardées] [ID., 3 avril 1675]
Ainsi les Grecs avaient tort de s'imaginer, du temps de Polybe, que Rome s'agrandissait plutôt par hasard que par conduite [BOSSUET, Hist. III, 6]
Ca lettre leur donnait le tort à tous deux [ID., Var. 2]
C'est ici Madame du Tort : Qui la voit et ne l'aime a tort ; Mais qui l'entend et ne l'adore A mille fois plus tort encore ; Pour celui qui fait ces vers-ci, Il n'eut aucun tort, Dieu merci [FONTEN., Portr. de Mme du Tort, Œuv. t. x, p. 404, dans POUGENS.]
Il n'y a rien de plus beau que de dire franchement : j'ai tort [FÉN., Éduc. filles, 5]
Mon héros dit qu'il n'a eu qu'une fois tort avec moi, et que j'ai toujours tort avec lui ; je pense qu'en cela même mon héros a grand tort [VOLT., Lett. Richelieu, 13 juin 1768]
J'ai tort, madame, j'ai très tort ; mais je n'ai pas pourtant si grand tort que vous le pensez [ID., Lett. Mme du Deffant, 10 août 1772]
Il [Malesherbes] a bien des torts ; mais il est digne qu'on lui dise ses torts ; c'est le plus grand éloge que je puisse faire de lui [ID., Lett. d'Argental, 10 sept. 1755]
Je ne devrais ni planter des jardins, ni faire des vers tendres ; cependant j'ai ces deux torts, et j'en demande pardon à la raison [ID., ib. 8 nov. 1757]
Je n'examine point lequel des deux avait tort ; ils l'avaient peut-être tous deux, comme il arrive dans presque toutes les querelles [ID., Jenni, 3]
Tu prends ton tonnerre au lieu de répondre, dit Ménippe à Jupiter, lu as donc tort [ID., Mél. litt. Cons. à L. Rac.]
Une scène violente entre le baron et moi, scène dans laquelle le tort était de mon côté [DIDER, Lett à Mlle Voland 20 nov 1770]
Un j'ai tort vaut mieux que cent répliques ingénieuses [BONNET, Lett. div. Œuv. t. XII, p. 63, dans POUGENS]
Ces femmes-là vous font croire aisément que ce sont leurs maris qui ont des torts avec elles [CARMONTELLE, Prov. posth. Promen. des Tuileries, sc. 2]
Je lui cherchais des torts imaginaires ; elle me pardonnait sans cesse des torts réels [GENLIS, Veill. du chât. t. I, p. 329, dans POUGENS]
Quand les étrangers insultent à ce pays [l'Italie].... quand ils sont sans pitié pour nos torts, qui naissent de nos malheurs [STAËL, Corinne, II, 2]
Il a tous les torts, tous les mauvais procédés sont de son côté. Mettre quelqu'un dans son tort, lui faire des propositions qu'il ne puisse refuser sans faire voir qu'il est déraisonnable, avoir pour lui un procédé auquel il ait tort de ne pas répondre.
Il [le plénipotentiaire] fait de fausses offres, mais extraordinaires, qui donnent de la défiance et obligent de rejeter ce que l'on accepterait inutilement, qui lui sont cependant une occasion de faire des demandes exorbitantes, et mettent dans leur tort ceux qui les lui refusent [LA BRUY., X.]
Les politiques dirent que Torcy n'était allé s'humilier à la Haye que pour mettre les ennemis dans leur tort [VOLT., Louis XIV, 21]
Mettre quelqu'un dans son tort, faire que quelqu'un ait un tort à notre égard.
Il est pénible à un homme fier de pardonner à celui qui le surprend en faute et qui se plaint de lui avec raison ; sa fierté ne s'adoucit que lorsqu'il reprend ses avantages et qu'il met l'autre dans son tort [LA BRUY., IV]
Gardez-vous bien de souffrir qu'il vous mette à son tour dans le tort [FÉN., Tél. X]
Tu vois tout ce que je fais pour la mettre dans son tort [DANCOURT, Bourg. à la mode, IV, 7]
Lésion, dommage qu'on souffre ou qu'on fait souffrir. Réparateur, redresseur des torts. La grêle a fait bien du tort en ce canton. Il ne lui a pas fait tort d'un écu.
Je lui demanderai si j'ai fait tort à *** [BALZ., liv. VI, lett. 5]
Ah ! ne me faites pas ce tort de juger de moi par les autres ! [MOL., l'Av. I, 1]
Et je me vis contrainte à demeurer d'accord Que l'air dont vous vivez vous faisait un peu tort [ID., Mis. III, 4]
Des maximes qui vous font tort dans le monde [PASC., Prov. XI]
Meurtres qui feraient tort à l'État [ID., ib. XII]
La plus aimable chose du monde est un portrait bien fait ; quoi que vous puissiez dire, celui-là ne vous fait point de tort [SÉV., 63]
Je fais tort au chevalier de vous mander ces sortes de choses [c'était lui qui devait les mander à Mme de Grignan] [ID., 417]
Adieu, mon pauvre cousin ; ce n'est point ici une belle lettre, ni une réponse digne de la vôtre ; mais on n'est pas toujours en belle humeur ; il y a huit jours que je suis malade ; cela fait tort à ma vivacité [ID., à Bussy, 19 juill. 1655]
Ce serait faire tort à la mémoire de cette femme forte, que de montrer de la faiblesse [FLÉCH., Duch. de Montaus.]
Il [M. de Montausier] n'eut pas besoin de réparer, sur ses vieux ans, les torts qu'il avait faits en sa jeunesse [ID., Duc de Mont.]
Faire tort à, être injuste envers.
J'ai peur que vous ne soyez abattu ; mais je vous fais tort, et je vous ai vu soutenir de si grands malheurs.... [SÉV., à Bussy, 22 juill. 1685]
Il y fallait regarder, élire entre les doctes, sans faire tort aux autres, les deux plus doctes [P. L. COUR., Lettre à MM. de l'Académie.]
À tort, loc. adv. sans raison, injustement, sans motif.
Apprenez, apprenez La valeur de ce fils qu'à tort vous condamnez [CORN., Hor. IV, 2]
Il a mis à tort ce pape au nombre des hérétiques [PASC., Prov. XVII]
Peut-être tes soupçons à tort m'ont alarmé [C. DELAV., Paria, IV, 1]
À tort et à travers, loc. adv. Sans discernement, sans y regarder.
Le juge prétendait qu'à tort et à travers On ne saurait manquer condamnant un pervers [LA FONT., Fabl. II, 3]
J'interrompais leur entretien pour parler à tort et à travers [LESAGE, Gil Blas, I, 5]
La coutume d'introduire l'amour à tort et à travers dans les ouvrages dramatiques passa de Paris à Londres vers l'an 1660, avec nos rubans et nos perruques [VOLT., Mél. litt. Tragéd. angl.]
Presque plus de véritables arts, presque plus de génie [après le siècle de Louis XIV] ; le mérite consistait à raisonner à tort et à travers sur le mérite du siècle passé [ID., Princ. de Babyl. 10]
Vous êtes moqueuse à l'excès, inappliquée, légère.... vous parlez à tort et à travers [GENLIS, Traité d'éduc. la Bonne mère, I, 1]
On a dit aussi : de tort et de travers.
Il en faut discourir de tort et de travers [RÉGNIER, Sat. II]
À tort et à droit, sans examiner si la chose est juste ou injuste. Il veut ce qu'il veut, à tort et à droit.
À tort ou à droit, à tort ou à raison. avec droit ou sans droit, avec raison ou sans raison. à tort ou à droit il se prétend lésé.

PROVERBES

  • Qui doit a tort, on présume toujours que, quand on plaide, c'est qu'on ne veut pas payer.
  • Le mort a toujours tort, un homme mort ne pouvant se défendre, on rejette la faute de beaucoup de choses sur lui. On dit dans le même sens : Les absents ont tort.
  • La mort a toujours tort, se dit pour accuser les médecins, qui rejettent sur le compte de la maladie ce qui pourrait être le fait de leur inhabileté.

REMARQUE

  • Quoique, dans la locution avoir tort, tort soit sans article, on peut le représenter par le pronom le, quand le sens est clair.
    Je crois que j'avais tort. - Oui vraiment vous l'aviez [ANDRIEUX, les Étourdis, III, 4]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Qui tort eslevera, u faus jugement fera [, Lois de Guill. 41]
  • Si li ad dit : à tort vos curuciez [, Ch. de Rol. XXX]
    Charles respunt : tort fait kil me demandet [, ib. LXV]
    Paien unt tort, e chrestien unt dreit [, ib. LXXVII]
    Devers vos est li orguilz e li torz [, ib. CXVIII]
    Josque li uns sun tor i reconnuisset [, ib. CCLXI]
  • XIIe s.
    Certes, dame, moult s'honeure Qui courtois est contre tort [, Couci, IV]
    Voirs est [il est vrai] qu'amours m'a à son tort grevé [, ib. XI]
    Du tort et de la honte me vorroie vengier [, Sax. XVI]
  • XIIIe s.
    Bien savons que [la terre] est tolue à tort à lui et à son pere [VILLEH., XLIII]
    Et je ne doute ne tant ne quant que nous n'aions la victoire ; car nous avons droit et il ont tort [ID., XXV]
    Et de ce Robiert issirent li Robiertois, qui dient encore que on for fait tort dou roiaume, pour çou que cius [celui-là] estoit ainsnés [, ib. p. 3]
    Li communs pueples vit plus en pais, quant li prevos et li sergans ne leur ozent riens meffere à tort [BEAUMAN., I, 9]
    Que se il muert à vostre tort [par votre faute], Vostre est la coupe [coulpe] de sa mort [DU CANGE, Gloss. français.]
  • XIVe s.
    De tort et de travers si fiert et frappe et maille ; Touz tue ceulx qu'il fiert de son branc qui bien taille [, Girart de Ross. v. 3853]
    Mielx vault estre en tort cras et aise, Qu'en droit chetif et à malaise [J. BRUYANT, dans Ménagier, t. II, p. 217]
    Miex vaut homme un denier, puisque loiaument a, Que cent libvres de tort, quant larecin i a [, Baud. de Seb. VIII, 1065]
  • XVe s.
    Si on nous a fait des torts, nous en ferons aussi [FROISS., II, II, 59]
    Aucunes foiz, soit droict ou tort [CH. D'ORL., Ball. 3]
    Par voz arts et par vos pratiques Nous faisiez du droict le tort ; Bien estes causes les plusieurs De partie de nos douleurs [MONSTREL., t. I, p. 327, dans LACURNE]
    À tous deux il tenoit grand tort [il avait de grands torts envers l'un et l'autre] [COMM., IV, 3]
  • XVIe s.
    Elle abbatit tout le boys, à tordz, à travers, de czà, de là.... [RAB., Garg. I, 16]
    Nous ne nous efforcerons point de voller les honneurs par droit ou par tort, par violence ou cautele et autres moyens obliques [CALVIN, Instit. 546]
    Qu'ils facent bien à ceux qui leur tiennent tort et qu'ils prient pour ceux qui mesdisent d'eux [ID., ib. 1207]
    Je ferois tort à l'affecsion que je vous porte, si.... [MARG., Lett. 63]
    J'experimente tant la bonne voulenté que vous portés à tout ce qui me touche, que je me fays tort quand je vous les recommande [ID., ib. 117]
    Nous avons grand tort d'estimer que... [MONT., I, 69]
    Le peuple s'excusa envers luy du tort qu'il luy avoit ingratement fait [AMYOT, Péric. 70]
    Ilz l'avoient envoyé querir pour aider à celuy qui auroit le droit, à l'encontre de celuy qui auroit tort [ID., Pélop. 48]
    La memoire du tort et injure moult plus que benefice dure [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 325]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, toîr ; provenç. tort ; espagn. tuerto ; ital. torto ; du bas-lat. tortum, injustice, qui est le participe passif tortus, tordu, de torquere (voy. TORDRE). Le tort se trouve dans d'anciens livres de droit pour celui qui a tort.

tort

TORT. n. m. État de celui qui n'a pas le droit, la raison de son côté. Lequel des deux a tort? Ils ont tort tous deux. Le tort est de votre côté. Il a tous les torts. Tout le monde lui donne tort. Vous avez grand tort de parler comme vous faites.

Mettre quelqu'un dans son tort, Lui faire une offre, une proposition qu'il ne puisse refuser sans faire voir qu'il est déraisonnable ou injuste; avoir pour lui un procédé auquel il ait tort de ne pas répondre. Faites-lui encore cette offre pour le mettre dans son tort. Parlez-lui en termes conciliants pour le mettre encore plus dans son tort.

Prov., Le mort a toujours tort, Un homme mort ne pouvant plus se défendre, on rejette la faute de beaucoup de choses sur lui. On dit de même : Les absents ont tort.

TORT se dit encore du Fait d'avoir quelque chose à se reprocher envers quelqu'un. C'est un tort que je ne vous pardonnerai jamais. Vous aggravez vos torts. Il a confessé, avoué noblement son tort. Reconnaître ses torts. Réparer, effacer tous ses torts. Le divorce a été prononcé aux torts réciproques des époux.

Il signifie aussi Lésion, dommage qu'on souffre ou qu'on fait souffrir. Réparer le tort qu'on a fait. Il ne faut pas faire tort à son prochain. Cela m'a fait grand tort. Quel tort cela vous fait-il? Il ne lui a pas fait tort d'un sou. Il ne fait tort qu'à lui-même. Les chevaliers errants redressaient les torts. Redresseur de torts.

À TORT, loc. adv. Sans raison, injustement. On l'accuse à tort et sans cause. C'est à tort que vous lui imputez cela.

À TORT ET À TRAVERS, loc. adv. Sans considération, sans discernement. Il frappe à tort et à travers. Il parle à tort et à travers, sans savoir ce qu'il dit.

À TORT OU À DROIT, loc. adv. Sans examiner si la chose est juste ou injuste. Il veut ce qu'il veut, à tort ou à droit.

À TORT OU À RAISON, loc. adv. Avec ou sans raison valable. À tort ou à raison, il est convaincu qu'on a voulu le tromper.

tort

Tort, Il vient de Tortus, ou Tortuosus, quod opponitur Recto, Aussi Tort et droict sont contraires, Iniuria enim, hoc est quod iniuste fit alteri, a naturae rectitudine deflectit, vt tortuosum bacillum a bacilli rectitudine.

Tort et dommage, Iniuria.

Les tors, dommages et desplaisirs qu'on a fait aux citoyens, Iniuriae ciuium.

Endurer et souffrir quelque tort, Accipere plagam aut vulnus.

¶ Tort mauvais, Infirmitas iuris. B.

Garder qu'on ne face tort à quelqu'un, Aliquem ab iniuria prohibere.

Se garder de faire tort et dommage, Temperare ab iniuria et maleficio.

Je ne luy fey jamais tort en quelque petite chose que ce fust, Nunquam illum ne minima quidem re offendi.

J'ay tort, Do manus. B. ex Cic.

Qui fait tort et desplaisir, Iniurius, Iniuriosus.

Mettre le tort sur aucun, Causam vel culpam in aliquem coniicere, siue conferre, vel transferre.

A tort et sans cause, Perperam, Inique, Ob nullam noxiam, Iniuriose, Iniuria, ablatiuus: Immerito, Falso.

A tresgrand tort, Immeritissimo.

C'est à tort qu'il est lié, Non recte vinctus est.

¶ A tort ou à droict, Quo iure, quaque iniuria. B.

Il faut trouver argent soit à droict ou à tort, Inueniendum argentarium auxilium bona opera aut mala.

tort


TORT, s. m. [Le t final ne se prononce jamais.] Ce qui est oposé à la justice et à la raison. "Il a tort, tous les torts du monde. "Tout le monde lui done le tort.
   C'est un danger; c'est peut-être un grand tort
   D'avoir une âme au dessus de son sort.
       Nanine.
= Il régit de et l'infinitif. "Vous avez {C701a~} eu tort de le faire. = Lésion, domage. "Il ne faut pas faire tort à son prochain. "Il ne lui a pas fait tort d' un écu. "Il ne fait tort qu'à lui-même. "Les gens, que vous hantez, font tort à votre réputation. = Tort, injûre (synon.) Le tort regarde particulièrement les biens et la réputation: il ravit ce qui est dû. L'injûre regarde les qualités personelles: elle impute des défauts. Le 1er nuit: le 2d ofense. "Le zèle imprudent d'un ami fait quelque-fois plus de tort que la colère d'un énemi. "La plus grande injûre, qu'on puisse faire à un honête homme est de se défier de sa probité. GIR. synon. = Mettre quelqu'un dans son tort; et mettre le tort sur quelqu'un, ont des sens diférens. L' un signifie, faire par sa conduite que le tort lui reste; l'aûtre, mettre la faûte sur lui; la lui atribuer. = Se faire tort; déshoneur. "Bien loin que je me sois fait tort en m'atachant à lui (à Pompée) il s'est fait honeur en se déclarant pour moi. Mongault Let. de Cic. à Att.
   REM. Avoir tort s'emploie quelquefois sans régime. "Il a tort: vous avez raison et je n'ai pas tort.
   ....Et qu'en pense Cléon?
   - - - Que vous n'avez pas tort et qu'Ariste a raison.
       Le Méchant.
= Mais avec la négative, doit-on dire, je n'ai pas tort, ou dire, je n'ai pas de tort? Le 1er est plus conforme à l'analogie; puisqu'on dit: il n'a pas raison, je n' en ai pas besoin; et non pas: il n'a pas de raison; je n' en ai pas de besoin. Quelques-uns pourtant préfèrent le 2d. "Je n'ai donc pas de tort de m'obstiner au silence. Créb. F. Je voudrais dire: je n'ai donc pas tort, etc. "Elle a bien plus tort que votre vieux gentilhomme. Volt. = Dit-on Doner tort ou le tort à quelqu'un? Il y a des autorités et des exemples pour l'un et pour l'aûtre.
   À~ tort, adv. Sans raison; injustement. "On l'acûse à tort. = À~ tort et à travers, sans discernement, sans considération. "Il parle, il frape à tort et à travers. = * Suivant La Touche, on dit aussi à tors et à travers, et Richelet ne met que celui-ci; mais s'il fut aûtrefois d'usage; il est aujourd'hui entièrement inusité. = Trév. dit, de tort et de travers, en ajoutant qu'à tort et à travers parait plus régulier. Ce {C701b~} n'est pas assez dire: celui-ci est le seul bon.

Synonymes et Contraires

tort

nom masculin tort
1.  Responsabilité d'un acte.
2.  Action blâmable.
Traductions

tort

Unrecht, Tortongelijk, schuld, fout, nadeel, schade, kwaadwrong, harm, mischief, faultנזק (ז), עוול (ז), רע (ז), עָוֶלmalpravecodanno, tortoгрешенforkert잘못된fel (tɔʀ)
nom masculin
1. défaut, faute reconnaître ses torts
avoir commis une erreur, une faute conducteur qui est dans son tort
2. dommage, mal causé à qqn faire du tort à qqn
3. ne pas avoir raison Tu as tort de réagir ainsi.
4. injustement être accusé à tort

tort

[tɔʀ]
nm
(= défaut) avoir tort → to be wrong
être dans son tort → to be in the wrong
donner tort à qn (= désapprouver) → to say that sb is wrong (= montrer que qn a tort) → to prove sb wrong
en tort → in the wrong, at fault
à tort → wrongly
à tort ou à raison → rightly or wrongly
à tort et à travers → wildly
(= préjudice) causer du tort à → to harm (= desservir) → to be harmful to, to be detrimental to
un redresseur de torts → a righter of wrongs torts
nmpl (DROIT) aux torts de qn
rupture de contrat de travail aux torts de l'employeur → breach of contract of employment by the fault of the employer