tortue

(Mot repris de tortus)

tortue

n.f. [ du lat. tartaruca, bête infernale du Tartare, des Enfers ]
1. Reptile à pattes courtes, amphibie ou terrestre, au corps enfermé dans une carapace osseuse et écailleuse.
2. Fam. Personne très lente.
À pas de tortue,
très lentement.

TORTUE

(tor-tue) s. f.
Animal amphibie à quatre pieds, qui marche fort lentement, et dont le corps est couvert d'un têt, d'une écaille (famille de la classe des reptiles). Tortue de mer. Tortue de terre. Soupe à la tortue. Écaille de tortue.
Il laisse la tortue Aller son train de sénateur ; Elle part, elle s'évertue : Elle se hâte avec lenteur [LA FONT., Fabl. VI, 10]
Nos gens y prirent une tortue du poids environ de deux cents livres [BOUGAINV., Voy. t. II, p. 251]
Pas de tortue, marche très lente.
Marchez donc ; la, quel pas de tortue ! [TH. CORN., Comt. d'Orgueil, III, 9]
À pas de tortue, en tortue, comme une tortue, très lentement.
Faire les doux yeux sans parler, C'est faire l'amour en tortue [RÉGNIER, Amour. tr.]
Quand mes lettres vont comme des tortues par la tranquille voie du messager [SÉV., 3 avr. 1675]
Il partit le plus tard qu'il put et marcha à pas de tortue [SAINT-SIMON, 109, 169]
Voyez où en sont Cyrus et Aronce au commencement du premier tome [du roman de Cyrus, par Mlle de Scudéry] ; cependant ces héros, avec leurs pas de tortue, ne laissent pas d'arriver au douzième [FONTEN., Lett. gal. 8]
Le mal a des ailes, et le bien va à pas de tortue [VOLT., Lett. 'SGravesande, 1736]
Espèce d'abri ou de toit que les Romains formaient en tenant leurs boucliers réunis au-dessus de leurs têtes, pour se couvrir en approchant du pied de la muraille d'une ville assiégée.
Ayant mis leurs boucliers sur leurs têtes, ils s'avancèrent ainsi en tortue, sans que ni les traits ni les tuiles pussent leur nuire en aucune façon [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VIII, p. 317]
Machine de guerre, montée sur des roues et couverte, à l'abri de laquelle on pouvait s'avancer jusqu'au pied des murailles d'une ville assiégée.
Ustensile pour la coction de certains mets. Terme de cuisine. Tête de veau en tortue, c'est-à-dire à la financière.
Constellation qu'on appelle aussi la Lyre.
Terme de marine. Embarcation qu'on emploie pour traverser un bras de met
Petite tortue ou vanesse, sorte de papillon.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    D'un home pereceus je dirai : ce est une tortue [BRUN. LATINI, Trésor, p. 487]
  • XVIe s.
    Testudo, maladie ainsi appelée, à cause que les patiens ont une apostume à la teste, semblable à une tortue [PARÉ, Introd. 21]
    Belier, vignes, tortues, balistes [ID., IX. Préf.]
    La tortue, quand elle a mangé de la vipere [MONT., II, 171]

ÉTYMOLOGIE

  • Tortu, la bête ayant été ainsi nommée parce qu'elle a les pieds tortus ; provenç. et espagn. tortuga.

tortue

TORTUE. n. f. Reptile amphibie à quatre pieds, qui marche très lentement, et dont tout le corps, à la réserve de la tête, des pieds et de la queue, est couvert d'une grande enveloppe dure et le plus souvent garnie d'écailles. Tortue de terre, tortue terrestre. Tortue de rivière, tortue d'eau douce. Il y a dans ce pays des tortues de mer d'une grandeur prodigieuse. Écaille de tortue. OEufs de tortue. La chair de tortue est délicate. Soupe à la tortue.

Fam., À pas de tortue, Lentement. Il va, il marche à pas de tortue. On dit aussi : Il va comme une tortue.

TORTUE, en termes d'Antiquité romaine, se dit d'une Sorte de carapace que les soldats formaient en tenant leurs boucliers au-dessus de leur tête et en les serrant les uns contre les autres, pour être à couvert des traits de l'ennemi en approchant du pied des murailles d'une ville assiégée.

Il se disait également d'une Machine de guerre montée sur des roues et couverte, à l'abri de laquelle on pouvait s'avancer de même jusqu'au pied des murailles d'une ville assiégée.

tortue

Une Tortue, Testudo.

Tortues qui vivent és bourbiers, Lutariae testudines.

La couverture et le test d'une tortue, Chelonium.

Appartenant à la tortue, Testudineus.

Quand une bande de gens de pied se serrent pres l'un contre l'autre, ayans rondelles et pavois sur leurs testes, en sorte qu'on ne les peut veoir, et sont couvers en façon d'une tortue, Testudinem facere dicuntur milites.

tortûe


TORTûE, s. f. [2e lon. 3ee muet.] Animal amphibie, qui marche fort lentement et dont tout le corps est couvert d'une grande écaille dûre, à la réserve de la tête, des pieds et de la queûe. "Tortûe de mer, de rivière, de terre. "Écaille, oeufs, chair de tortûe. "Bouillon de tortûe. = On dit, dans le discours familier, marcher à pâs de tortûe, c. à. d. três lentement. On le dit dans le propre et dans le figuré.

Traductions

tortue

Schildkröte, Wasserschildkrötetortoise, turtleschildpad, schilddakצב (ז), שלחופה (נ), שַׁלְחוּפָה, צָבskilpadسُلَحْفَاة, سُلَحْفاةُ البَحْرtortugatestudotortuga亀, カメchelystartarugaчерепахаsköldpaddakobeχελώνα, θαλάσσια χελώναtartarugaželvaskildpaddekilpikonnakornjača거북, 거북이skilpaddeżółwเต่าkaplumbağa, su kaplumbağasıcon rùa海龟, (tɔʀty)
nom féminin
animal à carapace

tortue

[tɔʀty] nf
(ZOOLOGIE)tortoise; (marine)turtle
(= personne) → slowcoach (Grande-Bretagne), slowpoke (USA)