trépassement

TRÉPASSEMENT

(tré-pâ-se-man) s. m.
Action de trépasser.
M. de Thou désirait que je lui fisse un trépassement du Christ, et me le paierait très bien [POUSSIN, Lett. 14 mai 1644]
Voire, ce m'a-t-il fait, tu as été au trépassement d'un chat, tu as la vue trouble [MOL., D. Juan, II, 1]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Mout estoit près de son trespassement [, Ronc. p. 106]
    Ne devez as prelaz faire defendement à plaidier de lur plaiz, cum de trespassement [violation] U de fei u de criem u de faus serement E d'us e de custume.... [, Th. le mart. 80]
  • XIIIe s.
    El point que le [la] feme muert qui tient en doaire, li doaires vient as hoirs el point qu'il est el tans du trespassement à le [la] feme [BEAUMAN., XIII, 11]
  • XVe s.
    Après le trespassement de la roine de France trespassa la roine de Navarre [FROISS., II, II, 19]

ÉTYMOLOGIE

  • Trépasser ; provenç. trespassamen ; espagn. traspasamiento ; ital. trapassamento.

trépassement

TRÉPASSEMENT. s. m. Trépas. Il est vieux.