travail

1. travail

[ travaj] n.m. [ de travailler ] [travaux].
1. Activité de l'homme appliquée à la production, à la création, à l'entretien de qqch : Le travail manuel, physique, intellectuel inaction, oisiveté, repos
2. Activité professionnelle, régulière et rémunérée : Trouver un travail emploi, métier ; chômage, inactivité qui vérifie que la législation du travail est respectée
3. Exercice d'une activité professionnelle ; lieu où elle s'exerce : Le travail en usine loisirs, vacances
4. Activité déployée pour accomplir une tâche, parvenir à un résultat : La réparation des dégâts nécessitera plusieurs mois de travail. Un gros travail de tri s'impose effort
5. Toute occupation, toute activité considérée comme une charge : Être surchargé de travail besogne
6. Ouvrage réalisé ou qui est à faire : Distribuer le travail à ses collaborateurs tâche œuvre
7. Manière dont un ouvrage est exécuté : Admirez le travail de ce panneau de marqueterie façon, facture
8. Technique permettant de travailler une matière, d'utiliser un outil ou un instrument : Apprendre le travail du bois, des métaux.
9. Activité laborieuse de l'homme considérée comme un facteur essentiel de la production et de l'activité économiques : Une nouvelle organisation du travail.
10. Ensemble des travailleurs qui participent à la vie économique d'un pays : Le monde du travail la population active
11. Action continue produite par un phénomène naturel : Le travail de l'érosion. Le temps fera son travail et il oubliera.
12. Effet, résultat produit par le fonctionnement, l'activité de qqch : Le travail du cœur. Le travail musculaire.
13. Ensemble des phénomènes physiologiques qui conduisent à l'accouchement : Le travail est commencé.
Travail d'intérêt général,
activité non rémunérée imposée à un délinquant à titre de peine de substitution.

travaux

n.m. pl.
1. Ensemble d'opérations, de tâches propres à un domaine déterminé : Les travaux agricoles. Les travaux ménagers.
2. Ensemble des opérations de construction, d'aménagement ou de remise en état d'édifices, de voies, de terrains : Faire des travaux dans sa maison. Le périphérique est fermé pour cause de travaux.
3. Ensemble des recherches entreprises dans un domaine de la connaissance : Publier ses travaux.
4. Ensemble de débats d'une assemblée ou d'un groupe : L'Assemblée nationale a repris ses travaux.
Inspecteur des travaux finis,
Fam. personne qui arrive quand le travail est achevé.
Travaux forcés,
ancienne peine que les condamnés effectuaient dans les bagnes de Guyane ou de Nouvelle-Calédonie.
Travaux publics,
construction, réparation de bâtiments, de voies de communication pour le compte de l'État.

2. travail

[ travaj] n.m. [ du lat. trepalium, instrument de torture, de tres, trois, et palus, 1. pieu ] [travails].
Appareil servant à maintenir les grands animaux domestiques pendant qu'on les ferre ou qu'on les soigne : Les travails des maréchaux-ferrants.

TRAVAIL

(tra-vall, ll mouillées, et non travaye) s. m.
Nom donné à des machines plus ou moins compliquées, à l'aide desquelles on assujettit les grands animaux, soit pour les ferrer, quand ils sont méchants, soit pour pratiquer sur eux des opérations chirurgicales.
Vous connaissez mes chevaux, ils sont fort beaux ; celui qui s'appelle le Favori était au travail ; on lui faisait le poil de l'oreille, ne vous en déplaise, il s'est mis en furie ; on a voulu lui rendre sa liberté ; il s'est jeté comme un furieux par-dessus les barres, et s'est crevé le cœur [SÉV., 460]
Au plur. Des travails.
Par extension du sens d'instrument qui assujettit, gêne, fatigue ; c'est le sens primordial comme le montre l'historique. (En cette acception, le pluriel est travaux, tra-vô ; l'x se lie : des travô-z immenses.)
Mais ce sensible outrage Se mêlant aux travaux d'un assez long voyage.... [MOL., Sgan. 10]
Rare et fameux esprit [Molière], dont la fertile veine Ignore, en écrivant, le travail et la peine [BOILEAU, Sat. II]
Pensez-vous que ces cœurs, tremblants de leur défaite.... Cherchent avidement sous un ciel étranger La mort et le travail pire que le danger ? [RAC., Mithr. III, 1]
Mais une dure loi, des dieux mêmes suivie, Ordonne que le cours de la plus belle vie Soit mêlé de travaux [J. J. ROUSS., Odes, III, 1]
Soins et soucis de l'ambition.
Est-ce là le fruit du travail dont vous vous êtes consumés sous le soleil ? [BOSSUET, le Tellier.]
Inquiétude.
Entrez dans ces raisonnements [de Pompone, conjecturant que les menaces de guerre vont se dissiper].... et ne vous mettez point si tôt en travail ; c'est dommage de perdre vos douleurs [SÉV., à Mme de Grignan, 28 févr. 1889]
Travail d'enfant, ou, simplement, travail, douleurs de l'enfantement, ou, techniquement, succession de phénomènes violents et douloureux dont l'ensemble caractérise la fonction de l'accouchement.
Quelque prétexte spécieux de pèlerinage nocturne, ou d'amie en travail d'enfant, que vous veniez de secourir [MOL., G. Dandin, III, 8]
Quand on entend les cris d'une femme en travail qui sont médiocres et languissants, on dit : elle n'accouche pas encore.... [BOSSUET, Sermons, Tristesse des enf. de Dieu, 2]
Que produira l'auteur après tous ces grands cris ? La montagne en travail enfante une souris [BOILEAU, Art p. III]
Cette fille s'est tuée pour avoir voulu partir de Fontainebleau le même jour que le roi, quoiqu'elle fût en travail et prête à accoucher [Mme DE CAYLUS, Souvenirs, p. 40, dans POUGENS]
À des travaux affreux Lucine nous condamne [A. CHÉN., Idylles, l'Oaristys.]
Fig.
Étaient-ce [les troubles de la Fronde] les derniers efforts d'une liberté remuante qui allait céder la place à l'autorité légitime ? ou bien était-ce comme un travail de la France prête à enfanter le règne miraculeux de Louis ? [BOSSUET, Anne de Gonz.]
Si, touchés des saints exemples que je vous propose, vous laissez attendrir vos cœurs ; si Dieu a béni le travail par lequel je tâche de vous enfanter en Jésus-Christ [ID., ib.]
Thomas est en travail d'un gros poëme épique [GILBERT, Le XVIIIe siècle.]
Peine qu'on prend pour faire quelque chose. Le travail du corps. Le travail de l'esprit.
L'homme est né pour le travail, comme l'oiseau pour voler [SACI, Bible, Job, v, 7]
D'argent, point de caché ; mais le père fut sage De leur montrer avant sa mort Que le travail est un trésor [LA FONT., Fabl. v, 9]
Par le travail on charmait l'ennui, on ménageait le temps, on guérissait la langueur de la paresse et les pernicieuses rêveries de l'oisiveté [BOSSUET, Ann. de Gonz.]
Après de grandes maladies causées par de grands travaux [ID., le Tellier.]
Au moment que j'ouvre la bouche pour célébrer la gloire immortelle de Louis de Bourbon, prince de Condé, je me sens également confondu et par la grandeur du sujet et, s'il m'est permis de l'avouer, par l'inutilité du travail [ID., Louis de Bourbon.]
Je sais qu'un noble esprit peut, sans honte et sans crime, Tirer de son travail un profit légitime [BOILEAU, Art p. IV]
Mon père, soixante ans au travail appliqué, En mourant me laissa.... [ID., Ép. v.]
Aux larmes, au travail le peuple est condamné [RAC., Ath. IV, 3]
Celui qui aime le travail a assez de soi-même [LA BRUY., XI]
Chacun est touché de sa patience, de son travail, de sa tranquillité [FÉN., Tél. XI]
L'homme dont il est question avait un état qui, en l'obligeant à un travail assez doux, le mettait dans le cas d'être utile [Mme DE PUISIEUX, Ridic. à la mode, p 202, dans POUGENS]
Forcez les hommes au travail ; vous les rendrez honnêtes gens [VOLT., Pol. et lég Délits et peines, Peine de mort.]
La nature est inépuisable ; Et le travail infatigable Est un dieu qui la rajeunit [ID., Odes, X]
Le travail éloigne de nous trois grands maux, l'ennui, le vice et le besoin [ID., Candide, 30]
Le travail, entre autres avantages, a celui de raccourcir les journées et d'étendre la vie [DIDER., Cl. et Nér. II, 79]
Le travail modéré fortifie, le travail excessif accable [RAYNAL, Hist. phil. XV, 4]
Le travail est le pain nourricier des grandes nations [MIRABEAU, Collection, t. v, p. 413]
Les plaisirs du travail manquaient à l'âge d'or ; J'en hais l'oisiveté, j'en aime l'innocence [DELILLE, Pitié, IV]
Le travail veut un but : au bout de la carrière On s'anime à sa vue et surtout on espère [ID., Imag. VI]
La force et le travail, que je n'ai point perdus, Par un peu de repos me vont être rendus [A. CHÉN., le Mendiant.]
De tous les moyens qui conduisent à la fortune, les deux plus sûrs sont la persévérance et le travail [REYBAUD, J. Patur. I, 16]
Maison de travail, maison de détention où l'on fait travailler les détenus. Homme de travail, homme qui gagne sa vie par un métier pénible. Homme de grand travail, homme très laborieux. Terme de fauconnerie. Oiseau de grand travail, oiseau fort dans son vol, et ne se rebutant jamais.
Service auquel on soumet les animaux.
Le travail [pour des chevaux] ne sera pas grand, d'aller jusqu'à la foire [MOL., l'Av. III, 5]
Bêtes de travail, les bœufs, chevaux, etc. employés au travail. Terme de manége. Se dit des différents exercices du cheval. Travail de plate-longe, exercice auquel on assujettit généralement les élèves, dans les premières leçons.
Se dit de l'action d'une machine ou du résultat de cette action. Travail moteur, celui qui est développé par une force motrice ; travail résistant, celui qui est développé par une force résistante.
Terme de mécanique. Travail élémentaire d'une force qui agit sur un point mobile, le produit de la force tangentielle par l'élément de chemin parcouru. Travail total de la force, la somme de ses travaux élémentaires. Quand la force est constante en grandeur et en direction, et que le point sur lequel elle agit se déplace suivant la direction de la force, son travail est égal au produit de la force par le déplacement du point. Dans ces évaluations, la force étant exprimée en kilogrammes, et le déplacement en mètres, le travail est exprimé en kilogrammètres.
10° Il se dit, par analogie, de l'action mécanique des agents naturels.
Le fonds actuel de notre terre était la surface du globe primitif avant le travail des eaux [BUFF., Min. t. I, p. 146]
11° Travail à mouiller, façon qu'on donne aux peaux pour en faire du parchemin. Travail de rivière, préparation qu'on donne aux peaux avant de les tanner.
12° Terme de vénerie. Endroit où le sanglier a remué la terre. Pas de pluriel en ce sens.
13° L'ouvrage même qui est le résultat du travail. Un beau travail.
Afin qu'en ta vieillesse un livre en maroquin Aille offrir ton travail à quelque heureux faquin [BOILEAU, Sat. VIII]
Un poëme excellent où tout marche et se suit N'est pas de ces travaux qu'un caprice produit [BOIL., Art poét. III]
14° La manière dont un ouvrage est fait. Travail exquis, délicat. Ce bijou est d'un beau travail, le travail en est délicat.
15° Manière dont on travaille, surtout en parlant des œuvres de l'esprit, de la besogne administrative. Il a le travail facile, difficile, lent, etc.
16° Le soin excessif que l'on apporte à quelque chose. Ses vers sentent le travail.
Plus l'esprit a de liberté, Plus sa lumière est vive et pure : Le travail a souvent gâté L'ouvrage heureux de la nature [BERNIS, Poés. div. p. 105, dans POUGENS]
17° Ouvrage qui est à faire, ou qui est actuellement en cours d'exécution. Entreprendre un travail. On a suspendu les travaux. Donner du travail aux ouvriers.
Des travaux de toutes espèces et la liberté du choix accordée à tous les citoyens, voilà la vraie source des richesses [CONDIL., Comm. gouv. I, 29]
18° Travail libre, le travail des hommes libres, par opposition à travail servile, dans les pays à esclaves.
Cette extension de la propriété devait rompre l'équilibre entre le travail libre et le travail servile jusque dans la vie des champs [WALLON, Hist. esclav. dans l'antiquité, II, 1]
Travail attrayant, se dit, dans le système fouriériste, du travail librement choisi, alternant, distribué par courtes séances, par séries et par groupes, tel qu'il devra être organisé dans le phalanstère. Travail forcé, travail auquel on ne peut se soustraire.
On peut, par la commodité des machines que l'art invente ou applique, suppléer au travail forcé qu'ailleurs on fait faire aux esclaves [MONTESQ., Esp. XV, 8]
La plupart [des rentiers] sont à l'abri des maladies de l'enfance, des dangers qui accompagnent certaines professions, de l'extrême misère et des travaux forcés [, Décret du 23 flor. an II, Rapp. Cambon, p. 90]
Si on établissait un ordre le mortalité pris parmi les soldats ou gens de mer, ou parmi les citoyens qui s'occupent aux travaux forcés [, ib.]
Travaux forcés, peine afflictive et infamante à laquelle on condamne les criminels.
19° Il se dit des ouvrages que l'on fait pour l'embellissement, pour l'assainissement, pour l'utilité générale. Des travaux d'assainissement. Les travaux faits à Paris.
Suétone nous a conservé le détail des travaux publics que Rome doit à la munificence de ces citoyens [MONGEZ, Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. II, p. 510]
La nature y a repris [au Colisée, à Rome] son empire sur les travaux des hommes, et la beauté des fleurs console de la ruine des palais [STAËL, Corinne, IV, 5]
Dans les chemins de fer, travaux d'art, ponts, viaducs, etc. en un mot tout ce qui n'est pas le simple creusement de la voie. Travaux publics, ouvrages faits aux frais de l'État pour l'utilité publique. Dans la législation militaire. Travaux publics, peine infligée aux militaires qui ont déserté à l'intérieur. Les travaux de la campagne, l'ensemble des opérations de l'agriculture.
Des philosophes célèbres, tels que Démocrite, Archytas, Épicharme, nous ont laissé des instructions utiles sur les travaux de la campagne ; et, plusieurs siècles auparavant, Hésiode les avait chantés dans un de ses poëmes [BARTHÉLEMY, Anach. ch. 59]
Travaux, l'ensemble des opérations par lesquelles on procède à la construction.
20° Particulièrement. Remuements de terre, tranchées que font les troupes pour l'attaque ou la défense d'une place, pour fortifier un camp, etc. C'est un ingénieur qui conduit ce travail. Le travail de cette nuit a été poussé jusqu'à tel endroit. Plus usité au pluriel. Ruiner les travaux des assiégés.
Une sortie qui nettoyait la tranchée, comblait les travaux.... [HAMILT., Gram. 8]
21° Au plur. Examen, discussion, délibérations, en parlant d'un corps. Le parlement suspendit ses travaux. Les travaux de la commission, d'une académie.
22° Compte qu'un ministre rend au prince des affaires de son département, que les commis rendent aux ministres de celles qui leur ont été renvoyées. Le prince, à son travail, a décidé que.... C'est l'heure de son travail avec ses commis.
Le travail des ministres chez Mme de Maintenon parut avec raison la chose du monde la plus surprenante [GENLIS, Mme de Maintenon, t. II, p. 112, dans POUGENS]
En ce sens, le pluriel est travails. Ce ministre a eu plusieurs travails cette semaine avec le roi. On disait de certaines places dont les titulaires rendaient compte immédiatement au roi : Ces places ont le travail, donnent le travail.
23° Au plur. Entreprises pénibles et glorieuses.
Dis-moi ce que tu vaux, Conte-moi tes vertus, tes glorieux travaux [CORN., Cinna, v, 1]
Qu'est-ce donc qu'il a souhaité ce grand Alexandre, et qu'a-t-il cherché par tant de travaux et tant de peines qu'il a souffertes lui-même et qu'il a fait souffrir aux autres ? [BOSSUET, la Vallière.]
Sans que ta mort encor, honteuse à ma mémoire, De mes nobles travaux vienne souiller la gloire [RAC., Phèdre, IV, 2]
Œuvres littéraires.
Mais de les égaler à ces fameux auteurs.... Et de voir leurs travaux avec la révérence Dont je vois les écrits d'un Plaute et d'un Térence [ROTROU, Saint-Genest, I, 5]
Il se dit quelquefois au singulier.
Seul on s'acquitte mieux d'une grande entreprise, Le travail s'affaiblit alors qu'il se divise [ROTR., Antig. III, 5]
Hercule, respirant sur le bruit de vos coups, Déjà de son travail se reposait sur vous [RAC., Phèdre, III, 5]
Les travaux d'Hercule les douze entreprises que la Fable lui attribue.
Eurysthée et Hercule vinrent au monde le même jour ; mais, la naissance du premier ayant été avancée par la fraude de Junon, Hercule lui fut soumis, et obligé de subir, par son ordre, les douze travaux si célèbres dans la Fable [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. II, p. 494, dans POUGENS]
24° Élaboration.
Des amphores pleines d'un vin de Chio devenu comme un baume par le long travail des ans [CHATEAUBR., Mart. liv. II]
En physiologie, mouvement vital qui produit certaines actions.
Le travail périodique par lequel cette évacuation [des règles] se reproduit [CABANIS, Instit. Mém. sc. mor. et polit. t. II, p. 213]
En pathologie, mouvement vital qui produit telle ou telle lésion. Le travail local de la tuberculisation. Dans le langage des convulsionnaires de Saint-Médard, les travaux, les convulsions.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    E li wardireue si avrad pur son travail.... [, Lois de Guill. 32]
  • XIIe s.
    Car riens, fors moi, ne poroit endurer Les grans travaus [peines] que j'ai pour li [la] servir [, Couci, X]
    Et si [je] me sui mis à sa volenté Que nus travaux mon desir ne rafraigne [ID., XIV]
    Car, se Dieu plest, encor [elle] me saura gré De mon travail et de ma longue paine [ID., ib.]
    Les travailz de mort me unt aviruned, e les ovres Belial me unt espovented [, Rois, p. 205]
  • XIIIe s.
    Ce jour ot la royne travail et peine male [, Berte, XXVII]
    Et li plus de nos ans est travauz et douleurs [, Psautier, f° 110]
    Moult me sanle [semble] que çou soit gas [que ce soit plaisanterie], Que vos dras vendés à detail ; D'autre mercié [marché] avés travail [souci] [, Fl. et Bl. v. 1722]
    Et si il a le congié du voier, il doit six sols de hauban au roy, se il met son travail hors de son hostel [il s'agit du travail pour les chevaux] [, Liv. des mét. 45]
  • XIVe s.
    [Mon cheval] Le marischal a defoulé, Et s'a son vallet affolé, Et à la force de ses reins Ha rompu deus travaus à Reins [MACHAUT, p. 81]
  • XVe s.
    Il y ot en l'eglise à l'obseque un travail auquel il y avoit sept cens chandelles, et sur ce travail avoit cinq bannieres [FROISS., II, II, 217]
    Ils guerroyerent le pape etles cardinaux, et leur firent moult de travaux [ID., II, III, 15]
    Après le jour qui est fait pour traveil, Ensuit la nuit pour repos ordonnée [CH. D'ORL., Ball. 73]
    Songe en complainte. Je croy que le travail qu'il [Louis XI] eut en sa jeunesse, quant il fut fugitif de son pere et fuyt soubs le duc de Bourgongne où il fut six ans, luy vallut beaucoup [COMM., I, 10]
    Il vivoit en grant travail ; car le roy le sollicitoit par plusieurs messagiers.... [le connétable de Saint-Pol] [ID., IV, 4]
  • XVIe s.
    Elle mourut en travail, sans jamais se pouvoir delivrer de son enfant [AMYOT, Thés. 24]
    Leurs femmes se trouvoient desjà si mal, qu'elles ne pouvoient plus nullement endurer le travail de la mer [ID., Rom. 1]
    Il gravit tant qu'il arriva avec beaucoup de travail jusques à la muraille [ID., Cam. 44]
    Il trouva les habitants travaillez de guerres civiles et de continuelles oppressions de tyrans, desquelz travaux il les garentit [ID., Lucull. 4]
    Je veux.... Me livrer aux travaux de la pesante histoire [D'AUB., Tragiques, édit. LALANNE, p. 164]
    Les premiers travailles ou bancs secs qui s'estendent depuis Hableneuf [le Havre] jusques à Honfleur [, le Flambeau de la navigation, p. 32, dans JAL]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, trava, travail de maréchal ; provenç. trabalh, trebalh, trebail, fatigue ; esp. trabajo, fatigue ; portug. trabalho, fatigue ; ital. travaglio, travail de maréchal et fatigue. Il est impossible de séparer travail des maréchaux et travail, peine, fatigue, pour la forme, ni même pour le sens ; car, de travail qui assujettit les animaux, on passe sans peine à travail, gêne, sens primordial (travail de labors, Job. 454). Travail se tire du prov. travar, entraver, du lat. trabs, poutre. Dans l'ancien français li travaus est au nominatif singulier, le travail, au régime.

travail

TRAVAIL. n. m. Labeur, application à une tâche, effort soutenu pour faire quelque chose; il se dit de l'Esprit comme du corps. Long travail. Travail pénible. Un travail manuel. Le travail intellectuel. Les travaux de l'esprit. S'endurcir au travail. S'accoutumer au travail. Se faire au travail. Se mettre au travail. Quitter le travail. Aimer le travail. Se plaire au travail. Fuir le travail. Vous voilà au travail. Je ne veux pas vous détourner de votre travail. Faire cesser le travail. Huit heures de travail. Les heures du travail et celles du repos. Dieu bénisse votre travail. Vivre de son travail. Attendez du ciel la récompense de vos travaux.

Il désigne encore la Manière dont on travaille habituellement. Il a le travail difficile, lent.

Il se dit aussi de l'Ouvrage même, de quelque nature qu'il soit, qui est produit par le labeur. Un travail de longue haleine. Je lui ai fait voir mon travail.

Il se dit spécialement d'un Ouvrage de l'esprit, d'une étude historique, philosophique, scientifique. Il a publié un beau travail sur cette question.

Travail de bénédictin, Produit d'un labeur considérable.

TRAVAIL se dit également de la Manière dont l'ouvrage est fait. Travail exquis, délicat. Ce bijou est d'un beau travail.

Il désigne encore l'Ouvrage qui est à faire ou auquel on travaille présentement. Distribuer le travail aux ouvriers. Je ne puis faire cela à ce prix, il y a trop de travail. Le travail en souffrira. Entreprendre des travaux. Un ouvrier sans travail. J'ai beaucoup de travail à faire.

TRAVAUX, au pluriel, s'emploie pour désigner une Suite d'études, d'opérations, d'entreprises. Il est au terme de ses travaux. Il poursuit ses travaux. Les travaux d'une assemblée, d'une commission, d'une académie. Les travaux des champs. Des travaux de couture, de broderie. Des travaux de terrassement. Les travaux de défense sont avancés. Des travaux d'embellissement, d'assainissement. Un entrepreneur de travaux publics. Le Ministère des Travaux publics.

Les travaux d'Hercule, Les douze entreprises que la Fable lui attribue.

Travaux forcés, Peine afflictive et infamante prévue par le code pénal. Il fut condamné à vingt ans de travaux forcés. Les travaux forcés à temps. Les travaux forcés à perpétuité. En termes de Législation militaire, Travaux publics se dit d'une Peine analogue infligée aux soldats qui ont commis une faute grave contre la discipline.

TRAVAIL se dit, par extension, de l'Action des forces de la nature. Le travail de la fermentation. Le travail des eaux le long des rives d'un fleuve. Fig., Les esprits sont en travail.

Travail d'enfant ou simplement Travail se dit des Opérations de la nature dans l'accouchement, des douleurs de l'enfantement. Elle était en travail d'enfant. Le travail est commencé.

TRAVAIL, en termes de Mécanique, se dit du Produit d'une force appliquée en un point. Le travail d'une machine.

En termes d'Économie politique, il désigne le Labeur humain considéré comme facteur essentiel de la production. Le capital et le travail.

En termes de Jurisprudence, il désigne le Labeur humain considéré sous le rapport des conflits qu'il soulève et des règlements qu'il y faut apporter. La réglementation du travail. Un contrat de travail. Les accidents du travail. L'Office du Travail. Le Ministère du Travail.

En termes de Manège, il se dit des Exercices que l'on fait faire à un cheval.

travail

TRAVAIL. n. m. T. d'Arts. Machine à quatre piliers, entre lesquels les maréchaux attachent les chevaux vicieux pour les ferrer ou pour les panser. Mettre un cheval au travail pour le ferrer.

travail

Travail, Opera, Labor, ou Traveil, est enim qui putet ductum a Transuigilare, id est, Peruigilare. Car traveiller, est diligentem operam alicui rei impendere, quod non fit sine fatigatione. Martialis: Nam vigilare leue est, peruigilare graue.

La peine et travail qu'on prend à faire quelque chose, Nisus, huius nisus, Conatus.

Le grand travail surmonte tout, Labor omnia vincit improbus.

Avec grand travail, Industrie.

Travail d'esprit qui ne laisse point l'homme en repos, principalement quand il luy vient des remors de conscience, Intemperiae intemperiarum.

Escrire avec travail d'esprit, Cum labore scribere.

Travail qu'on donne à aucun, Inquietatio.

Le travail et labeur que prend un chef de guerre, Labor imperatorius.

Travail où l'on employe sa puissance, Enixa opera.

Peine ou travail qu'on prend à parvenir, Contentio.

C'est une chose de grande peine et travail, Multi sudoris est ea res, Multae operae et laboris res, Plena immensi laboris.

Travailler d'un mesme travail, Prendre de peine autant qu'un autre, Pari iugo niti.

Bailler autant de travail à l'un qu'à l'autre, Laborem aequare iustis partibus.

Condamné à perpetuel travail, Damnatus longi laboris.

Endurcy au travail, Patiens laborum.

Estre vaincu du travail, et ne pouvoir porter le fais, Labori succumbere.

Se delivrer de deux griefs travaux tout d'un coup, Exoluere aerumnas duas vno labore.

¶ Le travail d'une femme pour enfanter, Nixus, huius nixus.

Elle est en travail d'enfant, Laborat e dolore.

¶ Le travail où les mareschaux mettent les chevaux pour les ferrer, ou autrement, Statumen, Machina veterinarij, Catasta veterinaria.

¶ Les travaux de proces, AErumnae forenses B.

travail


TRAVAIL, s. m. TRAVAILLER, v. act. et n. TRAVAILLEUR, s. m. [Tra-vail, va-glié, glieur: mouillez l'l final du prem. et la double ll des deux aûtres: ai n'y a pas le son d'è; mais l'a y conserve son propre son; et l'i n'est là que pour marquer l'l mouillée. Au plur. travaux; pron. travô; 2e lon.] Travail est 1°. en général, la peine qu'on prend; la fatigue qu'on se done pour faire quelque chôse: il se dit de l'esprit comme du corps. On dit d'un homme d'étude, comme d'un artisan; qu'il aime le travail, qu'il s'est acoutumé ou endurci; qu'il se plait, se fait, se met au travail; qu'il quite, qu'il fuit le travail. "Ici (à St. Cyr) le travail amuse et le plaisir instruit. L'Ab. Du-Serre-Figon. "Le travail du corps n'est agréable que l'orsqu'il est modéré; mais le plus grand travail de l'esprit est quelquefois le plus délicieux. L'Ab. Trublet. = 2°. Il se dit de l' ouvrage, qui en est le fruit. "Ce Dictionaire est un grand travail: il serait glorieux pour l'Auteur que ce fût un beau travail: mais ce qui est sûr, c'est que c'est un travail de longue haleine. "Faire voir son travail à un ami, l'exposer à la censûre de, etc. = 3°. Il se dit de l'ouvrage, qui est à faire. "Distribuer le travail aux ouvriers. = 4°. En particulier, remuement de terre que font les troupes. "Cet Ingénieur conduisait le travail. "Nous comblâmes les travaux des Énemis. visiter les travaux; ruiner les travaux des Assiégés, etc. = 5°. Il s'emploie aussi au pluriel pour signifier certaines entreprises remarquables, comme les travaux d'Hercule; ou pénibles et glorieuses: ce guerrier n' a pas reçu la récompense de ses travaux; ou méritoires, quoique obscûres: si nous soufrons pour J. C. il nous donera le Ciel pour prix de nos travaux. "D'ordinaire, les succès de l' éducation sont achetés par de longs travaux; et qui ne sait pas les atendre, ne mérite pas de les obtenir. L'Ab. Du-Serre-Figon. = 6°. Travail d'enfant, ou simplement Travail; l'état où est une femme lorsqu'elle comence à sentir des douleurs pour acoucher. "Elle était en travail d'enfant, ou, en travail. La Sage femme l'avait mise trop tôt en travail. "Son travail fut long et périlleux. = 7°. Machine de bois à quatre piliers, entre lesquels les maréchaux atachent les chevaux vicieux pour les ferrer ou les panser.
   TRAVAILLER, neutre. C'est prendre quelque fatigue de corps ou d'esprit. "Travailler à la terre, au jardinage, à un bâtiment; à un Poème; à sa fortune; à son salut; {C731a~} à faire réussir un projèt, etc. "Il est tems que je travaille pour moi, puisque ceux à qui j'avais sacrifé mes intérêts, m'ont si mal servi. Cic. à Atticus. MONGAULT. Et sans régime. "Il travaille sans relâche; nuit et jour; continuellement. "Il se tûe de travailler. "Il s'est épuisé à travailler. "Travailler utilement. "Il travaille en vain. = On le dit aussi des chôses. — Le poumon travaille, il soufre; il est opressé. Son estomac travaille; il a de la peine à digérer. "Ce bois, ce mur travaille, il se déjette; cette poûtre travaille: elle se déjette, parce qu'elle est trop chargée. Ces ressorts travaillent, ils sont dans un état violent. = V. act. Façoner. "Ils travaillent bien le fer, le marbre. = Faire avec aplication, avec soin. "Il a travaillé cette pièce, ce discours pendant long-tems et avec soin. "Poème, Discours bien travaillé. Les vers, pour être naturels et faciles, doivent être travaillés. l'Ab. Trublet. = Tourmenter, causer de la peine. "Cette fièvre le travaille cruellement. "J'ai eu un songe, qui m'a travaillé toute la nuit. "Il est travaillé de la goutte, de la pierre, etc. "Il se travaille pour rien: elle se travaille l'esprit, l'imagination. "Vous vous travaillez en vain, mon bon ami, à chercher la pierre philosophale. = * Il me semble qu'il vieillit en ce dernier sens: aûtrefois on en faisait un grand usage. "Un autre soin me travaille. BOSS. "Se travailler vraiment à réduire les comédies aux règles sévères de la vertu. Id. "Rome travaillée par ses dissensions civiles, négligea les afaires d'Asie. Montesq.
   Le soin, qui vous travaille,
   Vous le feroit chercher jusqu'au champ de bataille.
       Racine, Alexandre.
  Ne laissez point languir l'ardeur, qui vous travaille.
      Id. Ibid.
Cette dernière expression n'est pas aussi juste que la première, dit M. Racine le Fils: l'ardeur qui vous travaille a quelque chôse qui fait de la peine. Dans ces deux endroits, le Poète veut dire la même chôse; mais soin s'allie plus volontiers qu'ardeur avec travailler, tourmenter, agiter. La Chaussée a dit encore se travailler pour se tourmenter
   Dans la confusion de vos tristes pensées,
   Votre esprit se travaille et se perd à plaisir.
= On disait même aûtrefois travail pour {C731b~} inquiétude, sollicitude. L'Eglise, par le pieux travail qu'elle ressentoit pour les mourans, inculquoit l'importance de ce terrible passage. Boss.Voiture dit le travail de la mer. = On ne le dit plus que des douleurs de l'acouchement.
   La montagne en travail enfante une souris.
Voy. plus haut, Travail, n° 6°. = Mde de Sévigné emploie celui-ci au figuré. Elle dit à sa Fille. "Entrez dans ces raisonemens.... et ne vous mettez pas sitôt en travail: c'est domage de perdre vos douleurs; c. à. d. de vous inquiéter sans sujet.
   TRAVAILLEUR, celui, qui travaille à quelque ouvrage de corps ou d'esprit. "Il est médiocre ouvrier, mais grand travailleur: "C'est un travailleur: il travaille beaucoup. = Au pluriel, les soldats qu'on emploie à remuer la terre, à faire des retranchemens~. "Les Assiégés firent une sortie et tombèrent sur les travailleurs

Synonymes et Contraires

travail

nom masculin travail
1.  Activité professionnelle.
2.  Effort visant à produire.
besogne, œuvre, opération, tâche -familier: ouvrage -littéraire: labeur.
3.  Manière de travailler un objet.
Traductions

travail

job, labour, work, labor, handiwork, industry, dutyמלאכה (נ), מעש (ז), משלח יד (ז), עבודה (נ), עמל (ז), תעסוקה (נ), עֲבוֹדָה, עָמָל, תַּעֲסוּקָה, מְלָאכָהwerk, arbeid, barensnood, bewerking, hoefstal, taak, werking, karwei, baanrabotaprácearbejdeArbeit, Werkέργο, δουλειά, άθλος, εργασία, τοκετός, μόχθοςtrabajo, mano de obratyölavoro, lavorativo, lavorazione仕事, 労働praca, dzieło, wyrób, wytwórtrabalho, mão-de-obralucru, muncăработа, труд, подвигarbete, emek工作, 劳动عَمَل, عَمَلٌposao, rad노동, 일arbeidแรงงาน, การงานcông việc, lao động工作 (tʀavaj)
nom masculin pluriel travaux (tʀavo)
1. activité humaine pour produire qqch travail manuel
2. ce que l'on doit faire pour obtenir qqch avoir beaucoup de travail
3. manière dont une tâche est accomplie C'est du bon travail.
4. activité professionnelle chercher du travail aller au travail
5. ensemble des activités professionnelles le marché du travail
6. ensemble d'opérations matérielles faire des travaux les travaux publics les travaux ménagers
7. accouchement Le travail a commencé.

travail

[travaux] (pl) [tʀavaj, o]
nm
(= activité, effort) → work
J'ai beaucoup de travail → I've got a lot of work.
C'est un travail épuisant → It's exhausting work.
faire du bon travail → to do a good job
se mettre au travail → to start work, to get down to work
outils de travail → working tools, work tools
réunion de travail → working meeting
(= tâche spécifique) → job
Donne-lui un travail facile → Give him an easy job.
un travail de recherche → a research job
des travaux de recherche → research work
un travail de traduction → a translation job
des travaux de traduction → translation work
les douze travaux d'Hercules → the twelve labours of Hercules
(= emploi, gagne-pain) → job, work no pl
Il a un travail intéressant → He's got an interesting job.
être sans travail → to be out of work
Il est sans travail depuis un an → He has been out of work for a year.
(= lieu) → work
aller à son travail → to go to work
Au travail, je m'entends bien avec mes collègues → I get on well with my colleagues at work.
(ÉCONOMIE) (= ressource, facteur) → labour (Grande-Bretagne), labor (USA)
la législation du travail → labour law, labour legislation
(MÉDECINE) (de l'accouchement)labour (Grande-Bretagne), labor (USA)
entrer en travail → to go into labour
être en travail → to be in labour
(= façonnage) le travail du bois → working with wood
le travail du métal → working with metal travaux
nmpl (= chantier) (de réparation, agricoles)work; (sur route)roadworks; [construction] → building work, building
travail à domicile nmhome working
travail au noir nmundeclared work
travail d'intérêt général nmcommunity service