travers

travers

[ travɛr] n.m. [ du lat. transversus, oblique, de vertere, tourner ]
Bizarrerie de l'esprit ou du caractère ; petit défaut : Il a tous les travers du présentateur célèbre imperfection, manie ; qualité
À travers qqch,
en traversant qqch dans son étendue ou son épaisseur : Voyager à travers le pays. Couper à travers champs ; au cours de : L'histoire de l'humanité à travers les siècles.
De travers,
dans une position ou une direction anormale, inhabituelle : Le tableau est de travers (= il penche). Avaler de travers (= s'étrangler) ; de manière fausse, inexacte, incorrecte : Il prend tout de travers il s'irrite ou se choque mal
En travers de qqch,
suivant la largeur : Scier une planche en travers ; dans une position transversale : Un camion couché en travers de la route perpendiculairement à
Passer à travers qqch, au travers de qqch,
se frayer un passage entre des obstacles : Les poissons sont passés à travers les mailles du filet ; fig., éviter de subir qqch de fâcheux, de pénible : Il est passé au travers de toutes les corvées.
Regarder de travers,
regarder avec antipathie, hostilité.
Se mettre en travers de qqch, de la route ou du chemin de qqn,
s'y opposer, y faire obstacle.
Travers de porc,
extrémités des côtes du porc.

TRAVERS

(tra-vêr ; l's ne se lie pas ; cependant quelques-uns la lient : à tra-vêr-z un désert) s. m.
Étendue d'un corps considéré dans sa largeur, c'est-à-dire comme s'il allait perpendiculairement d'une limite à une autre ; c'est le sens propre du latin transversus. Il s'en faut deux travers de doigt que ces planches ne se joignent.
Célidée et Hippolyte sont deux voisines dont les demeures ne sont séparées que par le travers d'une rue [CORN., Galer. du Pal. Exam.]
Par extension, obliquité, irrégularité d'un lieu, d'un bâtiment, etc. Il y a du travers dans ce bâtiment.
Il [Ménage] est fort chagrin de n'être plus au goût du siècle, et il n'y a pas jusqu'au travers de sa cuisse [cuisse cassée et mal remise] qui ne le chagrine plus par la mauvaise figure qu'elle lui fait faire, que pour l'incommodité qu'il en ressent [, Anti-ménagiana, p. 202]
Fig. Bizarrerie d'esprit et d'humeur, fausse direction.
Quoique vous nommiez folies les travers d'auteur où vous vous êtes laissé emporter [CORN., Lett. apolog.]
C'est me renouveler les douleurs de l'éloignement que de me faire apercevoir les travers de mes inquiétudes [SÉV., à Mme de Grignan, 8 sept. 1680]
Pour voir jusqu'où peut aller le travers d'une tête qui ne sait pas modérer son feu [BOSSUET, 6e avert. I, 51]
Son esprit [du prince Robert] était sujet à quelques travers, dont il eût été bien fâché de se corriger [HAMILT., Gram. 10]
Que les femmes du monde ont de travers ! [MARIV., Sec. supr. de l'am. I, 4]
Il chercha une nouvelle dissipation dans le bel esprit ; c'était alors le travers à la mode [DUCLOS, Œuv. t. VIII, p. 391]
Julie : Non, marquis, ce serait me donner un travers. - Le marquis : Tant mieux, il vous en faut [LANOUE, Coquette corr. III, 5]
Vous prenez un travers, je vous en avertis [DORAT, Feinte par amour, II, 7]
Il est peut-être moins difficile de déraciner les vices du cœur que de corriger les travers de l'esprit [GENLIS, Théât. d'éduc. Méchant par air, II, 6]
Donner dans le travers, se mal conduire.
Cordage qui sert à lier des canons et autres pièces d'artillerie sur leurs chariots. Bûche que l'on jette sur la voie de bois, lorsqu'elle est cordée. Filet d'or qui est sur le dos d'un livre. Nom des cordes transversales dans une raquette.
Terme de marbrier. Bande de marbre sous la tablette d'un chambranle et qui est supportée par les deux montants.
Défaut du fer et de l'acier ; les travers sont des crevasses transversales.
Terme de marine. Le flanc d'un bâtiment. Présenter son travers à la marée, au vent, au feu de l'ennemi, présenter le flanc. Être par le travers d'un bâtiment, être sur une ligne parallèle à sa longueur, c'est-à-dire de façon que les deux vaisseaux aient leurs flancs parallèles.
Je fus bientôt par le travers d'un quatrième [vaisseau], que le chevalier de Saint-Maure, mon matelot de l'avant, avait déjà combattu [VILLETTE, Rapport sur le combat de Malaga, dans JAL]
Être par le travers, se dit d'un objet qui se trouve à peu près sur une ligne perpendiculaire à la longueur du bâtiment.
Une partie passa par notre travers sans s'arrêter [BOUGAINV., Voy. t. II, p. 225]
À deux heures nous étions par le travers de neuf petites îles ou rochers [LAPÉROUSE, Voy. t. II, p. 240, dans POUGENS]
Mettre en travers, présenter l'un des côtés du navire au vent, qui le frappera perpendiculairement.
Lorsque nous les eûmes suffisamment reconnues [des terres], je mis en travers à l'entrée de la nuit pour attendre l'Étoile [BOUGAINV., Voy. t. II, p. 315]
On dit de même : être, se tenir en travers. Être sur le travers d'un bâtiment, être, par rapport à ce navire, sur le prolongement d'une ligne qui en traverse l'épaisseur à un point quelconque de sa longueur.
Il s'est dit d'une espèce de péage.
Tous les droits d'aides, entrées et sorties des grosses villes, passages et travers [BOISGUILLEBERT, Dét. de la France, III, 4]
En travers, loc. adv. D'un côté à l'autre, dans le sens de la largeur. Je veux faire mettre à ma porte des barres de fer en travers.
Elle va donc en travers se placer [dans le lit] Aux pieds du sire [LA FONT., Court.]
Qui verrait sans horreur un géant tenant un homme en travers dans sa bouche énorme, et le sang ruisselant sur sa barbe et sur sa poitrine ? [DIDER., Lett. sur les sourds et muets.]
Profil en travers, section faite transversalement à la direction générale d'un ouvrage.
10° De travers, loc. adv. Obliquement, dans une direction oblique. Il a la bouche de travers.
Comprenez-vous bien comme notre carrosse est mis de travers [sur un bateau] ? [SÉV., 425]
Vous êtes fâchée que votre nez ne soit point de travers ; et, moi qui suis rangée, j'en suis ravie [ID., 27 févr. 1671]
Chez le cheval, pied de travers, pied dévié en dedans ou en dehors, par suite d'une usure inégale des quartiers provenant d'un défaut d'aplomb, si le cheval n'est pas ferré, ou d'un retranchement inégal de la corne lors de la ferrure. Regarder de travers, être louche. Fig. Regarder quelqu'un de travers, le regarder avec colère, mépris ou dédain.
Une mine froncée, un regard de travers, C'est le remerciement que j'aurai de mes vers [CORN, Mél. II, 7]
Les trois filles de l'Achéron ne lui répondirent rien, et se contentèrent de la regarder de travers [LA FONT., Psyché, II, p. 171]
M. de Noailles et M. de Barbezieux étalent fort mal ensemble : de tout cela naissait un groupe de chaque côté qui se regardait fort de travers [SAINT-SIMON, 25, 36]
Fig. et familièrement. Mettre son bonnet de travers, être de mauvaise humeur.
11° De travers, autrement qu'il ne faudrait, mal, à contre-sens. Cela est mis de travers Il va tout de travers. Il a les jambes de travers. Fig. et dans le même sens.
Tout exprès je disais quelque mot de travers [RÉGNIER, Sat. VIII]
On croit la trêve et la guerre quatre fois en un même jour ; on ne parle que de politique, et les raisonnements de travers sont inépuisables [SÉV., 8 févr. 1678]
Il [Ch. de Sévigné] se trompe dans tous ses raisonnements, il est tout de travers ; j'ai tâché de le redresser avec des raisons toutes droites et toutes vraies [ID., 29 mars 1680]
Et, quand la rime enfin se trouve au bout des vers, Qu'importe que le reste y soit mis de travers ? [BOILEAU, Sat. II]
Quand on est sage, on ne voit rien dans le monde qui ne paraisse de travers et qui ne déplaise [FÉN., Dial. des morts anc. 13]
Que fait-il [Jupiter] là-haut dans son Olympe où il laisse toute chose sur la terre aller de travers ? [ID., ib. 19]
Matta s'y prit tout de travers [HAMILT., Gram. 4]
La duchesse de Chartres entrait fort de travers dans une famille tellement au-dessus d'elle et avec une belle-mère outrée [SAINT-SIMON, 3, 53]
Prendre de travers, mal comprendre.
Je suis bien aise de vous dire cela, afin que vous n'alliez pas prendre les choses de travers, et vous imaginer que je dise que c'est moi qui ai dix mille écus [MOL., l'Av. I, 5]
Des hommes qui prennent la religion de travers [BOSSUET, Var. 2]
Prendre de travers une chose, signifie aussi s'en fâcher.
Que lui fait mon avis, qu'il a pris de travers ? [MOL., Mis. IV, 1]
Abstenez-vous de dire certaines choses, quoique indifférentes et innocentes, que ces esprits mal faits prendraient de travers [BOSSUET, Sermons, Instruct. sur le silence, 2]
Esprit de travers, personne d'un esprit mal fait.
On trouve des moyens pour guérir de la folie ; mais on n'en trouve point pour redresser un esprit de travers [LA ROCHEFOUC., Max. 318]
Le nombre des hommes raisonnables étant augmenté, le nombre des esprits de travers, qui se nourrissent d'opinions absurdes, diminuera [VOLT., Pol. et lég. Voix du sage.]
Mettre de travers, mettre dans une situation gauche.
Une timidité qui l'embarrassait [le duc de Bourgogne] partout, faute de savoir que dire et que faire à tous les instants, entre Dieu qu'il craignait d'offenser en tout, et le monde avec lequel cette gêne perpétuelle le mettait de travers [SAINT-SIMON, t. VIII, p. 206, éd. CHÉRUEL.]
12° Fig. De long et de travers, complétement. Sot de long et de travers.
13° À travers, au travers, loc. prép. De part en part.
Il [Seneville] fut blessé d'un coup de mousquet au travers du corps [PELLISSON, Lett. hist. t. II, p. 262]
Vatel monte à sa chambre, met son épée contre la porte, et se la passe au travers du cœur [SÉV., 47]
14° À travers, au travers, au milieu, par le milieu. Il lui donna d'un bâton à travers les jambes.
Et le grison se rue Au travers de l'herbe menue [LA FONT., Fabl. VI, 8]
Vous dites fort bien, on se parle et on se voit au travers d'un gros crêpe [SÉV., 60]
Heureuse encore une fois l'âme, qui passe au travers des choses créées sans s'y arrêter, et va se perdre heureusement dans le sein de son créateur ! [FLÉCH., Duch. d'Aiguil.]
Au travers des ombres de la nuit, Le timide escadron se dissipe et s'enfuit [BOILEAU, Lutr. III]
Mais un auteur novice à répandre l'encens Souvent à son héros, dans un bizarre ouvrage, Donne de l'encensoir au travers du visage [ID., Épît. IX]
Ses yeux mouillés de larmes Qui brillaient au travers des flambeaux et des armes [RAC., Brit. II, 2]
Quand pourrai-je, au travers d'une noble poussière, Suivre de l'œil un char.... [ID., Phèdre, I, 3]
À travers les rochers la peur les précipite [ID., ib. v, 6]
Nous passâmes au travers des écueils, et nous vîmes de près toutes les horreurs de la mort [FÉN., Tél. IV]
Elle court au travers des bois avec un dard en main [ID., ib. VII]
Il marchait à pied, sans appareil à sa blessure, sans aucun secours, à travers ses ennemis [VOLT., Louis XV, 25]
Fig.
À travers champs, au hasard [L'homme d'Horace] Disant le bien, le mal à travers champs [LA FONT., Fabl. XII, 11]
Fig. et familièrement. Tout au travers des choux, ou, simplement, à travers choux, inconsidérément, sans jugement, sans égard
15° Fig. À travers, au travers, en perçant ce qui est comparé à quelque chose de résistant.
Au travers des intérêts du monde [LE CHEV. DE MÉRÉ, dans BOUHOURS, au mot travers.]
J'ai voulu.... Qu'au travers des flatteurs votre sincérité Fit toujours jusqu'à moi passer la vérité [RAC., Bérén. II, 2]
Au travers des périls un grand cœur se fait jour [ID., Andr. III, 1]
Andromaque, au travers de mille cris de joie, Porte jusqu'aux autels le souvenir de Troie [ID., ib. v, 2]
À travers les respects leurs trompeuses souplesses [des courtisans] Pénètrent dans nos cœurs, et cherchent nos faiblesses [VOLT., Œdipe, III, 1]
En perçant ce qui semble cacher.
Quelque soin que l'on prenne de couvrir ses passions par des apparences de piété et d'honneur, elles paraissent toujours au travers de ces voiles [LA ROCHEFOUC., Max. 1304]
Au travers de son masque on voit à plein le traître [MOL., Mis. I, 1]
Les chrétiens hérétiques l'ont connu [Dieu] à travers son humanité, et adorent Jésus-Christ [PASC., Lett. à Mlle de Roannez, 2]
Nous voyons au travers de sa bonne humeur qu'elle est malade, et nous en sommes très fâchés [SÉV., 323]
Elle [Mme de la Vallière] a cette même grâce, ce bon air au travers de cet habit étrange [de carmélite] [ID., 5 janv. 1680]
Elle [Mme d'Aiguillon] aperçoit, au travers de tant d'apparences trompeuses, le fond de la malignité du monde [FLÉCH., Mme d'Aig.]
Vois-je pas, au travers de son saisissement, Un cœur dans ses douleurs content de son amant ? [RAC., Bajaz. IV, 4]
Mais quand la fille de Léda Au travers de la vieille eut connu la déesse [LAMOTTE, dans DESFONTAINES]
Quoi ! ne voyez-vous pas toutes ses cruautés, Et l'âme d'un Tartare à travers ses bontés ? [VOLT., Zaïre, v, 3]
Sa joie éclatait même à travers ses douleurs [ID., Mérope, IV, 1]
Voir, envisager quelque chose à travers..., voir, envisager quelque chose conformément à. Il envisage cette conduite à travers sa passion.
Combien de fois le vîtes-vous dans vos assemblées ignorer l'art nouveau de se taire.... n'envisager sa fortune qu'à travers son devoir ! [MASS., Or. fun. Villars.]
Au milieu, sans ménager.
Apprenez, mon ami, que c'est une sottise De se venir jeter au travers d'un discours [MOL., Fem. sav. IV, 4]
Il [Bourdaloue, dans l'oraison funèbre de Condé] se jeta tout au travers de ses égarements et de la guerre qu'il a faite contre le roi [SÉV., 25 avr. 1687]
Fig. Donner au travers de, croire avidement.
Sa femme, comme vous dites, a donné tout au travers des louanges et des approbations de ce marquis [SÉV., 144]
Si ma religion était fausse, je l'avoue, voilà le piége le mieux dressé qu'il soit possible d'imaginer ; il était inévitable de ne pas donner tout au travers, et de n'y être pas pris [LA BRUY., XVI]
Nonobstant, malgré.
Votre absence, dont je sens l'amertume au travers de toute l'amour maternelle [SÉV., à Arnauld d'Andilly, 11 déc. 1672]
J'admire toujours qu'au travers de tout ce que je sais de la tristesse de vos pensées, vous puissiez écrire aussi librement.... que vous faites [ID., à Mme de Grignan, 5 févr. 1690]
À travers ma colère Je veux bien distinguer Xipharès de son frère [RAC., Mithr. II, 3]
J'étais sûr qu'à travers mes fautes et mes faiblesses, à travers mon inaptitude à supporter aucun joug, on trouverait toujours un homme juste, bon, sans fiel, sans haine, sans jalousie [J. J. ROUSS., Conf. II]
16° À tort et à travers, loc. adv. Inconsidérément, sans examen.
C'est un homme dont les lumières sont petites, qui parle à tort et à travers de toutes choses [MOL., Bourg. gent. I, 1]
Nous entendîmes, après dîner, le sermon de Bourdaloue, qui frappe toujours comme un sourd, disant des vérités à bride abattue, parlant à tort et à travers contre l'adultère [SÉV., 29 mars 1680]
Cette multitude qui juge de tout au hasard, qui élève une statue pour lui casser le nez, qui fait tout à tort et à travers [VOLT., Lett. Mme de Graffigni, 16 mai 1758]

REMARQUE

  • 1. à travers ne veut jamais de ; au travers veut toujours de. à travers ces bois, et non à travers de ces bois ; au travers de ces bois, et non au travers ces bois. On trouve une faute contre cette règle dans ces exemples-ci, empruntés à de bons auteurs, mais qu'il ne faut pas imiter.
    À travers de ces affaires et de ces épines, que de péchés, que d'injustices ! [BOSSUET, Impénit. 2]
    À travers de ces ombres, ne découvrez-vous pas le Seigneur Jésus qui, par son sang, ouvre le sanctuaire éternel ? [ID., Sermons, Ascension, 1]
    Le lynx ne voit pas au travers la muraille [BUFFON, ]
    (Il est bien entendu que, si de était pris partitivement, cette remarque ne s'appliquerait plus : Faire passer un gaz à travers du mercure.)
  • 2. Les grammairiens ont essayé d'établir une distinction entre à travers et au travers, disant que à travers s'emploie principalement pour désigner un passage libre, vide, et au travers pour désigner un passage qu'on se procure entre des obstacles, on en traversant, en pénétrant un obstacle. Mais, si on lit attentivement les exemples des auteurs, on verra que l'usage n'a pas consacré cette distinction. Or il n'y aurait que l'usage qui aurait pu établir une distinction dans l'emploi de deux locutions qui sont évidemment synonymes grammaticalement.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    De Val-Fuït sunt venuz en travers [, Ch. de Rol. CCXXXV]
  • XIIe s.
    Il se navient le travers de la mer [, Ronc. p. 118]
    Et li ponz qui est en travers Estoit de touz autres divers [, la Charrette, 3018]
    Cume le temple fud si leved, del travers fist un entreclos de table de cedre [, Rois, 248]
  • XIIIe s.
    Ensi pourprist le feus de defors le port en travers jusques parmi le plus espeis de la vile [Constantinople] [VILLEH., XCI]
    En travers sur un lit [ils] l'ont ilueque jetée [, Berte, XVI]
    Par deriere l'a assailli, Ferir le cuida, si failli, Le coup li cola en travers [, Ren. 1235]
    Tant [je] les plumasse et tant preïsse Du lor de tort et de travers [, la Rose, 13115]
    En celes terres pot on aler les travers, dusqu'à tant qu'eles sunt mises en point de porter despuelles [moissons] [BEAUMAN., LII, 3]
    Et por les marceans garder et garantir furent estauli li travers [droit de passage] [ID., XXV, 1]
    Et convient que la vaine soit sainnie [saignée] en traviers [ALEBRANT, f° 12]
  • XIVe s.
    Vaines, arteres, ners et leur semblables, tranchiés par incision qui fust faite de travers [en travers] [H. DE MONDEVILLE, f° 110, verso.]
    Li autres resgardoit s'amie De travers, et ne rioit mie [MACHAUT, p. 44]
  • XVe s.
    Ses parens la semonnerent de la marier, et elle respondit tout en travers [tout franchement] que elle ne seroit jà par eux mariée [, Lancelot du lac, t. I, f° 8]
    Et avoit eu ung coup d'espée de travers le nez, dont il eut le visage fort deffait [FENIN, 1421]
    Vas-tu ou le trot ou le pas ? Ne me respont point de travers [, Nat. de J. C.]
    À travers du pays de Lorraine [COMM., V, 3]
    Que aucun tanneur ne achectera à travers et par un marché tous les cuirs d'une saison ou année [, Ordonn. mai 1487]
  • XVIe s.
    Il luy bailla de son fouet à travers les jambes [RAB., Garg. I, 25]
    Elle abbatit tout le boys à tordz, à travers [ID., ib. I, 16]
    Le coup luy penetra le diaphragme, et par à travers la capsule du cœur luy sortit la broche par le hault des espaules [ID., Pant. II, 14]
    Gens qui supportent plus malayséement une robe qu'une ame de travers [MONT., I, 147]
    Considerons au travers de quels nuages on nous mene à la cognoissance de.... [ID., I, 201]
    S'estants jectez au travers de la mer Atlantique..., et navigé longtemps [ID., I, 233]
    Il fut blecé à travers le corps si à point que son aposteme en creva [ID., I, 254]
    Il y eut un coup de javelot qui s'assena, mais ce fut du travers, non pas de la poincte [AMYOT, P. Aem. 32]
    Petit à petit ils approcherent, passans à travers la presse, jusques au plus près de l'autel [ID., Timol. 24]
    Les Corinthiens estans arrivez par le travers du païs des Brutiens en la ville de Rege [ID., ib. 28]
    Le barbare, en s'esloignant de la riviere, le mena par travers de la plaine [ID., Crassus, 42]
    Caton se levant du lict les regarda en travers de mauvais œil, et leur dit... [ID., Cat. d'Ut. 87]
    Derechef convient faire une autre incision au travers de la premiere, si que ces deux fassent une croix [PARÉ, v, 17]
    De cest onguent en oindrez la candelette environ deux travers de doigt [ID., XVI,27]
    Elle aydoit au curé à monter sur un travers où les poules nichoient [, Moyen de parvenir, p. 278, dans LACURNE]
    Le travers de Seine [le passage de la Seine entre Honfleur et Harfleur] [, Coutume de Honfleur, dans JAL]

ÉTYMOLOGIE

  • Berry, travais, travars, travé ; bourguig. au travar ; provenç. travers, transvers ; catal. traves ; espagn. travesio ; portug. traveso ; ital. traverso ; du latin traversus, transversus, de tra, trans, à travers, et versus, tourné.

travers

TRAVERS. n. m. Étendue d'un corps considéré dans sa largeur. Il s'en faut d'un travers de doigt que ces planches ne se joignent.

En termes de Marine, il signifie Côté, flanc. Ce vaisseau présentait son travers à la marée, au vent, au feu de l'ennemi.

En termes de Boucherie, il se dit du Bord des dernières côtes.

Il signifie, au figuré, Bizarrerie, irrégularité d'esprit et d'humeur, disposition fâcheuse, défaut de caractère. Il a un singulier travers d'esprit. Un jeune homme plein de travers. Il donne dans ce travers.

EN TRAVERS, loc. adv. D'un côté à l'autre, suivant la largeur. Cette table n'est pas solide, il faut y mettre des barres en travers pour qu'elle puisse servir.

Fig., Se mettre en travers de quelque chose, S'y opposer. Ce projet eût été funeste : je me suis mis en travers.

En termes de Marine, Se mettre en travers, Se mettre en panne. On dit de même : Être, se tenir en travers.

DE TRAVERS, loc. adv. De biais, obliquement. Si vous mettez cela de travers, vous ne le ferez pas passer. Il est louche, il est bigle, il regarde de travers.

Fig. et fam., Regarder quelqu'un de travers, Le regarder d'une manière qui marque du mécontentement, ou de la colère, ou de l'aversion. Je ne sais ce qu'il a contre moi, mais il me regarde de travers.

DE TRAVERS signifie aussi De mauvais sens, à contresens, tout autrement qu'il ne faudrait; il est alors souvent précédé de l'adverbe Tout. Cela est mis tout de travers, est fait tout de travers. Il écrit tout de travers. Il va tout de travers. Il a les jambes de travers.

Avaler de travers, S'étrangler en buvant ou en mangeant.

Fig. et fam., Avoir mis son bonnet de travers, Être de mauvaise humeur. Ne lui parlez pas aujourd'hui, il a mis son bonnet de travers.

DE TRAVERS s'emploie figurément dans la même acception. Cet homme prend tout de travers, entend tout de travers. Il rapporte de travers tout ce qu'on lui dit. Juger tout de travers. Parler, répondre tout de travers.

Cet homme a l'esprit de travers, Il a l'esprit mal fait, mal tourné.

À TRAVERS, AU TRAVERS DE, loc. prép. En allant d'un bord à l'autre, en traversant. À travers se dit principalement pour désigner un Passage vide, libre; Au travers de se dit plutôt, au contraire, pour désigner un Passage qu'on se fait entre des obstacles, ou en traversant, en pénétrant un obstacle; mais cette distinction n'est pas toujours rigoureusement observée. Aller à travers bois, à travers champs. Ils passèrent à travers les vaisseaux ennemis. Il se fit jour au travers des ennemis. On ne voyait le soleil qu'à travers les nuages, qu'au travers du brouillard. Un coup d'épée au travers du corps.

Ils s'emploient figurément avec les verbes Voir, découvrir, remarquer et autres semblables. Je vois clair au travers de toutes ces finesses. Au travers de tout ce qu'il dit, on voit bien qu'il n'est pas content. À travers ces artifices, je découvre que...

À TORT ET À TRAVERS, loc. adv. Sans discernement, inconsidérément. Il frappe à tort et à travers. Il parle à tort et à travers, sans savoir ce qu'il dit.

PAR LE TRAVERS DE, locution prépositive qui s'emploie en termes de Marine. À la hauteur, vis-à-vis. La flotte était par le travers de tel cap.

travers

Travers, Transuersus.

Jetter au travers et faire passer de navire en autre les, etc. Traiicere de naue in nauem malos et antennas.

Il s'en va à travers les champs, Per via inuiaque proficiscitur, Liu. lib. 23. Par chemins esgarez et destournez.

De travers, Ex transuerso, In obliquum, Oblique.

Regarder de travers, Limis oculis aspicere, vel intueri, Oculum torquere, Toruo vultu aliquem intueri, Transuersa intueri, In obliquum aspicere.

Qui va de travers et de costé, Obliquus.

Sourcils qui vont de travers, Torta supercilia.

Qui est de travers, Transuersus, Limus, vel Limis.

Mis au travers, Transuersarius.

Estre mis du travers, In diuersum sterni.

Voici venir à travers, ou à la traverse, etc. Ecce tibi e transuerso Lampsacenus, etc. B.

travers


TRAVERS, s. m. TRAVERSE, s. f. TRAVERSÉE, s. f. TRAVERSER, v. act. TRAVERSIER, IèRE, adj. TRAVERSIN, s. m. [Travêr, vêrce, cé-e, , cié, ciè-re, cein: 2e ê ouv. 3e e muet au 2d, é fer. au 3e, 4e, 5e, è moy. et long au 6e.] Travers est 1°. l'étendûe d'un corps considéré selon sa largeur. "Il s'en faut deux travers de doigt que ces planches ne joignent. = 2°. Biais, irrégularité d'un jardin, d'un bâtiment, d'une chambre. "Il y a bien du travers dans ce parc, dans cette maison. "Il faut planter un petit bois dans ce jardin, pour cacher les travers. = 3°. Fig. Bizârrerie, caprice, irrégularité de l'esprit et de l'humeur. "Il a du travers dans l'esprit: il est plein de travers; il a pris un travers dans cette afaire. = Au comencement du Siècle, on disait dans le Dict. de Trév. que c'était un mot de conversation. La Touche, qui était de ce tems-là, en parle comme d'un mot nouveau. "C'est un homme, qui a de grands travers, c. à. d. des sentimens extravagans, une conduite toute irrégulière. Il remarque que l'Acad. l'aprouve. = On dit aussi doner dans des travers: "Dans quels travers alliez vous doner l'autre jour? Coyer.
   Quels sont donc ces travers si grands et si fâcheux?
   - - - C'est l'amour, à mon âge, et l'amour malheureux.
       La Chaussée.
  Mon Dieu! Qu'il joint à tous ses airs grotesques
  Des sentimens et des travers burlesques.
       Volt.
  Vous allez vous doner un travers dans le monde.
      Sidney.
= 4°. Travers entre dans plusieurs locutions adverbiales. = En travers; d'un côté à l'aûtre, suivant sa largeur. "Cette table est fort longue: il faut mettre des barres, en travers, pour la tenir en état. = De travers, obliquement: regarder de travers. — Fig. d'une manière, qui marque de l'aversion. — À~ contre sens ou de mauvais sens: cela est mis, est fait tout de travers. — Fig. "Il prend, il entend, tout de travers. "Il raporte de travers tout ce qu'on lui dit. "Il a l'esprit de travers, mal fait, mal tourné. "C'est un esprit de travers, qui done un mauvais tour aux actions les plus inocentes. Dest. = Au travers et à travers, prépositions. Tous deux sont bons; mais le 1er est beaucoup meilleur et plus usité: il régit le génitif, et à travers l'acusatif: on dit, au travers du corps; et à travers le corps: l'un et l'aûtre se disent au propre et au figuré. Regarder au travers des barreaux, ou, à travers les barreaux. "J'ai vu clair au travers de toutes ses finesses. À~ travers tous ces artifices, j'ai découvert que, etc. — * Racine n'a pas distingué ces deux régimes diférens: il se sert d'à travers avec le génitif.
   Ses soupirs embrasés
   Se font jour à travers des deux camps oposés.
       Alexandre.
Il falait, ou au travers des deux camps, ou à travers les deux camps. D'Olivet. = Il est une ocasion où à travers est préférable, et c'est quand on veut marquer de l'égarement et de l'imprudence. "Ce Médecin done à travers ou tout à travers des purgations et des saignées. On dit, en ce sens, à travers les champs, à travers les blés, à travers les vignes; et proverbialement, tout au travers des chous, inconsidérément, sans jugement, sans aucun égard. = Par le travers, terme de Marine. À~ l'oposite; vis-à-vis. "La flote était par le travers d'un tel Cap.
   TRAVERSE, est 1°. Pièce de bois qu'on met en travers: Mettre une traverse; des traverses. = 2°. Tranchée, qui se fait dans le fôssé sec d' une place assiégée ou pour le pâsser, ou pour empêcher qu'on ne le pâsse. — Retranchement que l'on fait pour une plus longue défense, et pour s'empêcher d'être enfilé. = 3°. Chemin, qui coupe d'un lieu à un aûtre par une route diférente du chemin ordinaire. "Chemin de traverse: il a pris la traverse. = On peut dire peut-être aussi, rûe de traverse, qui coupe d'une grande rûe à un aûtre; mais rûe traverse est, à mon avis, un gasconisme. = 4°. Fig. revers, disgrâce, obstacle, empêchement. "Il a eu, il a essuyé bien des traverses. = Ce mot ne s' unit pas bien avec les pronoms possessifs, ni avec la prép. de: on ne dit point ses traverses ou, les traverses de cet homme, ni en parlant de celui, qui les essuïe, ni en voulant parler de celui, qui les suscite. "L'enchaînement de ses traverses formoit une barrière insurmontable à ses efforts. Formey. Il faut dire de ses disgrâces, de ses malheurs. = En ce sens, il ne se dit qu'au pluriel et absolument: "Les gens de bien sont sujets à une infinité de traverses. L. T. = À~ la traverse, adv. Il se dit de ce qui survient inopinément et aporte quelque obstacle. "Tout aurait été fini si un tel ne fût venu, ne se fût jeté à la traverse.
   TRAVERSÉE est un terme de Marine, Trajet par mer d'un endroit à un aûtre. Dans l'Hist. de Perse par le P. Ducerceau, on voit souvent traverse pour voyage. "Il y a de Candahar à Ispahan une traverse de trois mois de chemin. Peut-être faut-il lire traversée, mais ce mot ne se dit qu'en termes de Marine.
   TRAVERSER, c'est 1°. Passer à travers, d'un côté à l'aûtre. "Traverser une Province, une forêt, une rivière. = 2°. Être au travers de: "L'alée, qui traverse le jardin. = 3°. percer de part en part. "La pluie a traversé tous ses habits. "Il est tout traversé de la pluie. "Un coup de mousquet lui traversait le corps, non pas, traversait son corps. = Fig. Susciter des obstacles à: "Traverser quelqu'un dans ses desseins, ou, traverser les desseins de quelqu'un. "Traverser une entreprise.
   Et j'irois, pour le prix d'un si rare service,
   De ses prétentions traverser la justice.
       Le Flateur.
Traversier a divers sens, suivant les noms auxquels il se joint. Vent traversier, qui soufle droit à l'embouchûre d'un port. "Le vent traversier, ou (s. m.) le traversier de ce port est le Nord. — Barque traversière, qui sert ordinairement à traverser d'un endroit à un aûtre. — Flute traversière, autrement flûte allemande dont on joûe, en la mettant de travers sur les lèvres.
   TRAVERSIN, chevet, oreiller long, qui s'étend de toute la largeur du lit.

Synonymes et Contraires

travers

nom masculin travers
Imperfection morale.
Traductions

travers

(tʀavɛʀ)
nom masculin
petit défaut d'une personne

travers

flank, foutje, zijkantsghimbescio, traversodurchgennemדרךgenom (atʀavɛʀ)
préposition
au milieu de, par se faufiler à travers la foule regarder à travers la vitre

travers

[tʀavɛʀ] nm
à travers → through
Cette vitre est tellement sale qu'on ne voit rien à travers → This window is so dirty you can't see anything through it.
au travers de → through
en travers de → across
Il y avait un arbre en travers de la route → There was a tree lying across the road.
de travers → crooked, askew
être de travers → to be crooked, to be askew
Son chapeau était de travers → His hat was crooked.
regarder de travers → to look askance at
avaler de travers
J'ai avalé de travers → Something went down the wrong way.
comprendre de travers → to get the wrong idea, to misunderstand
Elle comprend toujours tout de travers → She always gets the wrong idea.
(= défaut) → fault, failing