triste

triste

adj. [ du lat. tristis, funeste, sombre ]
1. Qui éprouve du chagrin : Il est triste de les voir partir affligé, malheureux ; heureux, joyeux
2. Qui est enclin à la mélancolie ; qui dénote la tristesse : Des gens tristes maussade, morose ; radieux lugubre ; enjoué
3. Qui afflige, chagrine : Une triste nouvelle attristant, consternant ; réconfortant, réjouissant dramatique, tragique
4. Qui est obscur, sombre, sans éclat : Des couleurs tristes austère ; chaud, lumineux
5. (Avant le nom) Qui, par sa médiocrité ou sa bassesse, suscite le mépris : C'est un triste personnage misérable, vil ; honorable
6. (Avant le nom) Dont la mauvaise qualité a qqch d'affligeant : Sa voiture est dans un triste état lamentable, pitoyable affligeant, déplorable

TRISTE

(tri-st') adj.
Qui a du chagrin, de l'affliction.
Je l'ai trouvé tantôt tout triste de je ne sais quoi que vous lui avez dit [MOL., Scapin, II, 11]
Quoique vous soyez tous tristes, c'est un soulagement que l'être ensemble [SÉV., 22 janv. 1690]
Captive, toujours triste, importune à moi-même [RAC., Andr. I, 4]
Et la triste Italie, encor toute fumante Des feux qu'a rallumés sa liberté mourante [ID., Mithr. III, 1]
Ils voudraient être tristes et ne sont qu'ennuyeux ; ils voudraient toucher le cœur et ne font qu'affliger les oreilles [J. J. ROUSS., Lett. sur la mus. franç.]
Triste de. Il est triste de la mort de son ami.
Il était triste de quitter son pays, et de renoncer à une vie pleine d'agréments [Mme DE CAYLUS, Souvenirs, p. 22, dans POUGENS]
Triste de quelqu'un, affligé à cause de lui.
Je suis toute triste de vous ; ah ! le moyen d'être autrement ? deux ans sans le revenu de votre charge, et tout ce que vous avez à soutenir [SÉV., 22 janv. 1690]
Qui est sans gaieté.
Montrez un œil plus triste [CORN., Cid, IV, 4]
Mais pourquoi ce front triste et ces regards sévères ? [ID., Hor. II, 2]
Il se déguise en vain : je lis sur son visage Des fiers Domitius l'humeur triste et sauvage [RAC., Brit. I, 1]
Il se dit aussi des animaux. Parmi les chiens, les lévriers sont tristes.
L'un [l'aigle] jura foi de roi, l'autre foi de hibou, Qu'ils ne se goberaient leurs petits peu ni prou ; Connaissez-vous les miens, dit l'oiseau de Minerve ; Non, dit l'aigle ; tant pis, reprit le triste oiseau [LA FONT., Fabl. v, 18]
Fig. Cet homme est triste comme un bonnet de nuit, il est chagrin et mélancolique. Avoir une triste figure, une triste mine, avoir un visage défait, et aussi avoir mauvaise mine. Le chevalier de la triste figure, Don Quichotte. Faire une triste figure quelque part, y avoir l'air gêné, s'y trouver mal à l'aise. Faire triste mine, avoir la mine chagrine. Faire triste mine à quelqu'un, lui faire un mauvais accueil. Cet homme a le vin triste, quand il a bu, il est triste et chagrin.
Sévère.
Luther triomphait de vive voix ; mais la plume de Calvin était plus correcte, surtout en latin ; et son style, qui était plus triste, était aussi plus suivi et plus châtié [BOSSUET, Variat. IX]
Je ne suis pas pourtant de ces tristes esprits, Qui, bannissant l'amour de tous chastes écrits, D'un si riche ornement veulent priver la scène, Traitent d'empoisonneurs et Rodrigue et Chimène.... [BOILEAU, Art p. IV]
Ah ! quittez d'un censeur la triste diligence [RAC., Brit. I, 2]
Le sérail d'un soudan, sa triste austérité [VOLT., Zaïre, I, 1]
Qui a le caractère de la tristesse, de la mélancolie. Les affections tristes.
Ta douleur, du Périer, sera donc éternelle, Et les tristes discours Que te met en l'esprit l'amitié paternelle L'augmenteront toujours [MALH., VI, 18]
Ces tristes vêtements où je lis mon malheur Sont les premiers effets qu'ait produits sa valeur [de Rodrigue] [CORN., Cid, IV, 1]
Elle fut contrainte de se séparer d'avec le roi, qui était presque assiégé dans Oxford, et il se dirent un adieu bien triste, quoiqu'ils ne sussent pas que c'était le dernier [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Ma triste voix était donc destinée à ce déplorable ministère [ID., Duch. d'Orl.]
Moi, je meurs ; et mon âme, au moment qu'elle expire, S'exhale comme un son triste et mélodieux [LAMART., Méd. I, 29]
Qui cause de l'affliction, de la mélancolie. Une triste perspective. Des idées tristes.
Parlez à mon esprit de mon triste devoir [CORN., Cid, IV, 1]
Pauline : Voilà quel est mon songe. - Stratonice : Il est vrai qu'il est triste [ID., Poly. I, 3]
Une admirable, mais triste mort [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Triste messager d'un événement si funeste [la mort d'un fils de Louis XIV] [ID., Mar.-Thér.]
Pleurez sur ces faibles restes de la vie humaine, pleurez sur cette triste immortalité que nous donnons aux héros [ID., Louis de Bourbon.]
Je voudrais vous cacher une triste nouvelle, Madame ; mais il faut que je vous la révèle [RAC., Phèdre, I, 4]
Et le tombeau, seigneur, est moins triste pour moi Que le lit d'un époux qui m'a fait cet outrage [ID., Mithr. IV, 4]
Une triste expérience me défendait du charme attaché à cette passion délicieuse et cruelle [RICCOBONI, Œuv. t. VI, p. 189, dans POUGENS]
Triste à.
Il n'y a rien de si fâcheux à de si bons cœurs, ni, en soi, rien de plus triste à la nature, que d'être haï [BOSSUET, Méd. sur l'Év. 2e partie, 15e jour.]
Il se joint quelquefois, par antithèse, à un mot qui exprime bien, bonheur.
Je veux toujours le voir, cet ingrat qui me tue, Non pour le triste bien de jouir de sa vue.... [CORN., Sur. III, 3]
Un de ses plaisirs, dit-elle, c'est qu'elle n'aimera personne en ce pays-là ; voilà un triste plaisir [SÉV., 305]
Et je suis plus heureux dans ma captivité Que je ne le fus de ma vie Dans le triste bonheur dont j'étais enchanté [J. B. ROUSS., Cant. 3]
Faire un triste repas, faire un repas où l'on ne se réjouit point.
Malheureux, déplorable. Cet homme a fait une triste fin. Les tristes dépouilles des vaincus.
....La crainte Dont en ce triste jour tu me vois l'âme atteinte [CORN., Poly. I, 3]
Des voleurs qui chez eux pleins d'espérance entrèrent De cette triste vie enfin les délivrèrent [BOILEAU, Sat. x.]
Plût au ciel.... Qu'il ne m'eût pas donné par ce triste attentat Un gage trop certain des malheurs de l'État [RAC., Brit. v, 7]
Ils [les Césars] n'imaginèrent pas les tristes lois qu'ils firent [MONTESQ., Esp. XII, 16]
Cette triste promesse est - elle enfin remplie ? [VOLT., Fanat. IV, 4]
Si je pouvais, dans mon triste état [84 ans], faire un voyage à Paris, mon plus grand désir serait que le panégyriste de la Pitié en eût un peu pour moi [ID., Lett. Delaunay auteur du Panégyrique de la pitié, 8 déc. 1777]
Fâcheux, pénible, ennuyeux. Une triste vie.
Malgré la triste paix que vous avez jurée [CORN., Suréna, III, 2]
Il est triste d'être entre des espiègles et de beaux esprits [MAINTENON, Lett. à Mme de Caylus, t. VI, p. 123, dans POUGENS]
Vers son triste penchant [l'avarice] son naturel guidé Le fit dans une avare et sordide famille Chercher un monstre affreux sous l'habit d'une fille [BOILEAU, Sat. x]
Il arriva une chose assez triste à Martorillo le Calabrois, que nous nommons saint François de Paule.... le saint ne guérit pas le roi [Louis XI, apoplectique], et le roi ne guérit point le saint [il avait les écrouelles] [VOLT., Dict. phil. Écrouelles]
Rien n'est si triste que d'être avec soi-même sans occupation [ID., Lett. à Mme du Deffant, 11 déc. 1769]
Quel triste hiver je viens de passer ! [GENLIS, Ad. et Th. t. II, p. 255, dans POUGENS]
Il est triste que, avec le subjonctif.
Il est triste que Clovis, étant à peine catéchumène, fît tuer Syagrius, que les Visigoths lui avaient remis entre les mains [VOLT., Pol. et lég. Comm. espr. des lois, Clovis]
Il est triste, à mon gré, pour le genre humain, qu'un homme comme Pascal ait été un fanatique [ID., Lett. Vaines, 4 juin 1777]
Obscur, sombre. Appartement triste. Maison triste. Ce jardin est triste. Cette maison a des vues tristes, ou, simplement, est triste, elle n'a que des vues peu agréables. Temps triste, temps couvert. Terme de botanique. Se dit des plantes dont le feuillage est sombre ; dont les fleurs sont d'une teinte sombre ou comme passée ; dont les sommités sont noires. Se dit de différents animaux dans la couleur desquels il entre plus ou moins de noir.
Qui est insuffisant, médiocre, au-dessous de ce qu'on attend, en parlant soit des personnes, soit des choses. Vous faites là un triste personnage. Cet auteur a choisi un triste sujet de poëme.
Et le triste orateur Demeure enfin muet aux yeux du spectateur [BOILEAU, Lutr. VI]
L'un était le marquis de Flamarin, triste objet des tristes élégies de la comtesse de la Suze [HAMILT., Gram. 9]
En rompant le triste mariage qu'il va conclure plus par désespoir que par intérêt [MARIV., le Legs, sc. 23]
Ma triste voix chantait d'un gosier sec Le vin mousseux, le frontignan, le grec, Buvant de l'eau dans un vieux pot à bière [VOLT., le Pauvre diable.]
C'est un triste métier que celui d'homme de lettres ; mais il y a quelque chose de plus dangereux, c'est d'aimer la vérité [ID., Lett. Damilaville, 21 juill. 1764]
Énée est un froid et triste personnage auprès du majestueux Adam [CHATEAUBR., Génie, II, IV, 10]
Faire un triste repas, faire mauvaise chère.
10° S. m. pl. Les Tristes d'Ovide, recueil de pièces élégiaques qu'Ovide écrivit de son exil à ses amis de Rome et à l'empereur Auguste.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Charles chevauche, tristes de mautalent [, Ronc. p. 86]
  • XIIIe s.
    Delez lui Blanchefleurs, qui cuer ot triste et noir [, Berte, LXV]
  • XVIe s.
    Des tristes tristeur [il] destournoit, Et l'homme aise en aise tenoit [MAROT, III, 232]
    Demourer en la cogitation des fortunes adverses et tristes [AMYOT, De la tranq. d'âme, 14]
    Triste comme un bonnet de nuit sans coiffe [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, triss ; provenç. trist, triste ; espagn. triste ; ital. tristo ; du lat. tristis. Le XVIe siècle avait le verbe trister, et la langue plus ancienne tristoyer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    TRISTE. Ajoutez :
    11° Arbre triste, le nyctanthes arbor tristis, L. ; BAILLON, Dict. de botan. p. 248.

triste

TRISTE. adj. des deux genres. Qui est affligé, qui éprouve du chagrin. Il est triste de la mort de son ami. Triste à mourir.

Il signifie aussi Qui est mélancolique, qui n'a point de gaieté. Il est triste de son naturel. Il est né triste. Je l'ai toujours vu triste. Cet animal est triste.

Fig. et fam., Cet homme est triste comme un bonnet de nuit, Il est chagrin et mélancolique.

TRISTE se dit aussi des Choses et signifie Qui marque de la tristesse, du chagrin, de la mélancolie. Un visage triste. Avoir l'air triste. Une voix triste. Un regard triste.

Fam., Avoir une triste figure, une triste mine, Avoir mauvaise mine.

Faire une triste figure quelque part, Y avoir l'air gêné, s'y trouver déplacé, mal à l'aise. Je ne connaissais personne dans ce bal, j'y faisais une triste figure.

Faire triste mine, Avoir la mine chagrine. Il venait de perdre beaucoup d'argent, il faisait triste mine.

Faire triste mine à quelqu'un, Lui faire un mauvais accueil; le recevoir froidement.

Cet homme a le vin triste, Lorsqu'il a bu, il est triste et chagrin.

TRISTE se dit également de Ce qui est inspiré par le chagrin, par la mélancolie. Dire un triste adieu. Se livrer à de tristes réflexions. Tomber dans une triste et profonde rêverie.

Il signifie encore Qui est affligeant, chagrinant, qui inspire de la mélancolie. Un triste souvenir. Un triste événement. Un triste spectacle. Un chant triste. Il mène une triste vie. Une triste nouvelle. Ces lieux sont tristes. Tout le monde s'en va, c'est une chose triste de demeurer ici. Il faut chasser ces idées tristes. Ce sont là de tristes vérités. Voilà le côté le plus triste de cette affaire.

Faire un triste repas, Faire un repas où l'on ne se réjouit point. Cette expression signifie aussi Faire mauvaise chère.

TRISTE signifie encore Qui est obscur, sombre, morose. Cette chambre, cet appartement, cette maison est triste. Ce jardin est triste. Cette étoffe est d'une couleur triste.

Le temps est triste, Il est obscur, bas, couvert.

TRISTE signifie également Qui est pénible, fâcheux, difficile à supporter; dans cette acception, il ne s'emploie guère qu'avec le verbe Être pris impersonnellement. Il est triste de se voir traiter de la sorte après avoir bien servi.

Il signifie aussi Qui est malheureux, funeste. Cet homme a fait une triste fin. Est-il une destinée plus triste que la sienne?

Il signifie en outre Qui est piètre, regrettable, déplorable; en ce sens, il précède toujours le nom. Cet auteur a choisi un triste sujet de poème. Triste consolation. Triste divertissement. Triste ressource. C'est un triste écrivain. Il joue un triste personnage. Il fait un triste métier. Il est dans un triste état. Je n'espère rien de ce jeune homme, c'est un triste sujet.

triste

Triste, Tristis, Moestus.

Gens tristes et severes, Tetrici homines.

Fort triste, Pertristis.

Aucunement triste, Subtristis, Tristiculus.

Je le pren comme triste, Accipio tristis.

Devenir triste, Tristitiam contrahere.

Estre triste et dolent, Moerere.

Arbre qui rend les gens tristes à la voir, Tristis aspectu arbor.

triste


TRISTE, adj. TRISTEMENT, adv. TRISTESSE, s. f. [Tris-te, teman, tèce; 2e e muet aux deux prem. è moy. au 3e.] Triste, 1°. Afligé, abatu de chagrin, de déplaisir. "Il était si triste, qu'il n'avait pas de la force de parler. — Il régit quelquefois la prép. de: il est fort triste de la mort de son ami; de la perte de son procês. = 2°. En parlant des chôses, afligeant, qui inspire de la mélancolie, du chagrin. "Un triste souvenir; triste accident; triste spectacle: il mène une triste vie: chant triste: ces lieux sont bien tristes. — Faire un triste repas, où l'on ne se réjouit point: une triste consolation, une triste ressource; insufisante pour consoler, pour remplir les vûes qu'on avait. = 3°. Pénible, dificile à suporter. En ce sens, il se dit ordinairement avec le verbe être impersonel, et régit de et l'infinitif. "Il est triste de se voir traité de la sorte, aprês avoir bien servi. = 4°. Obscur, sombre. "Cette maison, cette chambre, ce jardin est triste. "Le tems est triste.
   REM. Triste se plait à précéder le nom qu'il modifie. "Vous ne trouvez plus ici maintenant que les tristes restes d'une grandeur, qui menace ruine. Télém. "Malheureux au sein d'une triste liberté, je n'ai coulé que de tristes nuits et des jours déplorables. Jérus. Déliv.
   Rome, en les voyant paroître,
   Cessa de se reconoître
   Dans ses tristes rejetons.
       Rousseau.
  Le pôle du midi, noir séjour du silence,
  N'ofre aux tristes humains qu'une éternelle nuit.
       De Lille.
"En style famil. Faire triste mine, avoir la mine chagrine. Faire triste mine à quelqu'un; le recevoir froidement. = Boileau done à triste le sens de malheureux.
   Sur les tristes mortels le faux honeur domine.
       Sat. X.
Il n'a pas voulu dire, sur les pauvres mortels, parce que l' expression est triviale; mais, les tristes mortels, a-t'il, selon l'usage, le sens qu'il lui done? J'en doute. = Dans le langage précieux moderne, on apèle triste tout ce qui est sérieux, ennuyeux. "Je ne puis soutenir la vue d'un homme, qui ose nier les tristes et fades déclarations, dont il m'a excédée. Marm. "Ce triste Savant, qui endoctrine votre fils. Coyer, Île Frivole. Id. Ibid.
   TRISTEMENT, d'une manière triste. "Il la regardait tristement. Il vit bien tristement, etc.
   TRISTESSE, Afliction, déplaisir. "Il est tombé dans une grande tristesse. "Ce nouveau chagrin achève de m'acabler et redouble la tristesse mortelle, qui me consume. Cic. à Atticus. Mongault.
   TRISTESSE, Chagrin, afliction, douleur, désolation, (syn.) Tristesse difère de chagrin, en ce que celui-ci peut être intérieur, et que la tristesse se laisse voir au dehors. La tristesse, dâilleurs, peut être dans le caractère et dans la disposition habituelle, sans aucun sujet; et le chagrin a toujours un sujet particulier. — L'idée d'afliction ajoute à celle de tristesse; celle de douleur, à celle d'afliction, et celle de désolation, à celle de douleur. — Chagrin, tristesse et afliction ne se disent guère en parlant de la douleur d'un peuple entier, sur-tout le premier de ces mots. Afliction et désolation ne se disent guère en Poésie, quoique afligé et désolé s'y disent très-bien. Chagrin, en Poésie, sur-tout lorsqu'il est au pluriel, signifie plutôt inquiétude et souci, que tristesse aparente ou cachée. Voy. CHAGRIN. — Enfin, douleur se dit également des sensations désagréables du corps, et des peines de l'esprit et du coeur; les aûtres ne se disent que de ces dernières: (Encycl.) Beauzée, Synon.

Traductions

triste

sad, dreary, cheerless, forlorn, sorrowful, unhappy, dismal, doleful, gloomy, sorry, glumtreurig, bedroefd, somber, betrokken, bewolkt, donker, armzalig, erbarmelijk, triest, naar, vreugdeloos, droefgeestig, droevig, verdrietigינשופי (ת), ממורמר (ת), מצוברח (ת), מצער (ת), נוגה (ת), עגום (ת), עגמומי (ת), עוטה (ת), עכור (ז), עצב (ת), עצוב (ת), קודר (ת), מְצַעֵר, נוֹגֵהַּ, מְצֻבְרָח, מְמֻרְמָר, עָגוּם, עָצֵב, עָצוּבsmutnýtraurig, tristθλιβερός, λυπημένος, λυπηρόςmalgaja, malĝojatristesurullinenžalostan, tužanszomorútriste, lugubre, mesto, sconsolatosmutnytristetristпечальный, понурыйsmutnýbedrövad, ledsenüzgünсумнийbuồn, buồn rầuحَزِينked af det悲しい슬픈tristเศร้า悲伤的Тъжен (tʀist)
adjectif
1. qui a de la peine Elle est triste depuis que tu es parti.
2. qui exprime la peine un visage triste
3. qui ne rend pas joyeux Le temps est triste
4. qui donne envie de pleurer un film triste

triste

[tʀist] adj
(= malheureux) → sad
c'est pas triste! → it's something else!
(= sinistre) triste personnage → sorry individual
triste affaire → sorry affair