ultramontain, aine

ULTRAMONTAIN, AINE

(ul-tra-mon-tin, tè-n') adj.
Qui habite au delà des monts. Particulièrement, qui est situé, qui habite au delà des Alpes. Substantivement. Les ultramontains.
Ne vous étonnez pas qu'il donne pour modèle à des ultramontains un auteur sans brillants ; Tout peuple peut avoir du goût et du bon sens [LA FONT., Poésies mêlées, LXX.]
Par rapport aux Italiens, les gens de la France, de l'Allemagne, etc.
Le peuple romain haïssait beaucoup plus les ultramontains que les papes [VOLT., Mœurs, 71]
Il se dit des maximes de la cour de Rome touchant la puissance ecclésiastique, et de ceux qui les appuient. Principes ultramontains.
Jouvency employa la plus belle latinité à flatter et à établir les prétentions les plus ultramontaines [SAINT-SIMON, 340, 208]
Souverains, ayez après cela des jésuites ou ex-jésuites pour confesseurs, et des ministres plus ultramontains que français ! [D'ALEMB., Élog. Boss. note 11]
Substantivement. Celui qui soutient le pouvoir absolu du pape en toute matière.
Dans le même temps que l'on prenait en France ces précautions contre les entreprises des ultramontains [RAC., Hist. Port-Royal, 2e part.]

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Que nuls receveurs du roy ne soient ultramontains ou de Lombardie [, Ordonn. nov. 1323]
    Marchanz italiens et oultremontains [, Arch. nation. jj74 (communiqué par M. Luce)]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. ultra, au delà, et mons, mont.