universel, elle

UNIVERSEL, ELLE

(u-ni-vèr-sèl, sè-l') adj.
Qui s'étend à tout, qui s'étend partout.
Tout se trouvait en eux, hormis ce que les hommes Font marcher avant tout dans le siècle où nous sommes : Ce sont les biens, c'est l'or, mérite universel [LA FONT., Filles de Minée.]
Les seules règles universelles sont les lois du pays aux choses ordinaires, et la pluralité aux autres ; d'où vient cela ? de la force qui y est [PASC., Pens. VI, 7, édit. HAVET.]
Il faut qu'on ne puisse dire, ni il est mathématicien, ni prédicateur, ni éloquent ; mais, il est honnête homme ; cette qualité universelle me plaît seule [ID., ib. VI, 15 ter.]
Si ses sujets, si ses alliés, si l'Église universelle a profité de ses grandeurs, elle-même a su profiter de ses malheurs [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Peut-être que moi qui existe n'existe ainsi que par la force d'une nature universelle qui a toujours été telle que nous la voyons, en remontant jusqu'à l'infinité des temps ; mais cette nature, ou elle est seulement esprit, et c'est Dieu ; ou elle est matière, et ne peut par conséquent avoir créé mon esprit [LA BRUY., XVI]
[Louis XIV, mille fois accusé par ses ennemis] d'avoir formé et conduit le projet de la monarchie universelle ; s'il y avait réussi, rien n'aurait été plus fatal à l'Europe, à ses anciens sujets, à lui, à sa famille [MONTESQ., Esp. IX, 7]
Un préjugé universel permet rarement l'examen [VOLT., Dict. phil. Figure.]
Mais le mal moral, les crimes, Néron, Alexandre VI !... cela empêche-t-il qu'il y ait une cause universelle ? [ID., Philos. Comm. Malebranche, Résultat.]
La foule innombrable des animaux jouit de ses sens par des lois universelles ; ces lois sont communes à eux et à nous [ID., ib. Mécan. des sens.]
Cette date où la mer était universelle et couvrait toute la surface du globe, à l'exception des lieux élevés [BUFF., 4e ép. nat. Œuv. t. XII, p. 205]
On ne saurait imaginer quel respect, quel amour les Chinois ont pour leur empereur, ou, comme ils le disent, pour le père commun, pour le père universel [RAYNAL, Hist. phil. I, 20]
Me voilà seul, portant la haine universelle ! [LEGOUVÉ, Épichar. et Nér. v, 4]
Un fluide universel extrêmement subtil, agité par les mouvements rapides des particules des corps lumineux [FRESNEL, Inst. Mém. scienc. 1821 et 1822, t. v, p. 340]
Jusqu'à ce qu'étendue enfin sur la terre et les mers, L'universelle nuit pèse sur l'univers [LAMART., Harm. II, 12]
Les dispositions testamentaires sont ou universelles, ou à titre universel, ou à titre particulier [, Code civ. art. 1002]
Le legs universel est la disposition testamentaire par laquelle le testateur donne à une ou plusieurs personnes l'universalité des biens qu'il laissera à son décès [, ib. art. 1003]
Suffrage universel, droit de voter dans les élections accordé à tout citoyen d'un certain âge. Concile universel, se dit quelquefois pour concile oecuménique. Évêque universel, nom qui a été donné quelquefois au pape. Jubilé universel, celui qui est accordé à toute l'Église. Terme de théologie. Grâce universelle, se dit, parmi les réformés, de la grâce répandue sur tous les hommes par le sacrifice de Jésus-Christ.
Qui a de la capacité pour toute chose.
Les gens universels ne sont appelés ni poëtes, ni géomètres, mais ils sont tout cela, et jugent de tous ceux-là [PASC., Pens. VI, 15]
Arias a tout vu, a tout lu, il veut le persuader ainsi : c'est un homme universel, et il se donne pour tel [LA BRUY., V]
Le fameux Leibnitz naquit à Leipzick ; il mourut en sage à Hanovre, adorant un Dieu, comme Newton, sans consulter les hommes ; c'était peut-être le savant le plus universel de l'Europe [VOLT., Louis XIV, 34]
Il n'arrive jamais que le même homme puisse exercer également sa mémoire, son imagination et sa réflexion sur toutes sortes de matières.... cela nous apprend pourquoi ceux qui aspirent à être universels, courent risque d'échouer dans bien des genres [CONDILL., Connais. hum. I, II, 5]
Il a un esprit universel, non par les lumières, mais par la faculté d'en acquérir [J. J. ROUSS., Ém. III]
Cet homme est universel, il a une grande étendue de connaissances.
Vous êtes universel, monsieur, vous vous connaissez à tout [LESAGE, Turcar. III, 4]
On dit de même : science universelle. Fig. et par plaisanterie.
Je sers un jeune homme nommé Damis ; c'est un aimable garçon : il aime le jeu, le vin, les femmes ; c'est un homme universel [LESAGE, Crispin rival, 3]
Terme de logique. Qui comprend toute chose, qui a le caractère de généralité abstraite.
Notre âme étant de telle nature, que ses idées intellectuelles sont universelles, abstraites, séparées de toute matière particulière [BOSSUET, Conn. IV, 1]
Toute vérité certaine en matière universelle est éternelle [ID., ib. I, 13]
Toute proposition universelle est une voie abrégée de l'esprit, qui ne peut ni voir ni embrasser ensemble tous les particuliers, et les envelopper tous ensemble dans une seule idée [FONTEN., Frag. Rais. hum.]
S. m. L'universel, ce qu'il y a de commun dans les individus d'un même genre, d'une même espèce. L'universel a parte rei, l'universel a parte mentis. Voy. UNIVERSAUX.

REMARQUE

  • Il ne faut pas en général donner de comparaison à universel ; cependant de bons écrivains l'ont fait.
    Une erreur si stupide et si brutale n'était pas seulement la plus universelle, mais.... [BOSSUET, Hist. II, 3]
    Rédemption la plus universelle dans son étendue : tous les hommes y sont compris ; tous en général, chacun en particulier [BOURDAL., Pensées, t. III, p. 193]
    L'aveuglement est, de toutes les peines du péché, la plus universelle [MASS., Carême, Confession.]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Savoir les universels choses n'est pas seure chose sanz l'esperience [BRUN. LATINI, Trésor, p. 333]
  • XIVe s.
    Environ aucunes choses universeilz, et environ aucunes choses particulieres [H. DE MONDEVILLE, f° 36, verso.]
    Afin que.... tentée la fortune de ceulz petiz debaz, il peust comander aus siens concevoir esperance de la victoire universal [BERCHEURE, f° 84, verso.]
  • XVe s.
    C'est luy [Dieu] par qui l'universel est fait [, les Triomphes de la noble dame, f° 123, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    L'edit de pacification fait devant Orleans avoit donné quasi à l'universel de la France beaucoup de contentement [LANOUE, 605]
    Leur premier et principal acte fut l'universelle prise des armes par toute la France en un mesme jour [ID., 613]
    Ce qui est particulier est plus sanable que ce qui est universel [PARÉ, t. III, p. 688]
    Les plus beaux et plus grands esprits sont les plus universels [CHARRON, Sagesse, II, 2]
    Demeurer universel et ouvert à tout [ID., ib.]
    Se nommer evesque universel, ou evesque de l'Eglise catholique, comme font maintenant les papes [, le Bureau du concile de Trente, p. 3]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. universal ; ital. universale ; du lat. universalis, dérivé de universus (voy. UNIVERS).