véhicule

véhicule

n.m. [ lat. vehiculum, de vehere, porter ]
1. Moyen de transport terrestre ou aérien : Leur véhicule a été conduit à la fourrière automobile, voiture
2. Ce qui sert à transmettre qqch : L'image est devenue un véhicule privilégié de la publicité média, support vecteur

VÉHICULE

(vé-i-ku-l') s. m.
Une voiture quelconque (ce qui est le sens propre du mot latin).
Pendant les deux occupations successives de Paris, en 1814 et 1815, on voyait constamment devant son hôtel [hôtel du restaurateur Beauvilliers] des véhicules de toutes les nations [BRILLATSAVARIN, Physiol. du goût, Médit. XXVIII]
Colas, fabricant de véhicules d'arrosage [, Almanach Didot Bottin, 1871-1872, p. 662]
Terme didactique. Ce qui sert à conduire, à transmettre plus facilement. L'air est le véhicule du son.
Le sang, véhicule fluide Des esprits ainsi corrompus [LA FONT., Quinquina, I]
Dissolvant, en parlant des couleurs. En pharmacie, excipient liquide.
Le sucre, le miel, les gommes, la manne, les sucs résineux commencèrent à être employés en médecine comme véhicules ou excipients, ou comme remèdes particuliers [FOURCROY, Conn. chim. t. I, p. VIII]
En anatomie, véhicules, les liquides qui servent à tenir en suspension, soit momentanément, soit d'une manière permanente (quand ce sont des liquides conservateurs), les éléments anatomiques qu'on doit examiner au microscope.
Fig. Ce qui prépare, ce qui aide.
Encore que le bon exemple des pasteurs soit un excellent véhicule pour insinuer l'Évangile [BOSSUET, 2e instruct. pastor. 30]
Avec tant de véhicules [protections] ce choix [de Chamillart comme surintendant] ne fut pas un instant balancé [SAINT-SIMON, 70, 148]
Vous n'avez pas besoin de cela [un cadeau] pour être reçu à merveille [auprès de Mlle Quinault, actrice] ; mais ce sera un petit véhicule pour vous faire avoir vos entrées [VOLT., Lett. Berger, 12 déc. 1736]
Si la calomnie disparaît à la mort de l'homme obscur, la célébrité lui sert de véhicule, et la porte jusques aux siècles les plus reculés [DIDER., Claude et Nér. à M. Naigeon.]
L'or et l'argent, qui sont le véhicule ou le signe de toutes les productions [RAYNAL, Hist. phil. VI, 18]
Puisqu'il [l'art de l'imprimerie] est devenu le principal véhicule de l'instruction, son histoire tient étroitement à celle de l'esprit humain [DAUNOU, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. IV, p. 448]
Terme de la religion bouddhique. Moyen qu'offre cette doctrine pour faire traverser à toutes les créatures la mer agitée de la douleur et de la mort, et les conduire au rivage de la délivrance, au port du repos.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Cest humeur sereux est garde pour deslayer et destremper le sang trop gros, et pour ce est appelé le vehicule du sang [PARÉ, Introd. 6]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. vehiculum, de vehere, porter, de même radical que le sanscrit vah, porter ; comparez le grec signifiant, char, allem. Wagen.

véhicule

VÉHICULE. n. m. Toute sorte de voiture. Les différentes catégories de véhicules.

Il s'emploie aussi dans le langage didactique pour désigner Ce qui sert à transmettre. L'air est le véhicule du son. Le moustique est le véhicule du paludisme.

Il se dit aussi de Certaines substances servant à introduire dans l'organisme un médicament.

véhicule


VÉHICULE, s. m. [Vé-ikule: 1re é fer. dern. e muet.] Au propre, ce qui sert à faire pâsser, à conduire plus facilement. "Le vin est un bon véhicule pour ce remède: ce bouillon servira de véhicule aux poûdres: que vous devez prendre. = Au figuré, ce qui prépâre l' esprit à quelque chôse. "Cela servira de véhicule à ma demande. — Il n'est que du style simple.

Traductions

véhicule

vehicleכלי רכב (ז), מכונית (נ), רכב (ז), רֶכֶבvoertuig, heilsweg, lenzensysteem, vulstof, vehikelvozidlobefordringsmiddel, køretøjFahrzeug, Vehikel, Gefährtvehículo, transportesõidukkendaraanveicolo, carro, mezzo車, 乗り物vehiculumkjøretøypojazdvehiculvozidlovoziloxe, xe cộ, 车辆όχημαسَيَّارَةajoneuvovozilo차량veículoтранспортное средствоfordonยานพาหนะaraç車輛 (veikyl)
nom masculin
voiture, engin utilisé pour se déplacer

véhicule

[veikyl] nmvehicle