vacarme

vacarme

n.m. [ du moyen néerl. wacharme !, pauvre de moi ! ]
Bruit assourdissant : Être assourdi par le vacarme des machines

VACARME

(va-kar-m') s. m.
Grand bruit, grands cris.
Celle-ci [une veuve] faisait un vacarme, Un bruit et des regrets à percer tous les cœurs [LA FONT., Matr. d'Éph.]
La nuit, ni son obscurité, Son silence et ses autres charmes De la reine des bois [la lionne qui avait perdu son petit] n'arrêtaient les vacarmes [ID., Fabl. X, 13]
Et qui donc es-tu, toi, Qui fais tant de vacarme, et parles de la sorte ! [MOL., Amph. III, 2]
Je ne puis soutenir le vacarme de mon cabinet : il y a plus de cinquante femmes à Marly [MAINTENON, Lett. au duc de Noailles, t. v, p. 90, dans POUGENS]
Un lutin que l'enfer a vomi sur la terre, Pour faire aux gens dormant une éternelle guerre, Commence son vacarme et nous lutine tous [REGNARD, Fol. am. I, 2]
Grand bruit fait dans une querelle.
Quel malheur est le mien ! ainsi donc sans sujet J'ai fait ce grand vacarme à ce charmant objet ! [CORN., le Ment. III, 2]
Monsieur, point de vacarme ; Songez que vous mettez le quartier en alarme [HAUTEROCHE, Appar. tromp. I, 6]
Ce sont souvent les maris qui, avec leurs vacarmes, se font eux-mêmes ce qu'ils sont [MOL., G. Dand. II, 1]
Il est allé faire du vacarme dans cette maison, il y est allé quereller quelqu'un, faire du bruit.
Fig. Clameur publique.
L'édition [d'un ouvrage de Voltaire] qui a fait tant de vacarme [VOLT., Lett. Formont, 5 juin 1734]
Il n'était nullement probable qu'après le vacarme fait à Genève par le conseil, et à Neuchâtel par la classe, il voulût m'administrer tranquillement la cène dans son église [J. J. ROUSS., Conf. XI]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Flament seut[il sut le flamand], si cria waskarme [, Ren. t. IV, p. 239, v. 2882]
  • XIVe s.
    Cil qui sont de mort entouchiez, Sont antre les autres couchiez O les morz ; nul ne les desarme ; En criant wacarme, wacarme, Qui vaut autant com dire helas, Gisent aucun.... [G. GUIART, Boy. lignages, t. II, p. 378]
  • XVe s.
    Et encor me faisoit pis Wacarme, alarme et les cris Des Flamans.... [E. DESCH., Poésies mss. f° 173]
  • XVIe s.
    Interrogé quelle fin il pretendoit par le tumultuaire vacarme [RAB., I, 46]

ÉTYMOLOGIE

  • Flamand, wach-arme, composé de wach, malheur à, qui est le weh des Allemands, et arm, misérable.

vacarme

VACARME. n. m. Tumulte, grand bruit. Il y a beaucoup de vacarme dans cette maison. Faire vacarme. Faire un grand vacarme, un vacarme épouvantable. Apaiser, faire cesser le vacarme. Voilà bien du vacarme pour peu de chose.

vacarme

Vacarme.

vacarme


VACARME, s. m. [Dern. e muet.] Tumulte, grand bruit de gens, qui se querellent ou qui se batent. = Vacarme, Tumulte, (synon.) Le 1er emporte l'idée d'un plus grand bruit, et le 2d, celui d'un plus grand désordre. Une seule persone fait quelquefois du vacarme: mais le tumulte supose toujours qu'il y a un grand nombre de gens. Girard, Synon. — On peut ajouter que vacarme n'est que du style familier, et que tumulte est de tous les styles.

Synonymes et Contraires

vacarme

nom masculin vacarme
Bruit assourdissant.
bruit, cacophonie, charivari, tapage, tintamarre, tumulte -familier: boucan, chahut, raffut, tintouin -littéraire: hourvari -populaire: ramdam.
Traductions

vacarme

din, racket, row, hullabaloo, pandemonium, noiseגעש (ז), המולה (נ), סאון (ז), קולניות (נ), רעישה (נ), רעש (ז), שאון (ז), גַּעַשׁ, רַעַשׁ, שָׁאוֹןkabaal, lawaai, herrie, tumult, geraasLärm, Getöse, Krachπάταγος, βοή, ρακέταbaccano, baraonda, cagnara, chiasso, clangore, confusione, frastuono, putiferio, schiamazzo, strepitioضَجِيج, مَضْرَبkravál, lomozlarmalboroto, barullo, jaleo, raquetamelu, metelibuka, vikaやかましい音, 騒ぎ소동, 소음drønn, rabalderhałas, łomotbarulheira, ruídoгудение, шумdån, racketเสียงหนวกหู, เสียงอึกทึกcurcuna, şamatasự huyên náo, tiếng ầm ĩ吵闹, 喧嚣 (vakaʀm)
nom masculin
grand bruit

vacarme

[vakaʀm] nmdin, racket
Qu'est-ce que c'est que ce vacarme? → What's all this racket?