vague

1. vague

adj. [ du lat. vagus, qui erre ]
1. Qui manque de netteté ; que l'on identifie mal : Je ne distinguais qu'une forme vague dans l'obscurité
confus ; distinct, 1. net : Il ressent des douleurs vagues dans la jambe
2. Dont la signification est floue ; qui laisse place au doute : Je ne me contenterai pas d'une réponse vague
évasif ; 1. précis : Une vague promesse
3. Dont la qualité, la nature, la valeur n'est pas clairement établie : Cette fille est une vague connaissance. Il a un vague diplôme commercial
4. Se dit d'un vêtement qui a une certaine ampleur : Une robe vague
Nerf vague,
chacun des deux nerfs crâniens qui descendent jusqu'à l'estomac et innervent des organes comme le cœur et le foie.
n.m.
Ce qui est imprécis, mal défini : Il m'a laissé volontairement dans le vague
Regarder ou avoir les yeux dans le vague,
ne fixer aucun objet précis.
Vague à l'âme,
sentiment de tristesse sans cause apparente ; mélancolie.

2. vague

adj. [ du lat. vacuus, vide ]
Terrain vague,
terrain situé dans une agglomération, qui n'a aucun usage précis et n'est pas entretenu.

3. vague

n.f. [ anc. scand. vâgr ]
1. Soulèvement de la surface de l'eau par le vent ou le courant : De grosses vagues faisaient tanguer le bateau
2. Fig. Phénomène subit qui apparaît en masse et se propage : Une vague de froid touche la France
3. Masse importante de personnes, de choses : L'arrivée d'une nouvelle vague de migrants
afflux, flot : Une vague d'arrestations a eu lieu
Faire des vagues,
provoquer des troubles, susciter des réactions d'hostilité.
La nouvelle vague,
la nouvelle génération d'avant-garde ; spécial., groupe de jeunes cinéastes français de la fin des années 50 et du début des années 60.

VAGUE1

(va-gh') s. f.
Masse d'eau de la mer, d'une rivière ou d'un lac, qui est agitée et soulevée par les vents, ou par une autre impulsion.
Tel qu'à vagues épandues Marche un fleuve impérieux [MALH., II, 2]
Comme par une vague une vague s'irrite [MAIRET, Sophon. IV, 1]
Ses troupes feront un bruit comme les vagues de la mer [SACI, Bible, Jérémie, VI, 23]
Il était alors soleil couchant, le vent se calma, en sorte que le courant et les vagues nous jetaient sur la côte [Palerme] [DUQUESNE, à Seignelay, 17 août 1680, dans JAL]
La reine, toujours aussi intrépide que les vagues étaient émues [dans une tempête] [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Nous le vîmes comme un sage pilote, sans s'étonner ni des vagues ni des orages, aller droit, comme au terme d'une si périlleuse navigation, à la conservation du corps de l'État [ID., le Tellier.]
Je voyais les vagues qui venaient battre le pied de la tour où j'étais prisonnier [FÉN., Tél. II]
La vague s'aplanit, et l'humide séjour, Comme un vaste miroir, renvoie au loin le jour [DELILLE, Parad. perdu, X]
Par extension.
Les ailes des oiseaux et les nageoires des poissons sont comme des rames qui fendent la vague de l'air et de l'eau [FÉN., Exist. 19]
Fig.
Une pensée, une affaire, une occupation pousse ce qui est devant elle ; ce sont des vagues, la comparaison du fleuve est juste [SÉV., 13 juin 1685]
Fig. Ce qui est comparé à une vague.
L'air, chargé de ces sons, qu'il emporte sur l'onde.... Semble, comme une mer où la tempête gronde, Rouler des flots de voix et des vagues de bruit [LAMART., Harm. I, 10]
Terme d'architecture. Se dit d'un ornement qui semble imiter les flots de la mer.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    La mer, qui estoit haulte et courroucée, les jetta à grands coups de vagues contre la coste en lieux aspres et pierreux [AMYOT, Pyrrh. 31]
    Cette vague de Dieu enfondrera nostre nauf [RAB., Pant. IV, 19]

ÉTYMOLOGIE

  • Anc. haut - allem. vâg ; angl. wave ; allem. Woge ; goth. vega, de vigan, agiter.

VAGUE2

(va-gh') adj.
Qui est vide, et particulièrement qui est vide de culture.
En revenant de l'Ilissus, M. Fauvel me fit passer sur des terrains vagues, où l'on doit chercher l'emplacement du Lycée [CHATEAUBR., Itin. part. I]
La plupart des concessions faites aux monastères dans les premiers siècles de l'Église étaient des terres vagues, que les moines cultivaient de leurs propres mains [ID., Génie, IV, VI, 7]
On dit souvent en ce sens : terres vaines et vagues.
Les terres vagues et vaines ou en communes ne peuvent produire que des pâturages, quelques garennes, bois ou broussailles [VAUBAN, Dîme, p. 192]
Par extension, indéfini, sans bornes déterminées. Espaces vagues. La vague immensité des déserts.
Fig. Qui est vide, sans précision.
De vagues chimères [CORN., Pulchér. IV, 3]
Des oppositions vagues et en l'air [BOSSUET, Lett. 211]
Voilà des vérités qui font trembler, et ce ne sont pas ici des vérités vagues qui se disent à tous les hommes et que nul ne prend pour soi [MASS., Carême, Élus.]
Lorsque dans une loi l'on a bien fixé les idées des choses, il ne faut point revenir à des expressions vagues [MONTESQ., Esp. XXIX, 16]
De vos vagues soupçons j'ai dédaigné l'injure [VOLT., Catil. I, 5]
Présenter des notions vagues pour des démonstrations exactes, c'est substituer de fausses lueurs à la lumière [D'ALEMB., Élog. Bernoulli.]
Quand les principes sont vagues, comment les expressions auront-elles quelque précision ? [CONDIL., Trait. des syst. ch. 3]
Elle me tint de ces sortes de discours vagues qui ne signifient rien, et qui mettent pourtant en droit de vous dire : je vous l'avais dit [Mme DE TENCIN, Œuv. t. IV, p. 116]
Ce qui est tracé sur leur carte dans l'ouest de ce cap, et les noms qui s'y trouvent, ne sont placés que sur des rapports vagues des naturels [BUACHE, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. V, p. 7]
Rien de plus dangereux, de plus haïssable en politique que les mots vagues [D. STERN, Esquisses morales, p. 149]
Quelques détails indiqués plus précisément ne nuiraient pas ; à force d'être large, on devient vague [TH. GAUTIER, Feuilleton du Journ. offic. du 26 juin 1869]
Un air vague, un air distrait où la pensée paraît vide.
Je t'aborde, l'air vague et le front sans couleur [MILLEV., Élég. I]
Un esprit vague, un esprit dont les idées sont vides et sans fixité.
Fig. Qui a quelque chose d'indéfini. Pensées vagues. Désirs vagues.
Il veut, il se repent, et cette incertitude Égare en cent projets sa vague inquiétude [DELILLE, Én. IV]
Toujours plus incertain, Dans le vague avenir ma raison se promène [ARNAULT, Oscar, IV, 1]
Cette mort dont on parle, elle n'y croit qu'à peine, Ou l'aperçoit lointaine Dans un vague avenir [P. LEBRUN, Poés. t. I, 28]
Qui plaît par cet indéfini même. Une vague et douce mélancolie. De vagues rêveries.
Ils se livraient en silence aux pensées vagues que font naître la nature et l'amour [STAËL, Corinne, XV, 9]
Terme de peinture. Qui manque de précision, qui n'est pas nettement arrêté, et aussi qui plaît par son indécision, par son caractère aérien, vaporeux. Une couleur, une lumière vague.
S. m. Grand espace vide.
La nymphe s'élevant dans le vague des cieux [RÉGNIER, Ép. I]
Leur proie [de certains oiseaux] qu'une vue perçante leur fait discerner dans le vague de l'air [BUFF., Ois. t. VIII, p. 295]
Écho parlait : dans le vague des nues Elle aperçoit deux cygnes éclatants, Au cou flexible, aux ailes étendues [MALFIL., Narcisse, II]
Dans le vague des airs leurs clameurs se confondent [DELILLE, Én. v.]
Fig. Se jeter, se perdre dans le vague, faire de longs raisonnements sans conclusion, sans solidité.
J'étais réduit à me jeter à l'aventure dans le vague des suppositions, à faire successivement divers essais de calcul qui le plus souvent ne menaient à rien [BEUDANT, Instit. Mém. scienc. t. VIII, p. 233]
Fig. Ce qui manque de précision.
On peut dire qu'il y a du vague dans les caractères que nous donnons au beau, mais il y a aussi du vague dans l'opinion qu'on y attache [MARMONTEL, Œuv. t. V, p. 360]
Fig. Ce qui a le caractère de l'indéfini. Le vague de la couleur ajoute à l'effet d'un tableau.
Il faut bien se garder de déterminer certaines expressions dont le vague fait toute la force [MARMONTEL, Œuv. t. VIII, p. 165]
Ce qui est du vague dans la poésie, devient du vide dans la prose [STAËL, Corinne, VII, 1]
Le vague mystérieux qui fait aimer le midi de l'Italie [ID., ib. XV, 7]
Fig. Malaise indéfinissable de l'âme.
Plus les peuples avancent en civilisation, plus cet état du vague des passions augmente [CHATEAUBR., Génie, II, III, 9]
Un je ne sais quel vague empoisonne l'étude [C. DELAV., Paria, II, 2]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Adont estoit li sieges [l'archevêché de Reims] vaghes [vacant] [, Chr. de Rains, 180]
    Et estoit la terre le roy si vague, que, quand il tenoit ses ples [plaids], il n'i venoit pas plus de dix personnes ou douze [JOINV., 296]
    Et pour çou que li mons [le monde] estoit tous coureciés et tous triboulés pour les œuvres Fedrik et ses fils, si demoura sainte eglise toute vague [sans pape] [BRUN. LATINI, Trésor, p. 94]
  • XVe s.
    Quand le roi d'Angleterre eut faite son emprise et sa volonté de la ville de Dynant en Bretagne [qu'il venait de prendre et de dévaster], il s'en partit et la laissa toute vague [FROISS., I, I, 208]
    Terre wide et waghe [, Souvenirs de la Flandre wallonne, juillet et août 1867, p. 106]
    Hostel wide et vacque [DU CANGE, vacantes.]
  • XVIe s.
    Se jecter dans le vague champ des imaginations [MONT., I, 32]
    Une espace vague et vuide de tout soutien [AMYOT, Flam. 20]
    Après avoir fait semblant de combattre, en demenant leurs espées parmy l'air vague, ilz ... [AMYOT, Lucull. 70]
    Et entra dedans Poictiers donnant ordre promptement aux choses necessaires, pour la garde d'une telle et si vague ville [CARLOIX, IX, 43]
    Nos hales, et nos marchez seroient foulez de presse de marchands et de vivres, au lieu que tout est vuide et vague [, Sat. Mén. p. 155]
    Sus le mestier d'un si vague penser Amour ourdit les trames de ma vie [RONS., Amours, I, 59]

ÉTYMOLOGIE

  • Les sens tant anciens que modernes se rapportent beaucoup plus au latin vacuus, vide, qu'à vagus, errant. Les terres vagues sont dites terrae vacuae, et aussi terres vuides.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. VAGUE. Ajoutez :
    10° Année vague, année de 365 jours, sans l'intercalation périodique d'un jour bissextile ; ainsi dite parce qu'à la longue les saisons naturelles ne correspondaient plus aux divisions mensuelles, et que le commencement de chaque mois parcourait le cercle entier de l'année.
    Mémoire [de M. de Rougé] sur quelques phénomènes célestes, rapportés sur les monuments égyptiens avec leur date du jour dans l'année vague [FERD. DELAUNAY, Journ. offic. 7 janvier 1873, p. 89, 3e col.]
    11° Subst. m. Un vague, un terrain non occupé, non planté.
    De nombreux vides et des vagues considérables s'y rencontrent presque partout [dans les forêts du comté de Nice] [L. GUIOT, Mémoires de la Société centrale d'agriculture, 1874, p 142]

    HISTORIQUE

    • Ajoutez :
    • XIVe s.
      Onques puis ne fut parlé de celle noble compaignie, et m'est advis qu'elle soit alée à neant, et la maison vague [vide] demourée [J. LE BEL, Les vrayes chroniques, t. H, p. 174]

VAGUE3

(va-gh') adj.
Qui est errant. Des douleurs vagues.
Terme de botanique. Qui est disposé sans ordre. Le fruit du grenadier offre un exemple de cloisons vagues.
Terme d'anatomie. Nerf vague, nom donné, à cause de ses nombreuses divisions, au nerf de la dixième paire.
Terme de chronologie. Année vague, année de 365 jours sans l'intercalation périodique du jour bissextil.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    [Moïse] Qui, sage, commandas au vague peuple hebreu [RONS., Sonn. pour Hélène, 7]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. vago, vague, libertin, gracieux ; du latin, vagus, errant. Christine de Pisan a employé vague au sens de gracieux : Abis jolis, vagues et curieux, Charles V, I, 14 ; et les Cent nouvelles, au sens de libertin : Homme vague, deshonneste et peu vertueux, Nouv. c.

VAGUE4

(va-gh') s. f.
Instrument avec lequel on vague la bière.

vague

VAGUE. n. f. Masse d'eau de la mer, d'un lac, d'une rivière, qui est agitée ou soulevée par les vents ou par toute autre impulsion. De grandes vagues. Il fut englouti par les vagues. Rompre la vague. Aller au-devant de la vague.

Fig., Vague de chaleur, Afflux subit de chaleur.

Fig., Vague d'enthousiasme, Grand soulèvement d'enthousiasme.

En termes de Guerre, Vagues d'assaut, Succession de plusieurs lignes de combattants qui se portent à l'assaut d'une position.

vague

VAGUE. adj. des deux genres. Qui est indéfini, qui n'a point de bornes fixes et déterminées. Lieux vagues. Espaces vagues. Douleurs vagues.

Terres vaines et vagues, Terres incultes, qui ne rapportent rien.

Terrain vague, Terrain qui n'est ni construit, ni cultivé, ni occupé dans une ville.

VAGUE s'emploie surtout au figuré et signifie Qui est incertain, qui manque de précision, de fixité, de solidité. Esprit vague. Pensées vagues. Désir vague. Expressions vagues. Propositions vagues. Promesses vagues. Raisonnements vagues. Répondre d'une manière vague.

Il se dit aussi de Certaines causes et de certains effets, dont on ne peut nettement se rendre compte et qui ont quelque chose d'incertain et d'indéfini. Une vague et douce mélancolie. J'éprouvais un sentiment vague et plein de charme. De vagues rêveries. Un vague malaise.

En termes de Physiologie, Le nerf vague, Une des parties du grand sympathique.

VAGUE s'emploie encore comme nom masculin et désigne un Grand espace vide ou qu'on se figure comme tel. Le vague de l'air. Dans le vague des airs.

Il se dit aussi figurément de Ce qui est incertain. Le vague de ses pensées. Le vague des passions. Avoir du vague à l'âme.

Se perdre dans le vague, Faire de longs raisonnements sans solidité, sans conclusion. On dit dans un sens analogue : Rester dans le vague.

vague

Vague, f. penac. Est un terme plus frequent et usité entre les mari niers navigeans en la mer mediteranée, qu'entre ceux de la grand mer, qui usent du terme oule, (imité de l'Espagnol, qui l'appelle ola) pour ce mesme, que signifie vague, c'est à dire pour un grand flot, de mer eslevé par l'orage, Vnda tumens, fluctus vehemens. Et a prins son origine de Vagus terme Latin, qui vient de Vagor, par ce que tel flot furieux, Longe lateque huc atque illuc vagatur, voyez Dune et Oule.

La mer fait vagues et ondes, Fluctuat mare, vel aestuat,

Appaiser les vagues de la mer, Fluctus maris mulcere.

Faire grandes vagues, Exaestuare.

Plein de vagues, Fluctuosus

vague


VAGUE, adv. VAGUEMENT, adj. VAGUER, v. n. [Vaghe, gheman, ghé: 2e e muet aux deux prem., é fer. au 3e: l'u est muet: il n'est mis là que pour doner au g un son fort qu'il n'a pas devant l'e.] Vague, indéfini, indéterminé. "Lieux, espaces vagues. — Terres vaines et vagues; incultes, et qui ne raportent rien. = Fig. Pensées, discours, raisonemens, propositions, promesses vagues; qui n'ont rien de fixe et de déterminé. = Vaguement ne se dit que dans le figuré: d'une manière vague. "Il n'en a parlé; il ne l'a promis que vaguement. = Vaguer, au contraire, ne se dit qu'au propre, et selon l'Académie, il est de peu d'usage. Errer çà et là; aller de côté et d'aûtre à l'aventûre: Vaquer par les champs. * Bossuet l'a employé au figuré: "Celui-ci laisse vaguer ses pensées, sans que vos discours arrêtent son esprit distrait. = M. Linguet a dit aussi: la Couronne d'Angleterre n'a cessé de vaguer de maison en maison. — M. Demende (de Demandolx Acad. de Marseille)s'en est servi au propre. "Le premier (des moyens pour réprimer la mendicité) empêcher les mendians de vaguer. D'aûtres Écrivains modernes l'ont employé. Il parait que ce mot prend faveur, et qu' on l'emploiera bientôt sans dificulté.
   VAGUE, s. f. et masc. Il est fémin. quand il signfie l'eau de la mer, d'un lac, d'une rivière agitée par les vents. "Les vagues ont pensé les abimer. "Les vagues écumantes s'élevoient autour du vaisseau comme des montagnes. L. F. Poème de S. Grég.
   Ainsi que la vague rapide,
   D'un torrent, qui roule à grand bruit,
   Se dissipe et s'évanouit
   Dans le sein de la terre humide.
       Rouss.
= Vague, onde, flot (syn.) Les ondes sont l'éfet naturel de la fluidité d'une eau, qui coule: les flots viènent d'un moûvement accidentel: les vagues proviènent d'un moûvement plus violent. "Un terrein raboteux rend les ondes inégales; un grand vent fait enfler les flots, et excite des vagues. GIR. Synon. = Vague est s. m. dans cette locution poétique: le vague des airs.
   La Palestine enfin, après tant de ravages,
   Vit fuir ses énemis; comme on voit les nuages,
   Dans le vague des airs, fuir devant l'aquilon.
       Rouss.
= Il l'est aussi, comme substantif abstrait. "Dès qu'on se jette dans le vague, on déclame tant qu'on veut. Marm.

Synonymes et Contraires

vague


vague

nom féminin vague
1.  Phénomène de grande ampleur.
2.  Masse de personnes.

vague

nom masculin vague
Traductions

vague

(vag)
nom féminin
1. masse d'eau qui se soulève être emporté par une vague
2. figuré phénomène qui se développe une vague de départs une vague de chaleur

vague

(vag)
adjectif
1. qui n'est pas précis des informations vagues de vagues souvenirs
2. terrain sans constructions, qui n'est pas entretenu

vague

Welle, Woge, vage, unbestimmtwave, vague, hazy, shadowy, uncertain, vacant, vagueness, void, dim, undefinedgolf, vaag, baar, gulp, los, onbepaald, vaagheid, onbezet, onzeker, opengevallen, precair, slap, vacant, vrij, golving, mistig, onbeduidend, onbestemd karakter, onduidelijk, ongewisse, ruim, wijd [kleding]אפוף עשן (ת), גל (ז), מהומהם (ת), מטושטש (ת), נחשול (ז), סתמי (ת), עמום (ת), קליחה (נ), סְתָמִי, גַּל, לא ברור, עמוםbaarغامض, مُبْهَم, مَوْجonadanejasný, neurčitý, vlnabølge, vagκύμα, ασαφήςondoola, onda, vago, imprecisoaalto, epämääräinenbizonytalan, homályosonda, vago, flutto, genericità, ondata, sfumatofluctus, undaonda, vago, vagaволна, неопределённый, неясныйvag, bölja, obestämd, vågorbølgje, bølge, vagnejasan, val曖昧な, 波막연한, 파도fala, niesprecyzowanyคลื่น, คลุมเครือbelirsiz, dalgakhông rõ ràng, sóng含糊的, 波浪вълна
nom masculin
1. ne rien regarder de précis
2. ce qui est imprécis, mal défini rester dans le vague

vague

[vag]
nfwave
adj
[image, explication, idée] → vague
J'ai un vague souvenir de lui → I vaguely remember him.
[regard] → faraway
[manteau, robe] → loose-fitting
(= quelconque) un vague cousin → some cousin or other
nm
être dans le vague → to be in the dark
rester dans le vague → to remain vague
regarder dans le vague → to stare into space
vague à l'âme nmvague melancholy
vague d'assaut nf (MILITAIRE)wave of assault
vague de chaleur nfheatwave
vague de fond nfground swell
vague de froid nfcold spell