vau-de-route

VAU-DE-ROUTE

(à) (vô-de-rou-t') loc. adv.
qui ne s'emploie guère qu'avec : s'enfuir, aller, et qui signifie en fuite, en pleine déroute.
Qu'il leur avait tué douze mille hommes sur la place, que Budare était prisonnier, et le reste de leurs gens à vau-de-route [MALH., Le XXXIIIe livre de Tite Live, ch. 44]
Les ennemis, voyant qu'on allait à eux avec cette vigueur, s'en sont fuis à vau-de-route, abandonnant leurs tentes et leur bagage qui a été pillé [RAC., Lett. à Boileau, 3 oct. 1692]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Leur cavallerie fut renversée sur leurs gens de pied, de sorte que tout s'en alla à vau-de-routte [M. DU BELLAY, 541]
    Il ne les peut tourner en fuitte à val de route [MONT., I, 343]

ÉTYMOLOGIE

  • À, val, et route : en descendant la route, le chemin, comme à vau-l'eau.