veille

veille

n.f. [ lat. vigilia ]
1. État de qqn qui ne dort pas : Des heures de veille passées à écrire.
2. Action de monter la garde, en partic. de nuit : C'est son tour de veille.
3. État d’un matériel électrique ou électronique dont tout ou partie des fonctions est suspendu afin de réduire sa consommation (on dit aussi mode veille).
4. Journée qui précède celle dont on parle ou un événement particulier : Il est arrivé la veille. Je rentre la veille de Noël.
À la veille de,
juste avant ; sur le point de : Être à la veille d'une nouvelle ère. Ils sont à la veille de se marier.
Ce n'est pas demain la veille,
Fam. cela ne se produira pas de sitôt.
Veille technologique,
dans une entreprise, activité consistant à se tenir informé des innovations dans son secteur.

VEILLE

(vè-ll', ll mouillées, et non vè-ye) s. f.
Absence de sommeil pendant le temps destiné au sommeil. Il a souffert une longue veille cette nuit. Une veille prolongée.
Sa vie à son déclin, s'est éteinte, pareille Au flambeau, compagnon de la savante veille, Lorsque, toute la nuit en silence allumé, Aux feux du jour naissant il s'éteint consumé [P. LEBRUN, Bonh. de l'étude.]
Il s'emploie plus ordinairement au pluriel.
J'ai su lui préparer des craintes et des veilles [RAC., Bajaz. I, 1]
Ces veilles que les savants et les poëtes même ont tant de soin de faire valoir, prises dans le sens le plus littéral, ne sont pas des veilles en comparaison de celles qui se font en plein air et en toutes saisons pour étudier le ciel [FONTEN., Maraldi.]
Ils [les pharisiens] faisaient de longues veilles, et se refusaient jusqu'au sommeil nécessaire [DIDER., Opin. des anc. Phil. (Juifs)]
Lit de veille, lit portatif qu'on établit le soir dans la chambre d'une personne qui veut avoir quelqu'un auprès d'elle pendant la nuit. Chandelle de veille, chandelle assez longue pour durer toute la nuit. Bougie de veille, très petite bougie, qui néanmoins dure toute la nuit au moyen d'une mèche très fine. Mortier de veille, gros morceau de cire avec une mèche allumée au milieu pour éclairer une chambre pendant toute la nuit. Ces dénominations ont vieilli.
État de l'économie animale dans lequel les impressions venues soit du dehors, soit du dedans, sont perçues et contrôlées par les sens et par la pensée, et où il est possible d'agir volontairement.
Il est très ordinaire que dans ses rêves on voie des morts.... si on les a vus pendant le sommeil, pourquoi ne les verra-t-on pendant la veille ? [VOLT., Dict. phil. Enchantement.]
Tranquille je m'endors, Et tranquille je veille ; et ma veille aux remords Ni mon sommeil ne sont en proie [A. CHÉN., La jeune captive.]
On dit dans le même sens : état de veille. Être entre la veille et le sommeil, n'être ni tout à fait éveillé, ni tout à fait endormi.
Entre la veille et le sommeil profond nous pouvons distinguer deux états mitoyens.... [CONDILL., Traité sens. II, 11]
Veille des plantes, temps pendant lequel les fleurs, les feuilles qui présentent le phénomène du sommeil, restent ouvertes ou étalées.
Garde qui se fait pendant la nuit.
Les veilles cesseront au sommet de nos tours [MALH., II, 1]
Les chars, les royales merveilles, Des gardes les nocturnes veilles, Tout a fui [A. CHÉN., Versailles.]
La veille des armes, nuit que celui qui allait être fait chevalier passait auprès de ses armes dans une chapelle.
Ignace fit la veille des armes et s'arma chevalier de la Vierge [VOLT., Mœurs, 139]
Partie de la nuit selon la division qu'en faisaient les anciens Romains. La nuit était divisée en quatre veilles.
Vers la quatrième veille de la nuit, il [Jésus] vint à eux, marchant sur la mer [SACI, Bible, Évang. St Marc, VI, 48]
Il se dit quelquefois pour veillée.
Avec raison vous méprisez nos veilles, Nos vieux récits et nos chants si grossiers [BÉRANG., Nostalg.]
Au plur.Fig. Longue et forte application à l'étude, aux productions de l'esprit, aux affaires.
....Tant de rares esprits Qui t'ont choisi pour but de leurs savantes veilles [CHAPELAIN, Ode au card. de Richelieu.]
Aristote a consacré des veilles au théâtre [MOL., Tart. Préface]
Oui, je sais qu'entre ceux qui t'adressent leurs veilles, Parmi les Pelletiers on compte des Corneilles [BOILEAU, Disc. au roi]
....Le siècle fortuné Qui, rendu plus fameux par tes illustres veilles.... [ID., Épît. VII]
Des veilles, des travaux un faible cœur s'étonne [J. B. ROUSS., Ode au comte de Luc.]
Le jour qui précède celui dont il est question (ainsi dit probablement, parce que la veille des fêtes, dans l'ancienne Église, était employée on veilles et prières).
Où j'étais résolu, faisant autant que trois, De boire et de manger comme aux veilles des Rois [RÉGNIER, Sat. X]
Elle [une petite fille] nous vient d'assurer que le lendemain de la veille de Pâques était un mardi, puis elle s'est reprise et a dit : c'est un lundi [CH. DE SÉV., dans SÉV. 15 déc. 1675]
Je viens de retrouver dans mes paperasses une lettre de la main de Locke, écrite la veille de sa mort à milady Peterboroug ; elle est d'un philosophe aimable [VOLT., Lett. d'Alembert, 4 sept. 1769]
Je suis sûre, moi, que le jour du départ serait la veille des larmes [BEAUMARCH., Mar. de Figaro, II, 19]
Rosette : Adieu. - Arlequin [qui doit se marier avec elle le lendemain] : Ma bonne amie, n'oubliez pas que c'est aujourd'hui la veille de demain ! [FLORIAN, les Jumeaux de Bergame, 3]
Fig. Se faire poissonnier la veille de Pâques, voy. PÂQUES, n° 2.
À la veille de, au jour qui précède celui dont il s'agit : à la veille d'un si grand jour [la bataille de Rocroi], il est tranquille [BOSSUET, Louis de Bourbon]
Fig. À la veille de, sur le point de.
Ce fut un grand bonheur pour moi de recevoir votre lettre devant que de partir de Bruxelles, et de recevoir tant de consolation à la veille d'avoir tant de peine [VOIT., Lett. 20]
On est à la veille de nous apprendre de grandes nouvelles ; le cœur bat en attendant [SÉV., 144]
Non, je ne m'accoutume point à voir le nom de Noailles à la veille d'une disgrâce [MAINTENON, Lett. au duc de Noailles, 15 nov. 1712]
Henri Howard, qui est à la veille d'être le premier duc d'Angleterre [HAMILT., Gram. 7]
Terme de marine. Ancre de veille ou en veille, ancre préparée afin de la pouvoir lancer à la mer en cas de besoin. Câble de veille, celui qui est étalingué à l'ancre de veille. En veille ou à la veille, se dit en parlant d'un objet qui paraît hors de l'eau ou qui surnage.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Li jurs del noel fu cel an par vendresdi ; Et li jurs de la veille refu par un juesdi [, Th. le mart. 175]
    Les mesfaiz e la perte des mesfaiz amender, En veilles e en plur e en mult jeüner [, ib. 81]
  • XIIIe s.
    La veille de la feste Saint Martin vindrent devant Jadres en Esclavoine [VILLEH., XLIV]
    L'en se saine [signe] parmi la vile De mes merveilles ; On les doit bien conter aux veilles ; Il n'y a nulles lor pareilles, Ce n'est pas doute [RUTEB., 11]
    M'a mis mout en veille, Por m'amie mout sospir [, cité dans COUSSEMAKER, l'Art harmonique, p. 242]
  • XIVe s.
    La ville de Saint Crist, où l'en a accoustumé faire veilles de sainte Juille entre aucuns varlez.... [DU CANGE, vigilia.]
  • XVIe s.
    Les veilles, les jeusnes, les haires [MONT., I, 228]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. velha ; catal. veilla ; espagn. vela ; portug. vigia ; ital. veglia ; d'une forme viglia, contractée de vigilia (voy. VEILLER).

veille

VEILLE. n. f. État du corps de l'homme ou de l'animal, dans lequel les sens sont en action, par opposition à Sommeil. État de veille. Certains actes accomplis dans le sommeil ne peuvent pas se reproduire pendant la veille.

Être entre la veille et le sommeil, N'être ni tout à fait éveillé ni tout à fait endormi.

VEILLE signifie aussi Action de veiller volontairement dans le temps habituellement consacré au sommeil. Une veille prolongée bien avant dans la nuit. Les longues veilles continuelles l'ont abattu. Les veilles fréquentes altèrent la santé.

La veille des armes, Ancienne cérémonie qui consistait, pour celui qui devait être armé chevalier, à passer la nuit à veiller dans une chapelle où étaient les armes dont il devait être revêtu le jour suivant. Faire la veille des armes. On dit plutôt aujourd'hui Veillée des armes.

VEILLE se dit particulièrement d'une Garde qui se fait pendant la nuit. C'est votre tour de veille.

VEILLES, au pluriel, se dit figurément de la Grande et longue application qu'on donne à l'étude, aux productions de l'esprit ou aux grandes affaires, le plus souvent au détriment du sommeil. Doctes, savantes veilles. Consacrer ses veilles à un ouvrage. C'est le fruit de ses veilles.

VEILLE désigne aussi Une certaine partie de la nuit, dans la division qu'en faisaient les anciens. Les Romains distribuaient la nuit en quatre veilles. La première, la seconde veille.

Il désigne encore le Jour qui précède un jour déterminé. La veille de Pâques, de Noël, des Rois. J'arrivai la veille de son départ. Il écrivit cette lettre la veille de sa mort. Le jour étant pris, on commença dès la veille à se préparer.

Il désigne, par extension, l'Époque immédiatement antérieure. À la veille de la Révolution. Un républicain de la veille.

Être à la veille de, Être sur le point de. Nous sommes à la veille de voir de grandes choses. Il est à la veille de sa ruine.

veille

Une Veille, Vigilia.

Grande veille, Peruigilium.

La veille qui se faisoit anciennement, la nuict precedente chasque feste, Vigilia.

La veille que faisoient les anciens toute la nuict en l'honneur de leurs dieux, Peruigilium.

veille


VEILLE, s. f. VEILLÉE, s. f. VEILLER, v. act. et n. VEILLEUR, s. m. [Vè-glie, glié-e, glié, glieur: mouillez les ll: 1re è moy. 2e e muet au 1er, é fer. au 2d et au 3e.] Veille est 1°. Privation du someil. Courte ou longue veille. — Il se dit sur-tout au pluriel. "Les grandes, les fréquentes veilles altèrent la santé. = Fig. Doctes, savantes veilles (étude, travaux litéraires) il a reçu le prix de ses veilles. L'Acad. dit aussi: "Le bonheur de l'Etat est le fruit des veilles du Prince (de son aplication aux afaires.) = 2°. Espace de tems pendant la nuit. "Les Anciens distribuoient la nuit en quatre veilles. "À~ la 1re, à la 2de veille. = 3°. Le jour précédent. "La veille de Pâques, de Noël, des Rois, etc. = Fig. Être à la veille de, sur le point de: "Il est à la veille d'entrer dans sa solitude. "À~ la veille de sa dernière désolation. Boss.
   VEILLÉE, Veille que plusieurs persones font ensemble. Il ne se dit que des gens de Villages ou des artisans, qui s'assemblent le soir pour causer ensemble en travaillant. Aler à la veillée. Cet ouvrage sera pour la veillée. "Les veillées sont longues en hiver.
   VEILLER, v. n. sans régime: s'abstenir de dormir. "J'ai veillé toute la nuit. "Veiller auprês d'un malade. = Fig. avec les prép. à ou sur; Prendre garde: veiller au salut de l'État: veiller sur soi, sur la conduite de quelqu'un. "Ce n'est pas le hazard; ce n'est pas une cause aveugle, qui nous a créés; mais nous devons l'être certainement par quelque puissance, qui veille sur le genre humain. D'OLIV. Pens. de Cic. = V. act. Avec le régime des persones, il a deux sens bien diférens. Veiller un malade, un mort; pâsser la nuit auprês de lui. Veiller une persone; prendre garde à ses déportemens. "Il faut le ou la veiller de prês.
   VEILLEUR, celui qui veille, ne se dit proprement que des Éclésiastiques, qui veillent auprês d'un mort, qui pâssent la nuit en prières auprês du corps. — Je crois pourtant qu'on peut dire dans le Discours familier de ceux qui veillent un malade. "C'est un bon ou un mauvais veilleur.

Traductions

veille

Wache, Vorabendvooravond, wake, vorigedag, (het) waken, dag voor, nachtwacht, vorige dageve, day before, previous dayאשמורה (נ)antaŭtago, maldormadovíspera前日, 前夜véspera, virgíliaπαραμονήvigiliaعَشِيَّةpředvečeraftenen føraattovečer전야aftenwigiliaканунaftonคืนวันก่อนวันเทศกาลarifehôm trước前夕Ева (vɛj)
nom féminin
1. jour précédent Je l'ai appelé la veille de mon départ.
2. fait de ne pas dormir être épuisé après une longue veille

veille

[vɛj] nf
(= jour) la veille → the day before, the previous day
la veille de → the day before
la veille de son départ → the day before he left
la veille de Noël → Christmas Eve
la veille au soir → the previous evening
à la veille de → on the eve of
(PHYSIOLOGIE)wakefulness
l'état de veille → the waking state
(= garde) → watch