veilleur, euse

VEILLEUR, EUSE

(vè-lleur, lleû-z', ll mouillées, et non vè-yeur) s. m. et f.
Celui, celle qui ne dort pas, ou dort peu la nuit.
Pour moi je ne dors point ; voyez-vous là mon maître ? C'est le plus grand veilleur qui se trouve peut-être [SCARR., Jodelet ou le maître valet, I, 2]
Gardien ou gardienne de nuit.
Mme de Montespan couchait tous ses rideaux ouverts, ses veilleuses autour d'elle [SAINT-SIMON, 180, 155]
Celui qui veille un mort.
Celui qui, dans certaines fabriques, est chargé de parcourir pendant la nuit les bureaux, les ateliers, les corridors, etc. pour s'assurer que le feu ne couve sur aucun point.
Le veilleur de nuit, celui qui, la nuit, en Allemagne et en Suisse, annonce en chantant les heures.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Le veilleur, saisi de mon manteau, commençoit à.... [NOEL DU FAIL, Contes d'Eutrapel, ch. 18]

ÉTYMOLOGIE

  • Veiller.