vener


Recherches associées à vener: venir

VENER

(ve-né. La syllabe ve prend un accent grave, quand la syllabe qui suit est muette : je vène, je vènerai) v. a.
En parlant des animaux domestiques, chasser, courre une bête pour en attendrir la chair. Vener un bœuf, un mouton. Faire vener de la viande, la faire mortifier.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Vieil coq vené et préparé [PARÉ, XXV, 22]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. venari, chasser. Vener est ici pris dans un sens particulier. L'ancienne langue en usait dans son sens pleinement latin :
    XIIe siècle : Et veltres [chiens] por vener [, Ronc. p. 7]

vener

VENER. v. a. Chasser, courre une bête pour en attendrir la chair. Il ne se dit guère qu'en parlant Des animaux domestiques. À Rome, en Angleterre, on a coutume de vener les boeufs.

Faire vener de la viande, La faire mortifier.

Ce verbe n'est guère en usage; on ne s'en sert qu'à l'infinitif, et aux temps formés du participe.

vener

Vener, Venari, Peruenari.

Vener, ou courir les bestes sauvages, et chasser, Agitare feras.

vener


VENER, v. act. [Vené: 1re e muet, 2e é fer. Devant l'e muet, le 1er e se change en è moy. Il vène, vènera.] Chasser, courre une bête, pour en atendrir la chair. "En Angleterre, on a coutume de vener les boeufs. = Faire vener de la viande; la mortifier. = Viande venée, qui comence à se gâter et à un peu sentir.