verdet

(Mot repris de verdets)

VERDET

(vèr-dè, le t ne se lie pas) s. m.
Acétate de cuivre.
Le verdet ou vert-de-gris qui sert à faire les belles couleurs de vert céladon et de couleur de soufre [, Instruct. génér. pour la teint des laines, 18 mars 1671, art. 138]
La première et la plus simple de toutes les décompositions de cuivre est la conversion du vert-de-gris ou verdet [BUFF., Min. t. v, p. 69]
En chimie, on distingue l'acétate neutre de cuivre, ou verdet, de l'acétate bibasique de cuivre, appelé vert-de-gris aussi bien que le produit de l'action de l'air sur le cuivre, [LEGOARANT, ]
De toutes les préparations du cuivre par oxydation, il n'en est pas de plus précieuse que celle qu'on fait par le moyen du vinaigre ; tout le verdet du commerce se prépare par cet acide ; et c'est surtout à Montpellier et dans les environs que s'est fixée cette fabrication [CHAPTAL, Instit. Mém. Scienc. t. II, p. 490]
Le verdet se prépare en traitant le vert-de-gris par le vinaigre [THENARD, Traité de chim. t. III, p. 78, dans POUGENS]
Terme de minéralogie. Verdet naturel, carbonate de cuivre.
Maladie du maïs causée par un champignon parasite. C'est le verdet qui cause la pellagre.
S'est dit de certains volontaires royalistes qui s'organisèrent sous la Restauration dans le midi de la France ; ainsi dits de la couleur verte qu'ils avaient prise, et qui était celle du comte d'Artois, depuis Charles X.
Un coléoptère.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les gens de lettres sont de vrays racleurs de savates, ratissans de vieilles antiquailles pour en avoir le verdet [vert-de-gris] [, Moy. de parvenir, p. 96, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Dimin. de vert ou verd ; provenç. verdet, un peu vert, vert-de-gris ; catal. verdet ; espagn. verdete, vert-de-gris ; ital. verdetto.

verdet

VERDET. n. m. Acétate de cuivre. Verdet de Montpellier.

verdet


VERDET, s. m. VERDEUR, s. f. VERDOYANT, ANTE, adj. VERDOYER, v. n. [Verdè, deur, doa-ian, ian-te, doa-ié: 1re ê ouv. 2e è moy. au 1er, 3e lon. au 3e et 4e, é fer. au dern.] Verdet est une couleur verte, tirée du cuivre par le moyen du marc de raisin. "On fait beaucoup de verdet à Montpellier. = Verdeur est 1°. la Sève, qui est dans le bois lorsqu'il n'est pas mort, ou lorsqu'il n'est pas entièrement sec. "Ce bois a encôre de la verdeur. = 2°. Acidité du vin. "Ce vin a une verdeur agréable: il a trop de verdeur. = Fig. La verdeur de l'âge. "Il était alors dans sa verdeur. = Verdeur et Verdûre ont des sens diférens. Le 1er se dit sur-tout relativement au goût; le 2d relativement à la couleur. "Ce vin a de la verdeur. "La verdûre des prés. "La verdeur et la forme des feuilles des arbres de Sodome tiennent de celles du noyer. Miss. du Levant. Là il falait dire; le verd des feuilles, etc.La Touche remarque que selon l'ACAD. verdeur se dit aussi de la couleur verte. "La verdeur des arbres: la verdeur me réjouït. Elle ne le dit plus dans la dern. Édit. — * Les Gascons disent, au contraire, verdûre pour verdeur. "Ce vin a un peu de verdûre. Gasc. Corr. = Verdoyer, Devenir verd. "Les bois començoient à verdoyer. — Il était déjà vieux dès le tems de La Bruyère, et il parait le regretter. — Le participe s'est mieux conservé, mais il est plus de la poésie que de la prôse. "Des arbres verdoyans; la compagne verdoyante.