verdeur

(Mot repris de verdeurs)

verdeur

n.f.
1. Acidité d'un fruit encore vert, d'un vin trop jeune ; état du bois non encore sec.
2. Vigueur physique : La verdeur des seniors d'aujourd'hui énergie, jeunesse
3. Caractère osé ; crudité de langage : La verdeur d'une histoire gaillardise, truculence

verdeur

(vɛʀdœʀ)
nom féminin
1. force physique la verdeur d'un sportif
2. caractère de propos osés la verdeur d'un texte

VERDEUR

(vèr-deur) s. f.
Humeur, séve du bois qui n'est pas mort ou qui n'est pas encore sec.
La verdeur et autres défectuosités du bois [de charpente et de menuiserie] [GENLIS, Maison rust. t. I, p. 19, dans POUGENS]
Fig.
Ma tige a refleuri de séve et de verdeur ; Seigneur, je vous bénis ! [V. HUGO, Odes, v, 14]
Ce qu'il y a de rude dans les fruits verts et le vin nouveau.
Le plomb uni aux acides fait un sel fort doux qui corrige au goût la verdeur du vin, mais qui est un poison pour ceux qui le boivent [J. J. ROUSSEAU, Ém. III]
Fig.
Aussi voit-on dans ses premiers écrits [de J. J. Rousseau] une plénitude étonnante, une virilité parfaite ; et dans les miens, tout se ressent de la verdeur ou de la faiblesse d'un talent que l'étude et la réflexion n'ont pas assez longtemps mûri [MARMONTEL, Mém. IV]
Par extension, force du vin.
Villandri priserait sa séve et sa verdeur [d'un vin] [BOILEAU, Sat. III]
Fig. Jeunesse, vigueur chez les hommes.
Le but que j'avais tant de peine à trouver dans la verdeur de mon âge [LA MOTHE LE VAYER, la Promenade, Dial. II]
Je regardai ce trait d'ambition [du duc de Noailles] comme une verdeur de jeunesse gâtée par tout ce qui peut flatter le plus à tout âge [ST.-SIM., 318, 149]
Fig. âpreté de paroles. La verdeur d'une réponse.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    La dame est jà par la verdour [verdure] En un verger cueillant la flour [AUDEFROY LE BAST., Romancero, p. 9]
    Et quand l'un [arbre] en sa verdor dure, Les plusors i sunt sans verdure [, la Rose, 5976]
  • XIVe s.
    Bouli en un petit pot en eaue clere pour oster la premiere verdeur [, Ménagier, II, 5]
  • XVe s.
    À jeunes gens qui sont en leur verdeur [CHARLES D'ORLÉANS, Songe en complainte.]
  • XVIe s.
    Je vous fais un present de ceste sempervive ; Elle vit longuement en sa jeune verdeur [RONS., 260]
    La couleur se changeant en verdeur, noirceur, lividité [PARÉ, IX, 24]
    Ils esperoient que cette armée en sa verdeur lui donneroit moyen de s'estendre et s'asseurer [D'AUB., Hist. II, 407]
    La maturité a ses defaults, comme la verdeur, et pires [MONT., IV, 221]
    J'ay passé une bonne partie de mon aage en une parfaicte et entiere santé.... cet estat plein de verdeur et de feste.... [ID., II, 51]

ÉTYMOLOGIE

  • Vert ou verd ; provenç. et espagn. verdor ; ital. verdore.

verdeur

VERDEUR. n. f. Caractère de ce qui est encore vert. Il se dit spécialement de l'État du bois qui n'est pas mort ou qui n'est pas encore sec. Ce bois a encore de la verdeur.

Il se dit aussi de l'Acidité du vin. Ce vin a encore trop de verdeur, il faut attendre pour le boire.

Il se dit, figurément, de la Jeunesse, de la vigueur des hommes. Dans la verdeur de l'âge, de son âge. Il était alors dans sa verdeur.

Il se dit aussi figurément de la Rudesse des paroles. La verdeur de sa réponse fit taire les critiques.

verdeur

Verdeur, ou Verdure, Viriditas.

Synonymes et Contraires

verdeur

nom féminin verdeur
1.  Ardeur propre à la jeunesse.
2.  Caractère osé.
Traductions

verdeur

ירקות (נ)

verdeur

acerbity

verdeur

[vɛʀdœʀ] nf
(= vigueur) → vigour (Grande-Bretagne), vigor (USA), vitality
(= crudité) → forthrightness
(= défaut de maturité) → tartness, sharpness