versé, ée

VERSÉ, ÉE

(vèr-sé, sée) part. passé de verser
Qui a coulé hors de ce qui le contenait. Vin versé. Sang versé. Fig.
Les grâces, les honneurs par moi seule versés [RAC., Brit. III, 4]
Renversé. Voiture versée. Blés versés. Foin versé.
Le carrosse et les six chevaux renversent cul par-dessus tête le pauvre homme et le cheval, et passent par-dessus, et si bien par-dessus, que le carrosse en fut versé et renversé [SÉV., 5 fév. 1674]
Terme de blason. Se dit pour renversé.
Fig. Exercé, expérimenté.
Ceux qui ne sont point versés en l'anatomie [DESC., Méth. v, 5]
Comme elle [la duchesse de Chaulnes] n'est point versée dans l'amitié, elle a toute la chaleur d'une novice [SÉV., 27 déc. 1684]
Athénée, homme d'âge et fort versé dans toutes les cérémonies de l'idolâtrie des Grecs [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VIII, p. 625, dans POUGENS]
Harlai égalait les plus versés aux belles-lettres, il connaissait bien l'histoire [ST-SIM., 17, 197]
Le Dictionnaire de musique, qui ne peut être que l'ouvrage d'un homme versé dans cet art et sachant la composition [J. J. ROUSS., 1er dial.]

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    VERSÉ. Ajoutez :
    Produit, en parlant de pièces de procédure.
    Attendu qu'il résulte de l'enquête et des documents versés aux débats, la preuve que... [, Gaz. des Trib. 14-15 sept. 1874, p. 883, 2e col.]