victoire

victoire

n.f. [ lat. victoria, de vincere, vaincre ]
1. Issue favorable d'une bataille, d'une guerre : Le pays fête la victoire succès ; défaite
2. Succès remporté dans une lutte, une compétition : La victoire d'une équipe de volley-ball réussite ; échec
Chanter ou crier victoire,
annoncer triomphalement un succès, s'en glorifier.
Victoire à la Pyrrhus,
si chèrement acquise que le bilan en paraît négatif.

VICTOIRE

(vi-ktoi-r' ; prononcé vitoire au XVIe siècle, Palsgrave, p. 61) s. f.
Avantage remporté sur les ennemis dans une bataille, dans un combat.
Sparte, pour qui j'allais de victoire en victoire [CORN., Agésil. III, 1]
Un homme qui a de l'esprit disait l'autre jour à Rennes qu'il n'avait jamais vu, ni entendu parler d'une pleine victoire sur la mer depuis la bataille d'Actium, et que tous les combats s'y passent en coups de canon, en dissipation de vaisseaux que l'on croit avoir coulés à fond, et qui se retrouvent au bout d'un mois [SÉV., 577]
Il avait remporté l'année précédente une victoire signalée sur le général Essex [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Je ne vous raconterai pas la suite trop fortunée de ses entreprises [de Cromwell], ni ses fameuses victoires dont la vertu était indignée [ID., ib.]
Si jamais le prince de Condé parut un homme extraordinaire, s'il parut voir tranquillement toutes choses, c'est dans ces rapides moments d'où dépendent les victoires [ID., Louis de Bourbon.]
Qu'est-ce à dire, à votre avis, que parcourir les provinces par des victoires ? n'est-ce pas porter partout le carnage et la pillerie ? [ID., Sermons, Bonté, 1]
Un jeune prince du sang qui portait la victoire dans ses yeux [ID., Louis de Bourbon.]
Quelques-uns le félicitant [Pyrrhus] sur sa victoire, il répondit : Si nous en remportons encore une autre pareille, nous sommes ruinés [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. VII, p. 395, dans POUGENS]
Et sous le beau nom de victoire Le meurtre usurpe les lauriers [LAMOTTE, Odes, t. I, p. 69, dans POUGENS]
Quand on lit l'histoire moderne, la victoire de Lépante fait souvenir de celle de Salamine, et on compare don Juan d'Autriche et Colonne à Thémistocle et à Eurybiade [VOLT., Mél. hist. Pyrrh. hist. 7]
Il [Charles XII, dans sa campagne contre les Moscovites], disait que c'était aller à la chasse plutôt que faire la guerre, et se plaignait de ne point acheter la victoire [ID., Charles XII, 3]
Il se dit de l'avantage remporté dans un combat singulier.
Trop peu d'honneur pour moi suivrait cette victoire [sur Rodrigue] [CORN., Cid, II, 2]
Son vainqueur [un coq] sur les toits S'alla percher, et chanter sa victoire [LA FONT., Fabl. VII, 13]
Fig. et familièrement. Chanter victoire, se glorifier du succès.
Toutes les espérances de vendredi [pour un malade] étaient augmentées ; on chantait victoire, la poitrine était dégagée, la tête libre, la fièvre moindre [SÉV., 413]
Fig. Triomphe quelconque.
On a vu des chrétiens, après avoir enduré pour l'Évangile de cruels supplices.... s'oublier eux-mêmes à la vue d'un ennemi, et, sur le point de consommer la victoire, céder à un ressentiment, et perdre avec la foi la couronne du martyre [BOURDAL., Dominic. 21e dim. après la Pentec. Pardon des injures.]
Remporter une haute, une grande victoire, faire beaucoup, obtenir beaucoup.
Seigneur, c'est remporter une haute victoire, Que de rendre un amant capable de me croire [CORN., Nicom. v, 2]
Tu ne remportais pas une grande victoire, Perfide, en abusant ce cœur préoccupé, Qui lui-même craignait de se voir détrompé [RAC., Baj. IV, 5]
Gain d'un procès.
Nous avons remporté ce matin une jolie victoire ; c'est en votre nom, ma chère fille, que nous avons combattu et battu vos ennemis [SÉV., 531]
Avantage remporté sur un rival, sur un concurrent, etc.
C'est peu qu'il ait sur moi remporté la victoire [RAC., Esth. III, 1]
Fig. Action de faire céder ses passions, ses sentiments à quelque devoir, à quelque obligation.
Qui veut vaincre est déjà bien près de la victoire ; Se faisant violence, on s'est bientôt dompté, Et rien n'est tant à nous que notre volonté [ROTR., Vencesl. II, 3]
S'il y a quelques difficultés à surmonter et quelques victoires à remporter sur moi, j'en serai bien dédommagé par l'onction divine qu'on y goûte [BOURDAL., Dominic. 21e dim. après la Pentec. Pardon des injures.]
Divinité des païens, représentée sous la figure d'une femme ayant des ailes et tenant une couronne d'une main et une palme de l'autre ; en cette acception il prend un grand V. Statue de la Victoire. Fig. et par personnification, mais sans V majuscule. Enchaîner la victoire.
Et lorsqu'il est tombé sanglant sur la poussière, Les mains de la victoire ont fermé sa paupière [TRISTAN, Panthée, v, 1]
Avoir le prince de Condé entre ses mains, c'était y avoir la victoire même, qui le suit éternellement dans les combats [BOSSUET, le Tellier.]
Pierre de victoire, sorte de talisman chez les anciens peuples scandinaves.
Les talismans ou pierres de victoire des sagas scandinaves n'étaient probablement pas autre chose que des serpentines [A. DEMMIN, Journ. offic. 20 fév. 1869, p. 222, 1re col.]
Victoire de Maestricht, variété d'œillet.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Averum nus la victorie del champ ? [, Ch. de Rol. CCLVI]
  • XIIe s.
    Mis peres [mon père] ad la terre trublée, e la victorie desturbée [, Rois, p. 49]
  • XIIIe s.
    [Au jugement dernier] Forche de mort sera perdue, Et sa victoire ier [sera] dont vaincue [GUI DE CAMBRAI, Barl. et Jos. p. 52]
    Ge te di bien que tu ne puez pas longuement durer après ceste victoire que tu auras eue de ceste bataille [, Merlin, f° 69, verso]
    Dames si cortoises seront, Que bien nous en aquiteront, Jà n'i querés autres victaires [, la Rose, 10939]
  • XIVe s.
    Et tel bien en medecine ce est sanité, en chevalerie vittoire, en edification la maison estre faite [ORESME, Éth. VII, 13]
    L'exposant regardoit à jouer à la folesuye le jour d'une victoire [réjouissance publique] [DU CANGE, victoriosus.]
  • XVe s.
    Las ! s'il plaisoit ore à ma chiere dame, Au mal qui m'entame Envoiier victore [guérison] [FROISS., Poésies mss. p. 237. dans LACURNE]
  • XIVe s.
    Emporter la victoire [AMYOT, Eumènes, 35]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. victoria ; ital. vittoria ; du lat. victoria, de victor, vainqueur, dérivé du radical vic, et tor, qui fait les noms d'agent (voy. VAINCRE).

victoire

VICTOIRE. n. f. Avantage qu'on remporte sur les ennemis dans une guerre, dans une bataille. Victoire sanglante. Victoire douteuse. Pleine victoire. Victoire complète. La victoire a coûté cher. Remporter la victoire. Chant de victoire. La victoire est à nous. Courir de victoire en victoire. La victoire fut longtemps disputée et resta indécise. Il n'a pu jouir du fruit de sa victoire. Cette campagne fut une suite de victoires.

Il s'emploie, par personnification, dans diverses phrases figurées. La victoire s'est déclarée pour lui. La victoire le suit partout. Les palmes, les trophées de la victoire.

Il est aussi le Nom d'une divinité des anciens païens, qui la représentaient sous la figure d'une femme ayant des ailes et tenant une couronne d'une main, une palme de l'autre. Le temple de la Victoire. Une statue de la Victoire. Les Romains sacrifiaient à la Victoire. Derrière la statue du prince il y a une Victoire qui lui pose sur la tête une couronne de laurier.

Il se dit aussi de Tout avantage qu'on remporte sur un rival, sur un concurrent, etc. Après une longue discussion, il a remporté la victoire.

Fig., Remporter la victoire sur ses passions, sur soi-même, Surmonter ses passions, les assujettir à la raison.

Fam., Chanter victoire, Se glorifier du succès. Il s'est trop hâté de chanter victoire.

victoire

Victoire, Victoria.

Victoire dommageable, Nocentissima victoria.

La victoire est en bransle, Nutat victoria.

Victoire qui est venuë fort à poinct, Peropportuna victoria.

Victoire où il n'y a eu personne tué, ou bien peu, Milite incruento vi ctoria, Incruenta victoria.

Cette victoire là cousta beaucoup de sang aux Carthaginiens, Multo san guine ac vulneribus ea Poenis victoria stetit.

La victoire de toute guerre est incertaine, et peut estre autant à l'un qu'à l'autre, Communis omnis belli Mars.

De la victoire ne s'est presque ensuyvy autre chose que haine entre les ci toyens, Ex victoria bellica non fere quam est inuidia ciuium consecuta.

S'attribuer la victoire, Prendre le los de la victoire, Intercipere victo riam alieno labore quaesitam.

Emporter la victoire, Palmam accipere, Adipisci, Apprehendere, ferre.

Emporter la victoire de quelque guerre, Ferre principatum alicuius belli.

La victoire gist en cela, In hoc victoria consistit.

Apres que la victoire a esté arrestée et asseurée pour Sylla, Postea quam victoria Syllae constituta est.

Rapporter la victoire de quelque chose, Victoriam ex re aliqua ferre.

Rapporter telle victoire des ennemis qu'on impetre le triomphe, Trium phum deportare.

La victoire m'est eschappée des mains, Excidit e manibus victoria.

Nous avons la victoire, Victoria in manibus est.

Il a eu la victoire, Cessit illi victoria.

Il eut la victoire où il y eut beaucoup de gens tuez, Non incruentam vi ctoriam retulit.

Tourner la victoire de sa part et costé, Victoriam secum trahere.

victoire


VICTOIRE, s. f. VICTORIEUX, EûSE, adj. VICTORIEûSEMENT, adv. [Vik-toâ-re, tori-eû, eû-ze, eû-zeman: 2e lon. au 1er, 4e lon. aussi aux 3 autres.] Avantage qu'on remporte en guerre sur les énemis, dans un combat, dans une bataille. Remporter la victoire. "La victoire est à nous. Courir de victoire en victoire.
   Ah! n'ensanglantez point le prix de la victoire,
   Mon fils! que la clémence ajoute à votre gloire.
       Alzire.
"Il fut dificile alors (au combat de Blénau) de décider lequel avoit aquis plus d'honeur, ou de Condé victorieux, ou de Turenne, qui lui avoit arraché le fruit de sa victoire. VOLTAIRE. "Depuis les anciens Romains, je ne conais aucune Nation qui se soit enrichie par des victoires. IDEM. = Par extension, il se dit de tout avantage, qu'on remporte sur un concurrent. "Ce n'est pas toujours le plus habile, qui remporte la victoire. = Figurément: Remporter la victoire sur ses passions, sur soi-même. = Souvent l'on personifie la victoire. "La victoire s' est déclarée pour lui. "La victoire le suit par-tout: "Il a enchainé la victoire à son char.
   Rem. Du tems de Vaugelas, plusieurs n'auraient pas voulu écrire, pour quoi que ce fut, remporter la victoire, quoique, dit-il, cette façon de parler soit très-excellente et très-ordinaire, en parlant et en écrivant. = Rollin dit, gagner des victoires. Cette expression n'est pas bone du tout. On dit, gagner des batailles, et remporter des victoires.
   VICTORIEUX, qui a remporté la victoire. Il se dit au propre et au figuré. "Prince toujours victorieux. Armée victorieûse. "Il est sorti victorieux de cette entreprise. "Grâce victorieûse. "La raison n'est pas toujours victorieûse des passions. = Il est beau, au figuré: il s'emploie, ou sans régime: "L'éloquence victorieûse du Maréchal de Belle-Isle lui avoit concilié l'atention favorable des Princes. Neuville. Ou, avec la prép. de pour régime:
   Victorieuses des années,
   Nymphes, dont les inventions, etc.
       Racan.
  Apollon, ton savoir des ans victorieux.
      Segrais.
Maimbourg emploie victorieux substantivement. "Alors le victorieux tourne visage. On dit, le vainqueur.
   VICTORIEûSEMENT, d'une manière victorieûse. On ne l'emploie qu'au figuré. "L'éloquence agit victorieûsement sur les esprits. "Il s'est défendu; il a refuté les raisons de son adversaire victorieûsement.

Synonymes et Contraires

victoire

nom féminin victoire
1.  Issue favorable d'une bataille.
2.  Succès remporté dans une lutte.
Traductions

victoire

victory, winניצחון (ז), נִצָּחוֹןoverwinning, zegeSiegνίκηvittoria, vincitaنَصْرvítězstvísejrvictoriavoittopobjeda勝利승리seierzwycięstwovitóriaпобедаsegerชัยชนะในการสงครามzaferchiến thắng胜利победа (viktwaʀ)
nom féminin
1. fait de gagner une bataille, une guerre célébrer la victoire
2. fait de gagner une compétition, un match remporter la victoire

victoire

[viktwaʀ] nfvictory
une victoire écrasante → a crushing victory