vie


Recherches associées à vie: vice

vie

n.f. [ lat. vita, de vivere, vivre ]
1. Ensemble des phénomènes (nutrition, croissance, reproduction) communs aux êtres organisés et qui constituent leur mode d'activité propre, de la naissance à la mort : La vie animale, végétale. Les origines de la vie.
2. Fait de vivre ; existence humaine (par opp. à la mort) : Être en vie. Il a perdu la vie dans un accident de voiture
il est mort
3. Grande activité manifestée dans tous les actes : C'est une femme pleine de vie
4. Existence humaine considérée dans sa durée : Une courte vie. Elle m'a raconté sa vie. Il a consacré toute sa vie à la recherche.
5. Manière de vivre propre à qqn ou à un groupe : Il mène une vie austère.
6. Ensemble des moyens matériels nécessaires pour assurer l'existence de qqn : Il ignore tout du coût de la vie. Elle gagne bien sa vie.
7. Condition humaine ; monde des humains : Ils sont si jeunes, ils ne connaissent rien de la vie. Affronter la vie.
8. Ouvrage relatant l'histoire de qqn, les événements qui ont marqué son existence : Lire une vie de Mozart
9. Mouvement, dynamisme, vitalité qui caractérisent une œuvre, qui animent un lieu : Il y a de la vie dans ce tableau
chaleur, pittoresque : Rendre la vie à un village
10. Genre d'activité d'une personne, d'une société : Il ne parle jamais de sa vie privée. La vie artistique d'un pays.
11. Existence des choses soumises à une évolution : La vie d'une langue. La vie des étoiles.
12. Fait pour un appareil, un dispositif, un organisme de fonctionner : La durée de vie d'un téléviseur.
À la vie, à la mort,
pour toujours, jusqu'à la mort.
À vie,
pour tout le temps qui reste à vivre.
Ce n'est pas une vie,
c'est intenable, c'est insupportable.
De ma vie,
jamais : De ma vie, je n'ai ressenti une telle peur.
Devoir la vie à,
avoir été sauvé par : Ils doivent la vie au sang-froid du conducteur.
Donner la vie,
mettre au monde.
Faire la vie,
Fam. s'adonner à tous les plaisirs ; être insupportable.
Redonner ou rendre la vie à qqn,
le ranimer ; le rassurer, lui rendre l'espoir.
Refaire sa vie,
se remarier.

VIE1

(vie) s. f.
En général, état d'activité de la substance organisée, activité qui est commune aux plantes et aux animaux. Chez les plantes, la vie est constituée par deux fonctions, la nutrition et la génération ; chez les animaux, il y a en plus la contraction et la sensibilité.
Et la vie ? vous me direz bien ce que c'est. - C'est la végétation avec le sentiment dans un corps organisé [VOLT., Dial. 7]
La vie commence à s'éteindre longtemps avant qu'elle s'éteigne entièrement [BUFFON, De la vieillesse et de la mort]
Plus la vie des animaux est courte, et plus leur production est nombreuse [ID., Quadrup. t. IV, p. 225]
On distingue dans les êtres terrestres trois sortes de vies : la vie végétative, la vie sensitive et la vie réfléchie [BONNET, Causes prem. VI, 14]
Ce qui a vie, ce qui a eu vie, se dit des animaux.
Voyez ces pieux solitaires qui s'abstiennent de tout ce qui a eu vie [BUFF., Morc. choisis, p. 49]
Les brames ne mangent rien de ce qui a vie [RAYNAL, Hist. phil. I, 8]
Cet animal, cet homme a la vie dure, il est difficile de le tuer. Terme de physiologie. Vie organique, l'ensemble des fonctions purement végétatives ; vie animale, l'ensemble des fonctions de relation.
En particulier, la vie de l'homme.
Pour moi, je vous confesse ma poltronnerie ; je suis acoquiné à la vie ; et, quelque mauvais lieu que j'habite, quelque incommodité que j'y reçoive, j'aurais peine à déménager [BALZ., Lett. à Conrart, 21 juill. 1653]
Voilà le style de ces grandes âmes [les premiers chrétiens] qui méprisaient la mort comme si elles eussent eu un corps de louage et une vie empruntée [ID., Socr. chrétien, 3]
La vie est peu de chose, et le peu qui t'en reste Ne vaut pas l'acheter par un prix si funeste [CORN., Cinna, IV, 3]
Vous n'avez pas la vie ainsi qu'un héritage [ID., Poly. IV, 3]
La vie est bonne en soi et le plus grand bien du monde, mais le plus mal ménagé [LA ROCHEFOUC., Max. au mot Vie.]
Le temps de notre vie n'est qu'une ombre qui passe, et après la mort il n'y a plus de retour [SACI, Bible, Sagesse, II, 5]
Ne quittons pas cet amour que la nature nous a donné pour la vie, puisque nous l'avons reçu de Dieu ; mais que ce soit pour la même vie pour laquelle Dieu nous l'a donné, et non pas pour un objet contraire [PASC., Lett. sur la mort de son père]
Entre nous et l'enfer ou le ciel, il n'y a que la vie entre deux, qui est la chose du monde la plus fragile [ID., Pens. IX, 3, édit. HAVET.]
Quand je considère la petite durée de ma vie absorbée dans l'éternité précédant et suivant [ID., Pens. XXV, 16]
Nous perdons la vie avec joie, pourvu qu'on en parle [ID., ib. II, 2 bis.]
Nous ne nous contentons pas de la vie que nous avons en nous et en notre propre être ; nous voulons vivre dans l'idée des autres d'une vie imaginaire [ID., ib. II, 1]
La honte d'avoir entrepris sur la vie d'une princesse si bonne et si généreuse [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Dans ses premières guerres il [Condé] n'avait qu'une seule vie à lui offrir [au roi] ; maintenant il en a une autre [celle de son fils] qui lui est plus chère que la sienne [ID., Louis de Bourbon.]
Ne lui dites pas que la vie d'un premier prince du sang, si nécessaire à l'État, doit être épargnée [ID., ib.]
J'entre dans la vie avec la loi d'en sortir ; je viens faire mon personnage, je viens me montrer comme les autres ; après, il faudra disparaître [ID., Sermons, Fragment sur la brièveté de la vie]
Pyrrhus rend à l'autel son infidèle vie [RAC., Andr. v, 3]
Il tombe sur son lit sans chaleur et sans vie [ID., Brit. v, 5]
Je vois de quel succès leur fureur fut suivie, Et que dans les tourments ils laissèrent la vie [ID., Esth. II, 3]
.... Le ciel, dit-il, m'arrache une innocente vie [ID., Phèdre, v, 6]
On est maître de la vie des autres quand on ne compte plus pour rien la sienne [FÉN., Tél. XX]
Ôtez-moi la vie que je ne saurais supporter [ID., ib. I]
Ce qui me perça le cœur fut que je crus que Mentor avait perdu la vie [ID., ib. IV]
La vie est un sommeil ; les vieillards sont ceux dont le sommeil a été plus long : ils ne commencent à se réveiller que quand il faut mourir [LA BRUY., XI]
Il n'y en a pas un à qui la vie n'ait manqué, avant qu'il en eût fait l'usage qu'il en voulait faire [FONTEN., Dial. 6, Morts mod.]
Les grands intérêts sont tout ce qui remue fortement les hommes ; et il y a des moments où la vie n'est pas leur plus grande passion [ID., Réfl. poét. 8]
Notre vie, pour ainsi dire, nous est moins chère que nous, que nos passions [MARIV., Marianne, 5e part.]
La vie m'a été donnée comme une faveur ; je puis donc la rendre lorsqu'elle ne l'est plus [MONTESQ., Lett. pers. 76]
Il faut avouer que la vie ressemble au festin de Damoclès : le glaive est toujours suspendu [VOLT., Lett. d'Argental, 18 août 1767]
Quand je vous aurai répété que la vie est un enfant qu'il faut bercer jusqu'à ce qu'il s'endorme, j'aurai dit tout ce que je sais [ID., Lett. Mme du Deffant, 22 juill. 1761]
Quand on a tout perdu, quand on n'a plus d'espoir, La vie est un opprobre, et la mort un devoir [ID., Mérope, II, 7]
Rarement le dernier âge de la vie est-il bien agréable ; on a toujours espéré assez vainement de jouir de la vie, et à la fin tout ce qu'on peut faire, c'est de la supporter [ID., Lett. Mme du Deffant, 6 janv. 1764]
Il [le président Hénault] a vécu quatre-vingt-deux ans ; ce n'est qu'un jour ; on aime la vie, mais le néant a du bon [ID., ib. 1er nov. 1769]
Il faut du temps pour vous exposer tout ce que je pense sur le sort de l'homme et sur le vrai prix de la vie [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Quand une fois l'ennui de vivre l'emporte sur l'horreur de mourir, alors la vie est évidemment un grand mal [ID., Hél. III, 21]
Il est défendu de quitter son poste sans la volonté de celui qui commande ; le poste de l'homme est la vie [DIDER., Opin. des anc. philos. (Pythagorisme).]
Dans ton sein [de la nature] qu'est-ce qu'une vie ? Ce qu'est une goutte de pluie Dans les bassins de l'océan [LAMART., Harm. IV, 9]
Quand tous les dons que l'homme envie, à son gré semblent accourir, Quand de la fortune asservie On n'a plus rien à conquérir, C'est alors qu'on aime la vie, C'est alors qu'il faudrait mourir [P. LEBRUN, Mort de Nap. IV]
Aimer plus que sa vie, aimer passionnément.
Mme de Guénegaud, qui a non-seulement perdu son cadet à Bonn, mais son fils aîné qu'elle aimait plus que sa vie [SÉV., 9 nov. 1689]
Terme de jurisprudence. Vie naturelle, le cours de la vie selon la nature. Vie civile, état que tient dans l'ordre politique celui qui n'en est pas déchu.
La vie civile n'a pas plus à craindre [que la physique] de cet esprit-là [le pyrrhonisme] ; car les sceptiques n'ont jamais nié qu'il ne faille se conformer aux coutumes de son pays [, Anal. de Bayle, t. III, p. 401]
Être entre la vie et la mort, être dans un extrême péril, soit par maladie, soit autrement.
Ô Dorido, mon fils, dit le vieillard, ma fille est entre la vie et la mort [LESAGE, Guz. d'Alf. IV, 2]
Fig. Sa vie ne tient plus qu'à un fil, il est moribond, il est à toute extrémité. Fig. Il n'a qu'un filet de vie, qu'un souffle de vie, se dit d'un homme infirme, qui n'a point de vigueur. Donner la vie, mettre au monde. Elle a donné la vie à une fille. Donner la vie à son ennemi, lui accorder merci, ne pas le tuer, quoiqu'on le puisse. Le prince a donné la vie, a accordé la vie, a fait grâce de la vie à ce condamné, il a empêché, en vertu de son autorité, que l'arrêt de condamnation ne fût exécuté.
Télémaque obtint des rois qu'on lui donnerait la vie [à l'auteur d'un complot], parce qu'il la lui avait promise [FÉN., Tél. XX]
Demander la vie, implorer la pitié d'un ennemi vainqueur.
Il criait : la vie ! la vie ! Il a honte de demander la vie, et il ne peut s'empêcher de témoigner qu'il la désire [FÉN., Tél. XX]
Il ne donne plus signe de vie, il est mort. Fig. Ne pas donner signe de vie, ne témoigner par rien qu'on existe.
Il [le gouverneur de Lerida] nous laissa faire les approches de la place, sans donner signe de vie [HAMILT., Gram. 7]
Sans lui donner le moindre signe de vie sur sa dette [ID., ib. 9]
Il doit la vie à cet homme, il lui est obligé de la vie, se dit de celui à qui un homme a sauvé ou conservé la vie. On dit de même : Après Dieu, il ne tient sa vie que d'un tel. Par exagération, y mettre sa vie, soutenir quelque chose en se déclarant prêt à mourir si la chose n'est pas.
En ce cas-là volontiers gagerai, Reprit Guillaume, et j'y mettrais ma vie [LA FONT., Orais.]
Revenir de mort à vie, revenir, contre toute espérance, d'une maladie très grave. Aller de vie à trépas, mourir.
L'espace de temps qui s'écoule entre la naissance et la mort.
La moitié de la vie se passant en sommeil [PASC., Pens. VIII, 1]
La vie est trop courte, et la mort nous prend que nous sommes encore tout pleins de nos misères et de nos bonnes intentions [SÉV., Lett. à Bussy, 27 juin 1679]
La vie est courte, mon cher cousin.
c'est la consolation des misérables et la douleur des gens heureux, et tout viendra au même but [ID., ib. 15 déc. 1685]
La vie, déjà raccourcie, s'abrège encore par les violences qui s'introduisent dans le genre humain [BOSSUET, Hist. II, 1]
Aussitôt qu'on cesse de compter les heures et de mesurer notre vie par les jours et par les années [ID., Duch. d'Orl.]
Nous avouerons franchement, à l'exemple de notre abbesse, que nous devons mesurer la vie par les actions, non par les années [BOSSUET, Yolande de Monterby.]
Hélas ! si jeune encore, Par quel crime ai-je pu mériter mon malheur ? Ma vie à peine a commencé d'éclore [RAC., Esth. I, 5]
La vie est courte et ennuyeuse ; elle se passe toute à désirer ; l'on remet à l'avenir son repos et ses joies.... [LA BRUY., XI]
Nous ne songeons point à la mort, parce que nous ne savons où la placer dans les différents âges de notre vie [MASS., Carême, Sur la mort.]
La satire ment sur les gens de lettres pendant leur vie, et l'éloge ment après leur mort [VOLT., Lett. de Bordes, 10 janv. 1769]
J'ai vécu ; j'ai passé ce désert de la vie Où toujours sous mes pas chaque fleur s'est flétrie [LAMART., Méd. I, 18]
Ce n'est pas le plus bel endroit de sa vie, ce n'est pas ce qu'il a fait de mieux.
Ce ne sera jamais là le plus bel endroit de sa vie [MARIV., Marianne, 8e part.]
Élixir de longue vie, nom donné à une sorte d'élixir. Eau - de - vie, voy. EAU, n° 19. Vie moyenne, la part de vie qu'en moyenne peut espérer un nouveau-né.
La vie moyenne des enfants d'un an est de trente-trois ans ; celle d'un homme de vingt et un ans est aussi à peu près de trente-trois ans [BUFF., Prob. de la vie, Œuv. t. x, p. 257]
On sait que la longueur moyenne de la vie des hommes, à compter depuis le moment de la naissance, est d'environ vingt-sept ans [D'ALEMB., Œuv. t. IV, p. 298]
Si Dieu lui prête vie, si la volonté de Dieu est qu'il vive.
Petit poisson deviendra grand, Pourvu que Dieu lui prête vie [LA FONT., Fabl. v, 3]
Une partie considérable du cours de la vie. Il est estropié pour toute sa vie.
Nous passons près des rois tout le temps de nos vies à souffrir des mépris et ployer les genoux [MALH., I, 3]
Avez-vous cependant une pleine assurance D'avoir assez de vie ou de persévérance ? [CORN., Poly. I, 1]
Quand il l'ouït ronfler comme s'il n'eût fait autre chose toute sa vie [SCARR., Rom. com. I, 6]
La vie de l'homme est misérablement courte ; on la compte depuis la première entrée dans le monde [PASC., Pass. de l'amour.]
La vie est pleine de choses qui blessent le cœur [SÉV., 212]
La Champmeslé [célèbre actrice] est quelque chose de si extraordinaire, qu'en votre vie vous n'avez rien vu de pareil [ID., 1er avr. 1672]
Au lieu de l'histoire d'une belle vie, nous sommes réduits à faire l'histoire d'une admirable, mais triste mort [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Est-on, disait-il, dans les places pour se reposer et pour vivre ? ne doit-on pas sa vie à Dieu, au prince et à l'État ? [ID., le Tellier.]
Bassien ou Caracalla.... passa sa vie dans la cruauté et dans le carnage [ID., Hist. I, 10]
Dieu tonne du plus haut des cieux ; le redouté capitaine tombe au plus beau temps de sa vie [ID., Anne de Gonz.]
Embrassez la belle pratique où, sans se mettre en peine d'attaquer la mort, on n'a besoin que de s'appliquer à sanctifier sa vie [ID., Mar.-Thér.]
Mais vous savez trop bien l'histoire de ma vie, Pour croire.... [RAC., Mithr. III, 1]
Pour Antiope, ce que je sens n'a rien de semblable.... c'est goût, c'est estime, c'est persuasion que je serais heureux si je passais ma vie avec elle [FÉN., Tél. XXII]
Une vie est souvent heureuse ou malheureuse Par les endroits qu'on n'en voit pas [LAMOTTE, Fabl. II, 5]
Du courage : il faut bien s'amuser dans la vie [COLLIN D'HARLEVILLE, Malice pour malice, I, 5]
L'existence terrestre. La vie présente.
Ils passèrent de cette vie à une autre meilleure [G. NAUDÉ, Apologie, p. 449]
La vie de l'homme sur la terre est une guerre continuelle, et ses jours sont comme les jours d'un mercenaire [SACI, Bible, Job, VII, 1]
Cette vie est le temps de croire, comme la vie future est le temps de voir [BOSSUET, Concupisc. 1]
Si cette vie est le champ fécond dans lequel nous devons semer pour la glorieuse éternité.... [ID., Yolande de Monterby.]
Vous exigez des gens de bien une exemption de tout défaut et un degré de perfection qui n'est pas de cette vie [MASS., Carême, Injust. du monde.]
Fig. En termes de spiritualité, la vie des sens, les sentiments terrestres et mondains.
Tout ce qui plaît, tout ce qui flatte, tout ce qui nourrit la vie des sens, devient un besoin dont vous ne pouvez plus vous passer [MASS., Carême, Prospér. temp.]
L'existence de l'âme après la mort. La vie future. L'espérance d'une autre vie.
Hésiode garde constamment le silence sur une autre vie, et revient plusieurs fois sur les promesses de récompenses et de peines temporelles [LÉVESQUE, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. II, p. 18]
La vie éternelle, ou, absolument, la vie, état des bienheureux dans le ciel.
Simon Pierre lui répondit : à qui irons-nous, Seigneur ? vous avez les paroles de la vie éternelle [SACI, Bible, Év. St Jean. VI, 69]
Jésus-Christ a dit dans son Evangile : Combien est étroit le chemin qui mène à la vie ! [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Le livre de vie, voy. LIVRE 1, n° 2.
Fig. Renaissance spirituelle, communion, baptême.
Nous avons fait à Dieu mille promesses en approchant du tribunal sacré où nous avons trouvé une nouvelle vie [MASS., Carême, Pâques.]
Un pontife sacré viendra jusqu'en ces lieux Vous apporter la vie et dessiller vos yeux [VOLT., Zaïre, III, 4]
Se nourrir du pain de vie, communier. En termes de dévotion. La grâce est la vie de l'âme.
La charité qui est l'âme et la vie de la grâce [PASC., Prov. v.]
Vie spirituelle, voy. SPIRITUEL, n° 2.
Fig. Vie de réputation, seconde vie, réputation qui dure après la mort.
Mais peut-être que, prêt à mourir, on comptera pour quelque chose cette vie de réputation, ou cette imagination de revivre dans sa famille qu'on croira laisser solidement établie ; qui ne voit, mes frères, combien vaines, mais combien courtes et combien fragiles sont encore ces secondes vies que notre faiblesse nous fait inventer pour couvrir en quelque sorte l'horreur de la mort ? [BOSSUET, le Tellier.]
Principe d'existence et de force. Il y a bien de la vie dans ce vieillard, dans ce malade.
Si toutefois, après ce coup mortel du sort, J'ai de la vie assez pour chercher une mort [CORN., Poly. II, 2]
Dans les cruelles mains par qui je fus ravie Je demeurai longtemps sans lumière et sans vie [RAC., Iphig. II, 1]
Fig. Donner, redonner, rendre la vie, se dit de ce qui rassure, ranime, réconforte.
Par votre lettre qui me donne la vie, nous voyons votre triomphe quasi assuré [SÉV., 175]
Pour cet hiver, l'espérance de vous avoir me donne la vie [ID., 28 mars 1676]
Ah ! je respire, Arsace, et tu me rends la vie [RAC., Bérén. III, 2]
Fig. Rendre la vie à une institution, à une corporation, en ranimer le principe, la force.
La mort de Lalli ne rendit pas la vie à la compagnie des Indes ; elle ne fut qu'une cruauté inutile [VOLT., Pol. et lég. Fragm. hist. Inde, 20]
10° Ce qui est dans les compositions des lettres ou des beaux-arts comme la vie dans un corps. Le coloris donne la vie à un tableau.
Des vérités audacieuses, des expressions pleines de vie que la réflexion solitaire n'aurait pas fait naître [STAËL, Corinne, III, 3]
Il y a bien de la vie dans ce tableau, il y a de l'action, les figures en sont fort animées. Ce style, ce discours est sans vie, il est sans force, sans énergie. Dans le sens contraire : Ce discours, ce style a de la vie, est plein de vie. Terme de peinture et de sculpture. Caractère, expression naturelle dans les visages et les gestes des figures ; apparences de la vie. Ce portrait est plein de vie.
11° Ce qui regarde la nourriture et la subsistance. Il a très peu de bien, il n'a que la vie et le vêtement.
Les ouvriers qui gagnaient leur vie en faisant de petits temples d'argent de la Diane d'Éphèse [BOSSUET, Hist. II, 12]
Ils [les Parisiens assiégés par Henri IV] voyaient devant eux ces piques formidables... Ces lances qui toujours avaient porté la mort... Au bout d'un fer sanglant leur apporter la vie [VOLT., Henr. x.]
Demander sa vie, demander l'aumône.
Ceux qui subsistaient par leur travail sont réduits à la honte de mendier leur vie [BOSSUET, 3e sermon pour le jeudi de la Passion, Intégr. 3]
Être de grande, de petite vie, manger beaucoup, ne manger guère. La vie est chère, la vie est à bon marché dans ce pays, les denrées y sont à un prix élevé, à bas prix.
Je reçois mille présents de tous côtés ; c'est la mode du pays, où d'ailleurs la vie ne coûte rien du tout : enfin, trois sols deux poulets, et tout à proportion [SÉV., 278]
La vie n'est pas chère à Rome pour quelqu'un de domicilié [DUCLOS, Œuv. t. VII, p. 90]
La vie est à bon marché à Saint-Germain [GENLIS, Veillées du château t. I, p. 111]
12° La manière dont on se nourrit, dont on se traite, dont on se divertit.
Venez souper chez moi ; nous ferons bonne vie [LA FONT., Fabl. I, 14]
La galande fit chère lie, Mangea, rongea : Dieu sait la vie [ID., ib. III, 17]
Dansant, chantant, menant joyeuse vie [ID., Mari confess.]
J'avais une véritable envie de le voir, et de lui conter la bonne vie que nous avions faite à Langlar [SÉV., 364]
De la manière dont les jeux et les plaisirs sont à votre suite, c'est proprement le carnaval que la vie que vous faites [ID., 406]
Je vous envoie le Mondain ; c'était à vous de le faire : j'y décris une petite vie assez jolie ; mais que celle qu'on mène avec vous est au-dessus ! [VOLT., Lett. en vers et en prose, 50 (au comte de Tressan)]
Absolument. Faire la vie, se livrer à toutes sortes d'amusements, mener une vie débauchée.
Et quand on en médirait, Tant que l'hiver durerait, Elle passerait son envie, Et ferait jour et nuit la vie [SCARR., Virg. IV]
Faire une terrible vie, se livrer à des excès.
Mais vous-même, à propos, Vous avez fait tantôt une terrible vie [LA FONT., Joc.]
13° Manière de vivre. Mener une vie douce. Il coule doucement sa vie, ou, familièrement, il roule doucement sa vie.
Vous ne sauriez imaginer combien la vie que j'y fais [en Espagne] est différente de la mienne passée [VOLT., Lett. 23]
Ces vies brutales où je vois que plusieurs personnes de votre condition se laissent emporter [PASC., Condition des grands, 3]
Les pensées pures.... le fatiguent et l'abattent [l'homme] ; c'est une vie unie à laquelle il ne peut s'accommoder [ID., Pass. de l'amour.]
M. de Pompone aura besoin de toute sa raison pour oublier parfaitement ce pays-là [la cour], et pour reprendre la vie de Paris [SÉV., 398]
Vous voyez ma vie ces jours-ci, ma chère fille ; j'ai de plus la douleur de ne vous avoir point [ID., 15 avril 1672]
L'on y fait [à Bourbon] la vie des eaux, qui est tout uniforme et tout appliquée à la santé [ID., 25 sept. 1687]
Nous faisons une vie si réglée, qu'il n'est pas quasi possible de se mal porter [ID., 29 juin 1689]
La simplicité d'une vie particulière qui goûte doucement et innocemment ce peu de biens que la nature nous donne [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Il [Abraham] mena toujours une vie simple et pastorale [ID., Hist. I, 3]
Jusque-là ils avaient mené une vie sauvage et brutale [FÉN., Tél. II]
Il sera impossible de s'imaginer une vie de courtisan plus brillante et plus délicieuse [FONTEN., Dangeau.]
Si j'étais à Paris, j'y mourrais bien vite de la vie qu'on y mène [VOLT., Lett. Vaines, 6 nov. 1776]
Je m'imagine que la vie de château est une triste chose [GENLIS, Théât. d'éduc. II, 4]
Elles s'en allaient avec leurs époux, prêtes à recommencer le lendemain une vie qui ne différait de celle de la veille que par la date de l'almanach et la trace des années [STAËL, Corinne, XIV, 1]
Faire vie qui dure, ménager son corps, sa santé, ses ressources.
On tâche de régler les rangs, afin de faire vie qui dure avec des gens si loin d'être rétablis [SÉV., 506]
Tourmenter sa vie, se donner beaucoup de mouvement, s'agiter. Rendre la vie dure à quelqu'un, le tourmenter, le chagriner à tout propos.
Larochefoucauld aimait moins que médiocrement ses enfants, il leur rendait la vie fort dure [SAINT-SIMON, 229, 71]
14° La vie considérée au point de vue moral.
Rien n'est si difficile, selon le monde, que la vie religieuse ; rien n'est plus facile que de la passer selon Dieu [PASC., Pens. XXIV, 27]
Tous les grands divertissements sont dangereux pour la vie chrétienne ; mais, entre tous ceux que le monde a inventés, il n'y en a point qui soit plus à craindre que la comédie [ID., ib. XXIV, 64]
Il [le cardinal de Retz] se porte très bien, et fait une vie très religieuse [SÉV., 31 juill. 1675]
On n'a ici nulle attention à la vie, et on compte pour tout de recevoir les sacrements à la mort, [MAINTENON, Lett. à Mme de Brinon, t. II, p. 249, dans POUGENS]
Certificat de bonne vie et mœurs, certificat constatant qu'une personne a une conduite régulière.
Vos actes de foi et informations de vie et mœurs n'arrivèrent que le propre jour qu'on tenait le premier chapitre, et par conséquent trop tard [SÉV., 514]
De sa vie et mœurs il faut faire d'abord quelque information [DANCOURT, Enf. de Paris, v, 1]
Familièrement. Faire vie de garçon, mener une vie libre et peu régulière. Familièrement. Mener une vie de bohême, vivre comme un bandit, comme un homme qui n'a ni feu ni lieu. Femme de mauvaise vie, prostituée.
Lorsque dix ou douze chiens qui suivaient une chienne de mauvaise vie, vinrent à la suite de leur maîtresse se mêler parmi les jambes des musiciens [SCARR., Rom. com. I, 15]
Un homme de mauvaise vie, un homme débauché, sans mœurs.
Il est allé loger chez un homme de mauvaise vie [SACI, Bible, Évang. St Luc, XIX, 7]
Populairement. Mener une vie de cochon, vivre dans la crapule, dans la débauche.
15° Il se dit par rapport aux occupations et aux professions différentes de la vie. Une vie active, laborieuse. Vie active. Vie contemplative. La vie des champs. La vie des camps.
Nous avons vu qu'Abraham suivait le genre de vie que suivirent les anciens hommes [BOSSUET, Hist. II, 2]
Ceux qui de Dominique ont embrassé la vie [VOLT., Henr. v.]
La vie religieuse est un combat, et non pas un hymne [STAËL, Corinne, x, 5]
16° Absolument. La vie, la manière dont se comporte le monde. Que voulez-vous ? c'est la vie.
Un caractère essentiel de la langue française, celui qui la rend si propre aux sciences, aux affaires, à la vie, celui qu'elle ne peut perdre sans changer tout à fait, la clarté.... [VILLEMAIN, Dict. de l'Acad. Préface]
Dans la vie, dans l'usage habituel.
Dans la vie, le jour est l'intervalle de temps depuis le lever jusqu'au coucher du soleil [LAPLACE, Exp. I, 3]
17° Fig. Il se dit de ce qui fait la principale affection, la principale occupation. L'étude est sa vie.
La moitié de ma vie [mon amant] a mis l'autre [mon père] au tombeau [CORN., Cid, III, 3]
Votre amour est ma vie, et ma vie est à vous [ID., Sertor. III, 4]
Je suis toute à vous, ma très chère, et cette amitié fait ma vie [SÉV., 292]
Vous devez passer votre vie à aimer et à penser ; c'est la véritable vie des esprits [VOLT., Micromégas, 7]
L'Indien s'enfonça dans la cyprière, non sans tourner la tête vers le lieu où reposait la vie de sa vie [son ami] [CHATEAUBR., Natch. XI]
18° Histoire, récit des choses remarquables de la vie d'un homme. Les vies des saints.
Je me divertis à faire la vie de mon exempt, qui était aussi fripon que Lazarilles de Tormes [RETZ, IV, 283]
Il [l'évêque du Puy] a fait la vie de ma grand'mère [SÉV., 406]
On appelle Histoire auguste celle de six auteurs latins qui ont écrit les vies des empereurs romains depuis Adrien jusqu'à Carin [ROLLIN, Hist. anc. liv. XXV, ch. II, 2]
Presque toutes les vies des hommes célèbres ont été défigurées par des contes [VOLT., Mél. litt. Lett. sur Rabelais, I]
L'occupation pour les jours de pluie, fréquents en ce pays, est d'écrire ma vie : non ma vie extérieure comme les autres ; mais ma vie réelle, celle de mon âme, l'histoire de mes sentiments les plus secrets [J. J. ROUSS., Lett. à milord Maréchal, Corresp. t. II, p. 80, dans POUGENS.]
On met un grand V, quand il s'agit d'un ouvrage portant ce titre. Les Vies de Plutarque.
Avez-vous lu la Vie du grand Théodose, par l'abbé Fléchier ? je la trouve belle [SÉV., 29 mai 1679]
Il nous a raconté toute sa vie, il nous a fait le récit de tout ce qui lui est arrivé. On dit dans le même sens : mémoires de sa vie.
19° Familièrement, vie, avec quelque épithète, crierie qu'on fait en querellant, en réprimandant. Ce sont des vies continuelles dans cette maison.
Mais vous pensez en vain chercher une défaite ; Demandez-lui, monsieur, quelle vie on m'a faite [CORN., Suite du Ment. III, 3]
Dieu sait la vie.... elle tance Isabeau [LA FONT., Cloch.]
Il [un enfant malade] dit qu'il veut seulement le faucon De Frédéric, pleure et mène une vie à faire gens de bon cœur détester [ID., Faucon.]
Votre frère est à Saint-Germain ; il est entre Ninon et une comédienne, et Despréaux sur le tout ; nous lui faisons une vie enragée [SÉV., 29]
Bon Dieu ! si j'en avais fait autant [se baigner dans une rivière], quelle vie vous me feriez ! [ID., 19 août 1676]
20° Arbre de vie, thuya.
21° Terme d'alchimie. Vie et mort, le soufre et le mercure des philosophes.
22° Par forme de serment. Sur la vie, très certainement ou très expressément.
Je vous en déferai, bon homme, sur ma vie [LA FONT., Fabl. IV, 4]
Gardez-vous sur votre vie, D'ouvrir que l'on ne vous die, Pour enseigne et mot du guet : Foin du loup et de sa race [ID., Fabl. IV, 15]
Merci de ma vie ! espèce de jurement populaire.
Eh ! merci de ma vie ! il en irait bien mieux, Si tout se gouvernait par ses ordres pieux [MOL., Tart. I, 1]
Vertu de ma vie ! autre jurement.
Vertu de ma vie ! à tout moment il me prend envie d'aller en Poitou [SCARR., Œuv. t. I, p. 180]
23° En vie, loc. adv. Vivant.
C'est par là qu'on publie Ce prodige étonnant d'Héraclius en vie [CORN., Héracl. II, 1]
On croit que, quand on leur arrache le cœur [aux vipères, pour en faire du bouillon], c'en est fait, qu'on n'en entendra plus parler ; point du tout ; elles sont encore en vie, elles remuent encore [SÉV., 382]
Ton oncle, dis-tu, l'assassin, M'a guéri d'une maladie : La preuve qu'il ne fut jamais mon médecin, C'est que je suis encore en vie [BOILEAU, Épigr. XX]
Il faudrait que je fusse mort pour être indifférent ; il est vrai que je ne suis guère en vie, et qu'on peut même, dans sa quatre-vingt-troisième année, n'être pas fort exact à écrire, quand on est accablé de maladies comme je le suis [VOLT., Lett. Delille, 14 mars 1776]
Vous êtes en vie ; mais comment ? vous n'en saurez jamais rien [ID., Lett. M. L. C. 1768]
Aimer un mari mort ! fi donc ! quelle folie ! On a bien de la peine à les aimer en vie [LEGRAND, Famille extrav. sc. 11]
24° Tout en vie, plein de vie, d'avenir, de force.
Ce prélat [l'évêque d'Angers].... hormis la vue, est encore tout en vie à quatre-vingt-douze ans passés [SÉV., 21 mars 1689]
Un abbé de la Mothe.... est mort tout en vie en deux jours, lorsqu'il se vantait de sa santé [ID., 21 mars 1689]
Barbezieux mourut tout en vie avec fermeté au milieu de sa famille [SAINT-SIMON, 85, 103]
Terme de menuisier. Tout en vie ou à vif, se dit d'une planche qui entre dans une autre ou dans un bâti, sans qu'on ait rien diminué de son épaisseur ; se dit semblablement d'une porte, etc.
25° De la vie, de ma vie, de sa vie, etc. loc. adv. avec la négation, jamais. De ma vie je n'ai vu pareille chose.
Vous n'avez de votre vie été si jeune que vous êtes, et je vois des gens de vingt-cinq ans qui sont plus vieux que vous [MOL., l'Av. II, 6]
Des notions que vous n'effacerez de la vie [J. J. ROUSS., Ém. I]
26° Pour la vie, à la vie et à la mort, pour toujours. Je suis son ami pour la vie. Ils se séparent pour la vie.
Je suis aise, messieurs, de vous déclarer à tous que j'aime Rosny plus que jamais, et que, entre lui et moi, c'est à la vie et à la mort [COLLÉ, Partie de chasse de Henri IV, I, 6]
Pour la vie, signifie aussi pour longtemps. Cette étoffe est excellente, on en a pour la vie.
27° À vie, loc. adv. Pendant tout le temps qu'on a à vivre. Une pension à vie. Bail à vie. Emploi à vie.
Je ne sais point faire marché à vie ; c'est un métier trop périlleux [REGNARD, Sérénade, sc. 1]
On dit dans le même sens : Ma vie durant, sa vie durant. Il a la jouissance de cette maison, sa vie durant.
28° Frères de la vie commune, société fondée par Gérard Groot en 1384, où des personnes de savoir et de piété, vivant en commun de leur apport, s'occupaient à instruire la jeunesse.

PROVERBES

  • Telle vie, telle fin, ou telle vie, telle mort, c'est-à-dire on meurt de la même manière qu'on a vécu.
  • Vie de cochon, courte et bonne vie passée dans la crapule, et abrégée par les excès.
  • Qui a temps a vie, on a chance de sauver sa vie, ses biens, quand on a devant soi du temps, du loisir.
  • On a toujours plus de biens que de vie, se dit comme leçon aux avares qui se tuent pour en amasser.
  • C'est une vie de chien, se dit d'une vie mesquine, chétive, malheureuse.
  • On dit chienne de vie, dans le même sens.
    Quel chien de train, quelle chienne de vie ! [J. B. ROUSS., Épigr. IV, 5]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    La mortel vithe li prist mult à blasmer ; De la celeste li mostret veritet [, St Alexis, XII]
    La vithe est fraile, n'i ad durable honur [, ib. XI]
    Out [il eut] pais de vie et de membre [, Lois de Guill. 1]
    En Saragoce menez vostre ost banie ; Metez le sege [assiégez] à [pendant] tute vostre vie [, Ch. de Rol. XI]
    N'aurez mais guere en tute vostre vie [, ib. XLIII]
    Si calengez e vos morz e vos vies [, ib. CXLI]
    Deux ! dist li reis, si penuse est ma vie [, ib. CCXCIII]
  • XIIe s.
    De mort à vie [tu] suscitas Lazaron [, Ronc. p. 48]
    Jamais en vie un seul ne reverrez [, ib. p. 101]
    Fors seul itant qu'ele ne me fait don De li [l'] aimer pour alonger ma vie [, Couci, II]
    En vostre amour, qui donra mort ou vie [, ib. XX]
    À prendre li convient [il lui faut] vie d'home sauvage, Et gesir mainte nuit alvent et al orage [, Sax. XXVI]
    Mult sovent le blasmeient que tel vie meneit, Kar il ert [était] granment fiebles, e trop se destreigneit [, Th. le mart. 93]
  • XIIIe s.
    Gloire done au preudome une seconde vie, c'est-à-dire que après sa mort la renomée qui remaint [reste] de ses bones oevres fait sembler que il soit encore en vie [BRUN. LATINI, Trésor, p. 450]
    La vie active est l'innocence des bones oevres [ID., ib. p. 458]
    L'un ot non Carloman, qui fu de bonne vie [, Berte, II]
    Car nus [nul] ne vient à vie [que] ne conviene finer [, ib. III]
    Se j'avoie cent vies.... [, ib. XLVI]
    Se Diex lui donnoit vie, qui sur tout a pooir [, ib. LXV]
    Et ainsi [elle] nous formaine par sa mauvaise vie [, ib. LXXII]
    Dont [donc] ne li faites mie du cor la vie oster [, ib. XCVII]
    Ne porquant il emporte le [la] saiszine, dusqu'à tant que li engagemens à vie sera provés [BEAUMANOIR, XXIV, 4]
    Touz crioient à nostre Seigneur que il li donnast bone vie et longue [JOINV., 202]
  • XIVe s.
    Li tournoys commencha, à chascune partie ; Qui veïst chevalier demener gaie vie.... [, Beaud. de Seb. III, 753]
    Nourrie avoit [elle] esté de petite vie, comme du labour de son pere [, Ménagier, I, 6]
    Item que toutes les filles de vie [filles publiques].... facent leurs bouticles es lieux à ce ordonnez d'ancienneté [DU CANGE, vita.]
  • XVe s.
    Et pour ce que de jone vie Te voi [je te vois].... [FROISS., Espin. amour.]
    Disoyent bien entre eux : certes se le comte peut, il nous destruira tous ; il nous aime bien, il n'en veut que les vies [ID., liv. II, p. 81, dans LACURNE]
    Nous nous vendrions cherement, tellement qu'on en parleroit cent ans après nos vies [ID., liv. I, p. 410]
    Et luy fut dit et deffendu de par le duc de Glocestre, qu'il ne s'embesongnast plus, si cher comme il aimoit sa vie, des besongnes du roy d'Angleterre [ID., liv. III, p. 226]
    Et je et tous ceux que je pourrai prier, y mettrons les vies [nous exposerons notre vie pour cela] [ID., I, I, 4]
    Ung malade s'en gueriroit, Et ung mort reviendroit en vie [CH. D'ORL., Rondeau.]
    Il ne fit nulle execution contre ces malfaiteurs, jusqu'à ce qu'il pust prouver leur vie [conduite] [MONSTREL., I, 47]
    Nulz ne puet estre parfait, Ne mener joieuse vie, S'amour joieux ne le fait, Qui soutient chevalerie ; Elle seroit tost perie.... Il n'est vie que d'amer [E. DESCH., Poésies mss, f° 163]
    Se ceans aucun parle de Bruyant devant luy, il maine telle vie que à peine le peult on appaiser [, Perceforest, t. IV, f° 27]
  • XVIe s.
    La vie est une fleur espineuse et poignante, Belle au lever du jour, seiche en son occident [DESPORTES, Œuvres chrestiennes, sonnets, 12]
    L'humaine vie à bon droit se compare Aux vaines fleurs dont le printans se pare [ID., Épitaphes, Diane, complainte.]
    Vous avez pris le secret sur votre vie, et sur votre vie tombera la punition [MARG., Nouv. LXX.]
    Par vostre lectre j'ay receu une nouvelle vie, dont je vous proumets, Monseigneur, j'avois besoing [ID., Lettre CIV]
    Il gaigne sa vie à se faire voir [MONT., I, 109]
    Je suis d'advis que tu quittes cette vie là, ou la vie tout à faict [ID., I, 251]
    C'estoit un mangeur excessif ; car il devoroit la vie de neuf ou dix personnes pour le moins, à un repas [DESPER., Contes, LXXV]
    Montluc travailla si bien, et fit si bien travailler l'evesque de Dax, Bazin de Blois, qui sçavoit sa vie [son métier] à ce jeu là, et autres emissaires, que.... [D'AUB., Hist. II, 65]
    Ou bien qu'il participoit au butin, car il en estoit de grand vie [grand coureur de filles] [CARLOIX, VI, 4]
    L'oye, entre tous les oyseaux de riviere, et qu'on appelle de l'une et l'autre vie, pour se nourrir en terre et en eau, est celui qui desire le moins l'humidité [O. DE SERRES, 372]
    Joyeuse vie pere et mere oublie [GÉNIN, Récréat. t. II, p. 241]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, veie ; provenç. vita, vida, via ; espagn. vida ; ital. vita ; du lat. vita (voy. VIVRE) ; gaél. bith ; bas-breton, buez.

VIE2

(vie) s. f.
Chemin dans un marais salant.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. via, chemin (voy. VOIE).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    VIE. Ajoutez :
    29° Haute vie, la manière de vivre des hautes classes, traduction de l'anglais high life.
    C'est ici que commence la partie la plus dramatique d'un épisode de ce qu'on nommerait aujourd'hui la haute vie au XVIIIe siècle [J. CLARETIE, Journ. offic. 10 décembre 1876, p. 9200, 3e col.]

vie

VIE. n. f. Activité spontanée propre aux êtres organisés, qui se manifeste chez tous par les fonctions de nutrition et de reproduction, auxquelles s'ajoutent chez certains êtres les fonctions de relation, et chez l'homme la raison et le libre arbitre. Les principes de la vie. Les êtres doués de vie. La vie végétative, animale. Les fonctions de la vie. La vie organique. La vie sensitive. La vie de cet insecte est éphémère. Cet arbre est encore en vie. Ceux dont nous tenons la vie, qui nous ont donné la vie. Il est encore tout plein de vie. Il ne donnait plus aucun signe de vie. On l'a laissé sans vie. Aimer la vie. Tenir à la vie. Mépriser la vie. Renoncer à la vie. Le passage de la vie à la mort. Cette imprudence faillit lui coûter la vie. Sauver, conserver la vie à quelqu'un. Attenter à la vie, entreprendre sur la vie de quelqu'un, lui arracher, lui ôter la vie. Perdre la vie. Donner sa vie pour quelqu'un. Exposer, hasarder sa vie. Prodiguer sa vie. Mettre sa vie en péril. Défendre sa vie. Vendre bien cher sa vie. Il y va de la vie. Votre vie en dépend. Au péril de la vie. Sous peine de perdre la vie. À peine, sous peine de la vie. Si vous faites telle chose, je ne réponds point de votre vie. Le droit de vie et de mort. Il ne fait nul cas de la vie d'un homme. Il compte sa vie pour rien. Cette vie est passagère, fragile, périssable. Notre vie mortelle.

Être en vie, Être vivant.

Fig., Ne pas donner signe de vie se dit d'un Homme absent qui ne donne pas de ses nouvelles. Il signifie aussi Ne témoigner par rien qu'on existe. On approcha de la place sans que l'ennemi donnât signe de vie.

Être entre la vie et la mort, Être dans un extrême péril, soit par maladie, soit par quelque autre accident. Cette maladie l'a mis entre la vie et la mort. Dans cette tempête, nous fûmes deux jours entre la vie et la mort.

Fam., Passer de vie à trépas, Mourir. Revenir de mort à vie, Revenir, contre toute espérance, d'une maladie très périlleuse.

Fig., Sa vie ne tient plus qu'à un fil se dit en parlant d'un Moribond. Il n'a qu'un souffle de vie, Il est dans un état d'extrême faiblesse.

Cet homme, cet animal a la vie dure, Il est difficile de le tuer, de le faire mourir; il est de santé résistante. Cet homme, tout percé de coups, a vécu encore fort longtemps; il avait la vie dure.

Il se dit figurément des Choses. Cette théorie, cette opinion a la vie dure.

Demander la vie, Demander grâce, prier qu'on ne vous tue pas. Il lui demanda la vie.

Il doit la vie à cet homme, il lui est redevable de la vie se dit de Celui à qui un homme a sauvé ou conservé la vie. On dit de même : Après Dieu, il ne tient sa vie que d'un tel.

Donner la vie à son ennemi, Ne pas le tuer, quoiqu'on le puisse. Le prince a donné la vie, a accordé la vie, a fait grâce de la vie à ce criminel, Il a empêché, en vertu de son autorité, que l'arrêt qui condamnait le criminel à mort ne fût exécuté.

Fig., Cela lui a redonné la vie, lui a rendu la vie se dit d'une Bonne nouvelle ou de quelque autre chose d'agréable, arrivé à une personne qui était dans de grandes alarmes, dans une vive inquiétude.

Fam., Être plein de vie, Avoir très bonne santé, avoir beaucoup de vigueur, d'activité.

Fig., Il y a beaucoup de vie dans ce tableau, L'action y est vive, et les figures en sont fort animées. Ce portrait est plein de vie, Il a beaucoup d'expression et de vérité.

Fig., Ce style, ce discours a de la vie, est plein de vie, Il est plein de force, d'animation, de mouvement. On dit dans le sens contraire : Ce style, ce discours est sans vie.

VIE se dit particulièrement de Certaines activités de l'homme. La vie intellectuelle. La vie morale.

En termes de Dévotion, La vie spirituelle, La vie de l'âme en Dieu. La parole de vie, La parole de Dieu, aliment de la vie spirituelle. Le pain de vie, L'Eucharistie.

VIE se dit aussi de Tout l'espace de temps qui s'écoule depuis la naissance jusqu'à la mort. La vie la plus longue, la plus courte. Le cours de la vie. La durée moyenne de la vie. La fin de la vie.

La vie future, l'autre vie, L'existence de l'âme après la mort, par opposition à La vie présente. Les biens de la vie future. L'espérance d'une autre vie fait toute la consolation d'un chrétien.

La vie éternelle, L'état des bienheureux dans le ciel. Dieu nous donne sa paix en cette vie et, après la mort, la vie éternelle!

Élixir de longue vie, Nom donné à une sorte d'élixir.

Eau-de-vie, Alcool destiné à être bu.

VIE se dit également d'une Partie considérable de l'espace compris entre la naissance et la mort. Il a passé sa vie à travailler, à voyager. Il emploie toute sa vie à des bagatelles.

Il se dit encore de Ce qui regarde la nourriture et la subsistance. Mendier sa vie. Chercher sa vie. Gagner sa vie.

Fam., La vie est chère dans ce pays, Les aliments, les denrées et toute sorte de marchandises y sont à un prix élevé.

Prov., Il faut faire vie qui dure, Il faut ménager son bien, ne pas le dépenser tout d'un coup, soit en bonne chère, soit autrement. On le dit, dans un sens analogue, en parlant de la Santé.

VIE se dit en outre de Ce qui regarde l'usage, les commodités ou incommodités de la vie. Mener une vie douce, aisée. Mener une vie heureuse, tranquille. Mener une vie triste, misérable. Vie agitée, tumultueuse. Traîner une vie languissante, douloureuse. Les plaisirs, les douceurs, les commodités de la vie. Les besoins de la vie.

Rendre la vie dure à quelqu'un, Lui faire de la peine, le chagriner à tout propos.

VIE se dit aussi de Ce qui regarde la conduite, le train qu'on mène. Mener une vie sans reproche, irréprochable, une vie réglée. Mener joyeuse vie. Mener la vie d'un saint. Un homme de sainte vie. Une vie sage, pure, chaste. C'est un homme qui mène une vie obscure, une vie fort retirée, une vie cachée. Il mène une vie plus réglée que de coutume. Il a changé de vie. Se repentir de sa vie passée. Réduire son train de vie. Il s'est fait un plan de vie tout différent. Vie oisive, déréglée, dissipée. Vie dispersée. Vie recueillie. La haute vie. La grande vie.

Vie de garçon. Voyez GARÇON.

Pop., Faire la vie, Vivre dans la dissipation. Femme de mauvaise vie, Prostituée.

Fam., Mener une vie de bohème, Mener une vie déréglée, sans ressources assurées et sans préoccupation du lendemain.

VIE se dit encore par rapport aux occupations et aux professions différentes de la vie. Choisir un genre de vie. Embrasser la vie religieuse, la vie monastique. Vie active. Vie contemplative. Vie laborieuse, fatigante. La vie civile. La vie champêtre. La vie des champs, La vie des camps. La vie de famille. La vie politique. La vie littéraire. La vie mondaine. La vie privée. La vie publique. La vie sportive.

Fam., C'est sa vie se dit d'une Chose où un homme se plaît extrêmement et dont il fait sa principale occupation. Il aime l'étude plus que toutes choses, c'est sa vie.

VIE désigne aussi la Manière dont le monde se comporte. Que voulez-vous faire à cela? c'est la vie. Les choses se passent ainsi dans la vie. Ce romancier est un peintre habile des moeurs, de la vie.

Il désigne, par extension, l'Histoire, le récit des choses remarquables de la vie d'un homme. Les vies des saints. Les vies des hommes illustres écrites par Plutarque ou, par ellipse, Les vies de Plutarque. La vie de Théodose par Fléchier. Il a écrit la vie de Saint Louis. Mémoires de ma vie.

Il signifie populairement, mais toujours avec quelque épithète, Criaillerie, querelle bruyante faite à quelqu'un. Quand il a connu sa conduite, il lui a fait une belle vie, une terrible vie.

À VIE, loc. adv. Pendant tout le temps qu'on a à vivre. Une pension à vie. Bail à vie. Contrat à vie.

LA VIE DURANT, loc. adv. Pendant toute la durée de la vie. Il a fait un bail qui lui assure la jouissance de cette maison sa vie durant.

POUR LA VIE, À LA VIE ET à LA MORT, À LA VIE à LA MORT, loc. adv. Pour toujours. Je suis son ami pour la vie. Ils sont unis à la vie et à la mort. Entre nous, c'est à la vie à la mort.

DE LA VIE, loc. adv. Jamais. Je ne lui pardonnerai de la vie. Je n'y consentirai de ma vie. Il ne sera de sa vie aussi habile que son père. Je n'ai vu de ma vie un tel homme. De ma vie je n'ai vu pareille chose.

Il s'ajoute à Jamais pour renforcer encore le sens de la négation. Jamais de la vie je ne ferai une pareille chose.

SUR LA VIE, locution adverbiale qui sert à marquer l'importance extrême de ce que l'on recommande. Je vous en adjure sur la vie. Gardez-vous sur votre vie d'agir ainsi.

vie

Vie, f. penacut. Vita. Vie vie geminé, c'est à dire, marchez marchez, hastez vous, prins de l'Italien, Via via. Et en fait de marine, vie signi fie l'adresse du port et de la barre, disans les mariniers, Boutez en la vie, c'est à dire, droict la barre et droict le port: Quant à la premiere signi fication, voyez Vivre.

Toute sa vie il a esté bon, Frugi homo fuit omni vita. Liu. lib. 22.

vie

Vie, Vita, bios.

Ma vie, mot de flaterie, Mea vita.

Vie active, Actuosa vita.

Bonne vie, Bien te soit, Pax.

Vie austere, comme des Ermites, Asper victus, Vita arida.

Povre et sobre vie, quand on use des viandes de petite valeur et povres, Vita tenuis.

Vie abandonnée à toute meschanceté, Licentior vita.

Vie desplaisante, Vita acerba.

Vie attentive et qui s'assubjettit, Attenta vita.

Vie contemplative, Vita theorica et contemplatiua, B.

Estimer toute la vie bien heureuse, n'estre autre chose que de faire grande chere, Omnia quae ad beatam vitam pertinent, ventre metiri.

La vie des hommes bien reglée resjouit, Vita hominum disposita de lectat.

Vie innocente, Candida vita.

La vie passée, Acta vel Anteacta vita.

Vie remplie et farcie de toute sorte de volupté, Conferta vita volu ptatum omnium varietate.

La vie de gens qui n'ont charge que d'eux mesmes sans aucune office pu bliq, Vita priuata.

La vie de Pierre ne tient plus qu'à un filet, Pendet spe extrema salus Petri.

Vie d'homme non marié, Caelebs vita, Caelibatus.

Vie d'homme qui ne bouge de sa maison, Vita vmbratilis et delicata.

Remplissement de vie, Animatio.

Tout le temps de ma vie, In vita mea, AEtatem.

Je vueil servir toute ma vie, AEtatem volo seruire, B.

¶ Escrire la vie d'aucun pour perpetuelle memoire, Commendare vitam alicuius monumentis ad omnem memoriam.

Je crain de ma vie, Metuo de vita.

Ma vie git et consiste en cela, Salus mea in eo vertitur.

Il est question de la vie, ou La vie y pend, Agitur de capite, aut de vita.

Dieu vous doint bonne vie et longue, Multum valete.

Promettre sur sa vie et sur son honneur, Capite cauere, Bud.

Cercher sa vie, Petere cibum, Quaerere victum.

Gaigner sa vie aiséement, Facile quaerere victum.

Gaigner sa vie à danser sur la corde, Schoenobaticam facere.

Gaigner sa vie à filer, Vitam colu tolerare.

Gaigner sa vie à mesdire des gens de bien, Quaestui habere male loqui melioribus.

Gaigner sa vie a tourner la meule, Molae operam dare.

Qui gaigne sa vie assis, Sellularius, Sedentarius.

User sa vie en la guerre, AEtatem in bello conterere, vel agere.

Prendre vie et croistre, Viuiscere.

Les enfans prennent vie au ventre, Animantur in vtero infantes.

J'ay consumé toute ma vie à amasser biens, Contriui in quaerendo vi tam atque aetatem meam.

La vie leur defaut en apprenant, Discentes vita deficit.

Confesser tenir sa vie par la benevolence d'aucun, Acceptam referre sa lutem suam beneuolentiae alicuius.

Tenir sa vie de quelqu'un quand il est cause qu'on est en vie, Obtinere vitam per aliquem.

Je ne tien vie que de toy, Acceptam tibi refero vitam.

Veu que ma vie estoit en ta puissance, Quum penes te potestas om nis quidem foret meae vitae.

Nous n'avons la vie que par usufruict, et non point en pleine proprieté, Vita mancipio nulli datur, omnibus vsu.

Avoir sa vie sauve, Vitam retinere.

Sauver la vie à aucun, Seruare aliquem, Salutem alicui dare.

Sur tout il faut sauver l'honneur et la vie, A capite in primis pericu lum propulsandum.

Sauver la vie d'aucun par prier un autre, Vitam alterius deprecari.

Demeurer en vie, Manere in vita.

Pourveu que la vie me demeure, Mecum modo vita supersit.

Garder sa vie, Vitam retinere.

Ils desprisent la vie d'autruy, Illis aliorum vitae poenitentia est.

Mesdire de la vie d'autruy, Coniicere maledicta in vitam alicuius, Detrahere alteri.

Empescher à quelqu'un la vie solitaire et troubler, Obturbare solitu dinem alicuius.

Exposer sa vie en l'administration de la repub. Ponere vitam in admi nistratione reip.

Mettre sa vie en danger, Vitam prodere, Offerre caput vilitati et periculis.

Mettre sa vie pour son pays, Vitam pro patria profundere.

Laisser la vie et se tuer, Deserere vitam suam.

J'y laisseray plus tost la vie que de les laisser, Animam relinquam po tius, quam illas deseram.

Perdre la vie, Vitam perdere.

Il n'est pas loing de perdre la vie, Non procul abest a periculo vitae.

Oster la vie à aucun, Vitam adimere alicui.

Renoncer à sa vie, ne vouloir plus vivre, Vitae renuntiare.

Recouvrer la vie, Reuiuiscere.

Remettre en vie, Ad vitam reuocare.

Prolonger sa vie, Ampliare aetatis spatium.

Qui baille, ou qui a vie, Vitalis.

Qui est de fort longue vie, Cornicibus viuacior.

Qui n'a que demi vie, Semiuiuus.

Finir sa vie par faim, Finire vitam inedia.

vie


VIE, s. f. [Vî-e: 1re lon. 2e e muet.] 1°. L'état où est l'homme quand son âme est unie à son corps. "Être en vie; perdre la vie; exposer, hasarder sa vie. Défendre, disputer, vendre bien cher sa vie. "Cette vie est passagère, caduque, fragile, périssable, mortelle.
   Oui, mon Dieu, je veux désormais
   Partager la gloire des Anges,
   Et consacrer ma vie à chanter vos bienfaits.
       Rouss.
= Figurément: "La grace est la vie de l'âme: vie spirituelle, surnaturelle. — Il y a bien de la vie dans ce tableau. "Ce discours est sans vie. = 2°. La durée de l'union de l'âme avec le corps; ou l'espace du tems qui s' écoule depuis la naissance jusqu'à la mort. "Vie longue, courte: le cours, la fin de la vie. — "Il a pâssé sa vie à la Cour, à voyager. "Il est estropié pour toute sa vie. "Je n'ai rien vu de pareil de ma vie. "Durant ma vie, ou ma vie durant: le 2d est familier. = À~ vie, adv. Pendant tout le tems qu'on a à vivre. "Pension, bail à vie. Acheter une maison à vie. = 3°. L'état de l'âme, quand elle est séparée du corps. "La vie future, la vie à venir, l'aûtre vie. "Notre bonheur, ou notre malheur en la vie future, en l'aûtre vie, dépend du bon ou du mauvais usage que nous ferons de la vie présente. = 4°. La manière de vivre, en ce qui regarde la nourritûre. "Il n'a que la vie et le vêtement. "Chercher, gâgner sa vie. "Mendier, demander sa vie. Être de grande, ou de petite vie; manger beaucoup, ou peu. — Faire bone, joyeuse vie. — Faire la vie; faire bone chère; se divertir. — Faire vie qui dure; ménager son bien, ne pas le dépenser tout d'un coup. Les deux derniers sont du style proverbial. Voy. plus bâs, Rem. 6°. = 5°. En ce qui regarde les comodités ou incomodités de la vie. "Mener une vie douce, aisée, heureuse, tranquille; ou triste, misérable, agitée, languissante, douloureûse.
   Dans un piteux état, le bon homme est plongé,
   Et le pauvre Seigneur traine une vie obscure.
       DEST. Le Glorieux.
"Les aises, les douceurs, les comodités, ou les besoins de la vie. — Tourmenter sa vie, se doner beaucoup de moûvement. — Rendre la vie dûre à quelqu'un, lui faire de la peine à tout propôs. — Faire une vie de garçon; libre et dégagée de toute sorte de dépendance et de soins. = 6°. En ce qui regarde la conduite et les moeurs. "Mener une vie réglée. "Sa vie est l'éloge de la vertu. MARIN, l'Homme Aimable. "Il a toujours mené la vie d'un Saint; une vie obscure, cachée, retirée. "Voilà son train de vie. "Femme de mauvaise vie. "Vie oisive, fainéante, déréglée, dissipée.
   Coyez-moi, cher ami, nous n'avons pas vécu.
   Employer ses talens, son tems et sa vertu,
   Servir au bien public, illustrer sa patrie,
   Penser enfin, c'est là que comence la vie.
       Sidney.
= 7°. Par raport aux ocupations et aux professions diférentes de la vie. "Choisir un genre de vie; embrasser la vie religieuse, etc. = 8°. Histoire, récit des chôses remarquables de la vie d'un homme. "Les vies des Saints, des Hommes illustres. "Il a écrit la vie d'un tel Prince. = 9°. Vie se dit aussi des animaux et des plantes, relativement au principe tel quel de sensation ou de végétation. "Vie animale, sensitive, végétative. "La vie de l'éléphant est fort longue. "Cet arbre conserve encôre un reste de vie.
   REM. 1°. Vie ne se dit guère au plur. même en parlant de plusieurs. "D'autres aimoient mieux abandoner leurs vies à la discrétion des paysans. P. Barre, Hist. d'Allem. Il falait dire, leur vie. = 2°. Mde. Dacier dit, privé de vie, mis à mort. Cette expression vieillit. "Allons voir tous ces poursuivans privés de vie. ODYSS. = 3°. M. Formey, dans les Éloges des Académiciens de Berlin, parle de la peine qu'il avait à obtenir des notes fort vagues de la vie des Membres que nous perdons. Cette façon de parler fait une équivoque plaisante. = 4°. On dit, adverbialement: à la mort; mais on ne dit pas également bien: à la vie; on doit dire: pendant la vie. Cependant, quand ils sont tous deux réunis, à la vie parait moins choquant. "Ceux qui n'avoient part aux Sacremens, ni à la vie ni à la mort. BOSS. — Un Auteur moderne dit, à ma vie, pour en ma vie. "J'ai tant écrit de lettres à ma vie, que, etc. Entrevues de Gangan. = 5°. Vie forme d'autres adverbes. Pour la vie, pour toujours, jusqu'à la mort. Dans le Méchant, Valère dit de Cléon:
   C'est un homme d'esprit, de bonne compagnie,
   Et je suis son ami de coeur, et pour la vie.
= C'est ce que bien des étourdis disent d'une conaissance de deux jours. = De ma vie, de sa vie; jamais. Il ne se dit qu'avec la négative. "Je ne le ferai de ma vie. "Voilà comme je suis, à toujours pousser le tems avec l'épaule; et c'est ce que je n'aimois pas à faire, et ce que je n'avois fait de ma vie.
   N'avez-vous jamais vu doner la question?
   - - - - Non, et ne le verrai, que je crois, de ma vie.
       Les Plaideurs.
Sur la vie; je vous le recomande sur la vie; avec la dernière instance.
   J'en réponds sur ma vie.
       Mol.
= 6°. Vie entre dans plusieurs expressions presque toutes du style familier. — Faire la vie.
   Je laisse à penser la vie
   Que firent ces deux amis.
       La Fontaine.
"J'aime mieux m'ocuper de la vie que vous faites maintenant. Sév. "J'y fais une vie solitaire, qui ne me déplait pas. ID. Mener, est plus élégant, et de tous les styles: J'y mène une vie, etc. — Pâsser sa vie, est aussi du style élevé, comme du style fam. "C'est une femme qui pâssoit sa vie dans toutes les dissipations du grand monde. Marivaux. — Train de vie, est du st. médiocre: "Telle étoit notre maîtresse, qui menoit ce train de vie, tout aussi franchement qu'on boit et qu'on mange. ID. = Faire une vie à; faire des reproches à; quereller, reprimander. "Votre femme vous fera une belle vie, (ironiquement) une terrible vie. "Bon Dieu, si j'en avois fait autant, quelle vie vous me feriez! SÉV.
   Demandez-lui, Monsieur, quelle vie on m'a faite.
       CORN. suite du Menteur.
L'Académie dit de celui-ci, qu'il est populaire: c'est trop dire, ce me semble. Il est du style fam. plaisant ou badin. = Faire vie qui dûre. "Ces Majestés (le Roi et la Reine d'Angleterre réfugiés en France) n'ont accepté de tout ce que le Roi vouloit leur doner, que cinquante mille francs par mois; et ne veulent point vivre comme des Rois: ils veulent faire vie qui dûre. SÉV. = Si Dieu me prête vie, est une expression populaire. Mde. de Sévigné l'a employée en badinant: "N'êtes-vous pas toujours belle et grâsse? J'espère le savoir dans peu, si Dieu me prête vie. = Doner signe de vie, est du style famil. C'est doner des témoignages d'amitié, de souvenir, d'atention. "La plupart des Membres de l'Empire ne donèrent pas signe de vie, dit un Historien. Cette expression est un peu trop familière pour une Histoire sérieûse. Elle est de la conversation, et du style épistolaire. = C'est ma vie, c'est sa vie; c. à. d. c'est toute ma satisfaction; c'est tout son plaisir. "Ne craignez point que la tendresse que j'ai pour vous me fasse du mal; c'est ma vie. SÉV. = Les paûvres gens disent qu'ils n'ont que leur vie: c'est leur seul bien.
   Les Grands ont le brillant d'une mort qu' on publie:
   Nous autres, bones gens, nous n'avons que la vie.
       Gresset.
"Ne pourriez-vous point l'amener (votre Fille); hélas! on n' a que sa pauvre vie en ce monde: pourquoi s'ôter ces petits plaisirs-là? SÉV. = Disputer sa vie, se dit sur-tout des criminels, qui se défendent dans des acusations capitales. "Je ne décide point si ces inculpations étoient fondées, ou non; mais, dans tous les câs, de la part d'un homme, qui disputoit sa vie, et tombant sur ceux, qui vouloient la lui arracher, elles étoient excusables. LING. = Il y va de la vie: c. à. d. on risquerait d'être puni de mort, si, etc. Un des Auteurs des Lettres Édif. retranche mal-à-propos y: "Il iroit de la vie pour un Indien, qui ôseroit en vendre à d'autres qu'à la Compagnie de Hollande. = Le peuple dit: tourmenter sa paûvre vie. BOILEAU s'est éforcé d'ennoblir cette expression bâsse et triviale. "L'héritier, qui,
   Tourmenta, quarante ans, sa vie infortunée.
M. de Saint-Marc, demande si Boileau a réussi. On peut lui répondre qu'oui, puisque c'est dans une satire qu' il l'a dit. On répondrait que non, si c'était un Poème. = Être entre la vie et la mort, dans un extrême péril. Revenir de mort à vie; revenir contre toute espérance, d'une maladie três-dangereûse. * On disait aûtrefois, aler de vie à trépâs, mourir. = Mener une vie de bohème; vivre comme un bandit: une vie de cochon; vivre dans la crapule, dans la débauche. Vie de cochon, courte et bonne, dit l'homme animal. = Telle vie, telle fin, ou telle mort: on meurt ordinairement de la même manière qu'on a vécu.

Synonymes et Contraires

vie

nom féminin vie
1.  Fait d'exister.
mort -littéraire: trépas.
2.  Caractère dynamique.
Traductions

vie

Leben, Lebensunterhaltlife, lifetime, livingleven, hachje, kost, levensonderhoud, bestaan, onderhoud, inkomenחיה (נ), חיים (ז״ר), נפש (נ), חַיִּיםvidavita삶, 인생, 생명, 생활vida, sustentoviaţăжизнь, существованиеζωή, βίος, σιδεροκέφαλος, τρόπος ζωής解甲归田, 生命, 生活حَيَاْةٌ, مَعِيشَةٌživobytí, životliv, underholdelämä, eläminenživljenje, život生命, 生活livegzystencja, życieliv, livsuppehälleชีวิต, หาเลี้ยงชีพcanlı, yaşamcuộc sống, sinh hoạtживот (vi)
nom féminin
1. fait d'exister, de vivre être en vie
2. période qui s'écoule de la naissance à la mort raconter sa vie
3. énergie être plein de vie

vie

[vi] nflife
être en vie → to be alive
sans vie → lifeless
à vie → for life
membre à vie → life member
dans la vie courante → in everyday life
double vie → double life
mener une double vie → to lead a double life
avoir la vie dure (= persister) (clichés, habitudes) → to die hard
mener la vie dure à qn → to make sb's life a misery
vie de famille nffamily life
vie de la cité nfpublic life
l'intégration des personnes handicapées à la vie de la cité → the integration of disabled people into public life